Diversification – long terme et la bourse

On parle beaucoup de se diversifier pour se protéger lorsqu’on décide d’investir en bourse.

Certains achètent des fonds avec 500 ou 5000 cies locales ou mondiales et ils se disent « Wow! Je suis super bien diversifié » même si au fond, beaucoup de ces cies sont plus ou moins bien gérées et que nos économies sont fortement mondialisées. Mais, en moyenne, on fait la moyenne.

D’autres, comme moi, ont à la fois des fonds et un portefeuille de cies et je me suis dit wow! Je suis bien diversifié! Mais, j’ai les même pertes que le marché dans sa globalité… alors je ne suis ni mieux ni moins bien protégé à date.

D’autres poussent ça plus loin et se balancent 40% bonds/60% actions et se disent oh my god! Je suis encore mieux diversifié. Mais, le marché des obligations n’apporte pas grand réconfort ces temps-ci. En effet, ZAG, un populaire ETF de bonds est presque à son prix le plus bas depuis 5 ans et si ça réduit la perte globale, n’oublions pas que le rendement obtenu dans les dernières années était aussi moins intéressant à 40% bonds et 60% actions qu’à 100% actions.

Je vais vous dire ma constatation aujourd’hui, la diversification est un leurre. Elle protège contre l’ignorance peut-être, mais elle ne protège pas contre le plus important.

Ça ne nous a pas protégé contre un bris du système…

Qui est protégé aujourd’hui? Ceux qui sont dans l’immobilier?

Je ne sais pas… je me pose la question.

On a baissé les taux pour eux (notamment), on va couvrir la perte de salaire de ceux qui n’ont plus d’emplois pour qu’ils payent leurs factures essentielles soit la bouffe et le logement… même pas l’hydro…

On a mis en place des mesures pour éviter que les propriétaires d’immeubles à revenus fassent faillite…

Le cashflow est roi et peu importe la valeur courante de l’actif, celui qui a le cashflow le plus garanti est le gagnant.

En investissant en bourse, la seule chose que je contrôle c’est quand j’achète et quand je vends. Je ne contrôle pas mes dépenses en capital, le versement du dividende, l’appel à l’épargne pour diluer l’actionnariat, le moment pour faire des share buybacks… Je n’ai pas le contrôle sur les opérations.

Un propriétaire d’immeubles à revenus a aujourd’hui quand même beaucoup plus d’options que moi même s’il fait face à beaucoup de risques. Mais, tout dépend de comment il a choisi de gérer ses opérations.

S’il n’a pas abusé de son levier, il a de la marge de manoeuvre et il a des recours. Il peut renégocier ses taux à long terme et se prévaloir d’un tas de flexibilités auprès de sa banque advenant une perte de cashflow.

Il pourra aussi refinancer à bas taux pour racheter ceux qui ne savaient pas bien gérer leur portefeuille.

Dans une crise comme ça, on retourne à la base : se nourrir, se loger, se soigner. C’est ce que le gouvernement protège à court terme car même l’éducation n’est plus une priorité… ça en dit long selon moi sur les choses les plus importantes dans les faits.

Cela n’est pas étranger au fait que le titre de Metro par exemple, se comporte très bien… dans le contexte.

Notez que je ne critique pas. Je constate.

L’investissement immobilier comporte beaucoup de risques, il faut s’y connaître et c’est du travail, mais dans le contexte actuel, c’est peut-être le meilleur investissement qu’une personne pouvait avoir.

Il n’y a pas de lunch gratuit comme disent les anglais…

Une crise, ça fait réfléchir. Vous en pensez quoi?

Le long terme

Parlons du long terme maintenant. On dit souvent qu’une image vaut 1000 mots alors voici le marché :

SP500 ajusté à l’inflation

Voici une courbe du sp500 ajustée à l’inflation trouvée ici https://www.multpl.com/inflation-adjusted-s-p-500.

Si on regarde comme il faut, on se rencontre qu’en 1929 et 1987, on est à peu près à la même place…. ouch.

Comme vous pouvez le voir, nous sommes revenus au niveau de 2000.

En 2008, les gouvernements du monde ont du injecter une quantité effroyable de liquidités dans l’économie. Le marché est revenu à son niveau de quoi… 1995 à l’époque.

Là nous sommes au niveau de 2000 et c’est pas fini… Retournerons-nous au niveau de 1987? et donc de 1929?

Est-ce qu’investir pour le long terme nous sauvera? Avec tous ces stimulus économiques qui ont été annoncés pour la relance? Avec tous ces salaires qu’il faut couvrir?

Je commence à me poser la question… Est-ce qu’on se fait crosser solide???

Si ça redescend au niveau de 1990, peut-être que ceux qui investiront massivement à ce moment là en auront pour 30 ans sans trop s’en faire… mais qui sait… Les politiques de relance font dans la démesure, on parle de plusieurs trillions de dollars. Cet argent qu’on invente il faudra bien la réabsorber…

Honnêtement, tout ça dépasse mes connaissances et mon entendement mais ça m’intrigue vraiment… Si quelqu’un pouvait me vulgariser ça, ça serait apprécié. 🙂

Vouloir devenir riche et libre est un problème somme toute assez complexe à résoudre non?

16 Comments

  1. Vd
  2. Jean-Philippe
      • Jean-Philippe
  3. Kimber
  4. Jean-Philippe
  5. Dom

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.