Minimalisme : Vivre à 4 dans une roulotte de 19 pieds

Dans le cadre de mon aventure de 21 jours vers le minimalisme, avec ma femme, nous avons décidé de tenter une expérience l’an prochain.

Je parle parfois des mini-maisons et de minimalisme mais je ne le vis pas, n’en ai jamais fait l’expérience.

Et bien, j’annonce aujourd’hui que dès mai prochain, nous tenterons l’expérience de vivre dans notre roulotte de camping de 4 à 5 jours semaine pendant 5 mois avec nos deux bébés.

C’est fait. C’est booké. Nous avons signé pour notre terrain.

L’expérience nous coûteras 2675$ taxes incluses, internet inclus, eau, égouts et électricité inclus.

Au bas mot, la roulotte fait 19 pieds de long, moins de 200 pi carré et elle est équipée d’une très petite salle de bain complète avec eau-chaude, d’un micro-onde, d’un poêle à deux ronds, d’un petit frigo, d’un air climatisé et du chauffage au propane.

Il y a peu d’espace pour accumuler du stock et c’est facile se se mettre à traîner dans un si petit espace alors il va falloir optimiser notre stock.

Mais l’objectif est de privilégier la vie extérieure et la vie sociale au détriment de la vie axée sur le matériel.

Nous serons dans les Laurentides alors il y a vraiment beaucoup d’activités à faire dans le secteur pour qui aime le plein-air et ça tombe bien, j’adore tout ce qui est activités de plein air en forêt!

Nous avons très hâte de vivre l’expérience.

C’est un bel endroit accueillant et déjà, on s’y sent chez soi.

Nous n’avons pas le « terrain de rêve »… les terrains libres sont rares dans ce secteur mais nous serons sur place et à l’affût et si l’expérience s’avère concluante on verra si un « meilleur » terrain se libère.

Il y a même des annuels et nous avons vu une petite maison à vendre très coquette sur les lieux.

Nous allons nous renseigner sur son prix… ça m’intrigue car le coût mensuel est de 275$ plus l’hydro… et si la maison coûtait moins de 80000$, nous pourrions vendre la notre, empocher du cash à investir et vivre là à l’année (je m’emballe ahah).

Peut-on vivre à l’année sur un camping avec des enfants???

Je me poserai probablement cette question un jour dans un article futur.

Car, je me sers souvent du fait d’avoir des enfants et de vouloir « le mieux » pour eux pour justifier ma vie de banlieue. Mais au fond, c’est quoi le meilleur endroit pour élever des enfants? Quelqu’un a-t-il la réponse à ça? Y a-t-il une réponse unique à ça?

L’important n’est-il pas avec qui plutôt que où?

Questions techniques

Okay… mais je travaille à temps plein… comment peut-on vivre dans sa roulotte et travailler au centre-ville?

Je peux maintenant travailler de la maison au moins 50% du temps alors… et si ma « maison » était une roulotte? Qui ça dérange et surtout, qui ça regarde?

L’important est que mon travail soit fait de façon professionnelle.

J’envisage passer les week-ends et 2 ou 3 jours semaine à ma roulotte dans un premier temps. Donc, je travaillerai 2 à 3 jours semaine de la « maison ».

Évidemment, cela implique que ma femme et les enfants devront sortir des lieux bien souvent car j’ai souvent des appels ou des réunions. Ce sera compliqué à gérer parfois mais le jeu en vaut la chandelle.

Tous les détails ne sont pas réglés tels que :

  • Comment travailler dans la roulotte avec les enfants les jours de pluie? (Probablement que la réponse sera que je ne le ferai pas)
  • L’internet sera-t-il assez rapide? (S’il ne l’est pas je poserai internet satellite et ça ajoutera environ 500$ aux coûts de l’expérience)
  • Vais-je crever de chaleur? (L’air climatisé est très bruyante donc impossible de la garder ouverte pendant une conférence téléphonique)

J’aurai aussi quelques améliorations à faire à la roulotte comme allonger mon lit (manque un bon 4 à 6″) pour être confortable vu ma grandeur, poser une porte de douche car le rideau n’est pas terrible pour gérer l’eau.

