Cultiver l’abondance pour un avenir meilleur

L’humain, avide de pouvoir, esclave de son ego et fortement influencé par son instinct de survie, a très (trop) souvent tendance à vouloir dominer la nature et le naturel, à vouloir s’opposer aux grandes forces qui régissent le monde qui nous entoure.

Cette attitude est en partie ce qui fait notre force. C’est grâce, entre autres, à cette attitude que nous nous sommes opposés à la gravité et que nous nous sommes envolés vers les cieux.

C’est grâce à cette attitude que nous avons investi toute la planète, que nous avons inventé les vaccins, que nous vaincrons peut-être un jour le cancer…

Mais, cette tendance à vouloir toujours défier la nature a aussi sa contrepartie.

Je pense que la majorité des humains ont pour quête d’améliorer leur sort et d’accéder au bonheur. Ils en ont au moins l’espoir.

Je ne suis pas de ceux qui croient à l’état de bonheur et plénitude absolu. Je pense que c’est utopique de penser qu’on puisse atteindre un état de bonheur constant.

Mais je pense qu’on peut incrémentalement améliorer son niveau de bonheur de base en cherchant à vivre de plus en plus en adéquation avec soi-même et en cherchant à limiter les sources d’insatisfaction et de stress qui sont dans notre sphère de contrôle. Et je crois que l’abondance peut fortement aider au bonheur (pas nécessairement financière, mais l’abondance sous toutes ses formes).


Mais, je m’éloigne du sujet.

Quand je regarde autour de moi, je vois beaucoup de gens qui se battent contre le naturel plutôt que de vivre en harmonie avec lui. Je vois beaucoup de gens qui ne se rendent pas compte à quel point ils pourraient vivre une vie d’abondance croissante en changeant simplement certaines approches ou attitudes.

En finance, par exemple, il suffirait seulement aux gens en général qu’ils cessent de dépenser plus qu’ils ne gagnent, qu’ils se dégagent un surplus dans leur budget, qu’ils épargnent ce surplus et réinvestissent les profits de l’épargne pour vivre une vie où l’abondance financière finira par prendre toute la place et dominer.

Avec les gens… il suffirait à bien des gens de prendre le temps d’avoir de l’empathie pour son prochain, de prendre un peu de son temps pour aider les plus démunis, de s’intéresser de façon authentique aux autres pour qu’une chaîne d’abondance se crée dans leur vie.

Quand tu es authentique et honnête avec les autres, quand tu lances la roue du partage et de l’empathie, je crois, sans vouloir entrer dans la pensée magique, que quelque part, tu risques d’attirer aussi de l’empathie à ton égard et peut-être que tout cela pourra contribuer à créer de l’abondance dans ta vie. En tout cas, ça ne pourra pas être pire que de rester seul dans son coin et d’être bête avec tout le monde. Un petit service en attire un autre comme on dit.

Il y a quelques années, j’ai choisi de créer de l’abondance financière autour de moi. J’ai choisi de changer certaines de mes habitudes nocives et d’épouser le concept de l’intérêt composé. La roue est lancée. J’ai décidé d’acheter des titres de grandes entreprises qui versent des dividendes en croissance chaque année et qui augmentent leurs revenus d’opération chaque année. Je réinvestis les fruits de mes investissements et un jour ou l’autre, j’aurai tellement de fruits que je ne saurai plus quoi en faire… c’est inéluctable et mathématiques.

Pourtant, ceci n’est qu’une des approches que j’ai prises pour créer de l’abondance dans ma vie. Car au même moment, j’ai aussi choisi de créer ce blog et de partager la personne que je suis, mes forces, mes faiblesses, mes rêves et mes aspirations avec le monde.

Je n’attendais rien de concret en retour (sauf du $$$ mais ça je n’en ai pas eu ahah) et pourtant, en m’ouvrant ainsi, j’aurai fait de belles rencontres et j’aurai aussi réussi à nouer quelques nouvelles amitiés. J’aurai eu la chance de rencontrer des gens inspirants, des gens plus intelligents que moi, ou plus instruits aussi et de qui j’ai pu apprendre des tas de choses et de qui j’ai encore tant de choses à apprendre. J’ai aussi eu la chance de me rendre compte que je n’étais pas seul à vouloir améliorer mon sort, à être conscient de la rat race etc…

Briser la solitude et trouver des gens qui pensent un peu comme soi, ça rend cette solitude qu’on ressent parfois un peu moins difficile à endurer.

