Mon plan est en péril!! Bilan mensuel novembre 2018

L’année tire à sa fin avec des nouvelles qui encore une fois mettent en péril ma source de revenu principale et donc, mon plan de retraite jeune.

Une restructuration… encore!!!

C’est à croire que ça amuse les hauts dirigeants de faire jouer les employés à la chaise musicale, de jouer avec nos émotions.

Mais là, c’est le faucon de l’automatisation et de l’intelligence artificielle qui plane au-dessus de nos têtes. Les données sont disponibles, le budget et l’intention sont là… ils veulent nous remplacer par un logiciel plus performant…

Que puis-je y faire?

Je ne peux qu’attendre et voir, ou alors changer carrément d’emploi… encore…

À quelques semaines de Noël, de nombreuses familles de mes collègues, incluant la mienne, baignent dans la soupe de l’incertitude.

On sait tous que notre emploi peut nous être enlevé à tout moment, mais il y a une différence majeure entre le savoir et le vivre.

On se bat pour bâtir quelque chose, pour immobiliser un état dans le temps, mais en fait, tout est en mouvement, constamment et notre idéal à atteindre et à immortaliser demeure un mirage.

Tout ce qui est beau ne peut durer… la jolie femme se fane. Les feuilles des arbres changent de couleur puis meurent. Le bébé devient un homme puis un vieillard.

Un homme a peu de chance, aujourd’hui, d’occuper le même emploi toute sa vie. La technologie évolue tellement vite…

Il ne peut en être autrement. Tout est en mouvement. C’est l’essence même de la vie.

L’être qui stagne se fera dépasser par les événements et c’est pourquoi qu’être un salarié qui se cantonne dans des tâches répétitives et peu stimulantes, c’est prendre un gros risque aujourd’hui.

J’ai essentiellement passé les 12-15 dernières années à me spécialiser dans un domaine en voie d’être de plus en plus automatisé… que faire alors?

Je ne sais pas ce qu’il adviendra de moi encore… je ne sais pas quand je saurai non plus. Mais la clé maîtresse de mon plan est entre les mains d’un autre qui peut décider du jour au lendemain de perturber mon parcours. Je suis un esclave-salarié. La seule chose qui m’est due, c’est ma paye… deux semaines en retard. Le reste… cette cie, ce rôle, ce poste, rien ne m’est acquis. Ça ne m’appartiens pas.

À ce stade, j’ai des tas d’options devant moi. Et quoiqu’il advienne, ce ne sera pas dramatique.

Ma situation financière est solide, nous nous sommes bâtis des revenus d’appoint intéressants avec notre jeune entreprise et mon bagage d’expérience me permettra de trouver, ultimement et si nécessaire, un nouvel emploi relativement facilement, probablement pas au même salaire, mais je n’aurai pas à me plaindre.

Si jamais c’est ce qui arrive, une chose est certaine, je serai content de ne pas avoir ajusté mon style de vie à mes hausses salariales.

Je vis encore comme un gars qui gagne 40000$ par an. La différence, je l’épargne depuis plus de 5 ans.

On n’aura pas de nouvelles avant janvier… au minimum. Ils ont décidé d’étirer la sauce cette fois.

Alors… joyeux Noël. Je vais essayer de ne pas trop penser a tout cela au cours des prochaines semaines.

Voyons maintenant mon bilan de novembre.

Mon entreprise

Soixante-huit ventes en novembre. On était bien parti pour battre des records mais depuis la semaine de Black Friday c’est mort… possible que ce soit la niche ou encore le climat.

Il semble que nous soyons dans une niche qui répond mal aux soldes du vendredi fou et de Noël.

Je pensais que ce serait notre plus gros mois mais en fait cette semaine a été l’une de nos plus petites semaines depuis qu’on a lancé la compagnie… beaucoup de clients à la recherche de soldes ridicules (genre 75% en dessous de mon cost)… ben du niaisage. Plusieurs clients insultants aussi car Amazon vendait moins cher que nous durant cette période de solde (achète-le sur Amazon au lieu de m’insulter…).

Je me suis fait dire que j’étais un criss de crosseur qui prenait le mon pour des caves car je vendais un item 259.99$ plus taxes qui se vendait en solde fou 224.99$ sur Amazon… sauf qu’Amazon remonte généralement plus cher que moi quand c’est pas en solde. Va-t-il appeler Amazon et les traiter de crosseur?

