Mon taux d’épargne en 2018

Pour le plaisir, j’ai décidé de calculer mon taux d’épargne pour 2018 en utilisant la formule présentée sur le site LesIngenieux.com.

L’auteur du blog Retraite101 prétend avoir un taux d’épargne de 46% pour 2018.

Ce n’est pas un concours, mais ça m’a rendu curieux ahah!

Je ne suis pas hyper fier de ma gestion financière en 2018. Ma femme a perdu des revenus suite à 2 congés de maternité et la charge financière est retombée sur moi en quelque sorte… ça a clairement affecté ma capacité à épargner et je me suis réendetté. Donc, je suppose qu’il faudrait que je soustrais à mes épargnes mes nouvelles dettes mais plusieurs sont liées au démarrage de mon entreprise alors tout ça devient un peu trop compliqué pour les besoins de la cause.

Je vais donc faire le calcul en gardant les choses simples.

La formule se décline comme suit.

Te = E + P + C / R + P + C où

Te = taux épargne

E = épargne achetée avec le revenu net

P = pension

C = cotisations au régime de retraite prélevé à la source

R = revenu net

Je vais ajouter le capital remboursé à ma maison au numérateur car c’est une partie importante de mon plan.

Donc :

19297$ (épargne) + 2500$ (REEE) + 6143$ ( pension estimée employeur selon mon relevé de rémunération globale) + 6600.73$ (cotisations pension) + 10496.83$ (remb capital hyp) / 59171$ (emploi) + 6356.13 (rqap) + 6143$ + 6600.73

Selon ce calcul, mon taux d’épargne est de

45037.56$ / 78270.86 = 57.54%

Sans le capital hypothécaire : 44.1%

Intéressant calcul.

Selon ces résultats, il me faudrait environ 13.5 ans pour arriver à atteindre la liberté financière. Or, je voudrais y arriver en 10 à 12 ans Pour arriver à prendre ma retraite en moins de temps, je devais épargner entre 22000$ et 24000$ par an, or cette année j’aurai épargné un peu plus de 19000$.

Dans le calcul, j’ai ajouté la cotisation au REEE comme faisant partie de mes épargnes mais je n’ai pas ajouté les allocations familiales dans les revenus. Je n’ai pas non plus considéré les subventions au REEE. L’impact de tout cela est minime. Si je retire la cotisation au REEE, mon taux d’épargne est de 54.3%.

Disons donc que j’épargne au moins 50% de mes revenus. Pas mal. Je pourrais certainement faire mieux si j’étais seul maître à bord mais j’ai une vie familiale à gérer et ma femme ne s’intéresse pas beaucoup à mon projet… pour être bien honnête et elle n’y participe à peu près pas non plus. Donc mon contrôle sur mes dépenses est imparfait et souvent teinté des « exigences » de madame qui est pas mal dépensière. Ahah

Je vais devoir travailler là-dessus… car atteindre la liberté financière à un jeune âge est beaucoup plus facile si les deux membres du couple oeuvrent dans la même direction. Mais on ne sort pas avec quelqu’un pour le changer alors… pas évident tout ça.

Publié le
Catégorisé comme Frugalité

Par Le blogueur masqué

Bonjour, je suis le blogueur masqué. Comme vous, je suis un esclave moderne confiné au 9@5, propriété d’une grande corporation américaine. Ils nous ont dit, lorsque nous étions jeunes, que nous allions vivre dans une société de loisirs et que les avancées technologiques allaient nous permettre de ne travailler que quelques heures par jour. Pourtant, nous vivons dans un monde où règne le stress et l’incertitude. Ma situation pourrait être bien pire et je le sais. Il y a tant de gens qui souffrent sur cette planète. Mais, une cage en or demeure une cage. Au moins, j’ai un plan pour m’évader. Je vais prendre ma retraite de la « rat race » avant 45 ans et vivre de mes revenus passifs! C’est un rêve si puissant que je vais tout faire pour le réaliser! Pour bâtir ma fortune, j’investis principalement dans des titres boursiers qui versent des dividendes en croissance années après années.

17 commentaires

  1. Je suis bien content d’avoir établi une norme pour le calcul du taux d’épargne. Du moins dans notre nano-communaité de blogueurs IF québécois!

    Nous n’avons pas non plus inclus les allocations familiales dans notre taux d’épargne, ni notre retour d’impôt en fait, qui se chiffre toujours entre 4 000 et 6 000 selon les déductibles pour l’immeuble et les frais de garderie. Donc notre 46 %, incluant la maison serait plus haut possiblement au dessus de 50 % aussi.

    Il faudra que vous m’expliquiez, toi et Retraite101 comment vous comptez le taux d’épargne si votre partenaire de vie ne fait pas partie de l’équation. Elles ont une part des dépenses et revenus actuels et futurs (en assumant que vous restiez ensemble ce que je vous souhaite bien sûr 🙂 ) ! J’imagine que ça complexifie les calculs.

