Quand quitter la rat race n’est même pas une option

Notre société est imparfaite. C’est normal. La perfection n’est pas de ce monde. Mais, malgré ses imperfections, nous possédons quelque chose de précieux, une certaine possibilité disponible pour le plus grand nombre de vivre une grande liberté.

La plupart des gens ne profitent pas de cette possibilité et se complaisent dans la rat race et la surconsommation, mais la possibilité existe néanmoins. Les gens peuvent épargner et accumuler des ressources qui leur assureront des revenus passifs qui remplaceront un jour leurs revenus actifs.

Il est même possible de penser prendre sa retraite jeune.

Mais même à l’intérieur de la rat race ils ont la liberté de changer d’emploi, mais aussi de déclarer faillite. Notre employeur ne nous possède pas au sens littéral du terme.

Nous sommes toutefois loin d’avoir tous la même chance.

L’esclavage moderne, le réel esclavage moderne existe encore et c’est d’une tristesse sans nom.

Je viens de terminer la lecture de cet article dans lequel on parle de réfugiés climatiques qui ont du quitter leur petit lopin de terre pour travailler dans des fabriques de briques pour rembourser les dettes rachetées par leur nouveau patron.

Le nouveau patron possède la dette. Il possède donc le débiteur. Cela en soi est tout simplement inacceptable. Le patron se trouve en conflit d’intérêt. Il s’achète de la main d’oeuvre en achetant leur dette à la manière dont on achetait un esclave autrefois.

Pour des dettes de 2500$ à 4000$, ces humains sont voués a l’esclavage à perpétuité. On ne parle pas de millions ici… on parle de quelques semaines de salaire occidental.

Par exemple, « Sov a emprunté 2500 dollars quand elle a commencé à travailler à la fabrique. Vingt ans plus tard, à 57 ans, elle doit le double. »

D’ailleurs, ce qui semble être l’une de ses plus grandes craintes, c’est de devoir laisser cette dette à ses enfants qui seront alors esclaves à leur tour.

L’argent serait en général emprunté à des banques ou à des sociétés de micro-finance… ah oui? Les micro-prêts à l’origine de la création d’esclaves outremer?

Pour chaque 10000 briques transportées (dix mille oui!!), ils gagnent 7.50$.

Pas de sens… supposons que 100% du 7.50$ serait affecté à la dette et qu’aucun intérêt ne serait chargé sur cette dette, il faudrait transporter (sur quelle distance?) 5.4 millions de briques pour rembourser sa dette. Ça prend combien de temps faire ça?

Évidemment, les conditions de travail semblent excécrables et les travailleurs se retrouvent avec des problèmes de santé coûteux… en plus de devoir se loger et se nourrir. Alors le 7.50$ est alloué à d’autres postes de dépense.

Les gens ne peuvent pas partir en vacances ensemble, on garde des membres de leur famille en otage, de peur qu’ils ne reviennent plus s’acquitter de leur dette.

C’est le monde à l’envers… tu travailles pour payer ton patron plutôt que le contraire.

C’est quoi 2500$ pour vous et moi? La liberté d’une femme et de ses enfants est en jeu pour 2500$.

Je trouve intéressant que des journalistes soulèvent ces choses. Mais une fois que j’ai lu ça je fais quoi? À part trouver ça désolant assis dans le confort de mon sofa…

Oh.. je ne suis pas mieux. Je relaie l’information sur mon blog… sans solution… qui est Sov? Comment fait-on pour l’aider? Comment, en l’aidant, peut-on faire pour ne pas créer un marché autour de cette aide? Car si on se cotise et rachète sa liberté, forcément des gens malfammés vont y voir une opportunité…

Bref… je tourne en rond.

Avec les changements climatiques et ce que je considère être aussi un problème de surpopulation humaine à l’échelle mondiale, ces choses là ne vont pas s’améliorer…

Un réchauffement climatique pourrait attirer bien des gens de pays (trop) chauds vers le nord… au contraire, une glaciation nous pousserait nous à descendre au sud.

Aucun humain, ni sa descendance n’est à l’abri de se retrouver victime de ce genre de situation.

Imaginez-vous devoir quitter le Québec pour vous installer au Mexique disons… vous ne parlez pas la langue. Vous n’avez pas de statut légal (droits) et n’avez pas le droit non plus de vous trouver un travail (à condition même que les locaux veuillent vous embaucher…). Vous êtes affamés et vos enfants aussi mais comme toutes les terres sont possédées par le capital, vous ne pouvez pas vous établir nulle part et encore moins exploiter les ressources qui s’y trouvent (ne serait-ce que cueillir la nourriture ou capturer un animal) nécessaires à votre survie.

Que vous reste-t-il? Le vol? Et s’en aller en prison ou se faire abattre? Contracter un prêt douteux que vous savez ne jamais pouvoir rembourser dans ces conditions et ce, simplement pour pouvoir nourrir vos enfants de nourriture de base…

Les réfugiés climatiques ou de guerre sont des laissés pour compte du capitalisme. À moins de réussir à prendre de force des ressources ou d’avoir la chance de trouver une nation accueillante, ils sont échec et mat.

Lors de la dernière glaciation, 3-5 km de glace recouvraient le Québec et ce jusqu’en Illinois. Nul doute que la vie humaine devait s’y faire rare voir inexistante et que lors de la prochaine glaciation, même le stade olympique sera réduit en poussière. Le climat peut causer de grandes migrations… la différence étant qu’autrefois la terre n’était pas si peuplée.

En attendant je me dis wow… juste d’être né ici en amérique au 20e ou 21è siècle c’est une bénédiction. C’est gagner à la loterie de l’ovule!

Nous sommes chanceux de vivre dans un régime qui ne permet pas ce genre d’abus. Il faudrait être naïf pour croire que la traite de personne n’existe pas au Canada. Mais si les autorités étaient au courant, elles interviendraient.

Évidemment l’esclavage salarié légal existe sous d’autres formes mais elles ne sont pas comparables à celle-ci. Nos patrons ne nous tiennent pas pour une dette et ne gardent pas nos proches en otage pour s’assurer qu’on ne se sauve pas. Nous nous mettons nous même à l’état de servage de par nos propres choix et notre propre surconsommation.

Clairement, l’endettement est à la source du servage. Vaut mieux donc l’éviter autant que faire se peut.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.