Mais sinon… je pense qu’on s’en sortira plutôt bien.

Mes craintes

Dans toute nouvelle aventure, il y a des craintes à gérer face à l’inconnu.

Par exemple, j’ai peur qu’on soit trop à l’étroit.

On s’en sort bien en vacances mais à plus long terme… il n’y a qu’une seule pièce et les voisins sont très proches. Difficile d’avoir de l’intimité.

Et si mes voisins étaient des fumeurs invétérés?? Le genre à s’en enfiler une après l’autre non-stop… le gérant m’a dit que non mais sait-on jamais… je DÉTESTE la cigarette big time, surtout en forêt.

Et si le terrain libre était justement libre pour une bonne raison…

On a fait le tour du secteur et les gens avaient l’air gentils. Il y a pas mal d’enfants aussi. Mais… on ne sait jamais.

Les peurs positives maintenant : et si j’adorais ça?

Et si je ne voulais plus quitter le secteur?

J’ai toujours rêvé d’aller m’installer plus en montagne et j’adore les Laurentides. J’y ai vécu beaucoup de mes plus beaux moments de vie.

Peut-être que ces craintes sont mineures et complémentaires. Je sens qu’il est temps que je fasse des changements importants dans ma vie et ça c’est le premier pas timide je dirais.

Au fond, on s’en va juste camper à plus long terme… comme des milliers de Québécois le font chaque année. Rien d’extravagant là.

Si l’expérience s’avère positive. Peut-être qu’on prendra la décision de vivre à l’année dans le nord! Qui sait?

Par Le blogueur masqué

Bonjour, je suis le blogueur masqué. Comme vous, je suis un esclave moderne confiné au 9@5, propriété d’une grande corporation américaine. Ils nous ont dit, lorsque nous étions jeunes, que nous allions vivre dans une société de loisirs et que les avancées technologiques allaient nous permettre de ne travailler que quelques heures par jour. Pourtant, nous vivons dans un monde où règne le stress et l’incertitude. Ma situation pourrait être bien pire et je le sais. Il y a tant de gens qui souffrent sur cette planète. Mais, une cage en or demeure une cage. Au moins, j’ai un plan pour m’évader. Je vais prendre ma retraite de la « rat race » avant 45 ans et vivre de mes revenus passifs! C’est un rêve si puissant que je vais tout faire pour le réaliser! Pour bâtir ma fortune, j’investis principalement dans des titres boursiers qui versent des dividendes en croissance années après années.

19 commentaires

  1. Wow, gros move! Ça pourrait devancer ton plan de plusieurs années 🙂 Je ne sais pas si j’aurais le  »courage » d’essayer.

    À plus petite échelle on songe parfois à vendre notre immeuble de Montréal et aller se bâtir ou s’établir plus en région, plus près de mes autres projets. Avec la vente, on pourrait probablement s’acheter de quoi de modeste cash et ne plus avoir d’hypothèque.

    En tous cas, bien hâte de suivre ton expérience!

    1. Barberiche,
      Bah partons pas en peur non plus lol je m’en vais justd vivre saisonnier sur un camping 4-5 jrs semaine comme des milliers de quebecois. 🙂
      Mais… je risque d’y prendre gout. Ma blonde veut mettre la maison a vendre et acheter celle sur le camping qui a un bail annuel lol elle est tres impulsive…
      N’empeche qu’en effet profiter de ce genre d’arbitrage peu aider a atteindre un equilibre.
      Tes projets immobiliers sont situés à un autre bel endroit du quebec… paisible… ça me donnerait le gout moi aussi lol

  2. C’est une belle expérience à essayer. Oui des milliers de québécois font du saisonnier, mais ils ne travaillent pas de leur roulotte 🙂

    J’aime bien que ça soit posté sous le tag « minimaliste ».¸Même si je ne tripperait pas nécessairement sur le camping saisonnier, j’ai toujours trouvé que c’était la façon socialement acceptée d’être minimaliste. Tu vivrais dans une petite maison de 600 pc, les gens te trouveraient weird. Tu vis 6 mois par an dans une roulotte de 200pc sur un terrain loué, ah, ça, c’est normal.