    Ultimement, comme tu as déjà dit dans ta réponse à mon article (https://lesingenieux.com/2018/09/14/le-taux-depargne/), ce qui compte à la fin c’est combien tu as mis de côté et est-ce que tes revenus passifs peuvent subvenir à ton train de vie.

    1. Avec mes experiences de vie, j’ai decide en 2012 que mes finances allaient etre gerees de facon individuelle.
      Ma conjointe partage avec moi les frais fixes a 50/50. Pour le reste on gere chacun nos revenus et depenses. Ça evite les chicanes d argent. On s est fait un contrat de vie commune. Ce qui est a moi est et restera a moi.
      Evidemment avec des enfants ca complique la donne et là ya la Lebel qui veut aller mettre son grand nez dans le droit de la famille… va falloir regarder ca avec attention. Je ne me suis pas marié justement pour me soustraire au patrimoine familial….
      Bref je m’eloigne du sujet.
      Donc pour mes calculs je calcule simplement en individuel.
      Je ne suis pas sur de bien comprendre quelle etait l’item de ta question que tu voulais preciser?
      Les depenses communes sont la bouffe, la maison et les enfants.
      Honnetement les enfants on y va a l oeil. La bouffe c est notre point de discorde et la maison on paye 50/50.

  2. En effet on s’éloigne du sujet. Je voulais seulement comprendre si vous visiez l’IF les deux en même temps, ou si par exemple, lorsque tu vas atteindre ton objectif personnel d’épargne, ta conjointe va continuer de travailler ou pourra embarquer avec toi.

    1. Ah… non c’est solo. Je vais etre FIRE et pas elle… comme MrJack. Mais une fois la maison payée, disons que ses besoins en revenus vont chuter pas mal..possible qu’elle decide de juste vivre de notre petite cie.

    2. Même chose ici. Je vais atteindre l’indépendance financière avant elle (à ~42 ans). Mais, à partir du moment que j’aurai atteint l’IF, elle va continuer de travailler à temps partiel…

  3. BM,

    Effectivement, ce n’est pas un concours du taux d’épargne le plus élevé… Mais, 57%, wow! Bravo!

    Tout comme toi, ma femme ne travaille pas. Elle reste à la maison pour s’occuper de notre enfant, car nous ne l’envoyons pas à la garderie. Tu le sais, c’est un choix personnel (valeur) et non un choix financier. C’est moi qui paye pour presque toutes les dépenses de notre famille : hypothèque, épicerie, dépenses reliées à la voiture, etc. Cela diminue donc le montant disponible pour l’épargne…

    Moi aussi, je n’ai pas inclus les allocations familiales dans le calcul du Té. Mais, au salaire que nous faisons (~120k$ brut), les allocations familiales ne sont pas élevées et cela n’a donc pas beaucoup d’impact sur le Té.

    J’ai moi aussi inclus mes 2 semaines de RQAP qui me restait. Par contre, je n’ai pas inclus le remboursement d’impôts.

    Pour le REEE, moi aussi j’ai inclus le capital versé dans le REEE, car nous prévoyons reprendre le capital (transférer dans nos REER) et laisser les subventions et les intérêts à notre (nos) enfant(s). Par contre, j’ai inclus seulement la moitié du capital REER (l’autre moitié sera à ma femme) dans le calcul du Té, même si je cotise le plein montant.

    C’est un peu la même chose pour le capital de la maison. J’ai inclus seulement la moitié du capital remboursé sur l’hypothèque, même si dans la réalité c’est moi qui fais le remboursement au complet.

    Bref, nous sommes sur une bonne lancée avec l’année 2018. Il faut garder (et augmenter si possible) la cadence pour atteindre nos objectifs…

    Bonne Année 2019 (quelques heures à l’avance)!
    R101

  4. BM, en passant, ton « Épargno-mètre 2018 » dans la barre latérale n’est pas à jour 🙂 Anyway, tu peux faire le « reset » pour 2019 😛

  5. Oh… Je vais pouvoir me gonfler les pectoraux un peu plus… 🙂 J’avais oublié d’inclure un investissement de 5000$ que j’ai fait dans mon CÉLI en janvier 2018. Tant qu’à faire des changements dans mon calcul, j’ai aussi ajouté l’investissement que j’ai fait hier dans une campagne de financement participatif en capital (GoTroo). De plus, j’ai ajouté le bonus de référencement d’employé que j’ai reçu aujourd’hui.

    Lorsque j’inclue ces changements, mon taux d’épargne pour l’année 2018 est de 51%! 🙂 J’ai mis-à-jour l’article sur mon blog…

      1. Je ne l’avais pas oublié en tant que tel… Mais pour une raison que j’ignore, la formule SUM de la ligne CELI dans mon fichier Excel commençait au mois de février. Bizzare.

