Le CANADA est-il un endroit risqué pour investir dans la croissance du dividende?

Je me pose cette question depuis 2013. Est-ce une bonne idée d’appliquer la technique DGI au Canada?

Lorsqu’on regarde les cies qui font la liste Canadian Dividend All Star, on remarque rapidement quelque chose. Au Canada, les titres qui haussent leur dividende chaque année depuis plus de 10 ans sont essentiellement des cies de :

  • Utilities
  • Telecom
  • Banques
  • Pétrole

Qu’est-ce que ces cies ont en commun?

Elles sont protégées/limitées par le gouvernement… tout simplement.

Prenons les banques d’abord. On ne peut pas librement partir une banque au Canada. Nos banques sont des banques à charte et elles sont hautement légiférées. Elles opèrent essentiellement en monopole.

Les utilities… leurs tarifs sont hautement réglementés… par le gouvernement. Alors, en plus d’être très « capital intensive », leurs profits dépendent du bon vouloir gouvernemental.

Parlons des telecoms…. et du CRTC. Verizon a failli venir s’installer au Canada il y a quelques années et les « géants » ont eu peur. Ici on paie très cher pour nos services et c’est hautement réglementé. Quelques cies contrôlent le marché hautement réglementé.

Le pétrole… exploiter, installer un pipeline, prospecter… good luck. Le pétrole commence à « puer » solide et de plus en plus comme investissement. Il devient de plus en plus difficile de faire aboutir de nouveaux projets et le prix de la ressource est contrôlé par un cartel…

Au Canada, on n’est pas une libre économie. On adore les quotas et les barrières à l’entrée, les lois pour t’empêcher de commercer librement et rendre tout compliqué. Essayez de vous partir une petite fermette commerciale notamment… on s’en reparlera (lire La ferme impossible (lien affilié)).

Or, de plus en plus de cies avec des approches disruptives commencent à sérieusement challenger notre modèle. Pensons à Amazon, AirBNB, Uber notamment. Pensons aux cies d’assurances (courtier), aux agents de voyage.

De plus en plus de compagnies brisent des modèles d’affaires protégés par le gouvernement. Pensons à l’industrie du taxi notamment.

Combien de temps encore dureront ces monopoles protégés par des barrières à l’entrée créées par des lois?

Avec l’arrivée des fintechs, les banques doivent se réinventer et perdent des fidèles.

Le pétrole va perdre beaucoup de ses consommateurs avec l’adoption des véhicules électriques et le gouvernement va probablement mettre de plus en plus de batons dans les roues des pétrolières sous la pression populaire.

Bientôt, on aura de nouvelles offres pour la téléphonie et l’internet par satellite. Qu’arrivera-t-il aux réseaux filaires?

Regardons maintenant les autres cies qui versent des dividendes en croissance. Nous n’en avons pas des tonnes… Canadian Tire? Metro? Des épiciers… du retail? Ils en arrachent sous la pression d’Amazon et de Walmart.

Les REITs? Personnellement je n’aime pas ce modèle d’affaire… d’ailleurs, au global, je n’ai fait que perdre du capital avec les REITs alors je n’en tiens presque plus en portefeuille. Mon REIT préféré est (O : Realty income properties), mais même lui, avec la pandémie, se fait challenger.

À chaque fois que j’achète des actions de Bell, Telus, d’une de nos banques, j’ai toujours cette arrière pensée qui me dit que toutes ces cies tiennent avec de la broche. Il suffirait de changer quelques lois ou que des cies arrivent à contourner notre système comme les géants technologiques le font depuis quelques années pour voir éclater tout ça.

Notamment, si je prends moi, un gars quand même assez conservateur dans ses habitudes. Voilà que mes investissements ne sont pas avec des banques. J’ai 0$ placé auprès de ma banque. Mon argent est avec des brokers ou des fintechs. Ma banque ne sert qu’à déposer mon chèque de paye et payer mes factures. Pourquoi? Simplement parce que les produits bancaires ne sont pas concurrentiels… pas intéressants…

Au niveau des telecoms, j’ai coupé le téléphone de Bell depuis belle lurette… j’ai un cell. Le cell, il est avec un des géants du cartel des télécoms canadien. Je n’ai pas trop le choix à cet égard… Par contre, je n’ai plus le cable depuis 2006 à peu près. Pour la télé, j’ai un Roku, Netflix, Amazon Prime…

Mon électricité se prend auprès d’HydroQc car, on n’a pas trop le choix. Mais si Tesla vendait un produit viable au Québec et abordable, possible que la prochaine fois que je referrais ma toiture, ce serait leurs « bardeaux » solaires qui se retrouveraient là.

Je vais encore dans les épiceries traditionnelles comme Metro, IGA, SuperC. Mais, leurs prix sont ridicules. Je préfère souvent acheter en gros, en vrac ou aller à la fruiterie ou dans de petits marchés l’été.

Bref, croyez-vous à la viabilité à long terme de ces cies protégées par le gouvernement? Croyez-vous qu’elles continueront d’être à même d’augmenter leur dividende chaque année pour les décennies à venir? Ou alors est-ce une « value trap »?

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.