    1. MrJack, lol… en effet… normal. D’un autre cote… je me fous un peu que les gens me trouvent « normal » ou pas… c’est plutot pour mes enfants que ça me tiraillerait si mettons on décidait de vivre à l’année sur un camping.

      Perso, J’ai tjrs aimé les marginaux… au moins ils remettent des choses en question et tentent des choses à l’extérieur de la boîte.

      Pour le fait de m’installer saisonnier… ma vision c’etait que c’t’une gang de saoulons qui s’enfilent biere et cigarettes l’une apres l’autre en regardant les autres campeurs defiler.

      Mais la on est vraiment tombé en amour avec un endroit. Pas de roulotte de plus de 10 ans, preselection, bcp de reglements stricts pour la vie commune, tres bien situé. C’est du « haut de gamme ». Pas un trou a coquerelles.

      L’endroit est tres touristique… dans les laurentides il y a de tout donc cest comme avoir un chalet la bas… en plus petit. 🙂

  3. Tout un projet! J’ai eu une collègue qui partait à la retraite et qui vivrait toute l’année, sauf l’hiver en Floride, dans une roulotte permanente. Ça se fait, mais ça demande de l’adaptation 🙂

    Chapeau pour le tenter!

    P.s. pour ton expérience minimaliste, as-tu écouté le podcast 3 des Minimalists? Ils parlent des enfants 🙂

    1. Mireille,
      Non, je n’ai pas ecoute leurs podcasts. J’ai fini de lire les 21 jours et j’ecrirai peut-etre un autre article de wrap up sur le sujet.

      J’irai voir leur podcast apres.

      Que disent-ils a propos des enfants? Je suis curieux…

      Pour moi, un enfant a besoin de x-
      , y, z (developper un attachement sain, avoir une vie et une alimentation equilibree, faire du sport ou de l’activite physique et le privilegier aux jeux videos et autres activites electroniques, voir les deux cotes de la medaille pour se forger une opinion par exemple) mais en meme temps, l’isoler de sa generation et de ses pratiques et valeurs n’est pas necessairment une super idee non plus…

      Moi par exemple, je n’envoie pas mes enfants a la garderie. Je ne les plugs pas sur des ipads a longueur de journee et je suis pas mal contre leur presence (quand ils seront plus vieux) sur les reseaux sociaux, qu’ils aient des cell a 5 ans etc…

      Deja je les dirige vers une approche differente de la masse. En plus ils sont vegetariens.

      Je ne vais pas interdire le tout mais je vais le restreindre et ne vais certainement pas l’encourager.

      Mais, peut etre que c’est une erreur… peut etre que je devrais les laisser suivre l’ere du temps.

      Par exemple, pour le vegetarisme, a la maison ca restera comme ça. Mais une fois qu’ils auront l’age de raison, ils se rendront bien compte que seul 4% de la population est vegetarien. Ils seront confronté a toutes sortes de commentaires et attitudes liés à ça et ça va les forcer a se positionner eux meme sur :
      Qu’est ce qui est le plus important? Le regard des autres ou de faire ce qui est bien pour moi en fonction de mes valeurs. Et j’inclus les parents la dedans en parlant du regard des autres. Or, devenir vegetarien pour des raisons ethiques (comme moi) demande quand meme une capacite d’introspection qu’un enfant ne developpe peut etre pas avant bien plus tard dans sa vie.

      Au final, je veux que mes enfants puissent grandir en santé, securite et heureux et leur offrir la possibilite d’avoir le plus de portes ouvertes devant eux. Vivre en marge risque de leur rendre la vie encore plus difficile ou au contraire de faire d’eux des gens plus interessants avec des personnalites plus complexes.

