Il faut sauver maman : la liberté financière à tout prix mais pas à tout coût

Mon plus grand rêve est d’atteindre la liberté financière le plus tôt possible. Ne plus avoir à me soucier de gagner ma croûte, me lever à l’heure que je veux et consacrer mes journées à ce qui me passionne.

J’ai dédié une grande partie des 8 dernières années de ma vie à planifier et bâtir cette liberté financière, à bâtir mon couple, ma famille, travailler d’arrache-pied pour faire croître mon salaire et donc mes épargnes…

On prend tellement notre avenir pour acquis… on est là à amasser des richesses pour les décennies à venir et si l’on est chanceux, on pourra en profiter gaiement.

Mais, il y a toujours des choses que l’on ne peut pas prévoir qui nous rendent humble, qui nous rappellent que la vie est fragile et que notre sphère de contrôle est limitée.

J’ai été peu présent ici au cours des derniers mois et heureusement,  Maxime a mis les bouchées double pour ne pas laisser le site mourir. Merci à toi d’ailleurs.

Je prends le temps aujourd’hui d’expliquer mon absence. Je pense à la limite le devoir aux lecteurs qui suivent ma progression depuis longtemps. Sinon, je suppose que c’est aussi un bon exercice pour me libérer l’esprit.

Je ne suis pas superstitieux mais il semble que le mauvais sort s’acharne sur ma famille depuis 2 ans. Ou alors peut-être que c’est moi qui à force de vivre des événements troublants sans pouvoir avoir le recul et le repos nécessaires pour les encaisser, ai fini par voir tout comme une montagne.

Ma femme avait des symptômes étranges depuis septembre. On a passé l’automne à chercher une oreille attentive parmi les médecins, mais avec la Covid ça ne rend pas les choses simples. Seul son dentiste avait la puce à l’oreille et il aura au final eu raison, mais son pouvoir dans le système de la santé est limité.

Puis, un décès est arrivé dans la famille… un coup dur… et à peine quelques semaines après, les symptômes de ma femme ont empiré drastiquement. La maladie est passée de la voie de service à l’autoroute, le pied au tapis et les choses se sont mises à débouler.

En janvier, on a fait 4 passages à l’urgence…

Je dois dire qu’au final, malgré la fatigue du système et des intervenants, on aura fini par avoir une prise en charge de son cas et je remercie tout ceux qui auront permis cela dans notre système de santé. On est très conscient que vous faites un travail difficile, dans des conditions difficiles et que votre vie est même en danger encore plus qu’à l’habitude à cause de ce foutu virus.

J’aurais quand même un commentaire… il faut faire confiance aux gens… personne de sain d’esprit en ce moment ne va à l’urgence sans que ce ne soit grave. C’est assez insultant de ne pas se faire prendre au sérieux et de presque se faire dire qu’on gaspille des ressources alors qu’on essaie tellement d’éviter d’aller à l’hôpital. Les gens connaissent leur corps. Et l’urgence, c’est bien le dernier endroit où l’on a envie d’aller en ces temps de pandémie… d’ailleurs on a beaucoup repoussé avant de s’y rendre, les 4 fois, car on avait l’impression de déranger. C’est comme ça que les intervenants nous ont fait sentir à notre hôpital régional.

Ça aura pris 5 mois pour qu’on la prenne enfin au sérieux et il a fallu qu’elle soit dans un état extrême pour qu’enfin on l’écoute… la dernière fois que je l’ai amené à l’hôpital, elle était complètement déshydratée au point où 4 litres de pédialyte en 10h ne l’avaient pas hydratée… elle avait de la fièvre et des saignements et sa tension n’était pas belle.

Qu’a-t-on fait? On m’a dit de quitter et on l’a mis avec les cas suspectés de Covid alors qu’on se tuait à leur dire que ça faisait 5 mois qu’elle avait des symptômes s’aggravant et que ce n’était que la suite de ces symptômes, pas la covid! Cette fois-là, j’ai quitté l’hôpital les larmes aux yeux, complètement épuisé et impuissant.


