Parcours de vie

Ce soir, je m’amusais à écouter Aurélien Barrau discourir à propos de l’univers, de la théorie des cordes etc… Oui, je m’amuse de drôles de choses, je sais.

Et son nom ressemble à celui d’une personne que j’ai connu il y a longtemps… J’ai alors eu envie de faire des recherches et de fils en aiguilles, je suis retombé sur des amis du passé dont deux avec qui j’ai fait mes études universitaires.

Sur un petit noyau de 4 personnes, ces deux amis sont devenus enseignants à l’université et chercheurs. Beau taux de réussite! J’étais bien positionné à l’époque pour suivre la même voie (maîtrise, doctorat etc) mais alors que je commencais la maîtrise, plusieurs choses se sont produites dans ma vie et j’ai décidé de tout plaquer.

Ils ont essayé de me ramener… mais pour moi c’était fini, terminé, la passion était éteinte pour ce domaine et je me voyais difficilement poursuivre mes études de 2ème cycle dans quelque chose qui au final ne me rejoignait plus…

Ce qui est quand même étrange c’est qu’au final j’aurai fait carrière partiellement dans ce domaine malgré tout…

De les revoir en ligne donner des cours m’a fait réaliser que j’aurais peut-être (ou pas) pu me trouver dans la même situation qu’eux aujourd’hui… à écrire avec eux, faire des recherches avec eux, enseigner avec eux etc… On avait du fun à « philosopher » autour d’une bière à l’époque et certaines de leur publications sont directement liées à des thèmes qu’on discutait ensemble.

J’ai envoyé un courriel à l’un deux… bouteille à la mer… on verra s’il me répond. Ça fait quand même 16 ans qu’on ne s’est pas parlé. Il ne se rappelle peut-être plus de moi ou bien il s’en fout… On verra bien.

C’est un petit moment de nostalgie et je me rends compte, bien que j’avais oublié, que ce sont deux personnes qui me manquent. On a perdu contact… en fait, je suis juste disparu dans la brume sans garder contact… J’avais besoin d’une coupure et je suis parti vers d’autres projets. Et, la vie passe si vite… on s’occupe, on a notre job, notre copine, notre famille, un ou deux amis proches et il ne reste plus de temps pour les autres.

Ça et le fait que je suis vraiment nul à chier pour entretenir des relations… my bad!

Au final, ils auront très bien réussi dans la vie et ça me fait plaisir. Ils ont fait des recherches ensemble et ils ont publié des papiers et j’avoue que ça m’a fait un petit pincement au coeur de voir ça… la jalousie c’est un sentiment humain non? 🙂

Mais étant humain, ça me rappelle aussi ce à quoi j’ai renoncé… des amitiés certes et une carrière qui aurait pu (ou pas) être plus intéressante que celle que j’ai aujourd’hui.

C’est fou pareil comment une simple petite décision prise sur un coup de tête (j’ai abandonné en plein projet de recherche le prof qui me backait pour ma maîtrise) m’aura amené sur un parcours de vie totalement différent. En quittant, j’ai en quelque sorte signé mon « arrêt de mort » car ce prof était très influent dans le milieu et très en colère contre moi d’avoir abandonné…

Mais au final, je ne peux pas regretter ce choix.

J’étais jeune, 22 ans tout juste, je manquais de confiance en moi et de maturité. J’avais des choses à régler avec moi-même (victime d’intimidation à 12-13 ans) qui notamment étaient à la base des choix de carrière que j’avais fait et ça me sautait à la figure d’un coup…. je n’étais pas là dans ce domaine pour les bonnes raisons. J’essayais au fond de comprendre ce qui m’était arrivé en 1993 et pourquoi ça m’était arrivé… quand j’ai eu 12 ans et que j’ai perdu ma naïveté à coup de pieds dans les côtes et à coup poing dans les dents… sans raison concrète…

Si j’avais poursuivi ma carrière dans ce domaine aurais-je même rencontré la femme qui partage ma vie? Enseignant à l’université dans des classes de 110 femmes pour 10 hommes… ishhh… il est probable que non…

Aurais-je même envisagé la retraite jeune?

Après tout, cet ardent désir de me libérer me vient du fait que je me sens drôlement coincé dans un carcan d’insatisfactions depuis longtemps, insatisfactions que j’ai appris à tolérer en sâchant qu’il me reste de moins en moins d’années à tenir.

Si j’avais poursuivi dans cette voie je n’aurais probablement pas connu mes enfants, deux des plus belles choses que la vie m’aie apportée.

Je ne peux pas regretter c’est choix mais parfois, j’aurais envie, l’espace d’un instant, d’être comme Jeff Winston dans l’excellent roman Replay de Ken Grimwood (si vous avez un roman à lire il faut que ce soit celui-là!!) et de pouvoir revivre ma vie des dizaines de fois et d’essayer toutes les possibilités de parcours, de tester toutes les options juste pour voir…

Car il y a des choix charnières qu’on fait dans notre vie qui ont une influence majeure sur la suite des choses. Parfois on fait des choix mûris, d’autres fois on les fait plus sur auto-pilote.

Et beaucoup de ces choix déterminants sont faits alors que nous n’avons pas nécessairement la maturité requise ou la connaissance de soi nécessaire pour faire les meilleurs choix.

J’approche 40 ans et je suis définitivement une personne très différente de celle que j’étais à 22 ans. Il est totalement évident que si je me réincarnais dans mon corps de 22 ans mais en gardant mes connaissances actuelles, je ferais des choix très différents en bien des occasions.

Malheureusement, l’expérience s’acquiert en faisant des choix, parfois des erreurs et en en assumant ensuite les conséquences, quelles qu’elles soient.

Il n’est jamais trop tard pour faire des choix différents pour son avenir, mais on ne peut pas revenir en arrière et faire des choix différents pour son présent.

À une époque j’ai fait ces choix qui m’ont fermé des portes et j’ai ouvert de nouvelles portes. Il est difficile de me rappeler à 100% mon état d’esprit au moment de faire ces choix, mais au final, ce ne furent pas de si mauvais choix car aujourd’hui, j’ai une belle famille, une belle situation et un avenir financier (incertain avec ce maudit corona virus ahah) prospère devant moi.

Est-ce que ça vous arrive parfois de surfer le web, de tomber sur des gens du passé et de vous demander quelle serait votre vie si… ?

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.