Le temps et l’argent mis à rude épreuve

Je me rappelerai de 2019 comme d’une année de mise à l’épreuve. En l’espace de 3 mois, il s’est passé beaucoup d’événements stresseurs dans ma vie.

J’ai failli perdre ma femme (sa vie), j’ai failli perdre un de mes parents (sa vie), j’ai perdu mon emploi, j’ai découvert un vice caché coûteux dans ma maison… J’ai dû me réadapter à un nouvel emploi, un nouveau rôle… J’ai appris que j’étais génétiquement à très haut risque de faire ma première crise cardiaque avant 60 ans et donc qu’il me reste peut-être moins de 20 à 25 ans à vivre malgré que je ne suis âgé que de 37 ans.

Au final, tout est bien qui finit bien. Ma femme et mon parent sont en vie, bien que tout ne soit pas résolu. Le vice à ma maison a été réglé (j’ai des dettes en plus… grrr), je m’adapte bien à mon nouvel emploi même si je suis plutôt retourné dans la production au lieu d’être gestionnaire d’équipe.

Mais de tout cela, je retiens quelque chose. La vie ne tient qu’à un fil et on est loin de pouvoir tout contrôler.

Quand le malheur frappe, on dirait qu’il ne frappe jamais seul en plus.

Tout cela me pousse à réfléchir à ce que je veux vraiment dans la vie. Mais, je ne sais pas si un jour j’arriverai à répondre à cette question.

Je me sens comme à la fin du secondaire. J’ai la vie devant moi et il me faut maintenant faire des choix qui seront déterminants à propos de mon avenir.

Je ne savais pas quoi choisir à l’époque… Enquêteur dans la police m’intéressait beaucoup. Mais je m’intéressais aussi à l’architecture navale, à l’ingénierie, à devenir guide de survie en forêt, entrepreneur, mécanicien, ingénieur… tout m’intéressait mais rien ne m’intéressait suffisamment pour y consacrer ma vie.

Et je pense que c’est un peu ça l’erreur que beaucoup d’entre nous faisons. Nous voulons penser à trop long terme, comme si tout devenait subitement immuable une fois qu’on gravait nos choix dans la pierre.

C’est en partie vrai, car nous le voulons ainsi, socialement. Une fois dans l’engrenage du métro-boulot-dodo, il est difficile de prendre une pause de 3 à 5 ans pour se consacrer à un nouveau champs d’études. On peut en convenir. Mais ce n’est pas impossible. Ça vient simplement avec des conséquences.

En ce moment, j’ai 153000$ dans mon fonds de liberté et 5300$ de revenus annuels passifs de dividendes. Si j’y ajoutais les revenus pouvant être tirés du capital de mon fonds de pension, probable que je pourrais doubler ce montant.

Bien que je souhaiterais prendre une décision drastique, je ne me suis pas encore donné les outils pour y arriver. J’ai encore beaucoup d’épargnes et d’investissements à réaliser avant d’arriver au seuil minimal que je me suis fixé : 15000$ de dividendes plus les dividendes que je pourrai tirer de la valeur de rachat de mon fonds de pension.

J’aurai 38 ans bientôt, dans deux ans, pour mes 40 ans, je paierai pour faire évaluer la valeur de rachat de mon fonds de pension. Dans 2 ans, j’estime que mon fonds de liberté vaudra plus ou moins 250k$.

Si j’ai aussi 250k$ de valeur de rachat dans mon fonds de pension, est-ce que la porte sera ouverte pour une décision? Avec 500k$ de capital je pourrais facilement tirer 17500$ de revenus passifs d’investissements. Mais, ma maison ne sera pas payée.

Le temps file et il est statistiquement probable qu’il reste moins de temps devant moi que j’en ai dernière moi.

Garder le status quo est facile… Mais si je fais tout ça, c’est pour une raison : améliorer ma vie.

J’ai été très malade la semaine dernière et j’ai perdu 12 lbs en une semaine… sûrement un virus attrapé à l’hôpital. Avec tout le stress vécu au cours des 3 derniers mois, j’ai perdu beaucoup de poids… je suis passé de 237 lbs à 212 lbs… mine de rien.

