Je pourrais vivre dans la rue

Faire le point
L’autre soir, je réfléchissais un peu à ma vie.  Pas au sens de la vie, ni aux grandes questions métaphysique, mais tout simplement à MA vie.

Je pensais au chemin parcouru, où j’en suis rendu, ce que j’ai fait, ce que je n’ai pas fait, ce que j’ai choisi, ce que je n’ai pas choisi, ce que je possède, ce que je ne possède pas, etc.  Vous voyez un peu le portrait…

Bref, un peu comme à toutes les années qui se terminent et où l’on trace un bilan.  Je me fixe toujours quelques objectifs pour orienter mon année, mais jamais de grandes résolutions tenant plus de souhaits à l’univers que d’un projet réaliste bien structuré!

Par contre, dans mon cas, s’opérait aussi un changement de dizaine, ce qui offre un second incitatif à réfléchir à la prochaine décennie!

À ce stade, le constat un peu surprenant et atypique auquel j’arrive est que si ce n’était pas de quelques facteurs ou de certains points d’ancrage assez solides je pourrais vivre dans la rue.  D’ailleurs, j’ai déjà un peu la tronche… M’ouais.

Oh think twice, because it's just another day for you and me in paradise

Je sais que ça étonne, dis de même, mais je suis très sérieux.

Je vous explique pourquoi.

Chance #1
Depuis tout jeune, je n’ai jamais eu de grand plaisir à fréquenter l’école.

Tout d’abord, parce que cela m’obligeait à quitter mon domicile, me lever tôt pour suivre un horaire stricte, respecter un certain code vestimentaire, côtoyer d’autres personnes que je ne choisissais pas, suivre le cursus pédagogique imposé, bref, à accepter de vivre beaucoup de petites brimades à ma liberté et de contacts sociaux forcés pour le jeune homme réservé et solitaire que j’étais à l’époque et que je suis encore.  

C’est difficile à expliquer, mais c’est une certaine forme de torture mentale et de supplice de la goutte d’eau.  Je ne peux pas vous dire à quel point ça m’a débiné qu’on m’impose de faire des exposés oraux et de l’art dramatique devant la classe… 

Tu n’aimes pas les olives noires?  Ok, parfait, alors te voici obligé d’en avaler une grosse canne en entier sur le champ!

Olives noires dénoyautées 398 ml - Olive | Mayrand
Des olives noires, yark! Ça goûte le yable!

Je n’ai jamais pensé à lâcher l’école parce que je réussissais correctement, j’aimais bien apprendre, de façon générale, et j’avais de l’aide à la maison pour mes leçons et devoirs, mais entre vous et moi, j’aurais préféré rester chez moi à faire mes trucs (et aussi pouvoir me lever plus tard le matin)!

Chance #2
Une fois rendu sur le marché du travail, j’ai eu l’opportunité de trouver un emploi sur la ferme familiale, où je pouvais travailler en solitaire, et dans un environnement favorisant mes capacités sans avoir un patron sur les talons ni suivre des réglements strictes d’entreprise.

En prime, avec le temps, j’ai réussi à mettre sur pied mon entreprise saisonnière me permettant de gagner mon argent sur 6 mois puis de pouvoir me concentrer sur d’autres projets et aspects de ma vie durant l’hiver.

Chance #3
Lors de mon adolescence, j’ai vécu une grosse déprime et eu une traversée du désert suite à ma première rupture amoureuse douloureuse à l’âge de 17 ans.  Je pensais alors de finir ma vie seul… Ça démontre à quel point notre champ de vision et de réflexion est parfois rétréci lorsque ça va mal! On se concentre trop sur nos maux à court terme et on fait l’erreur d’extrapoler ça dans le futur.

Lorsque j’y repense, j’ai probablement fait une dépression. À l’époque, je n’ai pas vraiment demandé d’aide et je m’en suis sorti avec le temps, lorsque les blessures ont cicatrisées.

