Comment savoir combien épargner pour sa retraite jeune

comment atteindre la liberté financière rapidement

Je reçois souvent cette question de la part de gens qui commencent à s’intéresser au mouvement FIRE.

Bien qu’elle n’est pas une question simple et à réponse unilatérale en soi, il y a quelques règles de pouces pour nous aider à déterminer un montant raisonnable à épargner. Essayons de démêler tout cela. Pour ceux qui aimeraient la version longue et plus complète, j’avais écrit « le guide ultime » à ce propos que vous pouvez trouver Ici.

Combien dépensez-vous?

Bien que la question « combien faut-il épargner pour la retraite? » est souvent la question #1 que les gens se posent, ils prennent en fait le problème à l’envers. La vraie question est « De combien de revenus ais-je besoin à la retraite? » C’est à partir de ce montant qu’on pourra déterminer le montant à épargner, car si vous avez besoin de 200k$ pour vivre ou 15k$, le montant d’épargne requis sera bien différent, évidemment.

Bien des gens de l’industrie vous diront spontannément qu’il faut être capable de générer 70% de votre salaire actuel, or, c’est de la pure bullshit… chaque personne est différente.

Par exemple, si je prenais mon cas, ça voudrait dire qu’il me faudrait épargner 2.8M$!! Or, je ne dépense pas mon salaire à 100%, j’en épargne une très grosse partie. Ainsi, le jour où je n’aurai plus besoin d’épargner, cette « dépense » disparaîtra complètement du portrait et donc, je n’aurai pas besoin de générer ces revenus.

Pour déterminer de combien de revenus vous aurez besoin à la retraite, il n’y a pas de recette miracle. Vous ne pouvez pas sortir ce chiffre d’un chapeau tel un lapin. Il va vous falloir étudier vos habitudes de dépense, soit en épluchant vos dépenses de, disons, les 3 derniers mois ou encore en étudiant celles des 3 prochains mois. N’oubliez pas les dépenses récurrentes comme les taxes, permis etc qui n’apparaîtront peut-être pas durant votre étude.

Une fois ce montant déterminé, en fonction de vos objectifs financiers, vous pourrez décider de retrancher des dépenses non récurrentes.

Par exemple, supposons que vous déterminez dépenser 50,000$ par an, mais que sur ce 50k, il y a 15k$ qui va vers l’hypothèque qui sera soldée avant votre date de retraite, alors cette dépense non-récurrente pourrait être soustraite. Mais, n’oubliez pas qu’une maison nécessite de l’entretien et ces frais peuvent s’accumuler rapidement.

Comment déterminer le montant à épargner?

Ça y est, vous avez déterminé que vous dépensez 40,000$ par an (disons). Alors, comment savoir combien épargner?

C’est tout simple. L’etude du passé nous permet de conclure qu’un taux de retrait de 4% sur un portefeuille équilibré (60% actions 40% obligations) permet à ce portefeuille de durer au moins 30 ans dans la très grande majorité des scénarios.

Plus on se rapproche de 2@3% de taux de retrait, plus on parle de perpétuité, c’est-à-dire d’un capital qui pourrait durer la nuit des temps.

Si on fait une règle de trois, on détermine qu’un taux de retrait de 4% correspond à 25 fois ses dépenses annuelles en épargne. Alors qu’un taux de retrait de 3% correspond à +/-33 fois ses dépenses en épargne.

Ainsi, on juge sécuritaire d’épargner au moins de 25 à 33 fois ses dépenses annuelles avant de se déclarer libre financièrement.

Plus on prend notre retraite tôt, plus on devrait tendre vers le 33 fois les dépenses. Si on la prend à 65 ans, on peut probablement épargner moins de 25 fois ses dépenses annuelles et augmenter le taux de retrait.

Mais, rien n’est garanti et le passé n’est pas garant du futur. C’est une règle de pouce.

Reprenons notre exemple avec 40k$ de dépense par an. Cet individu devrait épargner de 1M$ à 1.32M$ avant de considérer prendre sa retraite jeune.

