Pourquoi la plupart des gens ne s’enrichissent pas?

L’humain a une excellente capacité à comprendre les relations de cause à effet. Son plus grand problème, toutefois, c’est qu’il a de la difficulté à les prendre en considération si l’effet est trop éloigné dans le temps de la cause ou si l’effet est la résultante de plusieurs causes. Et ça se complique si l’effet entraîne de nouvelles causes et de nouveaux effets ou si l’effet est incertain.

Par exemple, rares sont les gens qui vont mettre leur main sur un rond de poêle chaud! Ils comprennent qu’ils vont se brûler, que ça va faire mal et que c’est un effet indésirable. En conséquence, la majorité des gens ne le feront pas. La cause et l’effet sont clairs et la certitude de l’effet est grande, voir absolue.

D’un autre côté, si un sac rempli d’argent traîne dans une allée vide, sans caméra, sans que personne ne sâche qu’on est là, avec peu de chance qu’on se fasse voir sortir avec le sac, qui le prendra pour lui?

Il commence à y avoir beaucoup de complexité dans la cause et l’effet face à l’apparition d’une opportunité.

Les options s’accumulent. Je n’y touche pas et je me sens bien. Je n’y touche pas et je vais le regretter. Je le prends et me sens bien. Je le prends et je vais le regretter. Je le prends et je vais devenir riche. Je le prends et je risque de me faire arrêter. Si je me fais arrêter, je vais perdre mon emploi. Si je perds mon emploi ma femme va-t-elle me laisser, ma maison sera-t-elle saisie, mes enfants vont-ils me renier. Et si je le prends, je vais pouvoir amener mes enfants à Disney, acheter une bague à ma femme et me payer cette belle voiture…

Mais, et si c’était un piège? Je pense qu’on ne me voit pas mais en réalité, on m’observe…

Évaluer la cause et l’effet peut être très simple, mais aussi très complexe car les effets peuvent devenir des causes de d’autres chaînes causales. Il est aisé de se perdre dans les causes et les effets quand on est comme moi… je peux aller vraiment très très loin… 20 ou 30 coups d’avance quand je me laisse aller… je suis un anxieux haha

Chaque individu fera alors sa propre analyse des coûts et bénéfices de l’action et prendra une décision suite à un processus plus ou moins élaboré en fonction de la complexité et de la personnalité de l’individu.

D’un côté du spectre, par exemple, on retrouve les présentistes, type sureprésenté dans nos prisons. Ce type d’individu a beaucoup de difficultés à se projeter dans l’avenir et préférera le plaisir immédiat aux conséquences nébuleuses et incertaines (selon son point de vue) qui pourraient découler du « vol ». Il limitera son analyse coût/bénéfice à ce qui est à très court terme et à ce qui implique une grande certitude.

De l’autre côté du spectre, on retrouve l’hyper-analytique qui tentera de pondérer chaque variable en fonction des possibilités statistiques et qui remontera la chaîne causale aussi loin qu’humainement possible. On dira qu’il pense X coups d’avance.

Évidemment, les deux individus sont biaisés et subjectifs et même en tentant d’être 100% objectif, il reste que nous sommes humains.

Le concept d’intelligence artificielle qui est basé sur des modèles statistiques tente notamment de résoudre cette humanité pour créer une intelligence plus objective et rationnelle qu’émotionnelle.

La complexité des causes et des effets a de tout temps fasciné l’humain. On dit par exemple que le battement d’aile d’un papillon crée un tsunami à 10000 lieux d’ici… pour illustrer les chaînes causales et leur complexité.

Le bénéfice perçu d’un effet et sa proximité relative demeure néanmoins un facteur de poids chez l’homme. C’est-à-dire que plus le gain d’un effet apparaît grand pour l’individu et plus cet effet arrivera rapidement, plus il a tendance à avoir un poids important dans le processus de décision.

Voilà pourquoi les get-rich-quick schemes auront toujours une grande popularité.

Par exemple, si je reviens à mon sac d’argent, si je prends l’argent, je peux rembourser Johnny qui va me casser les 2 jambes demain si je ne le rembourse pas, peut avoir plus de poids que j’irai peut-être en prison dans 6 mois.