Je n’ai jamais été quelqu’un de populaire, athlétique ou charismatique, alors forcémment c’est plus difficile de rencontrer des membres de la gente féminine dans ces conditions.

Par contre, les circonstances ont fait que j’ai rencontré ma conjointe actuelle 4 ans plus tard.  On est ensemble depuis bientôt 10 ans et je n’y aurais jamais crû auparavant.

C’est ben pour dire!

Chance #4
Par la suite, j’ai eu l’opportunité d’être sensibilisé tôt, grâce à mon père, à l’entrepreneuriat et à l’investissement boursier. Cela m’amena à m’y intéresser progressivement et commencer à faire fructifier mon argent dès mon jeune âge.

Durant mes études secondaires, j’avais quand même réussi à mettre de côté quelques milliers de dollars et les investir dans des fonds communs de placement avec l’aide d’un conseiller financier.

Pas pire pour un jeune!

Au cours de mes études universitaires, mon père m’a aussi aide à partir ma propre petite entreprise de déneigement.

Chance #5
Je n’ai jamais été une personne qui éprouvait un besoin matériel insatiable.

Au contraire, pour moi, l’équation est simple: posséder moins, c’est avoir plus!

Moins d’objets = plus d’argent, plus de temps et plus de liberté!

Lorsqu’on porte moins attention à l’aspect esthétique des choses et qu’on se concentre davantage sur les aspects fonctionnels et pratiques de ceux-ci, rapidement le qualitatif prend le dessus sur le quantitatif. Après réflexion, on se rend compte qu’on a pas besoin de grand-chose pour réussir à vivre convenablement, voire fort bien.

C’est important de briser le cycle du schème de pensée du: «J’achète, donc je suis» qui procure un sentiment de satisfaction éphémère, mais une implication financière négative et pernicieuse à long terme.

Comment Jacob Lund Fisker, l’auteur du livre Early Retirement Extreme, s’est sorti du consumérisme. De 1:00 à 6:25

Chance #6
Prendre un coup, comme on dit en bon québécois (Tokébecicitte), a toujours fait parti de nos traditions familiales! Par contre, on n’est pas des animaux, alors on ne boit pas avant 10h! Du bord de mon père, plusieurs membres de ma famille (oncles, grand-père, cousins) sont des alcooliques fonctionnels. Malgré ça, ceux-ci ont connu ou connaissent de belles carrières et du succès en affaire!  En fouillant un peu, j’ai retrouvé une photo sur laquelle mon papi me fait boire des petites gorgées de sa bière à ma fête de 7 ans!  Dans le temps, en région, c’était normal!  

Le problème c’est que j’y ai pris goût et que, depuis mon enfance,  j’ai toujours bien aimé la bière! Je me souviens encore que, pendant le temps des fêtes, je me faufilais discrètement dans la chambre froide au sous-sol pour piger dans la caisse de 24 de Laurentide du grand-père!  Cependant, vers 12-13 ans, après une bonne journée de travail, à rentrer son bois de chauffage, celui-ci nous offrait la bière! Pour lui c’était normal, car dans son temps, à cet âge, les garçons commençaient à prendre des responsabilités d’Homme! Les responsabilités arrivaient plus tôt dans la vie.

Pin on Sweet drink
Ah, la Laurentide! Mon grand-père la buvait tablette directement à la bouteille. Oui, m’sieur!

Par contre, ce n’est pas le breuvage le plus santé vous en conviendrez. On est loin de la petite tisaine Orange Pekoe en soirée, pendant la partie de Crible, devant le feu de foyer!  

De fil en aiguille, j’ai développé un réflexe de boire un peu à tous les soirs, seul ou accompagné, et de plus en plus par habitude plutôt que de façon occasionnelle et circonstancielle.

Ouin, vous commencez à comprendre…  

Avec le temps, je trouvais ça un peu problématique et vers la mi-octobre je me suis dis que j’allais prendre une pause d’alcool pour reposer mon corps. 