Ahh les gens. Beaucoup ne comprennent pas que walmart quand ils te vendent un bidule 200$, ils ne l’ont pas payé 225$ mettons.

Bref, c’est quand même un solide mois pour un « sideline ». Au moins 2000$ de profit. Mais, on a comme atteint un peak.

On a vraiment un problème d’approvisionnement et je n’arrive pas à le régler.

D’abord, les fournisseurs traditionnels me boudent car je n’ai pas pignon sur rue. Ça me limite beaucoup.

Ensuite, les fournisseurs que j’ai réussi à convaincre n’offrent pas d’items utiles pour la saison hivernale.

Les fabricants Canadiens sont rares ou inexistants.

Il y a pourtant clairement un besoin pour différents items et le marché n’est pas comblé.

Trouver des items qui permettent un profit raisonnable c’est vraiment le problème #1 de mon entreprise à date.

On est super en vente et service à la clientèle mais en approvisionnement, on a des croûtes à manger.

Au cours du mois j’ai trouvé un nouvel item acceptable. Je l’ai eu à 22$ par item et j’ai réussi à en vendre 3 en 2 semaines à 50$ ou 60$.

C’est pas énorme mais c’est le genre d’item qui m’intéresse.

Seul hic, mon fournisseur le vend présentement 37.99$ et à ce prix, je ne suis pas preneur.

Comme je le disais, j’ai un problème d’approvisionnement.

Je reste avec 3 options avec lesquelles je jongle.

1. Importer de Chine

2. Fabriquer

3. Trouver un moyen plus efficace de chercher des opportunités d’arbitrage

Pour 1, l’importation ça me stresse un peu. Beaucoup de règles et d’impondérables je trouve et pour de petites quantités, le shipping semble prohibitif or il n’est pas question que je fasse venir un container de stock.

Pour 2, ça me titille l’esprit. Ce n’est probablement pas l’approche la plus optimale mais il me semble que j’aurais un sentiment d’accomplissement et de fierté à offrir des produits uniques fabriqués au Québec. J’ai 2 ou 3 items en tête qui pourraient s’avérer intéressants mais je n’ai pas de temps…

Il me faudrait trouver le temps de me mettre sur ma planche à dessin et de concevoir quelque chose puis de l’optimiser.

Il me faudrait sous-traiter l’essentiel de la conception et garder ça très simple.

Mon sweet spot c’est 100-125$. En haut de 100$ vendre est plus difficile. Donc mon coût de fabrication doit être inférieur à 50$-75$ par item et faut vraiment que ça soit simple.

Je ne sais pas si c’est faisable. Il va me falloir explorer ça.

Mais pour l’instant, j’ai d’autres chats à fouetter.

Pour l’option #3, je suppose que si j’utilisais un comparateur de prix solide, je pourrais identifier des tonnes d’opportunités d’arbitrage intéressantes au lieu de faire ça manuellement.

J’ai vu quelques options en ligne mais ça semblait « customized » pour les states surtout.

En coder un moi-même? Nah.. coder cela serait plutôt simple. La difficulté réside dans l’obtention des données et les mises à jour de ces données.

Tout est faisable mais alors ma business deviendrait celle de vendre ces données et leur application car la réelle valeur de mon entreprise serait cet outil pour chercheurs d’or.

Bref, on apprend sur notre niche au fur et à mesure que le temps avance.

Évidemment quand on voit un recul des ventes on se pose plein de questions comme :

  • Est-ce que j’ai épuisé mon sous-marché?
  • Est-ce que j’utilise les bonnes méthodes pour trouver mes clients?

Par exemple, les clients types que je vise ne magasinent pas en ligne. Ils aiment toucher avec leurs mains. Plusieurs de nos clients ont fait leur premier achat en ligne avec nous.

Or, notre façon de trouver ces clients c’est par de la publicité gratuite en ligne… bizarre non?

Ils sont en ligne mais n’achètent pas en ligne.

Or, peut-être nous faut-il un autre moyen de les rejoindre qui soit plus « hors-ligne ».

Dernièrement, on a d’ailleurs perdu beaucoup de clients potentiels car nous n’avons pas de salle de montre. On voudrait déménager pour offrir un endroit avec des démos à nos clients potentiels mais dans le contexte de mon emploi ce projet tombe sur pause…

Et, louer un local ne nous intéresse pas.

En attendant nous sommes très satisfaits des résultats.

Mon fonds de liberté

C’est dans un moment comme celui que mon fonds de liberté prend tout son sens.

