Apprendre à résoudre des problèmes ouverts pour atteindre la liberté financière rapidement

Traditionnellement, l’école nous a appris et apprend à nos enfants à résoudre des problèmes fermés. Résumé à sa plus simple expression, on donne à un enfant un problème à résoudre, disons x+3 = 10 et on lui enseigne la méthode pour trouver la solution à ce problème.

Puis, on lui donne 100 problèmes identiques à résoudre afin qu’il pratique la méthode.

Comprendre ce qu’il fait n’a au final que peu d’importance. Ce qui est important, c’est de connaître la méthode, de pratiquer beaucoup, pour avoir une bonne note, pour ne pas se faire chicaner (behaviorisme) et donc éviter la « souffrance ».

C’est super! On répète ce système tout au long de notre scolarité et on apprend à résoudre des problèmes fermés de plus en plus complexes comme par exemple, les équations quadratiques ax^2+bx+c ou l’on doit résoudre x grâce à la méthode (b^2-4ac) et la factorisation.

Bien des gens ne l’ont pas compris celle là d’ailleurs et pour être honnête, il me faudrait moi-même replonger dans mes livres pour réapprendre la méthode car, avouons-le, la vie de tous les jours nous offrent peu souvent l’opportunité d’avoir à résoudre des équations quadratiques.

Au CEGEP, on se met ensuite (à condition de ne pas aller vegder en sciences humaines sans maths) à étudier le calcul différentiel et intégral pour mesurer, par exemple, la pente de la tangente à la courbe qui représente la fonction que l’on dérive (humm humm…). Puis on apprend à résoudre des équations de plus en plus complexes grâce aux matrices notamment. Je dois avouer que c’est là que j’ai commencé à décrocher…

Je veux dire, c’est intéressant (même si j’avoue avoir rarement réellement compris ce que je faisais et pourquoi car c’était loin de me passionner à ce stade… j’étais davantage passionné par les femmes à l’époque ahah) mais dans la vie de tous les jours, ça sert peu au commun des mortels.

Apprendre à résoudre des problèmes fermés est important. Ne serait-ce que pour la culture générale et pour former les futurs scientifiques de demain. Par exemple, le calcul différentiel et intégral permet de prouver la loi de Galilée, que la distance parcourue en chute libre est proportionnelle au carré du temps écoulé depuis un lâcher sans vitesse initiale, et la forme parabolique des trajectoires des projectiles et des jets d’eau. Ouff… j’ai pris ça ici lol

Mais, dans la vie de tous les jours et pour le commun des mortels, savoir additionner, soustraire, multiplier, diviser, possiblement utiliser pythagore et résoudre x dans une formule simple est en général suffisant.

Ce qu’on a beaucoup à résoudre, par contre, ce sont des problèmes ouverts, comme par exemple, comment attirer l’attention de la belle brunette assise en diagonale, réussir à ce qu’elle me perçoive comme « intéressant », qu’elle accepte une invitation à sortir et en faire possiblement ma copine ou au minimum m’accoupler avec elle pour le plaisir?

Dans un problème fermé, il y a une ou 2 solutions, en général, et une méthode connue pour trouver cette solution.

Dans un problème ouvert, la seule chose qu’on connaît, c’est le, ou plus souvent qu’autrement, les résultats attendus ou espérés.

Ça, l’école nous a peu préparé ou entraîné à en résoudre. Or, dans la vie, c’est le plus important peut-être.

La vie (dans notre société) est constituée plus souvent qu’autrement, d’une série de problèmes, petits et gros, qui sont bien souvent des problèmes ouverts.

Et en finance personnelle, ça peut faire toute la différence entre une retraite jeune et une retraite tardive.

Comme l’école nous a peu appris (ou pas du tout) à se débrouiller pour résoudre des problèmes ouverts ou complexes (plusieurs méthodes pouvant mener à plusieurs solutions satisfaisantes), le marché y a palié.

Les méthodes et les solutions pullulent sur le web, dans les médias, dans les grandes surfaces…

Pour chaque problème, une solution toute faite existe et évidemment, cette solution est rarement gratuite et peut être payée en un ou plusieurs versement, achetée comptant ou à crédit.

Les gens, à force, ont intégré que pour régler des problèmes, il leur fallait dépenser/acheter soit quelque chose, soit les services d’un expert pour régler leur problème.

Le toit coule, il faut appeler un couvreur… le robinet coule ou la toilette est bouchée, il faut appeler un plombier. La voiture est « brisée », il faut appeler une dépanneuse et un mécanicien.

Je veux cesser de travailler à temps plein et vivre une vie riche et libre, où est la méthode?

Les gens prennent rarement le temps de réfléchir. Lorsqu’un problème survient, on applique la méthode pour le résoudre et cette méthode consiste en général à trouver un expert ou un produit en échange d’argent.

Or, lorsqu’on est salarié, on échange notre temps contre notre argent. Et c’est là où ça entre en contradiction avec notre autre objectif « cesser d’être un esclave-salarié le plus rapidement possible et vivre une vie riche et libre ».

Vouloir atteindre la retraite jeune est un problème complexe et ouvert qui possède de nombreuses solutions simples, complexes, variées.