Mais, il y a encore tellement d’endroits et de facettes de ma vie dans lesquels je ne cultive pas encore l’abondance.

Il y a notamment une chose qui m’énerve depuis longtemps que nous, hommes et femmes occidentaux, avons établi en système… et c’est cette obsession pour la pelouse…

La nature n’aime pas la mono-culture. Miser sur la mono-culture, c’est contre-productif. Oh… bien sûr, à force de chercher, de faire travailler notre génie inventif, nous avons trouvé des solutions permettant la mono-culture rentable.

Nous avons inventé des engrais chimiques, des pesticides, nous avons modifié génétiquement les plantes et leurs semences pour rendre la mono-culture rentable et nous avons développé toute une industrie autour de la mono-culture.

Mais, cette obsession pour la mono-culture aura détruit tant de belles choses et elle est en train de polluer la génétique et les aptitudes reproductives de bon nombre d’espèce en plus d’épuiser les sols et polluer les cours d’eau.

En choisissant des techniques qui seraient plus en harmonie avec le naturel, en choisissant de cultiver en permaculture, par exemple, je crois qu’on pourrait bâtir des systèmes durables qui créeraient de l’abondance puisqu’ils s’appuient sur ce qui est naturel.

Pour moi, le plus grand symbole de cette ridicule mono-culture, c’est la pelouse verte et bien taillée… Une pelouse en mono-culture (surtout le fabuleux Kentucky Blue Grass), ça coûte cher en intrants (semences, engrais, pesticides, nématodes etc…), en eau potable et en travail… Arrachage mécanique des « mauvaises herbes », tontes fréquentes, arrosage, sursemis, aération etc…

Et ça rapporte quoi au juste?

La pelouse, c’est essentiellement du gaspillage… et en plus, la plus grande part des résidences avec pelouse au Québec ont été construites sur les terres arables des basses-terres du St-Laurent… On aurait vraiment pu trouver d’autres usages à ces terres pour y créer de l’abondance mettons…

Je cherche encore ma maison, mon endroit à moi… Nous finirons par le trouver. Dès que j’y serai, l’un de mes plus grands projets sera d’éliminer la monoculture qui sera en place dans ma cours arrière pour la réaménager en permaculture.

Ce sujet en est un qui m’allume depuis belle lurette déjà… J’ai très hâte de trouver la terre à laquelle je consacrerai mon projet.

Je trouve d’ailleurs qu’une telle approche serait tellement une belle occasion d’entreprise pour quelqu’un qui s’y connait, que ça fait tripper et qui ne cherche pas nécessairement à créer une entreprise très rentable (ahah).

En effet, se donner le défi de convertir la cours arrière de tous les banlieusards du Québec afin qu’eux aussi se créent de l’abondance, qu’ils vivent plus en harmonie avec le naturel, qu’ils consomment plus d’aliments gratuits, rustiques à leur climat, frais, de saison, sans pesticides ou OGM et produits naturellement et automatiquement à quelques pas de leur porte patio… quel beau défi!

L’humain semble avoir oublié que les écureuils, les oiseaux et autres êtres vivants sur cette planète ne se nourrissent pas en allant acheter des denrées à l’épicerie… ils trouvent tout ce qui leur est nécessaire dans la nature.

La vie devient tellement plus belle et plus facile lorsqu’on cherche à travailler en harmonie avec les grandes forces de l’univers au lieu de s’y opposer… L’abondance est la récompense de celui qui décide de naviguer avec le vent dans le dos, plutôt que chercher à remonter le courant avec le vent dans la face.

Créer de l’abondance n’est pas si difficile. Lorsqu’on choisit de naviguer avec le naturel, dans le sens du courant et du vent, on se rend compte qu’en fait, l’abondance, c’est naturel… Il n’y a aucune magie là-dedans et l’homme qui vit dans l’abondance n’a au fond pas tant de mérites que cela… il n’a fait que le choix intelligent de cesser de se battre contre vents et marées pour vivre en harmonie avec la tendance naturelle des choses.

Tout ce qui est vivant cherche à pulluler… l’intérêt composé n’est pas une invention humaine, ce n’est que l’une des grandes forces de la nature et on peut très bien choisir de vivre une vie en harmonie avec cette force… ou pas.

Et vous, cherchez-vous à créer de l’abondance dans votre vie? Comment vous y prenez-vous?

8 Comments

  1. Marie.et.ses.radis

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.