Rendement de mes placements en 2020

On se rappellera longtemps cette année difficile. C’est aussi ma pire année en tant qu’investisseur.

Je sais, pour certains, ce fut une année qui a tout changé. Ils sont devenus millionnaires instantannés et j’avoue que ça me fait suer un peu. 🙂

Néanmoins, même si c’est ma pire année à ce jour, j’ai quand même eu un rendement positif supérieur à l’inflation. Ainsi, depuis 2013, mon rendement a été positif chaque année.

Comme j’ai plusieurs comptes auprès de plusieurs institutions financières, je ne peux pas simplement prendre le relevé de rendement de mon institution financière. J’utilise donc la spreadsheet de BogleHead qui tient aussi compte des entrées et sorties d’argent mensuelles.

Voici mes résultats :


Pas si mal!

4.2% de rendement cette année et 12.7% composé à long terme.

Cette année a clairement mis en évidence la surpondération de mon portefeuille au pétrole et la sous-pondération de celui-ci aux technologies.

C’est aussi en grande partie pourquoi j’ai modifié un peu mon approche, mais pas trop.

Mon portefeuille s’est avéré plutôt résilient à une pandémie et même mes revenus de dividende ont continué de croître, moins rapidement, mais la plupart des cies de mon portefeuille ont maintenu ou augmenté leur versement.

Toutefois, en effectuant mon réallignement cet automne, j’ai liquidé plusieurs titres stagnants et réutilisé cet argent pour investir dans des titres technologiques qui ne versent pas tous forcément de dividendes.

Ainsi, mon revenu de dividende est maintenant de 5210$, soit plus de 2000$ plus bas qu’en mars 2020.

Je parlerai donc à l’avenir de revenus passifs inférés je crois.

En date d’aujourd’hui, mon portefeuille vaut 225,000$. Selon un taux de retrait de 4%, je pourrais théoriquement tirer 9000$ de revenus en croissance de mon portefeuille. Et selon le taux que je vise (3.5%), on parle plutôt de 7875$.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.