D’ailleurs, je suis toujours dans cette pause et j’ai été capable de «décrocher» sans trop de difficulté, mais avec beaucoup de volonté quand même. Pour le moment, j’y vois plus d’effets positifs que négatifs. Entre autre, la qualité de mon sommeil s’est considérablement améliorée.

Cependant, je me suis rendu compte que l’alcool me servait d’exutoire et me permettait de contenir une certaine forme d’énergie puissante en moi que je n’étais plus en mesure de libérer grâce au sport suite à ma blessure au dos en 2016… L’écriture et la marche me permettent d’évacuer un peu ça, mais je devrais trouver d’autres moyens également de gérer le tout à long terme.

Dans Othello, y’a une phrase au sujet d’un ivrogne : « Être à présent un homme sensé, tout à l’heure un fou et bientôt une brute ». Ca résume à peu près tout.

Quel avenir?
Fondamentalement, je ne suis pas une personne fait pour vivre et m’émanciper en société selon les attentes ou les standards de cette dernière et au rythme qu’elle impose.

Je me sens bien lorsque je suis dans des situations familières, dans un environnement connu et avec un nombre limité de contacts sociaux.  Trop d’interactions dans une journée m’épuise et me draine beaucoup d’énergie

À la base, je suis juste un gars qui veut faire les choses qui l’intéressent, à sa façon, à sa vitesse, dans son environnement et sans se faire écoeurer!

Or, dans la société où nous vivons, ce que le 8 à 4 et le métro-boulot-dodo nous impose n’est pas conçu pour moi.  C’est pour ça que j’aurais de la difficulté à m’épanouir comme employé (numéro) dans une entreprise traditionnelle.

Sans vouloir stigmatiser ou catégoriser les gens vivant dans la rue, mon désir de liberté, mon dédain des conventions sociales, ma profonde nature solitaire, ma libre expression, ma difficulté à entretenir des contacts sociaux, mon inconfort à me confier ou demander de l’aide et mon amour de la picole font de moi un bon potentiel candidat à vivre dans la rue, pauvre monétairement parlant, mais libre dans ma tête et de mon temps.

Diogène de Sinope — Wikipédia
Diogène de Sinope dit le Cynique, Philosophe Grec de l’Antiquité, méprisait les conventions sociales, vivait dans une grande jarre en compagnie de chiens et mendiait pour survivre.

Alexandre le rencontrant un jour lui dit : « Je suis le grand roi Alexandre ». Diogène alors se présenta : « Et moi, je suis Diogène, le chien. » On lui demanda pourquoi il était appelé le chien : « parce que je caresse ceux qui me donnent, j’aboie contre ceux qui ne me donnent pas, et je mords ceux qui sont méchants.

Diogène de Sinope

Par contre, pour le moment, ce n’est pas le cas et je crois que je dois remercier ma bonne étoile, d’une certaine façon, mais je ne prends rien pour acquis, car tout part en couille parfois si vite dans la vie! Comment se finira cette histoire? Je n’en ai aucune idée! De temps en temps, la vie nous surprend.

Par contre, même si je me sens globalement en contrôle, je vous mentirais si je vous disais que je n’ai pas un peu peur.

Choisir son avenir. Choisir la vie. Pourquoi je ferais une chose pareille? J’ai choisi de pas choisir la vie. J’ai choisi autre chose. Les raisons? Y’a pas de raisons. On n’a pas besoin de raisons quand on a l’héroïne!

Lorsque j’étais gosse, mon premier boulot consistait à ramasser les canettes vides. Qui sait, un jour, si jamais vous me croisez avec mon chien au coin d’une rue, à demander du change aux passants, ayez une petite pensée pour moi et soyez indulgent!  

Après tout, j’aurais déjà été l’un des vôtres!

Votre humble serviteur,

Les personnes sans abri et leurs chiens | Les Chiens et leurs humains
La relation entre l’homme et l’animal est forte!

3 Comments

  1. Jean-Philippe Jacques
  2. Fclr

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.