Oufff!!! 1M$… c’est beaucoup hein! Et la réponse est oui.

Mais, si vous dépensez 40k$ à vous seul par an, surtout si vous n’avez plus d’hypothèque, vous surconsommez, c’est clair, net, précis. Et il est probable que vous gaspillez énormément… Vous visez alors la « Fat Fire ».

Par exemple, la plupart des gens ne se rendent pas compte qu’ils gaspillent de l’espace avec leur trop grande maison. Allez voir cet article, vous y trouverez un heat map qui vient d’une étude sur l’utilisation de l’espace.

Il y a bien des pièces dans une maison qui ne servent pas beaucoup… même sur son terrain… et sur les dizaines de milliers d’objets que vous possédez (oui, comptez-les… après en avoir fini avec la cuisine vous allez être écoeuré), combien ne servent plus depuis des années et combien ne servent pas plus d’une fois par an?

Tout cet espace coûte cher en hypothèque, taxes, chauffage, entretien, décoration, ameublement…

Pensez à votre voiture maintenant… combien d’heures par jour sert-elle et combien d’heures par jour reste-t-elle stationnée? Pas optimal… Vivement d’ailleurs les voitures électriques autonomes qui pourront régler ce problème. Votre voiture, si vous en possédez encore une, pourra aller faire du taxi autonome pendant que vous n’en avez pas besoin.

Votre piscine? On se baigne combien de fois par été? Mettons qu’on a une belle piscine creusée chauffée à 40,000$ et qu’en conséquence on se baigne 2 fois par semaine de juin à septembre… disons 32 fois par an et qu’une piscine dure 15 ans (moi je me baigne 4-5 fois par an…), ça revient encore à 85$ la baignade sans compter l’entretien… faut vouloir!

Des fuites il y en a partout, dans nos paiements d’abonnements mensuels, dans nos dépenses de nourriture, dans nos frais de transport et de logement, partout.

Vous avez avantage à faire du ménage dans vos dépenses si vous rêvez d’une retraite jeune et je ne parle pas de se priver ici, je parle de cesser de surconsommer, gaspiller et détruire notre planète, tout simplement. Je parle aussi de cesser d’enrichir les multinationales avec vos paiements récurrents d’abonnement sans prendre le temps de vous questionner sur leur pertinence.

Dans combien d’années puis-je prendre ma retraite?

C’est là que ça va faire mal… ou pas.

Tout est question de votre pourcentage d’épargne.

Comme on l’a dit plus haut, s’il vous faut épargner 25 fois vos dépenses annuelles, on peut donc en déduire que celui qui épargne 0% de son salaire ne pourra jamais prendre sa retraite (ici le gouvernement nous force à épargner avec le RRQ heureusement pour lui).

D’un autre côté, celui qui épargne 100% de son salaire pourrait prendre sa retraite dès aujourd’hui!

C’est entre les deux que la plupart des gens se situent.

Ce petit tableau fort utile permet de déterminer dans combien d’années vous pourrez vous retirer en fonction de votre taux d’épargne.

Ici, on assume un rendement moyen de 7% composé par an à long terme.

Par exemple, de mon côté je vise me libérer en 12-13 ans, il me fallait donc épargner quelque part entre 55@60% de mon revenu disponible (revenu après impôt). C’est pas mal ce que j’épargne à date.

Ça reste imprécis, car ça ne tient pas compte des conditions fiscales propres à chaque personne, mais ça donne une idée générale.

C’est pour ça que je me suis fixé un objectif de revenus passifs, plutôt qu’un montant d’épargne depuis le début. Je trouve plus simple de travailler avec la réalité : les revenus… et les dépenses.

La technique d’investissement par croissance du dividende rend le tout possible en permettant de suivre en direct la croissance de ses revenus passifs.

