Le top 15%

Mise en contexte

Depuis environ 2 ans, on entend davantage parler de finances personnelles et de liberté financière dans les médias de masse ainsi que la sphère grand public.

Il y a également une toute nouvelle génération de blogueurs qui tentent d’aller chercher une base d’adeptes grâce à leur page Facebook et leur chaîne YouTube.

Des livres furent également publiés et de nouvelles émissions de télévision ont fait leur apparition au petit écran.

Bref, on essaie, d’une certaine façon, de démocratiser le sujet et d’y intéresser les gens, le citoyen lambda.

C’est une noble intention, même si, comme dans beaucoup de groupes, en réalité, on se parle souvent entre nous et dans un cercle restreint d’initiés.

Ceci étant dit, la parution de tous ces ouvrages et histoires à succès pourrait laisser croire, à tort, à certaines personnes, que c’est facile d’atteindre l’indépendance financière à un jeune âge ou rapidement, que ce soit liberté 35, 40 ou 45.

Une grosse commande

Or, ce n’est pas vraiment le cas. Ça demande quand même des efforts, du travail, de la constance, une bonne planification, une bonne exécution, de la chance, etc. Et tout ça doit se perpétuer dans le temps, dans un horizon de 10-15 ans. Ce n’est pas du tout cuit dans le bec, dès le départ.

Ce n’est pas tout le monde qui acceptera de sacrifier du confort à court terme pour en tirer des bénéfices et en récolter les fruits à long terme. La pression de la société pour consommer et avoir un train de vie en fonction de ses revenus est forte. Vous allez aussi vous faire juger par vos proches (et vos moins proches) si vous leur parler de votre projet. De plus, la maladie pourrait survenir à tout moment et gâcher vos plans. Les séparations et pertes d’emplois peuvent aussi être de la partie, tout comme un bébé surprise! Et pourquoi pas une pandémie mondiale un coup parti?

Bref, il faut être fait fort et très déterminé pour suivre ce chemin pendant tout ce temps. Au final, il y aura probablement beaucoup plus d’appelés que d’élus.

Pour ma part, lors des dernières années, j’ai décidé de mettre les bouchées doubles et de m’assurer d’atteindre mes objectifs le plus rapidement possible. Mon leitmotiv ou mon idée maîtresse c’est qu’en accélérant la cadence dans l’atteinte de mes objectifs, j’amenuise le risque d’échec. Je diminue les probabilités qu’un événement négatif survienne dans les années suivantes et nuise à l’accumulation du capital nécessaire à mon indépendance financière.

En termes simples, plus j’atteins rapidement mon objectif, moins j’ai de chance qu’un événement malencontreux se produise et vienne bousiller mes plans.

Je veux éviter de me faire piéger comme la truite de Schubert:

Vite, sauve-toi petit poisson!

Où est-ce que je veux en venir, c’est que si vous souhaitez atteindre l’indépendance financière hâtive, ça vous prend des nerfs d’acier et un plan bien structuré.

C’est aussi une chose d’atteindre cette indépendance financière, mais encore faut-il être prêt mentalement à accueillir et apprivoiser cette toute nouvelle liberté.

La liberté ce n’est certes pas de ne rien faire, mais de choisir ce qu’on veut faire, quand, comment, avec qui, etc.

Pour ma part, je fais également parti d’un groupe de discussion privé de gens ayant déjà atteint la liberté financière ou bien en processus dans ce cheminement. Ça permet d’échanger des idées et de garder la motivation d’une certaine façon.

Bref, pour atteindre l’indépendance financière, à mon avis, il faut faire parti de quelque chose que j’appelle le top 15%.

Attention, je ne parle pas ici d’un groupe de super élite, mais simplement de personnes ayant un profil particulier leur permettant de cocher le plus de cases possibles nécessaires à l’obtention de l’indépendance financière à un jeune âge.

Examinons-en quelques unes.

Revenus

Au niveau des revenus, pour faire du top 15% des grands salariés au Québec, vous devez gagner approximativement plus de 75 000$ par année.