Mais bon… je comprends… quelle idée aussi de développer une maladie grave en pleine pandémie???!!! Le timing, c’est pas notre fort disons. Heureusement, elle n’a pas contracté la covid à l’hôpital.

Pendant plusieurs jours, ils ont lutté contre sa fièvre…  elle ne tombait pas. Puis enfin, la fièvre est tombée. Mais là, il fallait jongler avec l’inflammation et les autres symptômes. Ils lui ont fait 1001 tests, des scans, des radios, 18 prises de sang, des tests d’urine, des caméras là où tu n’en veux pas et allouette. Elle a eu droit à tout le tralala.

Le système de santé fonctionne quand c’est urgent. Ça, ils ne l’ont pas laissé tomber!

Ça a duré une semaine. Et c’était la 2e hospitalisation en moins d’1 mois.

Je rappelle qu’on a 2 enfants d’âge pré-scolaire qui ne vont pas en garderie et que je travaille à temps plein.

Janvier a été tout un mois, après d’autres mois qui ont vu leur lot d’épreuves.

Il n’y a rien de plus frustrant que de savoir que l’on est malade et de ne pas se faire prendre au sérieux. En 2020, j’ai payé 45k$ en impôt et rendu en janvier, après s’être fait traiter comme des huluberlus par l’urgence de notre hôpital local, je me suis dit « You know what? Qu’ils aillent chier tabarnac. On les poursuivra après pour négligence s’il le faut. On va au privé! »

La liberté financière, je la veux à tout prix, mais pas à tout coût. La mère de mes enfants, elle n’a pas de prix. L’argent, ça va, ça vient… ce n’est qu’un concept et d’ailleurs le gouvernement ne se gêne pas d’en imprimer à profusion quand ça va mal.

Let’s go la PCU!

Ma femme est assurée pour 500k$ et j’ai une valeur nette qui dépasse 500k$. Je lui ai dit « je ne sais pas comment, ni où, ni de quelle façon on peut utiliser ce capital, mais t’as 1M$ pour te soigner ». On ira en Allemagne où je ne sais où s’il le faut.

Pas pire 1M$ de budget pour se soigner hein… mais voyager est compliqué avec la covid et finalement, des hôpitaux privés ça ne courre pas les rues ici… on a beau avoir de l’argent, encore faut-il que le service soit offert…

On a commencé par envoyer sa requête pour un test important qui avait un délai d’attente de plusieurs mois à notre hôpital partout dans tous les hopitaux du Qc, les cliniques privées et même en Ontario.

Vous savez quoi? De quelques mois, le délai a pu être réduit à moins de 14 jours… au public, au Québec… notre système est brisé. Faites vos démarches vous-mêmes et faites 500 téléphones s’il le faut si vous avez des choses urgentes. N’attendez pas après les interminables listes d’attente!

Sibole… il faut encore FAXER des documents en 2021!!!! Veux-tu un pigeon voyageur tant qu’à faire? On n’a même plus de ligne téléphonique depuis 10 ans à la maison alors un fax?? On n’est même pas sûr que ça se rend vraiment, que ça s’est bien imprimé, que ça n’est pas resté pris dans la machine etc… ces gogosses là. Quand on parle de ma vie, j’aimerais être certain que ma demande a été bien reçue… tout de même.

Et je sais que ce n’est pas tout le monde qui a les moyens de dépenser 1000$ pour un test au privé mais comme j’expliquais à ma femme, si c’est un cancer qu’ils détectent et qu’ils le détectent juste dans 9 mois, il sera peut-être trop tard. C’est quoi 1000$ dans une vie? On le paie… c’est tout. C’est un no-brainer. C’est trop important.