Récemment, j’ai toutefois décidé de modifier mon approche et d’investir une partie de mon portefeuille dans des titres qui ne versent pas de dividendes. Dans ce cas, on peut inférer un revenu potentiel de cet investissement simplement en calculant le taux de retrait visé sur capital. Pour ma part, je compte retirer 3.5% de mon capital par an.

D’ailleurs, la formule simple pour la retraite jeune est :

Dépenses <= 3.5% x épargnes

Le principal piège des règles de pouce

Ces règles donnent une idée générale qui est quand même fondée sur le passé. Vous pouvez d’ailleurs utiliser les calculateurs de FireCalc et Cfiresim pour valider différents scénarios et voir votre taux de succès.

Mais, et ça n’est pas à prendre à la légère, le passé n’est pas garant du futur.

Et ça tombe bien, car nous vivons actuellement des événements sans précédents… un marché bull interminable, un flash crash, suivi d’un marché bull ridicule, des titres de cies avec des faibles revenus ou pas de profit du tout qui se transigent à des multiples infinis de leurs revenus inexistants, des taux d’intérêts au tapis…

Qu’est-ce que le futur nous réserve? Une inflation galopante? Une déflation? The « roaring twenties » ou alors des années de vache maigre et de serrage de ceinture?

Voilà pourquoi il est important de se garder de la marge de manoeuvre dans ses calculs. Par exemple, tirerons-nous 7% composé de notre portefeuille au cours des prochaines années ou alors 2%? L’inflation sera-t-elle de 1.5% ou de 5%? Et les taux au prochain renouvellement hypothécaire dans 5 ans seront-ils à 2% ou à 7%? Le gouvernement augmentera-t-il les taux d’imposition ou les seuils des palliers ou laissera-t-il l’inflation galopper pour collecter plus de TPS/TVQ pour collecter plus de taxes « sans que ça paraisse »?

L’avenir est fait d’inconnu. C’est ce qui le rend excitant… et effrayant à la fois.

Ce que l’on sait, c’est que les 10-15 premières années de retraite sont déterminantes pour la viabilité du portefeuille. En effet, une séquence de rendements négatifs au début de la retraite peut réduire à néant toutes nos projections.

Comment se protéger contre cela?

D’abord, idéalement, en prenant sa retraite APRÈS un crash… mais bon, on ne peut pas toujours attendre.

Sinon, on peut garder une réserve de 2 à 3 ans de revenus de retraite pour pouvoir faire face à une crise sans avoir à vendre ses actions pour vivre, question de laisser le temps au marché de rebondir.

Diminuer son taux de retrait à 2.5 ou 3% et donc augmenter le montant d’épargne requis pour se retirer donnera beaucoup de marge de manoeuvre.

On peut aussi se dire que durant les années plus difficiles côté rendement, on pourrait prendre un side gig pour éviter de gruger son capital au mauvais moment.

Une autre façon de réduire son anxiété face à la certitude que son capital perdurera, c’est d’en échanger une partie contre une rente fixe ou viagère (si on a l’âge) afin de s’assurer une certaine stabilité de ses revenus. Rappelons-nous toutefois que le RRQ et la PSV vont donner une certaine stabilité à une portion de nos revenus plus tard dans notre vie.

Bons calculs! 😉

Publié le
Catégorisé comme Stratégie

Par Le blogueur masqué

Bonjour, je suis le blogueur masqué. Comme vous, je suis un esclave moderne confiné au 9@5, propriété d’une grande corporation américaine. Ils nous ont dit, lorsque nous étions jeunes, que nous allions vivre dans une société de loisirs et que les avancées technologiques allaient nous permettre de ne travailler que quelques heures par jour. Pourtant, nous vivons dans un monde où règne le stress et l’incertitude. Ma situation pourrait être bien pire et je le sais. Il y a tant de gens qui souffrent sur cette planète. Mais, une cage en or demeure une cage. Au moins, j’ai un plan pour m’évader. Je vais prendre ma retraite de la « rat race » avant 45 ans et vivre de mes revenus passifs! C’est un rêve si puissant que je vais tout faire pour le réaliser! Pour bâtir ma fortune, j’investis principalement dans des titres boursiers qui versent des dividendes en croissance années après années.

