Pourquoi ça semble toujours être le mauvais moment d’investir?

Il y a un peu plus de 7 ans, en 2013, j’ai décidé que j’en avais assez du 9 à 5 et que je n’allais pas continuer comme ça jusqu’à 65 ans. J’ai donc échaffaudé un plan pour m’extraire du système en 12 ans.

Mais, en 2013, le marché avait déjà fait une belle remontée. J’ai donc longuement hésité avant d’acheter des actions…. Et si je mettais tout en cash afin d’attendre le prochain crash!

Quelle erreur cela aurait été!

Au fil des années, je me suis encore demandé à de nombreuses reprises si c’était encore le bon moment d’investir et l’apogée est clairement venue en mars 2020.

Pourtant, malgré les hauts et les bas de la bourse, je n’ai finalement jamais cessé d’acheter des actions de grandes cies, de chercher la valeur à travers les milliers de compagnies listées en bourse.

Le fait est qu’il est très rare qu’on considère que c’est le bon moment d’investir.

Mais le fait est aussi que le temps dans le marché est au final beaucoup plus important que de timer le marché.

Évidemment, lorsqu’on regarde un graphique de la bourse, il est facile de se dire « j’aurais du hypothéquer ma maison et me mettre all-in telle date »! Il est aussi facile de se dire, humm si j’avais tout vendu à ce moment là, j’aurais eu un meilleur rendement!

Il est clair que si nous pouvions avoir ce pouvoir de clairvoyance, on changerait bien des choses à notre vie et à nos choix en matière d’investissement, mais malheureusement, pour ma part, je n’ai pas ce pouvoir.

Quoiqu’il en soit, j’ai réalisé au fil du temps que d’acheter par petits montants, en choisissant la valeur, m’aura permis de bien m’en tirer. Mon rendement composé à ce jour depuis 2013 était de 10.76% fin août 2020. Ça colle au rendement du sp500.

Ce n’est pas extraordinaire, mais avec un tel rendement, on double nos épargnes tous les 6@7 ans.

Aujourd’hui, alors que la bourse atteint des sommets, alors que 10 cies valent autour du tiers de l’indice SP500, que le coronavirus est toujours présent à faire des ravages dans nos vies mais aussi dans l’économie, on peut vraiment se questionner à savoir si c’est le bon moment d’investir.

C’est légitime… Mais personne n’a la réponse.

Quand on investit on devrait pourtant toujours avoir un horizon à long terme. On choisit des titres parce que ce sont de grandes cies avec des avantages concurrentiels qui devraient se maintenir dans le temps, on devient copropriétaire de ces entreprises donc il faut tenter de penser plusieurs années d’avance et ignorer le bruit du court terme.

Il est clair que nous vivons des moments uniques. Mais, dans le passé il y a aussi eu des guerres, des pandémies, des crashs monumentaux et à travers tout cela, sur le long terme, l’humain a su croître et améliorer ses technologies et sa productivité.

Je ne suis pas le gars le plus positif et je ne gagnerai certainement pas un concours de sourire. Mais il y a des choses à propos desquelles j’ai toujours été un optimiste et l’une d’elle est la résilience humaine, son instinct de survie et sa volonté de toujours vouloir améliorer les choses.

Jamais je n’investirais 100% de mes épargnes sur un seul cheval en une seule transaction. Mais, je considère que de répartir mes épargnes à travers plusieurs titres, sur une échelle de plusieurs années me protège au moins partiellement contre mon ignorance.

Je ne sais pas de quoi l’avenir est fait. Mais, je sais que dans le présent, il existe toujours des opportunités pour celui ou celle qui entraîne son oeil à les voir.

Depuis le crash de mars 2020, j’ai investi près de 18000$ dans le marché. Je pense que ça témoigne de mon optimisme pour le long terme, puisque cela représente plus de 82% de mon objectif d’épargne pour l’année.

12 Comments

  1. bazoo
    • Dom
  2. Petes
  3. Petes

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.