Maxime – Étape importante: 100 000$ en placements boursiers

Ce matin, en jetant oeil sur mes actions, quelle ne fût pas ma surprise de constater que mon compte de placement avait franchi la barre psychologique des 100 000$.

Chers lecteurs, je vous lève mon verre!

Bon, si je veux tempérer quelque peu mes ardeurs, il va s’en dire que la bourse a généralement été très favorable aux actionnaires lors de la dernière décennie.  Remarquez, l’immobilier canadien aussi a bien fait depuis le début des années 2000. 

Ceci étant dit, avant 2015, j’avais seulement un montant marginal d’investi dans des fonds communs de placement, à 2.5 à 3% de frais de gestion (outch!) alors je n’ai pas profité pleinement de toute la belle séquence haussière que de nombreux investisseurs ont vécus depuis 2009.

D’ailleurs, cette poussée a permis à plusieurs investisseurs de garnir leur bas de laine en vue de la retraite ou bien, mieux encore, de pouvoir carrément atteindre leur liberté financière (hourra!).

Mon collègue, et source d’inspiration, le Blogueur Masqué, publiait récemment un article mentionnant qu’avec son capital de 150 000$, son pécule investi dans différentes actions, fructifiant grâce aux rendements obtenus, lui rapportait présentement plus d’argentque les revenus nets issus de son travail salarié.

Il faut dire que c’est une lecture court terme, et l’effet produit est volontaire dans le but de susciter des réactions, mais l’image est somme toute saisissante. 

Il va aussi s’en dire que lorsque cette tendance s’inversera, il faudra plutôt le voir comme une opportunité d’acheter des actions d’entreprises de qualité, sous leur valeur intrinsèque, pour le long terme.  La tête froide de l’investisseur maîtrisant bien ses émotions et sachant ce qu’il fait, c’est important, voire crucial!

Donc, est-ce que j’ai hâte de voir mon capital chuter?  Non.  Mais serais-je content de voir des opportunités attrayantes sur lesquelles pouvoir mettre la main si j’ai des capitaux disponibles?  Oui!

Lorsque je vous parle de bons rendements des dernières années (après 2008), voici ce à quoi je fais référence.

Depuis 1 ans, TSX60 a délivré un rendement annuel composé de 8.21%, alors que le S&P500 a produit un rendement de 9.09%. 

Depuis 3 ans, TSX60 a délivré un rendement annuel composé de 7.70%, alors que le S&P500 a produit un rendement de 12.39%. 

Depuis 5 ans, TSX60 a délivré un rendement annuel composé de 4.95%, alors que le S&P500 a produit un rendement de 9.87%. 

Depuis 10 ans, TSX60 a délivré un rendement annuel composé de 8.33%, alors que le S&P500 a produit un rendement de 14.08%. 

On peut donc dire que nous sommes quelque peu au-dessus de la norme, donc il faut quand même être confiant, mais aussi réaliste par rapport au retour possible à l’équilibre, car la montée des titres de 15% depuis le début de l’année (3.5 mois) est quelque chose d’assez exceptionnel!

Pour ma part, voici comment se déclinent mes épargnes

depuis (septembre) 2015.

2015: 22 000$

2016: 18 000$

2017: 11 000$

2018: 12 000$

2019: 26 000$

Total: 89 000$

En moyenne, c’est donc 17 800$ que j’ai investi annuellement en bourse lors des 5 dernières années.  En fait, j’investi environ 1500$ mensuellement, donc plus ou moins la moitié de ce que je gagne (2 paies / 4).

Au niveau de mes placements, environ 50% de mes placements sont dans de grandes entreprises canadiennes et 50% dans de grandes entreprises américaines.  Mon CELI et mon REER ont aussi approximativement le même montant.

Mon portefeuille de placement vaut actuellement 101 000$.  Le capital investi représente 89 000$ (88%), mes dividendes reçus représentent 4000$ (4%) et le rendement sur mes placements, excluant les dividendes, est de 8 000$ (8%). 

En ce moment, les dividendes comptent pour 33% de l’appréciation de mon capital, alors que le rendement compte pour 67%.

Avec 100 000$ et des poussières, c’est donc 25% de mon objectif de 400 000$ en placements que j’ai atteint.

C’est donc intéressant de regarder ça aller et de constater les résultats que ça donne après 52 mois d’épargne intensive

J’entends donc mettre encore les bouchées doubles pour les 5 à 10 prochaines années et après ça, je crois que je vais être rendu à quelque part d’intéressant dans mon cheminement vers la liberté financière à un jeune âge!

À plus court terme, au niveau de ma valeur nette, je vise à atteindre le 200 000$ avant mes 30 ans, donc avant les 12 prochains mois.  J’en suis actuellement à 180 000$.

En somme, peu importe ce que le futur nous réserve, on garde la tête froide et on garde le cap!

10 Comments

  1. Petes
  2. BarbeRiche

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.