Dividend growth investing et la règle de Chowder

Afin de choisir des titres qui ont le potentiel d’offrir un excellent retour à long terme, un des contributeurs de Seeking Alpha (Chowder) a inventé une règle de pouce simple.

Essentiellement, Chowder se base sur la formule de Miller :

Qualité élevée + dividende initial élevé + croissance du dividende élevée = retour total élevé

En partant de ce principe, Chowder suggère d’additionner le dividende initial d’un titre à la croissance historique du dividende du titre afin d’obtenir un score.

Si le titre :

  • Offre un dividende initial > 3%, sa croissance 5 ans additionnée au dividende initial devrait donner un chiffre > 12
  • Offre un dividende < 3%; sa croissance 5 ans et le dividende initial devrait être > 15
  • Si c’est un « utilities », l’addition des 2 chiffres devrait donner quelque chose de supérieur à 8

Prenons un exemple concret.

CNR a présentement un dividende initial de 1.78%, soit un dividende inférieur à 3%. On s’attend donc à obtenir un chiffre > 15 si on y additionne la croissance moyenne du dividende 5 ans.

Voyons voir ce que CNR a offert en terme de croissance du dividende.

1 an : 10.3%

3 ans : 13.3%

5 ans: 16.2%

10 ans : 14.7%

Ici on obtiendrait donc 16.2% + 1.78% > 15% et selon la Chowder rule, ce serait un titre intéressant.

Cette mécanique simple permet de filtrer les titres afin d’obtenir une liste plus restreinte de titres potentiellement intéressants.

Évidemment, c’est un filtre et comme tous les filtres, il est imparfait.

Disons qu’on prenait la croissance 5 ans uniquement si la croissance 5 ans était > que la croissance 3 ans et > croissance 1 an.

Ici, on laisserait tomber le titre. La croissance du dividende est en effet sur une pente baissière.

Si on prenait plutôt la plus faible moyenne de croissance des 10 dernières années pour appliquer la règle on utiliserait la dernière hausse « décevante » de 10.3% et on y ajouterait 1.78%. Ce chiffre serait inférieur à 15 et donc on passerait par-dessus CNR.

Règle générale, il est vrai qu’un dividende initial élevé couplé à une croissance élevée du dividende donne un retour élevé.

Mais il ne faut pas oublier que ce sont des indicateurs.

Un titre ne va pas bien performer parce que son dividende initial est élevé et la croissance de son dividende est élevé. Il y a d’autres facteurs qui commandent le dividende initial et la croissance du dividende et il faut creuser plus que ça.

La qualité élevée est le facteur clé de départ qu’il ne faut jamais oublier.

Quel est l’avantage concurrentiel de cette cie? Est-il important? Est-il durable? Y a-t-il une barrière à l’entrée? Qui sont les concurrents?

Que se passe-t-il avec les revenus et les marges bénéficiaires? Sont-ils en expansion? Est-ce que ce sera durable? Est-ce que l’expansion est saine?

En général une croissance trop leveragée ou basée sur des fusions acquisitions à répétition est une mauvaise idée.

Quelle est la politique de l’entreprise par rapport au dividende? Au rachat d’actions? Est-ce qu’elle ne devrait pas plutôt retenir ses earnings pour réinvestir dans la business?

La cie peut-elle se payer ce dividende et les augmentations qu’elle souhaite offrir?

Il y a tant de questions à se poser…

N’empêche, la Chowder rule force l’investisseur à mieux timer ses achats.

Par exemple, pour CNR, j’attendrais personnellement un repli avant d’ajouter à ma position. J’aimerais avoir un dividende initial plus haut, d’autant plus que la croissance du dividende est clairement ralentie ces dernières années.

Il y a probablement d’autres titres qui offrent des opportunités plus intéressantes à court terme. Comme d’habitude, ceci n’est qu’une opinion personnelle et non une recommandation d’achat/vente, short etc… 🙂

Certains s’inspirent de la règle de Chowder pour choisir leurs titres. Personnellement, je travaille un peu différemment. Je cherche en général parmi les laggards (52 weeks low) et je me demande « pourquoi est-il au 52 weeks low et est-ce temporaire?

Si McDo a empoissonné un chinois avec un burger mal cuit et que le titre perd 12%… humm c’est un problème à court terme.

Par contre, si l’on se rend compte que la haute gestion de SNC est infiltrée par des ripoux aux pratiques douteuses…. hummm touches pas à ça avec une perche de 12 pieds. Le modèle d’affaire est à revoir…

Je dis ça de même.

Personne ne peut prédire l’avenir avec une accuité de 100%, mais il y a des choses plus prévisibles que d’autres.

Par exemple, quand j’ai acheté Flower Food, il y avait une grève ou un conflit de travail important avec les employés (de mémoire). Ils ont fini par leur donner quelque chose… un nonos sûrement (aucune idée) et c’est rentré dans l’ordre. Je suis à plus 44% sur ce titre.

Quand tout le monde capotait en disant que GWW allait se faire manger par Amazon.. le titre a plongé en fou. Moi je n’avais pas de liquidité pour ajouter. Max oui! J’ai été dans le rouge longtemps suite à cette vague de peur… un peu après : +48%.

Acheter une cie de qualité qui vit un trouble temporaire permet souvent de se donner une marge de sécurité. La Chowder rule permet aussi d’identifier des titres qui sont potentiellement dans la même situation.

Mais, parfois vaut mieux acheter des titres qui font constamment des new high… Amazon, Google, Alibaba etc… le 52 week low, c’est presque toujours aujourd’hui avec de tels titres.

Quand on investit en bourse, il n’y a pas de technique ou de solution miracle. Mais avoir une technique aide à éviter des erreurs.

Buffett suggère plusieurs choses :

  • Mieux vaut acheter une cie formidable à un bon prix qu’acheter une bonne cie à un prix formidable. La qualité ça se paie.
  • Une action n’est pas un billet de loterie, c’est une part d’une entreprise qui a des employés, des produits/services. Il faut donc s’assurer qu’elle opère bien. Les revenus d’opération, la rentabilité, ça ça va driver le titre à moyen/long terme. C’est le plus important, la raison d’être d’une entreprise.

2 Comments

  1. Maxime

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.