7 façons d’endoctriner son enfant à devenir riche

Ça peut sonner intense dit comme ça… endoctriner son enfant, mais qu’on se le dise, nous endoctrinons tous nos enfants à quelque chose, à un mode de vie avec nos paroles et nos gestes.

Heureusement, lorsqu’on en prend conscience, on peut choisir ce qu’on désire transmettre à notre enfant. Alors la question à se poser c’est « Veut-on qu’il soit riche ou pauvre? ». Je parle de richesse financière ici et non de la richesse de ses connaissances ou d’autres formes de richesses.

Si l’on veut qu’il soit pauvre, c’est simple, on n’a qu’à faire comme « tout le monde », mettre le paraître à l’avant plan, la grosse voiture, la grosse maison, overbidder sur une maison et en plus ne pas la faire inspecter, s’endetter, lui dire d’obtenir de bonnes notes pour avoir une bonne job, ou encore lui transmettre des valeurs ancestrales de porteurs d’eau (né pour un petit pain, ne pas viser trop haut etc…).

Par contre, si on veut lui inculquer la richesse, on peut simplement lui répéter (et le montrer par l’exemple) les 7 choses suivantes, encore et encore et encore et encore :

1. Il faut acheter le magasin par juste au magasin

Toutes les semaines, nous allons au magasin, faire nos emplettes, acheter des produits de soins personnels, des articles de sports, des vêtements. On consomme. On dépense beaucoup dans les magasins.

Chaque fois que je vais au magasin avec les enfants, ils veulent tout avoir. Ils veulent acheter au magasin. Et chaque fois, je leur répète que s’ils veulent avoir beaucoup d’argent pour tout acheter, il leur faut d’abord et surtout, ACHETER LE MAGASIN et non pas juste acheter au magasin.

Je prends le temps de leur expliquer que si pour chaque sous dépensé au magasin ils en dépensaient un pour acheter le magasin, ils recevraient une part grandissante de tous les sous dépensés par tous les gens qui achètent au magasin.

2. Vaut mieux se demander comment on peut y arriver vs pourquoi on ne peut y arriver

En anglais on appelle ça être un « can do » au lieu d’un « can’t do ».

C’est simple, chaque fois qu’une difficulté se produit, le réflexe de bien des gens, s’ils n’arrivent pas à la résoudre d’emblée, c’est de chercher des « défaites », des raisons expliquant leur échec et pourquoi c’est impossible de résoudre la situation.

Le problème avec ce genre d’attitude, c’est qu’elle limite l’esprit et la solution devient donc réellement « impossible » à trouver. On devient un « can’t do ».

Le « can do » adoptera une autre attitude. Face à l’adversité, il se demandera plutôt « comment puis-je y arriver ». Il mettra alors son cerveau en mode solution et continuera de persévérer. C’est souvent avec cette attitude que viennent les solutions.

Par exemple, il y a 8 ans, ma femme et moi avions une valeur nette négative. Pour moi, devenir riche était un mirage. Puis, j’ai décidé de changer mon approche et de me demander « comment puis-je devenir riche ». J’ai alors fondé ce site et je me suis mis à évaluer et analyser différentes possibilités pour trouver une approche qui m’allait. Aujourd’hui, notre valeur nette avoisine les 3/4 de million et j’ai maintenant la certitude quasi absolue que nous serons millionnaire d’ici 2 @ 5 ans au maximum.

3. Qui tu connais est plus important que tu ce que sais

J’ai beaucoup de difficulté avec celle-là… je suis un auto-didacte dans l’âme et l’autarcie m’a toujours beaucoup attiré. Mais, je suis obligé de me ranger du côté de la réalité, aucun homme n’est une île et l’effet de réseau est extrêmement puissant.

Une personne seule n’a qu’un cerveau, 2 bras, 2 yeux, 2 oreilles et deux jambes. Ce qu’elle peut accomplir est limité, physiquement parlant. Mais ensemble, en réseau, l’homme peut soulever des montagnes.

Bien des gens ont fait fortune grâce à leur réseau. Connaître des personnes clés dans différentes sphères et domaines, peut démultiplier la puissance de ses actions. Un solide réseau de contacts apporte vraiment beaucoup d’avantages.

Et celui qui a un réseau de contacts solidement établi aura toujours une longueur d’avance sur l’homme isolé.

Entre un diplôme et un solide réseau de contact, je choisirais le réseau de contact 100 fois plutôt qu’une. Bien des gens deviennent de solides entremetteurs et dégagent des profits exhorbitants grâce à leur réseau de contacts. Évidemment, la qualité du réseau dépend de la qualité des gens qui en font partie.

On n’a qu’à penser à n’importe quel influenceur notamment. On dit souvent que pour devenir millionnaire, ça ne prend qu’un million de personnes qui vous donnent 1$… les réseaux sociaux et les influenceurs font levier de cette adage.

4. Il suffit de connaître un seul bon truc de magie pour devenir riche

Il y a une grande merveille mathématiques qu’on appelle « l’intérêt composé ». En gros, c’est l’argent que l’argent fait et l’argent que l’argent de l’argent fait et ainsi de suite. C’est comme une boule de neige. On lui donne de l’argent. Elle fait des intérêts. On réinvestit les intérêts et l’argent et ses intérêts font des intérêts. Si on fait ça suffisamment longtemps, les chiffres deviennent « magiques ».

On peut par exemple, transformer un investissement de 100$ par semaine en 1M$ de dollars en moins de 40 ans en l’investissant à la bourse à long terme. C’est ainsi que 208,000$ d’épargne deviennent 1M$, soit 5 fois plus.

