Ma vie automatique

Plus je vieillis, plus j’en viens à idôlatrer le « paresseux ». Je ne parle pas ici du pogne-en-cul qui vit au crochet des autres, mais bien de l’être intelligent qui aspire à automatiser le plus possible sa vie.

Depuis 2013, je vise la retraite jeune pour 2025. Je fournis donc 12 ans d’efforts pour ensuite profiter d’une vie entière d’oisiveté.

Je cherche à automatiser mes revenus et donc à obtenir suffisamment de revenus sans avoir à lever le petit doigt pour couvrir mes dépenses.

Pour y arriver, j’ai notamment choisi d’automatiser mes épargnes, mes aussi le remboursement accéléré de mes dettes.

Ceci étant dit, j’ai pris goût à cette automatisation qui crée de l’abondance.

Je devrais bientôt déménager, mais en attendant, ici, j’ai commencé à me débarrasser fortement de ma pelouse et dans ma prochaine maison, elle n’occupera qu’un espace suffisant pour que les enfants puissent jouer, mais sans plus.

Pourquoi? Parce que la pelouse c’est du gaspillage, le symbole ultime d’une société de surconsommation. Ça coûte cher en eau, en engrais, en entretien, en temps et ça rapporte quoi au juste? De la bouffe? nah… De l’argent? pas plus… La pelouse c’est du gaspillage pur et dur, l’étalage d’une fausse richesse à l’anglaise.

Une forêt, ça se gère automatiquement… Ce n’est pas de la monoculture… Je compte donc me bâtir une « forêt » nourricière sur mon futur terrain. Je m’inspirerai des principes du jardinier paresseux et de la monoculture pour bâtir un système nécessitant le minimum d’entretien et qui pourra produire des ressources utiles (bouffe) pour ma famille.

Des systèmes d’abondance, on peut en créer partout autour de nous en suivant des principes naturels ou en faisant preuve d’intelligence. Il suffit de repenser son environnement.

Par exemple, tous nos déchets organiques pourraient être transformés en énergie et en engrais pour notre usage personnel si on le voulait. Les technologies existent et sont simples à exploiter, mais on ne le fait pas… gaspillage.

L’eau de pluie qui ruisselle sur notre toit ou notre terrain pourrait être récupérée et réutilisée pour l’arrosage automatique de notre forêt nourricière, mais qui fait ça? Bien peu…

L’energie solaire abonde autour de nous, mais qui s’en sert vraiment? Encore si peu…

Qui se fabrique des systèmes d’aquaponie à la maison, qui peuvent à la fois fournir végétaux comestibles et poissons comestibles? Si peu de gens…

Dans la prochaine étape de ma vie, je compte dédier une partie non-négligeable de mon temps à automatiser tout ce qui me fait suer le plus possible et à récupérer le plus possible l’énergie ou les déchets « gratuits » que je laisse traîner à gauche et à droite. Sinon, je compte à tout le moins réduire l’impact en temps de mes tâches soit en les éliminant, soit en les repensant.

Au cours des semaines et mois qui viennent, je vais ajouter le sujet de la paresse intelligentes davantage à mes lectures.

Contraire à la « busy » ness qui recommande à l’homme de s’occuper (routine, travail à temps plein, tâches gobe-temps) même si ses activités sont inutiles (bullshit jobs) ou carrément contre-productives (creuser un trou pour extraire des matières premières – fabriquer des objets peu utiles et peu durables – remplir le trou de ces objets inutiles) je crois de plus en plus que le bonheur et l’avancement de l’humanité se trouve davantage dans la paresse intelligente.

Celui qui arrive à obtenir les même résultats ou mieux en faisant moins d’efforts fait preuve d’intelligence, pas de paresse. Ce n’est pas mal en soi, c’est de l’optimisation.

Il utilise son cerveau avant d’agir au lieu de juste foncer dans l’action sans réfléchir.

Dans mon monde idéale, voir utopique, toutes mes tâches seraient automatisées. Générer des revenus, le lavage, la vaisselle, le ménage, la balayeuse… et je pourrais dédier tout mon temps à m’éduquer et à créer.

Évidemment, il y a de tout temps des hommes qui ont su accomplir cela grâce à l’argent… En payant les autres pour tout faire à leur place, incluant travailler.

C’est aussi une option viable!

4 Comments

  1. Bazoo

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.