Dépenser est un manque d’imagination

Je lisais récemment une mise à jour sur la vie de Jacob Lund Fisker, l’américain d’origine danoise, détenteur d’un doctorat en physique, auteur du livre « Early retirement extreme » et jeune retraité à l’âge de 33 ans ne vivant qu’avec 7000$ par an depuis plus de 10 ans… pas mal dur à battre…

Il disait quelque chose d’important :

Spending money is a failure to solve our problems by smarter means.

Phrase qui fait réfléchir car au final, pourquoi dépense-t-on?

Pour régler un « problème » petit ou grand…

J’ai faim… je call une pizza et je dépense. Qu’est-ce que j’aurais pu faire d’autre?

J’ai besoin de me déplacer, je vais louer une Audi à 750$ par mois. Qu’aurais-je pu faire d’autre?

Chaque fois qu’on dépense, il y une raison sous-jacente. Parfois on dépense juste par ennui et on s’ennuit parce qu’on manque d’imagination.

Combien de fois j’ai entendu un ami ou une conjointe me dire : on fait quoi aujourd’hui? Il n’y a rien à faire au Québec… Les gens font quoi de leur temps?

Souvent ils dépensent pour aller au resto ou au cinéma… se désennuyer.

Manque d’imagination!

Quand on se met à penser à des alternatives, c’est fou la quantité de petits problèmes qu’on peut régler gratuitement ou à peu de frais.

Il faut juste prendre le temps et s’y entraîner. Ça devient un réflexe je pense.

Je dis que je pense parce que je tente de le faire depuis quelque temps mais que je suis loin d’être un maître en la matière encore.

Mais je veux tendre vers ça.

Quand on veut changer ses habitudes durablement, y aller par étape est souvent une bonne idée.

Par exemple, ça commence à faire un bon bout de temps que je n’achète plus de pain. J’ai continué à peaufiner ma recette de pain d’ailleurs en échangeant la farine all purpose pour de la farine non blanchie, non traitée. Ceci veut dire que la farine que j’utilise maintenant n’a pas été blanchie au peroxyde, qu’elle ne contient pas d’amylase (ensyme digestive trouvée dans la bave ou le pancréas des mammifères), ni de L-cysteine, protéine issue de poils ou plumes d’animaux. Le pain est 100 fois meilleur et maintenant vegan. Même mes parents sont en train de s’y mettre.

Acheter un pain coûte 3.50-5$… en faire un entre 29 et 60 cents.

Je sais que ça a l’air peu, mais on passait littéralement 3 à 4 pains tranchés par semaine à 4$ chaque, soit près de 700$ par an. J’estime que ça nous coûtera dorénavant 115$ de pain par an.

Et là on ne parle que tu pain. Si au lieu d’acheter des légumes, je me mets sérieusement à en faire pousser 12 mois par an, à faire des cannages etc… On pourrait bien économiser encore beaucoup d’argent.

Je vais souvent à la bibliothèque au lieu du cinéma, prendre une marche et un café avec un ami au lieu d’aller prendre une bière à la Cage…

Il y a toujours une alternative à tout.

Il suffit de prendre le temps de réfléchir et de faire les bons choix.

Évidemment, on n’est pas tous des warriors comme Jacob. Il y en a pour qui la frugalité c’est plus difficile, c’est moins naturel… Je suis de ces gens.

Je ne suis pas des plus disciplinés, ni des plus optimaux. Néanmoins, je me suis beaucoup amélioré et je compte m’améliorer encore davantage.

Pour y arriver, j’essaie de garder à l’esprit ce que Jacob nous enseigne : dépenser c’est échouer à régler nos problèmes de façon plus intelligente.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.