L’impôt et l’inflation sont nos pires ennemis

Quand on fait notre budget, on se met souvent à capoter avec 3 postes de dépenses : logement, nourriture, transport.

Or, peu de gens dans la niche de la liberté financière parlent réellement d’impôt et d’inflation.

Je vais prendre moi comme exemple.

Mon salaire de base cette année est de 102000$. Je vais donc payer environ 30559$ d’impôt. Ceci ne tient pas compte des cotisations obligatoires au RRQ, RQAP, AE pour lesquelles je paye le maximum. On ajoute donc 2829.60$, plus 405.52$, plus 858.22$. Le grand total : 34652.34$

Voilà mon plus gros poste de dépenses.

Mon hypothèque??? Nah… on met 29640$ à deux en faisant des double versements. Donc ce poste de dépenses représente moins de 15000$ par an pour moi et il s’éteindra d’ici 2 à 5 ans.

Ma bouffe? Nah… même en n’optimisant pas, ça ne nous coûte pas plus de 200$ par semaine couches et produits ménagers inclus.

Mon transport? Ma minoune est payée et comme je travaille à la maison, elle ne bouge pas beaucoup…

Ce qui me coûte cher, ce sont les impôts et les taxes. Car ceci n’est que la pointe de l’iceberg. Ajoutons mes taxes municipales et scolaires, tps et tvq, taxes sur l’essence et j’ai envie de pleurer.

Les impôts et taxes sont MA PLUS GROSSE DÉPENSE!

Et je n’inclus même pas ce que je perds : crédit de solidarité, retour de tps/tvq, allocations familiales, bonis sur les subventions dans le REEE etc…

Quels sont mes échappatoires fiscaux? Il y en a très peu… le REER, le CELI, le REEE, je pourrais prendre une assurance vie avec une portion épargne qui va croître à l’abri de l’impôt… vous en connaissez d’autres?

Le problème étant que je suis salarié.

Par exemple, je travaille maintenant de la maison essentiellement mais mon employeur s’est arrangé pour nous laisser le choix et non nous y forcer. Donc, je ne peux pas déduire de bureau à domicile et de fournitures… ils pensent à tout.

Je ne suis pas en train de me plaindre. Mon point est plutôt de démontrer que le salarié est vraiment mal foutu fiscalement parlant et que les taxes sont la plus grosse dépense de bien des ménages.

Le système fiscal donne des breaks d’impôts aux riches, pas aux pauvres. Ils donnent des breaks d’impôts à ceux qui créent de l’emploi pas aux sangsues qui les occupent.

Regardez comment toute la papauté ministérielle se mettait à genoux prête à baiser les pieds à Amazon pour qu’ils viennent s’établir ici… regardez les congés de taxes accordés a Netflix et les passe-droit faits à Uber, AirBNB, ebay etc…

Essaie de ne pas payer tes taxes ou tes impôts toi… ton p’tit 10-15000$ ils sont prêts à te déposséder de ta maison et de tous tes biens pour le récupérer et ils vont t’inonder de paperasse.

Les taxes sont ton pire ennemi.

L’inflation

Mon employeur nous a fièrement annoncé avoir haussé les salaires de 1.5% pour 2019.

Il est clair que statcan s’enligne pour publier un taux d’inflation de 2.3 ou 2.4% en 2018.

Tu me donnes 1.5%… pire. Si j’ai atteint 100% de mon échelle et que je n’ai pas une côte supérieure, tu retranches 0.25% de ma « hausse » donc 1.25%.

En gros, tu baisses mon salaire par rapport à l’inflation en m’ofrrant 1% de moins que l’inflation.

Vous pensez que c’est annodin?

Mettons qu’on prend 30 ans et mon salaire. Dans 30 ans je serais payé 148k$. Or, pour que mon salaire se maintienne à l’inflation il faudrait que je gagne 202k. Le manque à gagner dans 30 ans est de 54k par an. Mais chaque année, pendant 30 ans, il y aura un manque gagner.

En contrepartie, un gars qui gagne 75000$ aujourd’hui mais avec un employeur qui lui donne la pleine indexation gagnera, dans cet exemple, après 30 ans, le même salaire (148k) que le haut salarié.

