La valeur des ressources

Pour ceux qui me connaissent, vous savez que je n’aime pas le gaspillage.


Ce n’est pas non plus dans ma nature de surconsommer et de me débarrasser  rapidement de mes objets.


J’essaie de donner une 2ème vie aux objets ou de les refiler à quelqu’un qui s’en servira.


Dans notre monde, tout est ressources et échanges.  Que ce soit du temps contre de l’argent, de l’argent contre des objets, des objets contre des objets ou du temps contre du temps.


Dans le monde du travail capitaliste moderne, les gens vont surtout échanger leur temps (semaine de travail) contre de l’argent (paie).


Entre amis, vous pouvez échanger du temps contre du temps par exemple en allant peinturer la clôture de votre ami, alors que celui-ci vient faire votre gazon en échange. Vous pouvez aussi garder ses enfants tannants et celui-ci peut sarcler votre jardin. Vous pouvez même échanger vos conjointes, mais je ne devrais pas m’aventurer en terrain… glissant! Bref, tant de possibilités! 


Le troc, échange d’objets contre objets, est plus rare et moins commun de nos jours.  Par contre, il fût une époque où c’était une façon courante de procéder au niveau transactionnel.  Le poissonnier du village pouvait échanger 1 truite mouchetée au boulanger du village en échange de 2 miches de pain et vice-versa. 

Selon la disponibilité des ressources et la valeur du temps investi dans la fabrication ou transformation du produit, les quantités échangées peuvent varier. 

Dans l’exemple précédent si la population de truite mouchetée est temporairement affectée par une mortalité plus élevée durant une année donnée pour une quelconque raison, alors sa valeur va augmenter si la demande reste constante et le poissonnier voudra alors l’échanger contre davantage de miches de pain qu’auparavant, peut-être 3-4!


Pour en revenir aux ressources, il y a plusieurs façons de considérer ce qui nous entoure.


Un exemple banal… un arbre! Est-ce qu’il y a quelque chose de plus commun que ça?


Vous pouvez considérer cet élément de la nature de plusieurs façons que ce soit esthétique, environnemental, mercantile ou de subsistance.


Et la vision que vous aurez de cet arbre risque de teinter vos actions et la valeur réelle que vous accordez à ce dernier.

Si votre point de vue est surtout environnemental, vous calculerez sa valeur carbone ainsi que les bienfaits qu’il apporte à tout l’écosystème ambiant.


Si vous regardez cet arbre d’un point de vue mercantile, celui-ci peut possiblement servir à faire du bois de chauffage ou de la planche de construction.  Vous pourrez alors l’utiliser pour vous (au lieu d’en acheter) ou bien le revendre à autrui.


Si vous regardez cet arbre d’un point de vue de subsistance, vous pourriez vous nourrir des fruits ou noix qu’il produit ou des champignons qui poussent dessus (ex: Chaga) ou encore de l’eau qui s’y écoule dans le cas d’un érable. Cette même eau peut aussi être chauffée et transformée en un produit d’érable qui aura alors une plus grande valeur et dont la conservation pourra perdurer plus longtemps.


Autres exemples: Dans le cas d’un poulet, allez-vous récupérer la carcasse pour faire un bouillon avec?  Pour ce qui est de la courge, allez-vous récupérer les graines pour les semer dans votre jardin?  C’est ce qui fera la différence entre optimiser ou non une ressource et à quelque part c’est une question de respect de l’aliment ou du produit.


Par ailleurs, vous devez être conscient que certaines ressources que vous consommez, par exemple du boeuf, exigent beaucoup de ressources sous-jacentes (eau, grains, foin, terres, main-d’oeuvre et énergie) pour arriver à en produire.  Manger directement les grains produits est beaucoup plus optimal que de s’en servir pour nourrir la bête et ensuite manger la bête!

Le comble du gaspillage est lorsque vous laissez la ressource produite se dégrader avant de l’utiliser ou de la consommer. C’est un total manque de respect!


Bref,  pour une même ressource, le potentiel, l’impact et la valeur différeront en fonction de la vision que vous en avez, de la valeur qui vous pouvez ajouter et de vos besoins.


De plus, la valeur de certaines ressources diffère dans le temps.  Par exemple, plus vous vieillissez et plus vous devriez accorder une grande valeur au temps, car vous en disposez de moins au fur et à mesure que le sablier de la Vie progresse.


Il y a certainement de quoi réfléchir à propos de la liberté financière et de l’utilisation que nous faisons des ressources qui nous entourent!

En terminant, je vous laisse sur une réflexion de M. Rodolphe de Koninck sur le coût réel des choses.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.