La certitude de la conséquence l’emporte aussi très souvent sur la sévérité. Par exemple, Johnny c’est sûr et certain qu’il va me casser les 2 jambes demain (selon ma perception car il a la réputation de le faire et je sais que c’est arrivé à quelqu’un). Ça va faire mal, mais je peux guérir en 6 à 8 semaines fort probablement et garder des séquelles mineures.

Si je me fais arrêter pour vol, j’irai vraisemblablement en prison pendant 2 ans, je perdrai donc fort probablement ma liberté, mon emploi, ma famille, ma maison, j’aurai de la difficulté à me trouver un nouvel emploi, une nouvelle blonde à me relouer un logement etc etc etc et je me ferai peut-être aussi agresser par d’autres détenus… Mais, quelles sont mes chances de me faire prendre?

Vaut-il mieux se faire casser les jambes ou prendre ce risque avec toutes les conséquences qui viendront possiblement avec?

Autre exemple, si je fume aujourd’hui, je sais que je pourrais avoir le cancer. Mais aujourd’hui, j’en ai besoin, je me fais des amis grâce à ça, ça me donne une raison de parler à la nouvelle, je pourrais bien réussir à l’inviter pour une date etc etc…

À chacun d’apprécier les causes et les effets, leur poids et leur probabilité propre en fonction de ses perceptions, de sa personnalité et complexité intellectuelle aussi.

On peut dire que le processus est rationel, conscient ou inconscient et ce même si l’analyse des poids peut être fortement émotionnelle et faite de façon irrationnelle. Après tout, chaque personne peut avoir une perception différente de ce qui est en jeu, du risque et des conséquences. Face à la même opportunité on verra donc des effets bien différents.

Tout le monde fait constamment ce genre de choix… au travail, à la maison, au magasin etc…

Faire des choix fait partie de notre vie quotidienne.

Je donne mon opinion pendant la réunion ou je ferme ma gueule? Il y a des bénéfices et coûts pour chaque option et en fonction des motivations de tout un chacun. Peut-être, par exemple, qu’en prenant la défense de Julie pendant la réunion j’aurai la chance de sympatiser avec elle par la suite, de l’impressionner et d’en tirer un éventuel bénéfice au coût de déplaire à mon patron, d’être perçu comme un leader négatif ce qui pourrait me faire perdre une éventuelle promotion… ou pas.

En même temps, si j’affiche trop publiquement mon intérêt pour Julie, ceci pourrait entraîner d’autres conséquences… comme la jalousie de Roxanne qui me supportait auprès de mes détracteurs et qui désormais se rend compte qu’elle fait ça pour rien…

Moi je pense trop, d’autres pas assez.

Pourtant, pour devenir riche et libre il faut faire beaucoup de choix, pendant une longue période de temps, qui auront la conséquence vraisemblable et bénéfique de rendre riche et libre, seulement dans un futur lointain et incertain.

Alors que les actions qui doivent être entreprise pour y arriver, elles, auront des résultats immédiats ou à court terme d’une très grande certitude.

Et c’est pour cette raison, à mon avis, que la majorité des gens ne deviendront jamais riche. Ils n’ont tout simplement pas la personnalité qui leur permet d’y arriver.

Ils percoivent alors les actions (causes) menant à l’effet (richesse, liberté financière) comme des sacrifices insurmontables pour obtenir quelque chose de trop lointain et de trop incertain.

Pendant que moi je considère que le sacrifice, c’est celui de ne pas profiter de la force de l’intérêt composé pour me libérer de l’esclavage un jour ou l’autre, tôt ou tard. On appelle ça le coût d’opportunité.

Je pense que le concept de l’intérêt composé est compris par la majorité des gens. C’est assez simple au fond. Mais là où on perd presque tout le monde, c’est dans l’exécution.

Ils n’arrivent pas à donner assez de poids à l’effet futur lointain et incertain pour qu’il affecte leur processus de décision de façon à prendre le dessus.

Il faut dire que beaucoup de gens de notre société sont coincés dans des problèmes de confiance en soi fragile et la recherche des plaisirs immédiats.