Si jamais je perdais mon emploi, j’ai un bon coussin sur lequel me reposer. J’ai aussi beaucoup d’avance sur mes paiements hypothécaires donc je pourrais littéralement arrêter de payer mon hypothèque pendant un certain temps si nécessaire.

Ainsi, le stress de perdre mon emploi n’est pas financier mais émotif.

J’ai travaillé fort pour me tailler une place, obtenir un bon revenu et si je perds ma place, tout sera à rebâtir sur les ruines de ce que j’aurai accompli.

Voyons donc voir de quoi il retourne avec mon fonds.

Valeur : 136791$ (+6136$)

Je ne sais pas trop qu’est-ce qui a pris de la valeur et qu’est-ce qui en a perdu mais la valeur de mon fonds a pris 6000$ ce mois-ci et ce n’est pas à cause de mes maigres épargnes.

Mon revenu de dividende est de 4772$ en date du jour.

Solde Hypothèque : 75393$ (-2312$)

Ça y est, nous avons 75000$ de solde! Encore un autre milestone. Ça commence à être excitant de voir ça fondre.

D’ici Noël ça devrait descendre à 73k. D’ici février on tombe dans les 60000$… ouf que j’ai hâte d’en avoir fini avec ce lourd fardeau.

Je sais que ce solde hypothécaire peut avoir l’air ridiculement bas pour beaucoup de gens mais moi ce que je trouve ridicule c’est d’avoir une dette aussi élevée pour habiter quelque part.

Notre société fait dans la démesure et s’il est un besoin essentiel que nous partageons tous, c’est bien celui de se prémunir contre les intempéries.

Notre besoin a fait beaucoup d’inflation depuis la 2e guerre mondiale et même depuis 1 ou 2 siècles. Nous sommes devenus des « poules de luxe » et ce goût du luxe nous rend esclave de nous-même et d’un emploi.

Une fois ma dette hypothécaire réduite à zéro, j’aurai atteint un état que je pourrais qualifier de « liberté conditionnelle ».

Je ne serai pas libre financièrement, mais un emploi à temps plein deviendra facultatif. D’ailleurs, dans l’état actuel des choses, nous avons atteint cet état.

Je pourrais réamortir mon hypothèque sur 25 ans et avoir un paiement de 375$ par mois, divisé par deux.

Mon coût de logement est maintenant, 5750$ par an si j’inclus les taxes, assurances et le chauffage ou 480$ par mois et il sera de 291$ par mois quand mon hypothèque sera soldée.

Évidemment, ces montants varieront en fonction de l’inflation et des taux.

Mais avec 2 ans d’efforts supplémentaires à réduire mon hypothèque à zéro, je réduis mes charges de près de 200$ par mois à vie ensuite.

Je sais financièrement parlant, il pourrait être (ou pas) plus avantageux d’investir cet argent en bourse, mais j’ai beaucoup de capital en bourse et au lieu de prendre des CPG, j’ai choisi d’immobiliser beaucoup d’argent dans une propriété immobilière. Sa valeur sur le long terme, devrait (rien n’est garanti) suivre l’inflation.

Il m’apparait plus simple d’éliminer des dépenses que de bâtir des revenus passifs.

En effet, pour couvrir l’écart causé par mon solde hypothécaire et me déclarer libre financièrement il me faudrait littéralement plus de 72000$ de capital au moment de prendre ma retraite (2520$ de revenus par an) et je tiens même pas compte de l’impôt sur le revenu ici. C’est plutôt plus de 100,000$ de capital dont j’aurais besoin.

Conclusion

Mon objectif est d’atteindre la retraite jeune en faisant un contrôle de mes habitudes de consommation et en me dédiant à l’épargne et à l’investissement.

Je ne vis pas chichement mais je ne vis pas dans le luxe non plus.

Notre luxe, c’est d’être avec nos enfants le plus souvent possible, de ne pas confier leur éducation à des tiers en bas âge et de bâtir avec eux une solide relation.

Évidemment, si je n’atteins pas la liberté financière à un jeune âge je serai déçu mais ça sera loin d’être la fin du monde.

Et en ces moments d’incertitude, je suis vraiment content de m’être lancé dans ce projet, cette quête.

Car quoiqu’il advienne de mon emploi, j’aurai beaucoup d’options et je pourrai me donner le temps de réfléchir et de faire de bons choix.

Je vous souhaite à tous un joyeux temps des fêtes en avance!

4 Comments

      • Crevette nordique

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.