La vie n’a pas de prix… on peut toujours tout rebâtir tant qu’on est en vie, peut-être pas aussi gros et aussi beau, mais la philosophie minimaliste m’aura appris une ou deux choses. Nos plus grandes richesses sont notre santé, notre temps et l’amour et l’amitié qu’on a les uns pour les autres. Avec ça, de l’eau et de la bouffe, on a tout,  le reste, c’est superficiel.

Heureusement… ou malheureusement? Je n’ai pas eu à dépenser 1M$ de dollars pour sauver la maman de mes enfants. Je n’ai pas eu besoin d’aller à Denis Lévesque (ouff) ou sur gofundme.

Son état s’est tellement aggravé que tous les tests ont été faits à l’urgence.

La mauvaise nouvelle… elle a une maladie incurrable. C’est tombé comme ça, à la mi-trentaine, sur une jeune mère de famille. Et, elle a développé la pire forme de cette foutue maladie à la première crise. C’était quoi les chances?

J’avais 100 combinaisons de loto max la semaine dernière et je n’ai pas gagné un rond mais à loto-shit, on est bon en ta.. par chez nous! On gagne chaque mois une nouvelle merde depuis 2 ans. Des morts, des blessés, des malades, de la moisissure, des cancers, des pertes d’emplois, amenez-en des catastrophes…

Ma femme collectionne les symptômes rares depuis quelque temps… il n’y a que 0.6% des canadiens qui ont cette maladie. Fallait que ce soit elle. Il y a deux ans elle a eu une autre maladie grave (ça l’air que ce n’est pas lié même si j’ai un gros doute). Elle avait une chance sur 91000 de développer ça et paf… elle l’a eu.

Et ce fut la même chose avec tous les médicaments qu’on lui a donné pour gèrer les symptômes de sa maladie à date. Si t’as moins de 1% des gens qui développent l’effet secondaire X, paf… elle le développe.

La bonne nouvelle. Elle est en vie. Mes enfants ont une mère et il y a des traitements pour gérer la maladie, à défaut de la guérir. Il y a beaucoup de recherche en cours aussi et récemment on lui a donné sa première dose d’un médicament qui coûte 27000$ par an.

Il a un taux de succès faible mais peut-être que pour une fois, elle sera du bon bord de la statistique. On se croise les doigts.

Et oui, il coûte 27,000$!! Par an… à vie… et il se donne par intraveineuse dans un centre.

À ce stade, nos projets de liberté financière n’ont pas été affectés mais…

Ce coût est une épée de Damoclès au-dessus de notre famille. L’assurance devrait couvrir… on n’est pas fixé encore. Mais déjà, l’Alberta et la Colombie Britannique ont décidé de remettre en question la couverture… elle coûte trop cher au régime et on préfère laisser les gens crever ça l’air. Or, c’est un traitement de produits biologiques qu’il faut prendre à vie et si on l’arrête on courre le risque de développer des anticorps contre le traitement et qu’il ne fonctionne plus ensuite.

Si le Québec emboîte le pas et que le traitement fonctionne pour elle on fait quoi? C’est un risque avec lequel il va falloir vivre… le risque de devoir un jour débourser 27k$ par an pour la garder en vie..

Et les causes de cette maladie sont méconnues mais on soupçonne une part génétique et une part environnementale, essentiellement liée aux additifs alimentaires industriels… je vous conseille d’ailleurs l’application Yuka pour scanner ce que vous mangez. Vous allez voir que certains produits très populaires contiennent des ingrédients que seuls des meurtriers mettraient dans leur bouffe!

Je vois l’industrie alimentaire d’un oeil différent dernièrement, un peu comme un parent qui a peur qu’un maniaque cache une aiguille ou une lame de rasoir dans les bonbons d’Halloween de ses enfants. La différence, eux le font et ce ne sont pas des aiguilles qu’ils cachent, mais des cancers et des maladies auto-immunes à retardement. Et ils nous vendent cette merde à gros prix.

