Travailler plus fort vs travailler plus intelligemment

La plupart des gens font ce qu’on leur enseigne.

Va à l’école, travaille fort, obtient de bonnes notes, un bon diplôme et ensuite une bonne job.

Travaille fort, obtient des promotions et gravit les échelons.

C’est ce que moi j’ai fait. Un bon petit soldat bien dressé.

Me voilà bien ancré dans l’échelle… je pourrais continuer de monter les marches… on me l’a proposé encore récemment mais j’ai dit non.

J’ai dit non à au moins 40000$ plus de paye annuelle potentielle. À court terme j’aurais eu 5000$ de plus que maintenant et avec les nouveaux échelons il m’aurait fallu près de 8 ans pour atteindre ce sommet… or c’est plus d’heures, plus de politique, plus de stress, plus de bullshit corpo etc… plus de tout ce que je n’aime pas.

Il y a quelque années, j’ai réalisé quelque chose d’important. Ce pattern, c’est le piège de la rat race.

Tu vis de chèque de paye en chèque de paye, tu payes de plus en plus d’impôts et de taxes (c’est de loin ma plus grosse dépense) et le stress t’assailles car, plus on monte dans l’échelle, plus l’air se raréfie et plus la pression nous écrase… les gens sont plus enclins à se faire des jambettes et à essayer de nous pousser en bas de l’échelle…

Heureusement, il y a près de 6 ans, j’ai commencé à changer mon pattern. Je me suis mis à dépenser largement moins que ce que je gagne et à investir cet argent.

Je me suis mis à m’éduquer à propos des finances et de ce que font les riches.

Je me suis mis à apprendre comment atteindre la liberté financière et j’ai échaffaudé un plan qui me va pour y arriver dans un lapse de temps acceptable pour moi (10-12 ans).

Parallèlement, je me suis mis à lancer une micro-business qui crache des revenus passifs… pas beaucoup, mais suffisament pour comprendre que j’avais emprunté la mauvaise voie.

L’adage travailler fort ne voulait pas dire travailler fort à l’école ou pour un employeur, mais travailler fort pour soi. Pas comme travailleur autonome, mais bien comme entrepreneur.

Encore là, il est facile de tomber dans le piège de la rat race même comme entrepreneur.

On réfléchit, on trouve une formule magique et on se met à l’exploiter sans ne plus réfléchir… on se crée notre propre rat race et on rate des opportunités.

C’est aussi ce que j’ai réalisé avec les sites de niche. Je mettais beaucoup d’heures pour ajouter quelques sous par jour à mon revenu passif. Je le savais mais je continuais parce que je savais comment faire ça.

Me voilà maintenant, quelques années plus tard, avec une cie qui rapporte 35$ de profit en moyenne par vente. Oh, je gagnerais probablement plus d’argent si je vendais tout ce qui est lié à ma niche, mais personnellement, faire 4$ ou 10$ de profit pour emballer un item, me déplacer au bureau de poste, remplir un formulaire d’adresse, attendre en ligne et payer, je ne trouve pas ça optimal. Je pourrais optimiser ça évidemment… payer pour le service de pickup mais quand même.

J’aurais pu rester en mode « rat race » avec cette business et faire simplement de la vente face to face. Mais je cherche à optimiser mes revenus, pas à travailler plus fort.

Le seul endroit où il faut travailler fort, c’est sur les méthodes pour faire de l’argent, faire plus d’argent en fait en travaillant moins, pasen travaillant plus fort sur la manutention.

J’essaie donc de rester à l’affût des opportunités d’optimiser ma business. Rapidement on a implanté le dropshipping comme une norme. Au moins 30 à 40% de nos ventes sont faites ainsi déjà.

Tout ce que j’ai à faire c’est de prendre un paiement puis de commander chez mon fournisseur.

Éventuellement, si je pouvais coder un logiciel pour faire ça à ma place… le client achète de lui-même sur la plateforme et automatiquement la commande se passe chez le fournisseur, ça serait le rêve!

35$ par transaction c’est bien. Trois ventes par jour = 38,000$ de revenus par an. On s’est rendu presque à ça récemment. Mais, on est retombé à 1.5-2 ventes par jour.

Imaginons maintenant qu’on tombe à 50$ de profit par item et 3 ventes par jour. Et voilà 55000$ par an de revenus.

Je ne voudrais pas dépasser 3 ventes par jour en face à face… trop contraignant. Mais en dropshipping, je pourrais faire 20 ventes par jour sans problème. Je pourrais même payer quelqu’un pour entrer les commandes chez mon fournisseur si faire un logiciel est trop compliqué.

Je travaille fort sur les deux plans dans mes temps libre. Soit augmenter le nombre de ventes par jour en trouvant de nouveaux items et en optimisant mes publicités, soit en cherchant des alternatives pour payer mes items moins cher.

Une chose est certaine, quand on commence à comprendre et expérimenter le potentiel que ça a d’être à son compte on commence à se dire qu’on s’est fait leurrer comme un idiot par le système.

J’espère pouvoir dire dans peu de temps que j’ai trouvé une façon de faire 50 ou 100$ par vente sans trop d’effort… et pourquoi pas davantage? On se limite nous-même en fait.

Personnellement, j’ai décidé qu’en bas de 35$ par vente, ça ne valait pas mes efforts. Mais j’ai décidé ça un peu arbitrairement. Je ne me suis pas lancé dans de savants calculs. Ça s’est juste imposé de soi.

Rien ne m’empêche de décider de faire 1000$ par vente… c’est vraiment moi qui se limite… une vente par semaine et j’aurais 52000$ de profit en bien moins d’efforts…

Il faut travailler plus intelligement. Pas plus fort et il faut comprendre que notre pire ennemi vers le succès, c’est nous-même.

Il faut apprendre à penser grand!

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.