  6. Wow, et formule intéressante.

    Pour ma part, je calcule selon mes épargnes/ par les dépenses restantes une fois que j’aurai atteint ma FIRE, donc ma formule est épargne nettes/ dépenses torales – (hypothèque + reer + celi).
    Je ne compte pas les revenus des gouvernements parce qu’en FIRE, on n’y touche pas avant longtemps, et qui sait s’ils existeront encore… je les considère donc comme un coussin de sécurité, mais pas dans ma visée d’épargne maximale. Ceci dit, 2018 a été non seulement nulle, mais même négative pour moi… entre les dépenses inhabituelles pour mes soins de santé et mes investissements de fin d’année dans ma formation d’aspirante pro bloggeuse, j’ai un solde négatif pour la prmière fois en dix ans… je n’aime pas ça, surtout que je voulais essayer de vivre sur une paie d’avance cette année… mais comme la bourse qui droppe et remonte, je vois mes achats de cours comme un achat avec promesse de rendements à venir, alors… je vais quand même faire attention et limiter les excès pour 2019, mais aussi m’occuper à générer ces rendements:) Mais tout de même, au contraire des années passées, mon plan FIRE n’a pas avancé et a même reculé suite à la baisse de mon portefeuille (et de la bourse) et mon absence d’économies au final… ouaip, je peux dire qu’entre mon urticaire chronique, les dépenses accrues qu’il a causé et la bourse, 2018 a été ma pire année depuis un méchant bout… Et vous? Quel est votre bilan pour 2018?

    1. Ooops, je me suis trompée dans ma formule de taux d’épargne. C’est, en fait épargne/revenus x 100. Pas de fla fla ;p L’autre formule, sans l’hyptoèque etc., me permet plutôt d’identifier combien j’aurai besoin de revenus en FIRE pour maintenir mon niveau de vue actuel.
      Faites-vous aussi ce type de calcul?

      1. Mireille, honnêtement pas vraiment… il en est de même du suivi de ma valeur nette…
        Ce qui m’intéresse c’est le cashflow.
        Par exemple, en 2018, si je regarde les épargnes ajoutées et le solde de départ de mon compte de courtage, je suis dans le moins. Mais niveau cashflow, ça avance bien. Fin 2017 j’avais 3584$ de revenus de dividendes et en date d’aujourd’hui j’en suis à 5072$. J’ai donc ajouté 1488$ par an à mes revenus passifs de dividendes. Je suis très satisfait. Évidemment, une grosse partie de mes revenus de dividendes est en US donc ça varie en fonction du taux de change, mais j’ai quand même ajouté plus de 1000$ de revenus récurrents à mes revenus d’investissement.
        C’est ce que j’aime de cette technique. Même si la bourse fait du surplace ou régresse, tu continues d’avancer.
        Au final, on paie avec nos revenus. Alors mon focus est sur le revenu.
        Que j’ai 250k ou 300k de valeur nette ne change rien pour moi et mon taux d’épargne n’en dit pas davantage sur la progression de mes revenus passifs.
        5000$ en dividendes par an par contre, ça ça me donne un bon indicateur à savoir où j’en suis.
        Évidemment, au départ il faut savoir de combien on a besoin pour vivre.

        Dans mon plan, j’ai prévu de solder mon hypothèque et toutes mes dettes. Donc pour vivre j’aurai besoin de tres peu… de quoi les taxes, chauffage et assurance de la maison, un peu de budget pour le transport et un peu de budget pour la bouffe.

        Ça c’est pour atteindre la liberté financiere, couvrir ses besoins de base.
        J’estime que 15000$ par an serons suffisants pour ça.
        Je veux le couvrir avec mes revenus de dividendes.

        Je tirerai ensuite d’autres revenus de la valeur de rachat de mon fonds de pension puis je suis convaincu que je continuerai à faire de l’argent d’une façon ou d’une autre. Notre petite cie a été créée dans ce but notamment… j’ai aussi des revenus en ligne..

        Une fois la liberté financière atteinte, je ne détesterais pas me lancer dans la création de propriété intellectuelle qui permettent d obtenir des revenus passifs.

        A propos de ta formation de problogger, ça doit etre dispendieux ça. C’est lié au groupe de boostblogtraffic.com/smartblogger?

        Je te souhaite bonne chance dans tes projets en tout cas! 🙂

  7. Moi ça joue entre 51% et 56% dépendamment si j’inclus ou pas mon retour d’impôt dans le calcul.

    Je constate que nous sommes plusieurs à  » flirter  » avec le 50-55% de taux d’épargne.

    J’imagine que c’est un seuil qui commence à être difficile à franchir pour la plupart des gens.

    Puisque mes dépenses tournent autour de 16 000$/an, je vois difficilement comment couper  » dans le gras  ».

    Au final, quand même plaisant de se dire que 1$ sur 2$ que nous recevons est investi dans notre fond de liberté!

    1. Maxime, 50% me semble plutôt « sain ». Au-dela de ça, pour la plupart des gens, on tombe dans l’extrême.
      De mon côté, je pense que je pourrais me rendre à 65% sans trop faire de « sacrifices »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.