Littéralement, on se fait empoisonner… c’est criminel! Mais, c’est un autre sujet… En gros, à l’épicerie, il faut éviter TOUTES les allées du centre. Il n’y a que des cancers en boîte dans ces allées, de la bouffe industrielle bourrée de merde meurtrière.

Bref.

Les prochains mois seront déterminants. Le traitement fonctionnera-t-il?

Il y a des traitements, mais elle ne répond à aucun des traitements classiques. Alors on est dans l’artillerie lourde là… après, il ne reste plus beaucoup de solutions. Une chirurgie lourde qui pourrait grandement nuire à sa qualité de vie future…

Et comble de tout, elle se retrouve maintenant immuno-supprimée… à vie et en pleine pandémie. Un ost… de bon timing encore! Le vaccin contre la covid est contre-indiqué pour elle pour ce qu’on en sait alors même que le gouvernement commence à écouter trop de séries dystopiques sur Netflix à mon goût avec son affaire de passeport vaccinal… un peu comme dans la série « L’autre côté » à voir sur Netflix.


Au final, bien des détracteurs du mouvement FIRE pourraient se dire Voilà! YOLO! Il faut vivre l’instant présent et ne pas se priver outrageusement pour le futur en épargnant 50% + de son salaire! On ne sait jamais quand notre vie sera terminée ou changera à jamais. Car ici, il faut se le dire, notre vie changera à jamais. Je ne suis même pas certain de le réaliser encore… mais, déjà, notre vie est fort différente. Ma femme passe au minimum la moitié de ses journées allitée depuis la mi-janvier…

Or, je ne suis pas d’accord avec les YOLOs. Mes épargnes nous ouvrent des portes face à l’adversité. On aurait pu prendre l’avion et la faire soigner aux USA ou ailleurs par une somité mondiale si on avait eu à le faire. Un fan du YOLO le pourrait-il?

Et là, il faut qu’on pense à l’avenir et aux risques. Ma femme est sur un traitement vital à 27k$ par an et il y a une part génétique dans les facteurs de risque. J’ai 2 enfants…

On a donc décidé de cesser de rembourser rapidement notre hypothèque pour réassigner notre argent vers des actions plus productives et peut-être se permettre un peu plus de YOLO quand même.

Ça va permettre à ma femme de ne pas se soucier de finance durant sa convalescence et toutes ces expérimentations pour lui trouver un traitement.

De mon côté, je vais consacrer presque 2 fois plus d’argent à l’épargne brute et viser 40 à 50k par an pour les 3@5 prochaines années.

Je vais épargner et investir plus afin d’avoir un plus gros coussin si un jour on se retrouve à devoir faire un choix déchirant face à ce médicament coûteux.

L’épargne et l’argent donne des options. Les options sont une preuve de liberté.

Devant l’adversité, les options, c’est de l’espoir et tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir.

Sauver maman c’est notre priorité #1 désormais. Épargner et investir, ça fait aussi partie de la solution.

Voilà donc en partie pourquoi j’ai été plutôt muet ces derniers temps. Entre ma femme, les enfants, la job, ma fatigue mentale et les autres merdes dont je ne parle même pas, disons que je n’avais pas trop la tête à écrire.

Quand la vie nous lance des citrons… paraît qu’il faut faire de la citronnade. Alors, je fais de mon mieux pour rester positif face à l’avenir. L’année qui vient sera probablement éprouvante. Ma femme vient de débuter un traitement que je qualifierais d’expérimental. Il a été approuvé en 2015 et il n’y a pas eu d’etudes longitudinales dessus… Il semble prometteur mais, on ne sait pas s’il fera effet ou pas. Avec de la chance, elle pourrait et nous pourrions retrouver une vie relativement normale. Sinon, elle devra jouer à saute mouton d’un traitement à l’autre…

14 Comments

  1. Benoit
  2. Yann
  3. Myriam St-Denis Lisée
  4. Jean-Philippe
  5. Mireille
  6. Jean-Philippe
  7. Agent 007

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.