Argent et amour

Je l’ai déjà dit et écrit maintes fois, choisir la ou le bon partenaire de vie pour atteindre la liberté financière est vraiment très important dans l’équation.

Ça fait la différence entre traîner un actif ou un passif.

Supposons que vous tombiez en amour avec une personne qui pense comme vous côté finance et qui a les même objectifs, qui gagne un salaire similaire… Cette personne comprend pourquoi vous épargnez, pourquoi vous épargnez beaucoup, comprend votre frugalité et fait la même chose.

Atteindre la liberté financière rapidement devrait se faire relativement facilement dans ce contexte.

Imaginez maintenant que vous tombiez en amour avec une personne sans épargne, peut-être très endettée. Elle a peut-être déjà fait faillite, a des retards de paiement fréquents, elle ou il est consommateur compulsif… joueur compulsif peut-être même? Peut-être que cette personne traîne 2 ou 3 enfants de 2 relations différentes avec des ententes financières relatives à la garde… Elle a peut-être même financièrement besoin d’une ou d’un « coloc » pour partager les dépenses plus qu’elle a envie d’être en couple…

Cette personne, malgré son attrait à priori, peut devenir un sérieux passif dans votre vie et personnellement, je me tiendrais loin même si c’était la femme la plus physiquement attirante de la terre.

Une irresponsable financièrement est aussi attrayante pour moi qu’une ITS.

Il est difficile de changer une personne. Les personnes changent par leur propre volonté ou pas du tout et je ne voudrais pas devenir le vecteur de changement/le psy de quelqu’un… j’y ai déjà goûté et ce n’est pas un plat qui m’intéresse.

Je ne veux pas être le père d’un adulte-enfant, acquérir par « l’amour » une personne à charge.

Il est difficile d’expliquer l’amour. C’est un sentiment fort complexe clairement affecté par la chimie et l’instinct de reproduction. Mais, le facteur chimique ne perdure pas ad vitam eternam tel que l’atteste les nombreux divorces et les nombreuses séparations…

Imaginons maintenant qu’une séparation survient, que vous étiez marié et/ou que vous aviez des enfants… le patrimoine devra être séparé, une pension alimentaire pourrait devoir être payée…

Ceci affecte cela, veut, veut pas…

Et pendant que vous êtes en couple, allez-vous faire compte à part ou compte conjoint? Est-ce que celui qui gagne plus paie plus ou préférez-vous que celui qui gagne moins s’assume ou se pousse dans le cul pour gagner plus?

Au final à chacun ses choix.

Personnellement, je serais, dans un monde idéal, d’avis pour que les finances restent 100% séparées. Vous voulez une maison? L’un l’achète seul et l’autre paie un loyer puis investit la différence (je préférerais être celui qui paie le loyer).

L’un gagne plus? Tant pis pour l’autre, moi je ne paie pas plus… grouille-toi le cul pis va faire du $$$. Payer pour l’autre crée un climat dominant-dominé et après je vais me mettre à frustrer si je vois ma blonde se payer des coiffeuses à 200$ aux 3 semaines au lieu de payer sa juste part des dépenses… 50/50 = pas de chicanes.

Harry Browne, dans son livre « How I found freedom in an unfree world » pense un peu comme moi mais va encore plus loin.

Pour lui, le « nous » ne devrait pas exister car il est impossible de fusionner deux être. Il n’y a que deux individus, qui resteront deux individus, qui partagent une passion commune l’un pour l’autre et peut-être aussi certains intérêts communs.

Selon lui, il ne faut pas chercher à attacher cette relation par la contrainte notamment (le mariage ou autre forme de contrat) et il ne faut pas tenter de faire fusionner des aspects qui ne sont pas compatibles de force.

Il faut plutôt célébrer la différence et chérir et préserver sa liberté et celle de l’autre.