Ça équivaut à travailler à 40$/h à temps plein ou gagner 1450$/semaine.

Ce n’est quand même pas à la portée de tous, surtout en début de carrière!

Il y a des métiers plus payants que d’autres.

En voici une liste.

Deviendrez-vous capitaine de navire à 80 000$/an? En autant que ce ne soit pas le Titanic… Iceberg financier droit devant!

Dépenses

Pour ce qui est des dépenses, on détermine à 18 000$ la mesure du panier de consommation (MPC) correspondant à un niveau de vie de base.

En gros, ça représente un budget de dépenses de consommation de 350$/semaine.

Si vous êtes dans cette limite, vous faites probablement parti du top 15%.

Quant au niveau de revenu viable minimum, il s’établit entre 23 000$ et 27 000$ en moyenne, selon les régions, et en fonction de la présence ou non de transport en commun.

Épargnes

Si vous souhaitez savoir dans combien de temps vous pourriez atteindre l’indépendance financière, vous pouvez utiliser le calculateur Networthify.

En moyenne, les salariés canadiens (et américains) vont épargner 6,2% de leurs revenus disponibles.

Si vous souhaitez faire parti du top 15% des super épargnants, vous devriez plutôt épargner plus de 50%, voire 60%, de vos revenus disponibles.

Et même à cela, vous pourriez en avoir facilement pour 12 à 15 ans avant d’atteindre vos objectifs!

Q.I.

C’est une évidence que dans le mouvement de l’atteinte rapide de l’indépendance financière, beaucoup de gens sont très intelligents.

Pour faire parti du top 15%, vous devez avoir un Q.I. supérieur à 115.

Dr Arruda veut aplatir la courbe!

Disons que ça donne une chance, même si le jugement demeure un incontournable!

Personnalité

Si vous faites parti des introvertis, qui représentent +/- 33% de la population, vous avez plus de chance d’atteindre votre objectif comme l’explique cet article.

Les gens rationnels, ayant une facilité avec les chiffres, possédant un bon sens de l’organisation, étant disciplinés et avec une grande confiance en eux sont des bons candidats potentiels. Il faut aussi avoir un certain optimisme en l’avenir.

On retrouve souvent beaucoup de gens reliés aux domaines de la finance, de la gestion, de l’ingénierie ou de l’informatique dans le mouvement de l’indépendance financière hâtive.

M. Marché

Je pourrais aborder différents aspects ici, mais je vais me contenter de dire que, malgré la pandémie, les marchés financiers nord-américains ont connu une belle progression depuis la crise financière des subprime en 2008-2009.

Le S&P 500, via le fond indiciel VOO, a connu une performance de 13,93% lors des 10 dernières années.

Le TSX 60, via le fond indiciel XIU, a connu une performance de 6,03% lors des 10 dernières années.

Pour une personne investie 50%-50%, ça donne un rendement moyen de 9,98%.

Ça, si ce n’est pas de la chance, un rendement moyen avoisinant les 10% annuellement, je ne sais pas ce que c’est!

Un chausson aux pommes avec ça?

Chacun son talent

En conclusion, même si vous n’avez pas la fibre sportive, artistique ou entrepreneuriale, vous pouvez tout de même arriver à des résultats impressionnants en ce qui concerne l’atteinte de l’indépendance financière à un jeune âge.

Cependant, il serait faux de prétendre, pour toutes les raisons mentionnées ci-haut, que c’est un projet à la portée de tous et facile à réaliser.

Pour certaines personnes, ce sera le plus gros projet de leur vie. Ça demande quand même une bonne dose de travail et de courage.

Ceci étant dit, la bonne nouvelle c’est que plus vous accumulerez de capital, plus vous progresserez, et plus l’atteinte de votre objectif sera facile! C’est le grand principe de l’intérêt composé.

Au final, ferez-vous parti des élus ou bien serez-vous piégé comme Die Forelle?

8 Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.