Il n’y a pas une seule méthode pour y arriver. C’est plutôt un ensemble de méthodes, de comportements et de décisions qui peuvent vous y mener plus ou moins rapidement et le résultat visé peut varier grandement d’un individu à l’autre.

Le problème que nous avons tous lorsque nous tentons de résoudre ce problème, c’est que nous appliquons nos méthodes de résolution de problèmes traditionnelles.

On se fixe par exemple un objectif simple et quantifiable, disons, je veux 1,000,000$ et on cherche à résoudre l’équation « comment accumuler 1M$ en X années.

On se met alors en quête de méthodes et on fait des calculs.

Évidemment, on se rend vite compte que d’accumuler 1M$ prendra du temps, trop de temps, à moins de gagner plus…

Alors, on cherche des solutions qui permettent d’y arriver plus rapidement et en général on vise donc plus de rendement, quitte à prendre des risques indus.

Moi je me suis mis à grimper la corporate ladder car plus d’argent me permettait d’épargner plus et donc d’atteindre plus rapidement mon objectif.

Mais, il aura fallu du temps avant que je commence à penser différemment. Et c’est loin d’être terminé cette réflexion.

Néanmoins, en gagnant plus, je me suis quand même facilité le travail d’épargne. Alors ce n’était pas un coup d’épée dans l’eau.

Mais, qu’est-ce que je veux au fond?

Je veux réduire fortement mes obļigations envers autrui afin d’avoir la liberté de gérer mon temps à ma façon et selon mon bon plaisir.

Je suis prêt à faire des sacrifices matériels pour ça (car ce ne sont pas de grands sacrifices pour moi) mais pas à vivre dans un arbre non plus. Il y a un minimum qu’on juge essentiel ma femme et moi et nous avons de la difficulté à aller vers les extrêmes. Mais, au fil de nos réflexions, ce minimum tend à changer et à descendre.

L’être est plus important que le paraître et c’est définitivement plus important que l’avoir.

Le temps passé à éduquer mes enfants, à m’amuset avec eux, est plus important qu’une nouvelle promotion. Notamment, j’ai refusé une opportunité de gagner 30000$ brut de plus par an récemment… c’était pas du tout cuit, mais je faisais parti de la liste des quelques candidats potentiels et j’ai juste dit : passe au suivant. Je n’ai aucun regret. Cet emploi aurait probablement détruit ma vie familiale (voyages d’affaire tous les mois, stress, des heures de plus tous les jours etc…).

Ce que je veux, au fond, c’est résoudre un problème ouvert. Il n’y a pas qu’une seule solution menant au résultat escompté.

En quoi savoir résoudre différemment des problèmes peut me rapprocher de mes objectifs?

En brisant le cycle problème à résoudre = dépenser (produit/expert), on peut faire des économies d’échelles surprenantes qui réduisent notre dépendance à l’argent, réduisant par le fait même nos besoins en matière d’argent et donc notre besoin de travailler pour l’argent.

Or, si on a besoin de moins d’argent, 1M$ n’est probablement plus nécessaire pour atteindre la liberté financière. Ça ouvre de nouvelles possibilités et même, atteindre la complète liberté financière en soi peut devenir optionnel.

Car, être libre de son temps peut inclure travailler pour soi, à son rythme et selon ses passions et intérêts.

On n’a pas besoin de rendre les choses compliquées. Juste briser le cycle problème à résoudre = acheter et le remplacer par :

Problème à résoudre = réfléchir >> solution;

Peut permettre grandement de réduire notre dépendance à l’argent.

Lorsque survient un problème, on peut en effet prendre le temps de réfléchir et de choisir parmi une vaste liste de solutions satisfaisantes.

Par exemple, concernant le besoin de se protéger des intempéries (se loger), sur un spectre, on peut :

  1. Dormir à la belle étoile sous une toile / hamac
  2. Dormir dans une tente
  3. Dormir dans une yourte / igloo / wigwam
  4. Dormir dans une roulotte
  5. Dormir dans une van
  6. Dormir sur un bateau
  7. Dormir dans une cabane / un camp
  8. Faire du couch surfing
  9. Louer une chambre
  10. Louer à l’hôtel
  11. Louer un appartement
  12. Acheter un condo
  13. Acheter une maison mobile
  14. Acheter un bungalow
  15. Acheter un cottage
  16. Acheter une maison trophée

J’en oublie c’est sûr! Mais on a vraiment beaucoup de solutions au même problème.

Et ça s’applique à tout. Par exemple, la toilette flush pu…

  1. Youtube/ Google / Bibliothèque
  2. Démonter la toilette pour en comprendre son fonctionnement
  3. Jaser au gars de chez Rona en amenant des photos
  4. Appeler le beau-père patenteux
  5. Appeler mon ami plombier qui me doit un service
  6. Appeler un plombier $$$

Payer devrait être l’option de dernier recours. Apprendre à reparer les choses, comprendre comment elles fonctionnent, est non seulement valorisant, c’est aussi moins coûteux en général et ça développe la richesse intellectuelle.

Conclusion

Apprendre à envisager différentes solutions gratuites avant de paer pour régler un problème et apprendre à résoudre des problèmes ouverts ou complexes comportent de nombreux avantages, dont des avantages financiers.

Resources :

https://mste.illinois.edu/users/aki/open_ended/WhatIsOpen-ended.html

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.