Autrefois, je m’entrainais beaucoup et je mangeais mieux. Avec tout ce qui vient de se passer, j’ai envie de mettre les chances de mon bord et d’améliorer ma façon de m’alimenter et de faire plus d’activités physique.

Je suis maintenant un fier membre d’éconofitness.. ahah et j’essaie aussi de m’astreindre à un régime végan.

J’en saurai probablement plus au cours des mois qui viennent, mais il est probable que j’aie une tare génétique qui favorise l’agglutination du cholestérol dans mes artères… en gros, ça fait une genre de vase qui bouche les tuyaux et font forcer la pompe jusqu’à ce qu’elle lâche ou se bloque…

Il semble que ça soit le cholestérol issue de produits d’origine animale et les gras trans (trouvés dans les produits transformés de l’industrie alimentaire) qui soient le plus dangereux.

Bien que végétarien, je mangeais encore beaucoup de fromage et d’oeufs (incluant le jaune bourré de cholestérol).

Ça ne sera pas facile, mais voilà 3 semaines déjà que j’ai coupé le fromage (sauf 1 rechute), les oeufs et même la crème ou le lait dans le café du matin.

Je continuerai de manger du poisson gras occasionnellement car un régime strictement végan rend les choses un peu trop compliquées (zinc, fer, oméga 3, iode etc) en terme de gestion des nutriments à mon goût et je veux éviter d’avoir à stresser avec ça pour mes enfants notamment.

Une chose est certaine, tous ces événements me font réfléchir.

J’avais décidé de mettre le focus sur mes dettes cette année au détriment de l’épargne et depuis longtemps j’avais aussi décidé que solder mon hypothèque rapidement était d’une importance capitale. Je ne suis plus certain du tout.

Je suis maintenant prêt à recommencer à épargner et investir dans mon fonds de liberté.

Grosso modo, il me reste un solde de 2k$ sur ma carte de crédit et 6k$ que je dois à ma marge de crédit. On a maintenant 93k$ de solde hypothécaire total après tous les travaux qu’on a entrepris pour rendre la maison propre à la vente. Ce solde inclut ma roulotte de camping. J’aurai donc fait un certain sprint mais je pense que je me sentirais à l’aise de garder 100k$ d’hypothèque sur une maison, montant que je pourrais amortir sur 25 ans.

Avec un taux de 5%, ceci nous en coûterait 582$ par mois plus les taxes, assurance et le chauffage donc disons 1000$ par mois à deux.

Je peux me permettre un loyer à vie de 500$ par mois.

À date j’ai obtenu un rendement composé de 15.3% sur mes investissements depuis 2013 (ça va sûrement se lisser à 6-7% sur du plus long terme) et à peine l’inflation sur ma maison. Il est évident qu’il aurait été plus intéressant s’investir l’argent consacré à la dette hypothécaire. Mais on ne peut pas savoir ces choses là d’avance et une hypothèque demeure un levier financier contre l’emprunteur.

Si on décide de changer de maison, elle coûtera vraisemblablement 350k$ et je pense tirer 215-230k de ma maison actuelle. Avec un solde de 93k$, ça me laisse 225k$ d’hypothèque grosso modo.

Il est clair que je ne veux pas immobiliser 350k$ dans une résidence unifamiliale… ça serait à mon sens une erreur.

Avant de me retirer de la rat race il me faut donc descendre notre solde de 125000$. À coup de 25000$ par an sur le capital, il me faudrait encore 5 ans pour y arriver. Ça me mène à 43 ans…

La question demeure donc en suspend… Qu’est-ce qui est le plus important pour moi et ma famille?

Le temps est une ressource très précieuse et j’en ai déjà dépensé pour près de 38 ans… Il me faut faire très attention aux choix que je ferai prochainement. Ils auront des conséquences importantes sur ma qualité de vie future.

Une lourde hypothèque peut rendre la vie pesante…

En même temps, là où nous habitons, ça ne fonctionne pas avec les besoins et désirs de notre famille… surtout les désirs…

Le temps et l’argent, une éternel sujet de réflexion!

4 Comments

  1. Bazoo

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.