La magie de l’intérêt composé n’est pas à sous-estimer. D’ailleurs, tout jeune adulte devrait se donner comme objectif d’épargner au moins 100k$ pour ses 30 ans. S’il le fait et qu’ensuite il cesse d’épargner et laisse la magie de l’intérêt composé faire son travail, à 65 ans il sera millionnaire (selon un rendement composé de 7%).

5. Travailler c’est pour les cons

Je sais je sais… je travaille et vous aussi… ce n’est pas gentil de dire ça. Mais, c’est malheureusement vrai.

On a un nombre d’heure limité dans une semaine et aux dernières nouvelles on ne peut toujours pas être à plus d’un endroit en même temps. En conséquence, les revenus qu’on peut générer en tant qu’esclave-salarié sont forcément limités.

Alors que celui qui devient employeur peut engager des bras et des yeux et des jambes et des cerveaux autant qu’il en veut… et prendre du profit sur le travail des esclaves… Employeur est un statut préférable à celui d’employé.

6. Vaut mieux ne pas travailler plus fort mais travailler plus intelligemment

Combien de fois on a entendu « travailles fort et tu vas y arriver ». Rien n’est moins vrai. Tellement de gens travaillent fort et y arrivent-ils?

Le fait est qu’il est préférable de travailler plus intelligemment car il y a bel et bien des tas de gens qui se tuent à la tâche chaque année.

Repenser les systêmes, les réinventer, penser à l’extérieur de la boîte, innover, chercher des solutions alternatives, voilà comment on peut travailler plus intelligemment.

Par exemple, un enseignant devant une classe de 30 personnes doit répéter encore et encore, année après année, les sempiternelles même choses à des petits groupes d’élèves. On doit engager des milliers de professeurs qui doivent répéter encore et encore le même discours à des centaines de milliers d’élèves… ou alors on prend le meilleur enseignant, on enregistre son cours et on le donne à tous les élèves de la province. On passe de milliers d’enseignants de mathématiques à un seul. Oups…

Ça décrit bien la société du « winner takes all »… la société d’aujourd’hui et de demain. Aussi bien les y initier.

Personnellement, je préfère apprendre l’astronomie avec Hubert Reeves qu’avec Jean-Yves… et la physique avec Einstein plutôt qu’avec Jocelyne… et vous?

Quand j’étais à l’université, je me rappelle que beaucoup de mes collègues de classes se plaignaient d’étudier pendant des jours et des jours entiers à la veille d’un examen… souvent dans un café étudiant, avec des écouteurs et de la musique sur les oreilles. Ils étudiaient « forts » qu’ils disaient. Où buvaient-ils du café en écoutant de la musique?

Personnellement, j’étudiais rarement plus d’1h30 pour un examen, en général la veille ou le jour de l’examen, dans le silence absolu… isolé de tous généralement en concentrant des concepts en mots-clés et en m’assurant de comprendre plutôt que de tout connaître par coeur. J’ai fini mon BAC avec une excellente moyenne… j’etudiais avec méthode et de façon intelligente. Mes notes de cours étaient prises en 4 langues en choisissant le mot le plus court pour exprimer une idée. C’était un genre de « sténo » que je m’étais inventé à l’époque.

J’étudiais plus intelligemment… pas plus fort.

Il en est de même avec mon travail. Depuis qu’on ne compte plus les heures, j’arrive en général à faire en 15h ce que les autres faisaient/font en 40h. Apprendre à devenir efficace, à réfléchir avant d’agir, à optimiser ses méthodes pour optimiser ses résultats, c’est important.

Parfois, appliquer Pareto est aussi une bonne idée. S’il vous faut 2h d’étude pour obtenir B+ et 20h pour obtenir A ou A-, pour moi

Par exemple, si ton objectif est de devenir riche, l’important n’est peut-être pas d’obtenir de très bonnes notes et finir 1er de classe à l’école… après tout, il y a des enfants de 9 ans qui font des millions par an sur youtube à déballer des cadeaux et tester des jouets et des jeunes femmes qui font des millions par an sur onlyfans à se montrer les fesses dans des dessous sexy… je ne juge pas. Simplement, je ne suis pas certain qu’un doctorat est nécessaire pour réaliser cet exploit. Faire des squats et entretenir son popotin est probablement une meilleure approche. Cause et effet… cause et effet.

D’ailleurs, un de mes employés m’a dit un jour, peu de temps après que je l’aie embauché, qu’il se sentait plus à l’aise dans le travail et que la chaise commençait à prendre la forme de ses fesses.

Je lui ai dit « Cool! C’est la première étape. D’ici peu, ce seront tes fesses qui prendront la forme de la chaise! ».

7. Savoir quoi faire comment le faire et surtout le faire

Bien des gens passent leur vie à dire « je sais quoi faire et comment le faire », mais ils ne le font pas. Ils n’osent pas, remettent à plus tard, cherchent des raisons pour expliquer ou rationaliser leur inaction.

À la limite, je dirais qu’il vaut mieux faire quelque chose et ne pas savoir quoi faire ni comment que le contraire. Au pire on se plante, on apprend de nos erreurs, on s’améliore.

La clé du succès se trouve dans l’action.

Tu ne sais pas comment investir et accumuler 1M$ de dollars pour prendre ta retraite jeune? Pas grave… ouvre un compte de courtage Wealthsimple trade en suivant mon lien d’affilié (on se fera 10$ chaque) et dépose de l’argent dedans à chaque paye. Entre dans l’action. L’important c’est d’épargner. Le reste, savoir quoi faire et comment, ça va venir. Il y a plus de 800 articles sur le sujet sur ce site. >>> Wealthsimple Trade is Canada’s first $0 commission stock trading app – sign up now and you’ll get $10 to trade. https://my.wealthsimple.com/app/public/trade-referral-signup?code=LH_CVQ

4 Comments

  1. Agent 007

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.