8 commentaires

  1. Avec un peu de recul, je ferais ainsi si c’était à recommencer: économies pour avoir 4% de taux de retrait (pour retraite à moins de 45 ans). Ne pas tenir compte de RRQ et PSV dans le calcul, donc en réalité on est à moins de 4% de SWR.

    Ensuite: plan A: tout se passe bien, rien à faire. plan B: qu’est-ce que je fais si je tombe dans un scénario ou la merde pogne dans le ventilateur? Prévoir une façon d’avoir des revenus supp si nécessaire. Et la beauté c’est que ça prend vraiment pas bcp de revenus additionnels pour corriger un méga-crash boursier et récupérer plus tard.. l’idée c’est juste d’éviter de gruger trop de capital… mais juste 10k$ de revenus par an pendant les mauvaises années, c’est assez pour se sortir de bien des mauvaises séquences historiquement. Bref, à refaire, je serais un peu moins conservateur et je sacrerais mon camp 2 ans plus tôt (ça m’aurait mis à 40 ans).

    Ici je tiens même pas compte des autres opportunités de la vie post-FIRE qui font qu’il y a de bonnes chances qu’on va avoir des revenus anyway, même si c’est pas par nécessité. Projets, investissements, travail autonome, travail à temps partiel ou saisonnier pour s’occuper ou voir du monde… encore là, même 10k$ par an, ça fait une grosse différence sur plusieurs années dans un projet de retraite anticipée.

    1. MrJack, oui c’est clair.

      D’un autre côté, on dit que c’est facile faire 10k par an mais ce n’est pas vrai pour tout le monde… Il faut quand meme avoir un certain esprit d’entreprise, de l’imagination. Sinon, on se retrouve cantonné à se faire engager dans des emplois éphémères et souvent mal payés…

      De mon côté, par exemple, je n’ai qu’une vague idée de ce que je pourrais faire… et comme je n’aurai pas envie de me fixer un horaire, meme a temps partiel, ça risque d’être du travail de « recyclage » ou de « l’entrepreneuriat »… genre je prefererais faire le tour des « poubelles » les sois de collecte avec mon trailer pour ramasser des « choux gras », les rafistoler vite vite et les fliper sur kijiji que d’aller travailler 15h sem au salaire minimum dans une station service

  2. Tu as raison, mais je pense que la plupart du monde qui vont prendre leur retraite à moins de 45 ans ont probablement du temps à vendre qui a de la valeur.. des fois on le voit pas.. exemple avec ton emploi, sans dévoiler ce que tu fais, tu pourrais conseiller les gens qui sont de l’autre côté de la cloture pour les aider à monter leurs plans… untel peut donner des formations, un autre faire de la consultation, un autre fera un flip immobilier… tu pourrais devenir agent immobilier et te contenter de vendre 1 ou 2 maisons par année.

    Ou avec tout le temps que tu auras de plus, il y a de bonnes chances que tu découvriras de nouveaux intérêts, et tu deviendras bon dans quelque chose de nouveau que tu ne soupçonnes par aujourd’hui, ce qui ouvrira des opportunités… dans la plupart des jobs pigistes, faire 40-60$ de l’heure c’est assez commun, et faire 10k à 50$ c’est juste 200 heures, une demie journée par semaine.. tu pourrais devenir courtier hypothécaire et juste prendre quelques dossiers, assez pour faire 10k par an (j’ai pas vérifié à quel point c’est difficile mais je sais que c’est à horaire flexible).

    Je travaille avec des startups en techno, ils ont souvent besoin d’un « gestionnaire de projet » à temps partiel, ça l’air gros, mais tout ce que ça fait c’est assigner des tâches dans l’équipe, faire le suivi, présider les réunions hebdomadaires, documenter quelques affaires, prioriser, écrire des demandes de subvention, etc.. rien de bien sorcier, ça prend pas bcp de connaissances spécifiques, juste un peu de jugement, savoir écrire son nom sans faire de fautes et savoir compter jusqu’à 10 d’une seule main. Des jobs de même à 10 heures par semaine je pourrais en donner à plein de monde, mais habituellement les gens veulent travailler à plein temps dans une job steady.

