Vous pouvez faire de l’argent ou faire des excuses

Robert Kiyosaki, l’auteur du Best Sellers « père riche père pauvre » la sort souvent celle là « You can make money or make excuse ».

En gros, il laisse entendre qu’on a un rôle important à jouer dans notre succès. J’ai tendance à être plutôt d’accord.

Que ce soit en affaire ou dans les sports, l’un des plus grands ennemi à notre succès, c’est l’ennemi intérieur.

« Moi je ne peux pas épargner car gnian gnian gnian. »

« Moi je n’ai pas un aussi bon salaire que toi, pour toi c’est facile… »

« Moi j’ai une pension alimentaire à payer… »

« Moi je me suis blessé et je ne peux pu travailler alors comment devenir riche? »

J’ai moi-même beaucoup d’ennemis intérieurs.

Récemment, je disais à mon ami Maxime « Moi je ne suis pas superMax… je ne suis pas certain du tout que j’arriverais à épargner 19k$ par an avec 40-45k de salaire… »

Je suis fort pour faire des excuses! Mon cerveau en fait constamment.

J’ai appris au fil des années à en tenir moins compte mais elles font toujours parti de mon paysage mental.

Je ne sais pas si on peut changer drastiquement qui on est et nos patterns mentaux à 100% mais je pense qu’on peut certainement apprendre à être conscients de ceux-ci.

La prise de conscience c’est la première étape vers le succès.

J’ai notamment une grande tendance à sous-estimer mes capacités.

Par exemple, je viens d’obtenir un nouvel emploi que je juge fortement au-dessus de mes compétences. Je sais que je vais arriver à m’en sortir et développer de nouvelles compétences, mais ma première réaction a été ouf… je ne vais pas y arriver. Et la petite voix intérieure revient de temps à autre me dire « tu n’y arriveras pas »…

Tout le monde se remet en question. Tout le monde a des peurs, des craintes, des appréhensions. C’est normal.

La différence entre les gagnants et les perdants réside toutefois dans le fait que les losers se laissent paralyser par leurs peurs. Les gagnants, eux, les canalisent pour les transformer en succès.

Un excellent moyen d’éliminer la peur de l’inconnu c’est, par exemple, de transformer l’inconnu en connu.

Si investir en bourse vous fait peur, alors commencez à vous instruire sur le sujet. Lorsqu’on comprend quelque chose, ça nous impressionne moins et éventuellement on remplace la crainte par la confiance en soi.

Si vous croyez que vous ne pouvez pas faire comme moi, Max, MrJack, Jeune Retraité, RootsofGood, Jacob Lund Fisker, MrMoney Moustache et tellement d’autres, alors vous avez probablement raison… vous n’y arriverez pas. Ok je me compare à des gens qui ont réussi alors que je suis à peine à mi-chemin, mais ça fait partie des moyens de réaliser ses rêves.

Car, si vous vous dites « comment puis-je faire comme ces gens et moi aussi atteindre la liberté financière à un jeune âge ou en peu de temps? », déjà vous commencez à transformer ce qui était « impossible » (selon vous) en quelque chose de possible et même de faisable.

J’ai toujours su au fond de moi que je voulais prendre ma retraite avant 45 ans. Mais plus les années avançaient, plus je me rendais compte que ça devenait improbable.

Un jour, à mes 32 ans, j’ai décidé que ce rêve deviendrait une réalité.

C’est à partir de là que tout a changé. Je me suis mis à m’instruire à fonds sur le sujet. J’ai lancé ce blog pour avoir un journal de voyage qui me garderait focus et je me suis mis à adopter des comportements différents.

Au final, il n’y avait rien de sorcier à tout cela. Il suffisait de savoir quoi faire, comment le faire et surtout de le faire. N’importe qui pourrait faire comme moi. C’est vraiment « bébé-facile ».

Quand le mindset est en harmonie avec l’objectif visé on peut vraiment réaliser de grandes choses, voire même l’impossible!

Mais si l’on croit une chose impossible alors elle peut aussi forcément le devenir.

Pendant des décennies on a cru que l’homme ne pouvait courrir un 100m en bas de 10 sec. Et ce fut le cas jusqu’à ce que Jim Haynes fracasse ce record en 1968.

À partir de ce moment, les sprinters se sont enfilés et ont continué à fracasser ces records.

Il a fallu attendre quand même 2 décennies avant que Ben Johnson descende sous la barre des 9 sec 80 centième. Mais il fut accusé de dopage. Son temps fut annulé et le record resta ainsi longtemps dans les 9 s 80, 9 s 90.

Il fallut attendre Maurice Greene en 1999 pour que ce record descende sous la barre des 9 s 80.

Asafa Powell le batit en 2005, 2006 et 2007 faisant descendre le record à 9 s 74.

Là on s’est dit ça y est… personne ne pourra plus jamais courrir aussi rapidement un 100m.

Eh bien en 2009, Usain Bolt a établi un nouveau record en étant non seulement le premier homme à courrir le 100m en moins de 9 s 7. Mais aussi le premier à le courrir en moins de 9 s 6. Il a littéralement pulvérisé tous les records.

Pensez-y…

Le nouveau record est de 9 s 58. Ça parait être un tout petit incrément mais dans une course de 100m, c’est immense.

Qui le battra?

Les limites existent. Certaines sont infranchissables. Par exemple, arrivera-t-on un jour à courrir le 100m en 5 sec sans support technologique, amélioration génétique etc?

J’en doute.

Il faut être conscient que des limites existent. Mais avant de décider où se situe cette limite, il faut aussi se rappeler que les limites sont faites pour être repoussées.

Alors avant de chercher des excuses pour ne pas réaliser vos rêves, essayer de vous rappeler que ce que vous pensez être des limites, ce sont souvent des barrières mentales que vous vous imposez à vous-même.

Vous pouvez réaliser des choses que vous pensiez impossible. Croyez-y et faites-le tout simplement.

6 Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.