Je ne tente pas de dire que parce que j’arrive à faire ce qu’il faut pour devenir riche et libre je suis plus intelligent que les autres. Ce que je dis c’est que je suis différent de beaucoup en ce sens où je donne des pondérations différentes de bien des gens aux facteurs de causes et d’effets et que j’ai vraisemblablement une plus grande tendance à arriver à donner beaucoup de poids et valeur à une conséquence lointaine et incertaine.

L’opportunité est pourtant là autant pour vous que pour moi. La bourse est ouverte à tous et l’intérêt composé est une formule mathématiques universellement reconnue.

Nul doute que ceci explique grandement pourquoi les introvertis intellectuels, ingénieurs, gens issus des domaines de la technologie et des finances, des métiers libérals sont sureprésentés dans notre communauté.

Ce type de personnalité à tendance à suranalyser et a une plus grande aisance à se projeter dans l’avenir… de façon générale.

Ce type de personnalité est appelé INTJ et a une prévalence d’environ 2%… ce qui coïncide aussi avec la prévalence des gens ayant un QI supérieur à 130, ce qu’on retrouve aussi plutôt fréquemment chez les gens ayant ce type de personnalité.

Je ne crois pas que QI = intelligence. Je crois que le QI mesure certains aspects de l’intelligence et qu’il demeure une mesure imprécise de celle-ci. Mais, nul doute que les tests de QI permettent de constater des différences importantes entre les gens sur certains aspects pratiques de l’application de l’intelligence brute.

Si vous lisez mon blog de façon assidue, vous vous reconnaîtrez peut-être dans ceci :

INTJ is an acronym used to describe one of the sixteen personality types created by Katharine Briggs and Isabel Myers. It stands for Introverted, iNtuitive, Thinking, Judging. INTJ indicates a person who is energized by time alone (Introverted), who focuses on ideas and concepts rather than facts and details (iNtuitive), who makes decisions based on logic and reason (Thinking) and who prefers to be planned and organized rather than spontaneous and flexible (Judging). INTJs are sometimes referred to as Mastermind personalities because of their strategic, logical way of thinking.

Comprenez bien que je ne suis pas en train de juger les gens ou de dire qu’un type de personnalité est supérieur à un autre. Ce que je suis en train de dire c’est qu’un certain type de personnalité a, à mon avis, plus de chance que les autres d’arriver à faire ce qu’il faut pour mettre un harnais sur le concept de l’intérêt composé pour non seulement éventuellement devenir riche, mais aussi et surtout le rester.

Si vous n’avez pas au moins un peu ce type de personnalité, le type qui aime peser les pour et les contre, qui aime analyser les concepts abstraits (comme ce qu’est et ce que représente l’argent par exemple), qui a la capacité et l’aisance à se projeter dans le futur, à faire preuve d’esprit critique et d’introspection, il y a de fortes chances que vous y verrez un sacrifice trop grand et trop de travail pour vous adonner à l’art de s’enrichir.

Bien qu’au final, toutes choses étant égales par ailleurs, c’est vous qui travaillerez le plus dans votre vie… et qui, en conséquence, ferez les plus gros sacrifices, selon mon point de vue.

En passant, je sais que tout le monde aime croire qu’il est unique ou spécial et en tirer une fierté, une dorure pour son égo.

Je ne me considère pas unique ni spécial. Je considère toutefois que dans bien des aspects de ma personne et personnalité, je dévie largement de la norme, ce qui ne m’a pas toujours rendu très heureux.

C’est hors propos, mais hier, j’ai eu un 5 à 7 avec des collègues et après 2 ou 3 bières, je me suis mis à parler de mes projets…

Rapidement, j’ai vu 7 ou 8 collègues commencer à tenter de me remettre dans la boîte… de façon concertée et agressive.