L’un trip randonnée pédestre, l’autre pas… fine! Fais ce qui te plait pendant que je vais faire ma randonnée. Pas de chicane, pas de contrainte, du respect.

Tenter de faire de son ou sa conjointe son ou sa partenaire d’affaire, sa technicienne comptable, sa réceptionniste etc l’amène dans des contraintes qui ne l’intéressent peut-être pas notamment. Elle le fait alors pour aider, pour faire plaisir, mais se sent peut-être misérable de le faire…

Ma femme et moi avons parti une cie ensemble il y a presque 2 ans… je peux vous dire que ça a mis en lumière de nombreuses différences entre nous. Moi j’aime les choses ordonnées, elle elle perd toutes les factures… Moi je choisis mes clients, elle elle prend n’importe qui incluant ceux dont il est flagrant qu’ils vont faire chier à la moindre pacotille… Ça a créé de la chicane… Nous n’étions pas des entrepreneurs compatibles. L’un trop brouillon, l’autre trop perfectionniste…

Dans un monde idéal, chacun devrait pouvoir mettre fin à la relation sans contrainte financière. Avant d’avoir un enfant on devrait déjà décider de qui s’en occupera et selon quel ratio advenant une rupture sans que le gouvernement n’ait à s’en mêler par exemple.

Chacun conserverait ses biens et on pourrait briser un couple comme on peut mettre fin à une amitié. Il est en effet injuste et cela crée beaucoup de ressentiment, d’avoir à partager ses épargnes ou son fonds de pension avec l’autre parce que l’autre a choisi de ne pas chercher plus de succès dans sa carrière et parce que cette personne a partagé sa vie.

Moi je serais incapable de prendre les fruits du succès de l’autre. Le gouvernement voudrait me le donner que je n’en voudrais pas… il semble que cette valeur ne soit pas très populaire dans ce monde… J’aurais l’impression de voler quelque chose et non pas de le mériter.

Une relation amoureuse ne devrait pas être contractuelle et assortie de clauses financières contraignantes… ça tue l’amour, car ça tue la liberté.

Les finances sont l’un des sujets de discorde des plus fréquents dans les couples. En supprimant cet aspect de l’équation (chacun ses finances) et en s’assurant de rentrer dans sa vie une personne qui partage les même valeurs à cet égard, on s’évite à mon avis bien des chicanes.

Si j’avais à me retrouver sur le marché du célibat je serais bien embetté de trouver une compagne de vie… Je commence à avoir des actifs appréciables, j’ai un salaire dans le top 6%…

Je pourrais devenir une proix intéressante pour une gold digger… il faudrait vraiment que je la cherche parmi la communauté FIRE. Si ça m’arrive, je vais lancer un Tinder de gens financièrement responsables? ahah Pour s’inscrire il va falloir déposer un bilan, faire une enquête de crédit et mettre ses valeurs financières et comportements financiers sur la table 😛 Je sens qu’il va y avoir des tonnes d’inscription 😉 (sarcasme).

Les lois étant ce qu’elles sont (et ce qu’elles risquent de devenir avec la réforme du droit de la famille), je voudrais probablement qu’on ne deviennent pas conjoints de fait dans les faits et donc qu’on n’ait pas la même adresse postale notamment…

C’est triste mais la réalité est que notre société a ajouté beaucoup de risques et de contraintes financières au fait d’être en couple et de plus en plus de gens ont cette peur de l’engagement parce que bâtir des actifs, ça prend beaucoup d’efforts et de temps.

Quand l’un est un bâtisseur d’abondance et l’autre un siphonneur, ce couple ne sera pas destiné à grand chose, même si l’attrait initial est fort. Et le risque devient donc élevé pour le bâtisseur.

Sur ce, bonne fête des amoureux! J’espère que vous avez trouvé l’amour avec une personne financièrement compatible!

10 Comments

  1. Agent 007
  2. Mary almost on FIRE
  3. Mary almost on FIRE
  4. Mary almost on FIRE

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.