      On dira ce qu’on voudra… quand les autres te rejettent, ça affecte n’importe qui, meme ceux qui disent que le regard des autres n’a aucune valeur.

      Alors, je veux essayer des modes de vie alternatifs mais je me demande tjrs quel impact ça peut avoir sur eux. Or, c’est difficile a mesurer.

      1. Hello,

        Je ne vais pas te spoiler le podcast ;p mais, je peux te dire qu’ils sont, comme d’habitudes, drôlement bien réfléchis pour des gars qui ne sont pas papa :p l’un d’eux est papa par sa relation avec une mère monoparentale, mais c’est tout.
        Bonne écoute!

      2. Retraite101,
        Honnêtement je ne sais pas…
        Isoler son enfant de la realite du monde ne m’apparait pas comme une super idee… le marginaliser de force si on veut…
        Je ne dirais pas non a de l’hybride… ecole a temps partiel et une partie a la maison mais avec les ressources de la commission scolaire. Ça ne semble pas exister.
        Sinon je penche pour une approche alternative style montessori… mais encore la. L’enfant doit bien fitter dans son programme d’education et non le contraire. Un enfant aura besoin de plus d’encadrement, un autre de plus de liberté. Au final, on veut qu’il apprenne a lire, ecrire, compter, vivre des echecs, se faire des amis et des ennemis, se reconcilier, user de diplomatie, vivre des contraintes et des deceptions autant que des moments de bonheur.
        Bien que je ne cadrais pas bien dans le systeme scolaire (j’etais surdoué et donc delaisse et je m’ennuyais), j’ai quand meme eux de bons moments et lié de belles amities..
        Je ne voudrais pas priver mes enfants de cet experience mais j’aimerais la leur rendre le plus positif possible.
        Et puis… peut etre que je pourrais les sortir pour un long voyage ou chaque annee pour un mois… et faire l ecole sur la route. En theorie, je serai FI d’ici a ce qu’ils aient 7-10 ans.

        Toi?

      3. Je pense comme toi… Notre enfant ne va pas à la garderie/CPE. Nous préférons l’élever nous-même. Ça fait drôle à dire. Déjà là, nous sommes différents de la majorité. Nous avons pris la décision que ma femme restait à la maison. Elle travaille un soir par semaine pour ne pas perdre sa licence (ordre professionnel). Ma femme ne reste pas à la maison seule à longueur de journée. Elle fait beaucoup d’activités sociales pour que notre enfant voie d’autres enfants, s’amuse, apprenne à partager, etc. Nous pensons peut-être à l’envoyer à la CPE ou à la prématernelle l’année avant de commencer la maternelle, pour l’habituer au cadre « rigide » de la société et du système scolaire dans lequel on vit. Cela dit, ma femme a rencontrée d’autres « mamans à la maison » récemment et certaines d’entre elles font l’école à la maison à leurs enfants. Nous commençons à nous renseigner, car nous sommes curieux. Mais, à vrai dire, je ne suis pas certain d’aimer cette idée. Je ne veux pas priver mon enfant de vivre des expériences positives et négatives, de se faire des amis, etc. Mais en même temps, nous voulons lui enseigner les bonnes valeurs que nous avons, nous ne voulons pas qu’il ait des mauvaises fréquentations, qu’il se fasse intimider, qu’il tombe dans la drogue, etc. Nous avons une longue réflexion à faire… À suivre 🙂

      4. Retraite101,
        Ma femme aussi est beaucoup exposée à ce « courant » ou à cette micro-culture je dirais… notamment elle a ecrit sur certains gros blogs de mamans maternantes etc… il y a des gens qui font l’ecole a la maison etc…

        Ecoute, un commentaire de blog sera loin de pouvoir traiter de ce sujet de façon efficace mais disons qu’on revient sur ce que tu dis « je ne veux pas que mon enfant se fasse intimider ».