Tu vas faire quoi? Comment tu vas arriver à vivre sans travailler? Déjà que tes enfants ne vont pas à la garderie, tu ne vas pas en plus envisager de ne pas les envoyer à l’école pendant 1 an ou 2 pour voyager et faire l’école sur la route ou à la maison, ça n’a pas d’allure… C’est quoi ça une ecole alternative? Le ministère de l’éducation reconnait-il ça??? Ça n’arrivera jamais… ta femme va te laisser comme tout le monde et tu vas devoir travailler avec nous jusqu’à 65 ans…

Les gens en général n’arrivent pas à se rendre compte qu’ils sont dans une boîte. Ils ne voient plus les millions d’autres possibilités et d’alternatives qui existent autour d’eux. Ils ne voient que ce qui est pavé devant eux…

Arriver à me voir sortir de la boîte a été un long processus de travail sur moi, d’introspection et ce travail est loin d’être terminé. J’estime en effet que j’ai encore une très grande tendance à ne voir qu’un seul angle des choses, l’angle culturellement évident et à continuer d’envisager les autres angles et possibilités avec méfiance.

Malgré que ma personnalité tient beaucoup du type INTJ, je demeure humain, influençable et en grande partie irrationnel.

Je pense que ce sera pour moi le combat d’une vie que de ne pas penser dans l’absolu et de vraiment prendre le temps de voir les possibilités et aussi de me demander pourquoi, face à une question ou une affirmation, ma réponse première est irrationnelle, basée sur des a priori et trop souvent le reflet de mes peurs et conflits internes.

Heureusement, à force de me pratiquer, il devient de plus en plus facile pour moi de reconnaître les opportunités et aussi mes réponses émotives fondées sur mes a priori.

En cherchant à atteindre la liberté financière rapidement, je crois que j’acquiers une richesse beaucoup plus grande que celle qui s’accumule dans mon compte de courtage.

Et bien que je trouve souvent que ça prend trop de temps, comme mon ami Maxime me l’a souligné récemment, ce temps est important pour apprendre à conserver sa richesse. Car une richesse acquise trop facilement, c’est souvent une richesse perdue aussi facilement.

Une chose est certaine, si je me sentais seul avant dans mon petit monde, en continuant à faire de l’introspection et en continuant à me poser des questions, je m’éloigne de plus en plus des gens dits « normaux » dans notre société et on se comprend de moins en moins.

J’ai aussi de moins en moins de patience avec les gens qui ont cessé leur instruction après avoir obtenu un diplôme qui en général n’est qu’une certification qu’ils ont réussi à se conformer assez longtemps à ce qui était attendu pour en sortir certifié.

Comme Charlie Munger l’a dit, « … je ne connais personne qui est smart qui ne lit pas beaucoup. Mais, lire n’est pas suffisant. Il faut aussi avoir un tempérament qui permet de comprendre les idées, de se les approprier et de faire des actions sensibles… » (traduction libre).

Aujourd’hui, il y a d’autres supports que la lecture pour s’instruire, mais celui qui se prive de lire, se prive d’une richesse incommensurable.

Heureusement, j’ai aussi appris à connaîre des tas de gens à travers ce blog qui partagent au moins un peu, une même volonté à vouloir explorer la multitude de possibilités que recelle ce monde.

Parler avec des gens coincés et fermés dans leur conception socio-capitaliste occidentale de la vie devient de plus en plus lourd pour moi au fur et à mesure que les années avancent et j’ai de plus en plus de difficulté à connecter avec ces gens qui forment la masse…

Leur discours m’apparaît ennuyeux, banal, non-réfléchi et fortement fondé sur la tradition et sur ce qui est mainstream.

Leur choix d’avoir cessé leur instruction et de l’avoir limité à ce qu’on a bien voulu leur enseigner les rend limités d’esprit et limitant pour les autres. Sans s’en rendre compte, ces gens deviennent des freins pour eux-même, les autres et la société en général.

Cette lourdeur je la ressens au bureau, dans les 5 à 7, avec mes vieux amis… et je sens que je deviens moi-même lourd et ennuyeux pour eux parce qu’on ne parle tout simplement pas le même langage.

Je ne pense pas que tous ceux qui ont réussi à bâtir des fortunes sont des INTJ et des gens seuls… mais je pense que cette richesse n’est pas tant la cause de leur isolement ou de leur différence que la résultante ce celui-ci.

4 Comments

  1. BarbeRiche
  2. Myriam St-Denis Lisée

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.