L’individualisme est-il réellement valorisé dans notre société?

Lorsqu’on parle de liberté financière, on parle d’individualité. JE, l’individu, veux être libre financièrement. Que les autres ne soient pas libres financièrement importe peu dans le projet. C’est un acte individuel et même quelque peu égoïste.

Lorsqu’on parle de penser librement, c’est un peu la même chose. Si, je, en tant qu’individu veut bien penser que le 9 à 5 est un système ridicule qui enferme l’humanité dans une cage, en plus d’être inefficace, de contribuer au gaspillage global de temps et d’argent, notamment par la surconsommation de ceux qui y sont coincés et qui cherchent à combler leur désespoir en se « récompensant », c’est ma « libre » pensée qui s’exprime. Je mets « libre » entre guillemets car je n’ai pas inventé ce concept… on est tous un peu ou beaucoup influencé par quelqu’un ou quelque chose de mort ou vivant…

Quoiqu’il en soit, que les autres y croient ou pas m’importe peu et ne change rien à ce que je crois.

Pourtant, cette individualité est souvent contestée. Les gens s’y opposent, trouvent cela ridicule ou me tournent en ridicule. Aucun mal à ça, moi aussi ça m’arrive de faire pareil…

Il y a par contre un type d’individualisme que presque tous semblent supporter, celui de la recherche du confort matériel individuel… Ça, pas mal tout le monde embarque.

Que chacun ait son propre travail, à temps plein évidemment, faut pas faire le paresseux, pour gagner son pain, est aussi un type d’individualisme socialement acceptable.

L’individualisme acceptable est-il donc uniquement celui socialement accepté par la masse?

Les gens ont une forte tendance à vouloir limiter la liberté de ceux qui sortent du lot, qui sortent du rang.

Noël approche et mononcle Jean-Paul pis matante Nicole ne sont probablement pas les meilleures personnes à qui parler de liberté financière et de la stupidité du 9 à 5 (qui commence dès la garderie de nos jours), pas plus que le cousin Kevin ou la cousine Julie qui peinent à ramer à contre-courant avec leur job de « marde » comme ils disent, les enfants, la pension, le nouveau chum ou la nouvelle blonde qui a aussi des kids d’un autre gars qui vit de paycheck en paycheck.

Si on est libre de notre individualité, en tout cas, on doit souvent exercer la liberté de fermer sa gueule… c’est mieux pour tout le monde.

On voudrait pas que matante s’étouffe avec un aile de dindon hein!