  3. Ah le fameux montant de dépenses à la retraite. A moins d’être très rigoureux dans son budget, ce n’est pas une tâche facile. Pour moi, j’ai épluché les 3 dernières années de toutes mes transactions bancaires et carte de crédite pour en faire la moyenne. Dans ces dépenses, il y a des rénovations une années, un voyage une autre et la 3e année, rien de particulier vraiment. Les 3 années étaient très similaires et donc je travail avec la moyenne des 3 comme objectif de dépenses à la retraite.

    Le seul élément encore nébuleux dans ma planification, est les enfants… avec 3 enfants, leur REEE est maximisé et je planifie le faire encore…. leurs études seraient donc payés… mais quel impact aura les années au secondaire? Une très bonne question… Je pense conserver mon emploi à temps partiel une fois FIRE afin de me créer un coussin supplémentaire au ces moments…. Ou peut-être d’ici là j aurai trouvé un monter à prévoir sur les X années de leur secondaire… à suivre

    1. Bigdji, bah.. à 10 ans mon père m’a trouvé 1 run de journaux. Je les ai gardé jusqu’a 17 ans. Les kids vont deja avoir un REEE garni… ils iront travailler pour le reste… faut souffrir un peu pour comprendre la valeur de l’argent…non?

      C’est sur que ce n’est paa evident de savoir combien epargner pour sa retraite.. mais je me dis aussi qu’un moment donné il y a un desir de liberté et d’avoir son temps pour soi qui lui aussi vaut bcp. Moi, je pogne 40 ans cette annee et ça commence à me peser serieusement d’avoir a me logger tous les jours pour gerer un tas de problemes qui ne m’interessent pas. alors s’il y a bien un endroit ou on sait pouvoir couper c’est dans les depenses.

      J’épargne plutot intensement depuis 2013 et meme si aucune annee ne se ressemblent en terme de depenses, je sais assez bien ou mon argent passe et je sais aussi que certaines depenses etaient vraiment du luxe.

      Je suis assez manuel aussi alors moi payer un gars 15k pour me faire un patio qui en coute 2k en materiaux (avant la covid), payer un gars 10k pour butcher ma toiture qui coute 2500$ en materiaux nah… personne ne vaut ce prix là pour cogner des clous, visser des vis et scier des planches dans ma tete a moi.. j’essaie de gerer mes depenses en comblant les lacunes de mes competences le plus souvent possible (moins depuis 2 ou 3 ans avec les kids et maintenant la maladie de ma femme…)

  4. Bonjour,

    je te comprends trop bien. J’ai refait entièrement notre bungalow datant de 1973 et la très grande majorité a été fait par moi-même. J’ai seulement payé des gars pour ajouter un 2e étage en 2013 car je ne me voyais pas enlever l’ancien toit et monter le 2e étage seul entre 2 averse de pluie!

    C’est vrai que dans ma jeunesse j’allais aider mon père a son commerce contre une petite rémunération, possible que j’inculque ceci a mes enfants.

    Pour l’instant, je garde le cap des dépenses stables et je me dis que lorsque le montant de liberté atteint, j’aurai le loisirs de choisir, mais il y a un petit truc qui me dit que je n’arrêterai pas immédiatement, mais que je choisirai les éléments que je ferai au boulot, laissant de coté les irritants actuels.

    On verra bien.

    PS: il n’y a pas d’option sur ton site pour faire un suivi courriel lors d’une réponse a un commentaire? Ce serait bien…

    1. Oh possible… je vais regarder cela. Pour être honnête, je laisse pas mal de côté l’entretien du site… je me contente d’écrire… le reste tombe dans ma pile des choses à faire un de ces jours

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.