L’inflation est un ennemi insidieux…

Le jeu des employeurs est une guerre de mots.

Ils disent « je t’ai augmenté » dès qu’ils haussent ton salaire brut. Mais la réalité est la suivante :

  • Si tu gèles mon salaire tu baisses mon salaire (pouvoir d’achat)
  • Si tu m’augmente à un taux inférieur à l’inflation, tu baisses mon salaire
  • Si tu me donnes l’inflation tu maintiens mon salaire
  • Si tu me donnes plus que l’inflation, là tu augmentes mon salaire.

Cette année je devrais avoir 3.5% d’augmentation. C’est ma plus petite augmentation en 10 ans. Je devais monter de 7.5% mais mon employeur à révisé les échelles salariales et les règles de progression.

Ça aussi c’est un danger du salariat… tu ne contrôles rien.

Mon potentiel salarial a été réduit de 18000$ par an en un claquement de doigts et ma progression annuelle ralentie de moitié…

Je ne me plains pas. Ça serait disgracieux. Mais je trouve que ça illustre bien les choses. Un petit communiqué publié sur le blog de la cie et paf! Bien des choses ont changées.

Que peut-on y faire?

Bien des choses heureusment, mais l’indivu lambda n’a pas reçu l’éducation nécessaire pour le savoir, le comprendre et en tirer parti. Il faudra donc plonger dans les livres et en apprendre sur :

  • Droit/loi
  • Taxes

Ce sont en quelque sorte les règles du jeu…

C’est ce qui donne un avantage sur les autres. Et c’est pourquoi beaucoup de gens riches sont comptables ou avocats. Ils comprennent les règles du jeu.

Mais sans pousser ses connaissances aussi loin on peut quand même bien s’en sortir.

Cie

Par exemple, en créant une cie, on peut « contrôler » notre imposition. Je m’explique. Une cie paie ses impôts après ses dépenses. Et une cie peut retenir ses profits et payer l’impôt des sociétés qui est de quoi… 21% à peu près. Ce profit peut être réinvesti afin de lui faire générer de l’intérêt composé.

La cie n’est pas forcé de verser salaire ou dividendes…

Immobilier

L’immobilier… l’immobilier fonctionne un peu de la même façon. Ce sont les revenus nets des dépenses qui sont imposables. Le remboursement d’équité, la prise de valeur de l’immeuble ne seront pas imposés avant la vente de celui-ci. Or, en immobilier on évite de vendre… on refinance et on accède à l’équité non-imposable pour la réinvestir et faire croître son cashflow, qui lui est imposable.

Évidemment, l’immobilier est un travail… 30 portes peut facilement vous coûter 15 heures par semaine, des appels en pleine nuit ou pendant vos vacances en Floride, le stress de dealer avec des assureurs pour des réclamations ou de vous présenter en court à la régie du logement etc…

La question n’étant pas « si » mais « quand » ça arrivera.

Voilà pourquoi le comptable et l’avocat ont une longueur d’avance.

Les dividendes

Les dividendes de sociétés canadiennes ont un traitement fiscal avantageux. Pour gagner la même chose au net, il faut gagner moins au brut qu’avec un salaire.

C’est pas négligeable.

Être travailleur autonome

En partageant les lieux avec vous, votre entreprise peut payer une partie des dépenses. Ceci n’est pas considéré comme un revenu imposable.

5% du chauffage, des intérêts hypothécaires, de l’internet, du téléphone, de l’entretien etc…

On peut amortir le coût de certains items liés au travail comme le bureau et l’ordinateur…

Ça donne un ptit kick…

Un individu, comme moi par exemple, peut se lancer dans tout ça.

En ce moment j’ai maximisé mes REER, je tends à maximiser mon CELI, les REEE sont maximisés, j’ai des revenus de travailleur autonome et d’entreprise. Quand le CELI sera maximisé j’aurai des revenus de dividendes de sociétés canadiennes au compte comptant.

Il ne me reste que l’immobilier… ferai-je le saut un jour?

J’en connais un brin sur le domaine… pas assez à mon goût à propos de droit/loi et taxes mais un bon comptable peut venir palier à ça.

On verra… ça me trotte souvent en tête.

5 Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.