        La vie en societe implique de devoir apprendre a faire face aux gens. L’intimidation a tjrs existe et continuera d’exister. C’est humain de creer des groupes d’appartenance et d’exclure des gens de ces groupes…

        Personne (du moins personne de sensé) ne veut que son enfant soit intimidé ou qu’il soit intimidateur. Mais, balayer devant lui, n’est pas la solution selon moi.

        Je parle ici en tant que victime d’intimidation et ancien intervenant.

        Je pense que la meilleure approche preventive est plutot d outiller l’enfant a bien vivre en societe et ça commence par la confiance en soi, la capacite à s’affirmer et il ne faut pas cultiver la crainte de l’autre non plus.

        Les intimidateurs sont souvent d’anciennes victimes (cercle de la victimisation) ou des victimes actuelles.

        Bon on pourrait parler longtemps de ça.

        Mais au dela de ça… l’école à la maison demande des ressources, du temps, de l’energie, une profonde et inebranlable motivation… c’est loin d’etre évident à mon avis. Ça doit prendre vraiment bcp d’organisation.

        L’attrait de l’ecole a la maison pour moi, c’est de pouvoir choisir d’orienter les apprentissages et de prendre le temps aussi de travailler avec les centres d interet de l’enfant.

        Par exemple, moi j’aimerais que mes enfants aient une inner scorecard, une forte imagination, un temperament entrepreneurial, une comprehension du capitalisme qui leur permet de faire des choix judicieux a propos de l’argent…

        On peut quand meme transmettre tout ca en dehors du cadre scolaire le soir et les weekends…

        Mais l’enfant n’est pas moi et ce que je veux pour lui peut etre bien different de sa personnalite ou de ce que lui veut pour lui meme et c’est en cela que je disais qu’il y a l’ecole qu’on veut pour nos enfants et l’ecole qui fit avec notre enfant.

        Idealement j’aimerais leur trouver une ecole avec un programme destiné à former de futurs entrepreneurs.

        Si javais a lancer un programme parascolaire ou a la maison ça serait ce genre de programme que je voudrais creer… un programme qui suscite le rationel et le travail dans l’abstrait aussi, l’imagination, l’etude des systemes et leur optimisation , l’expression de soi, le reseautage, le social engineering etc…

        L’avenir continuera d’appartenir a ceux qui ont l’esprit tournée vers l’innovation, l’optimisation et la pensée abstraite, ceux qui savent se faire les bons alliés et cultiver un bon reseau.

        À date ceux a qui jai parle qui veulent faire l’ecole a la maison sont surtout des introvertis qui veulent en quelque sorte fuir la societe ou y vivre en marge… rien de mal ou de bien à ça. Mais je ne voudrais pas imposer cela a mes enfants.

        Quant a la drogue, les mauvaises frequentations… ca arrive dans toutes les strates de la societes… dans toutes les ecoles… je pense qu’on peut juste eduquer nos enfants sur le respect de soi meme et les risques liés a la consommation de substances, d’acheter je ne sais quoi a ti-brin le loser dans la rue qui a coupé ça avec on ne sait quel produit toxique…

        Apres ton kid demeure un humain libre de ses actions… on peut pas tout controler.

        Les parents helicopteres ça aide pas les enfants a bien se developper… ç crée des adultes enfants. À mon avis…

  4. Bonjour FCLR,
    C’est un projet intéressant! Est-ce moi ou la plupart des gens qui visent une retraite précoce ont comme projet de faire du camping? 🙂
    Nous avons commencé à faire du camping en tente-roulotte cette année et nous avons essayé plusieurs sites. Nous allons continuer comme cela pour encore 1-2 ans…
    Mais ensuite, on va probablement acheter une roulotte avec mon beau-frère et la mettre sur un terrain saisonnier. On va donc diviser tout les coûts en 2…
    Au plaisir,
    R101

    1. Retraite101,
      Bah.. le logement est quand meme une tres grosse part du budget familial. 😉
      Pour la roulotte, c’est sur que de la tirer le vendredi soir pendant 2h dans le trafic, ne pas pouvoir s’arreter ou on veut, manger ou l’on veut, gazer ou l’on veut et ensuite devoir repartir à 11h ou 13h le dimanche pour liberer le terrain et recommencer le chemin du retour avec les meme contraintes c’est pas efficace et c’est tres dispendieux.

