La soumission salariée et le sentiment d’entitlement

Celui qui vend sa force de travail, ses idées ou sa créativité à un patron se relègue au rang d’esclave.

Avez-vous déjà perdu votre emploi? Ça ne m’est jamais arrivé encore…

On rentre un matin au boulot, puis on nous convoque dans une salle et lorsqu’on sort de cette salle, notre monde est détruit…

Tout à coup, notre capacité à nous loger, à nous nourrir, à payer les traites de la voiture et l’école des enfants vient de nous être enlevé sans qu’on n’y puisse rien.

On se retrouve désemparé…

Évidemment, ce n’est pas la fin du monde, mais pour avoir vu et connu plusieurs personnes qui l’ont vécu, on pourrait le croire.

À force d’aller chaque jour au même endroit, voir les mêmes gens et faire les même choses, on finit par se définir par notre travail et par développer un sentiment d’appartenance à ce clan, à cette cie, à ces tâches. On croit que ça nous est acquis.

Mais voilà que tout à coup, le chef du clan décide de nous bannir… et on ne peut même pas se défendre. Le verdict est final et sans appel.

Quel sentiment d’injustice cela doit-il faire monter en nous?

Je n’ose l’imaginer.

Si on vit de paye en paye, ça peut être dramatique… l’horloge tourne et les factures arrivent toujours à l’heure!

Le seul remède à ces factures c’est un revenu qui a la décence de faire la même chose non?

Les salariés développent en général facilement le sentiment « d’entitlement » ou sentiment de « légitimité » si je puis m’exprimer ainsi. On croit alors avoir droit à ce travail, à cette paye, à ce poste… simplement parce qu’on l’occupe. On dit que c’est MA compagnie, MA job, MA paye… or, c’est LA cie, UNE job et LA paye.

La seule chose due au final c’est l’argent qu’on a échangé contre notre temps depuis le dernier cycle de paye. Mais ça, je pense que c’est difficile de l’assimiler tant qu’on ne le vit pas.

Je travaille pour le même employeur depuis 10 ans et si j’avais gardé le même poste, j’aurais vu mon salaire baisser… subtilement d’abord car le patron a coupé les couvertures d’assurances et augmenté la part de prime payée par l’employé en plus de nous imposer des franchises annuelles.

Puis, il a joué avec les taux de cotisation au fonds de pension, forçant l’employé à cotiser plus.

Puis il nous a forcé à cotiser plus pour obtenir moins et encore moins…

Puis il a changé les échelles salariales faisant perdre en moyenne 10 à 15% de salaire ou de potentiel salarial à tout le monde.

Puis il a décidé de ne plus indexer les salaires et le fonds de pension…

Et je ne serais pas surpris qu’il joue ensuite avec nos primes incitatives à nouveau. D’autant plus qu’il vient de mettre nos jobs à tous en danger… nous sommes en restructuration. Oh… je viens de dire NOUS.

Moi aussi j’ai le sentiment de mériter et d’avoir droit à quelque chose.

Après tout, j’ai consacré 488 semaines sur 520 à cette cie en 10 ans… c’est quelque chose non?

Eh bien non… j’ai été rémunéré et c’est tout ce à quoi je suis en droit de m’attendre comme n’importe quel autre salarié.

Lorsque nous sommes salariés, nous sommes soumis au roi de la corporation. C’est lui qui décide si l’on mérite d’être encore là ou pas.

Si vous décidez d’échanger votre temps en échange de l’argent, ne vous attendez pas à recevoir autre chose. Le marché était clair.

6 Comments

  1. BarbeRiche
  2. Mr. Jack

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.