Bilan mensuel : septembre 2020

Entre 2024 et 2026 au plus tard, lorsque j’aurai 43-45 ans, j’aurai 425000$ en investissements dans mon fonds de liberté. Cela s’ajoutera à la valeur de rachat de mon fonds de pension, au fait que mon hypothèque sera soldée et que toutes mes dettes seront payées.

Pour y arriver, je vise épargner 22000$ par an dans mon fonds de liberté en plus d’environ 18% de mon salaire (avec l’aide de mon employeur soit encore +/- 22k) dans mon fonds de pension.

Je fais aussi des paiements accélérés et des doubles versements hypothécaires sur ma maison (remboursement de +/-14500k/an).

Évidemment, comme j’ai 2 jeunes enfants, j’épargne aussi pour leurs études dans le REEE et je vise leur accumuler 100k chacun pour leur 20 ans.

Au final, j’estime que ma valeur nette dépassera le million dans 5 à 6 ans grosso modo. J’aurai alors atteint MA liberté financière. À chacun son chiffre.

Voyons où j’en suis par rapport à mon objectif.

  • Valeur du fonds au 30 sept : 189500$ vs 165436$ en sept 2019 (+24064$)
  • Valeur du REEE : 33142$ vs 28465$ en sept 2019 (+4677$)
  • solde hypothécaire : 19950$ (ma part) vs 28k en sept 2019 (-8050$)
  • Solde dettes personnelles : 33971$ (incluant rénos, roulottes et visa) vs 24900$ en sept 2019 (+9071$)

Mon fonds de liberté fait du surplace en 2020 et pourtant, j’ai déjà épargné 23300$ depuis le 1er janvier. Mais si on le compare à sept 2019, j’ai ai moins ce que j’avais plus mes épargnes depuis janvier 2020…

Considérant que j’investis dans des titres plus conventionnels et qu’on est loin d’être sortis du bois, je suppose que je devrais me réjouir, mais sur le plan de la motivation, j’avoue que ça fait suer!

Mes revenus de dividendes aussi stagnent. Ils sont de 7100$ présentement. Considérant la crise, je suis plutôt satisfait que les revenus tiennent mais ça ne bouge pas fort non plus cette année.

Fait nouveau, j’ai décidé de commencer à diversifier un peu mon approche et sans changer drastiquement ma ligne de conduite (investissement DGI), je vais commencer à investir davantage dans des titres dits « croissance ».

On m’a souvent reproché au fil des années de n’investir que dans de vieilles cies et de passer à côté de beaucoup de croissance.

Je dirais que c’est vrai, mais qu’il ne faut pas non plus sous-estimer de vieilles compagnies comme Coke, CN, McDo, Johnson & Johnson, Procter & Gamble etc…

Plus de 90% du rendement historique boursier provient de ces grandes compagnies endormantes qui versent des dividendes en croissance année après année, qui peuvent se permettre de refiler l’inflation (notre pire ennemi) à leurs clients, qui ont des avantages concurrrentiels importants et des millions ou milliards de clients récurrents.

Néanmoins, je ne peux nier que le capitalisme 3.0 fait comme un vortex et la pandémie vient bien l’illustrer. Ces « nouvelles » cies virtuelles siphonnent les revenus de biens de compagnies traditionnelles en ce moment et il est clair que d’avoir un modèle d’affaire capable de résister à une pandémie ou à tout autre événements d’importance est définitivement un plus.

J’en dirais plus à ce sujet prochainement lorsque je publierai mes achats du mois. Plusieurs de ces achats sont plus spéculatifs mais toujours faits dans une optique de buy and hold.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.