      2 nuits x 40$ = 80$
      20-25 litres au 100 km a 1.40$ le litre
      Ca revient cher pour aller passer une journee en camping.

      Fais ça tous les weekends et saisonnier c’est mieux.

      Ce qui encore mieux c’est de vivre la ou tu te sens a ta place au lieu de fuir la ville le week-end.

      Ce sera possiblement la prochaine etape pour moi en cette ere de travail a distance et l’une des choses que je vais experimenter c’est si j’aime « vivre » dans le bois ou si la banlieue me manque.

      Evidemment, camper en tente est moins complique et plus economique. 🙂

  5. Bravo pour cette décision ! Plusieurs diront que tu es jusquauboutiste dans tes projets ou que tu es trop intense. Moi je pense vous allez grandir de cette expérience.

    On grandit comme personne lorsqu’on se place dans une position d’inconfort. Et plus l’inconfort est majeur, plus on doit s’adapter et se remettre en question. Quand tout va bien, tout est à sa place, tout roule comme sur des roulettes dans la routine, c’est là qu’il faut s’inquiéter !

    Il ne faut pas se demander : « qu’est-ce qui est le pire qui pourrait arriver » mais plutôt « quel est le meilleur qui pourra arriver ». Se poser les questions positives comme tu dis. En plus, tu fais une expérience temporaire, le temps d’un été. Tu retourneras dans ta maison après l’été et tu auras appris si ce mode de vie vous convient ou non.

    Je suis vraiment curieux d’apprendre comment se déroulera ton aventure dans 200 pi ca. Je suis sûr que tu auras des trucs à nous apprendre. Nous avons réduit énormément nos objets dans les derniers 2 ans, et l’arrivée de bébé no 2 nous force à optimiser encore plus notre espace. Les gens nous demandent souvent (et je l’ai encore entendu aujourd’hui) si on va déménager à cause du deuxième enfant, car on a juste deux chambres et un 960 pi ca. Ils nous demandent si on va creuser le sous-sol ou prendre le deuxième. On leur répond que ce qu’on a est juste assez pour nous.

    La contraintes engendrent la créativité. Tu vas peut-être trouver une bibliothèque municipale ou un café internet pour faire certaines rencontres d’affaire quand il pleut par exemple, etc.

    Se priver de certaines choses pendant un certain temps, puis les réintroduire par la suite nous permet de réaliser que certaines choses sont vraiment essentielles, alors que d’autres que nous considérions essentielles avant n’étaient en fait que des besoins illusoires.

    1. LesIngenieux,
      Tu penses? Moi je trouves que je suis plutot soft… lol jfais rien de bien extravagant.. je suis un blogueur plate qui suit un long fleuve tranquille vers la liberte financiere.
      Mettons que j oserais me comparer a fieber de dividend mantra (mrfreeat33.com), le gars a mangé ses ramen pendant 1 an, il a pris sa retraite apres 6 ans et a demenage en thailande pour tripler la valeur de son argent… lol

      Moi jvais aller camper 4-5 jrs semaine pendant 5-6 mois en gardant ma maison lol wouuhou lol

      1. Il y a toujours plus intense que soi. Moi aussi je rêve de vivre dans une mini maison qui n’aura besoin que d’un minimum d’entretien. Mais en même temps on veut tous un minimum de confort et nous ne sommes pas seuls dans cette aventure avec nos femmes et nos enfants.

      2. LesIngenieux,
        J’ai la chance d’avoir une femme qui se fout pas mal de ça… elle vivrait à temps plein dans la roulotte si je la laissais aller lol c’est plus moi qui freine.
        Elle voudrait qu’on vende la maison, qu’on cash out et qu’on achete une maison a 60k et qu’on vive a temps plein en famille sans travailler. Mais … il manque encore des capitaux… selon moi. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.