La fourmi et la cigale

Tiré du journal Union libre – mars 2007 – volume 3 – no 3 :

Affable affabulation de fable

La fourmi et la cigale

La fourmi ayant travaillé tout l’été;

Se trouva fort dépourvue quand un cancer lui apparut.

Pas une seule chance de sursis;

D’espérer poursuivre sa vie.

Elle alla chez sa voisine;

La cigale à la si bonne mine.

La priant de lui enseigner;

Comment vivre avec gaieté.

Jusqu’à l’heure du dernier appel;

« Je veux chanter lui dit-elle.

À la fin mon âme a mal, mon état est fatal »

La cigale n’est pas sérieuse, c’est là son moindre défaut.

« Que faisiez-vous au temps chaud? »

Dit-elle à cette besogneuse.

-Nuit et jour à tout venant, j’amassais ne vous en déplaise.

– Ah vous amassiez? J’en suis fort aise. Eh bien succombez maintenant!

Je ne suis pas certain de qui a écrit ce texte… un de mes anciens collègues de travail je crois, un certain François si je ne me trompe. Le texte n’est pas signé et loin de moi l’idée de ne pas vouloir accorder à César ce qui appartient à César alors si vous êtes l’auteur manifestez-vous et je vous en rendrai crédit.

J’adore ce texte. Je le lis à l’occasion depuis des années. C’est si lourd de sens et de non-dits.

Depuis 5 ans, j’agis en besogneuse fourmi. J’amasse et j’amasse en bon capitaliste. J’ai même récemment lancé une cie pour pousser mon capitalisme encore plus loin.

Pourtant, en-dedans de moi, au plus profond de mon être, je sens que nous avons tout faux.

Hier soir, par exemple, j’écoutais et je chantais des chansons avec mon fils et notamment celle-ci que je trouve merveilleusement touchante :

L’histoire de la vie. Le cycle de la vie.

L’humain est une merveilleuse invention de la nature, une bestiole d’une complexité étonnante qui nous échappe encore à nous-même qui sommes humains. Mais, l’humain est aussi capable d’être un organisme nuisible et envahissant.

En moins de quelque dizaines de millénaires, nous avons réussi à perturber l’ensemble des systèmes de cette planète au point où des races s’éteignent maintenant à un rythme insoutenable.

On estime notamment qu’en août, l’homme a consommé de ressources plus que ce que la planète peut réussir à regénérer en 1 an. Voilà que nous consommons à crédit sans respecter le cycle de la vie. Est-ce que nous avons sonné le glas?

Nous tuons la planète et les autres êtres qui la peuple.

D’un autre côté, il y a la génération qui me suit qui scande bien souvent YOLO (you only live once) et qui cherche à vivre des expériences et à avoir constamment du plaisir.

Deux extrêmes? Deux opposés?

Je pense qu’il y a quelque part moyen de trouver son compte entre les deux.

D’un côté, on ne sait jamais quand notre vie s’arrêtera alors vaut mieux profiter du temps qui nous est imparti. De l’autre côté, c’est justement parce que ce temps, le temps qui nous reste à vivre, nous est inconnu que le temps a une très grande valeur.

En fait, sa valeur est si grande que je ne trouve pas qu’il vaille la peine de l’échanger contre un salaire horaire quel qu’il soit trop longtemps et plus je vieillis, plus j’ai conscience que le temps qu’il me reste à vivre pourrait bien être moins élevé que le temps que j’ai déjà consommé. Cela donne encore plus de valeur au temps.

J’aimerais bien vivre en cigale, mais avant de faire le party à temps plein, je pense qu’il faut néanmoins faire la fourmi un petit peu aussi.

De là l’idée de l’atteinte de la liberté financière en 10 à 12 ans en appliquant l’épargne intensive et certains concepts minimalistes.

Et même en faisant la fourmi, je ne me prive pas de faire aussi la cigale. Pas toujours autant que je le voudrais, mais aussi souvent que faire se peut.

Reste que la question demeure entière… Notre société met énormément l’accent sur l’avoir au détriment de l’être. Tout est mesuré en terme de rendement, de performance, de réalisations…

Alors que ce qui compte réellemement, c’est le cycle de la vie, c’est l’être, ce sont la faune, la flore et les gens autour de nous. C’est ça la vraie richesse.

On ne vénère plus le soleil, le cycle des saisons, on ne fait plus des grands animaux nos totems. L’homme a inventé dieu et l’a créé à son image, ce dieu unique et tout puissant capable de vaincre la maladie ou de créer n’importe quoi. Et puis l’homme s’est mis à se substiter à dieu, à se croire tout puissant, capable grâce à sa science d’inverser tous les processus naturels et de les manipuler selon son bon vouloir.

Mais l’homme est-il en train de se piéger lui-même, en manipulant un pouvoir trop grand pour lui? Avec de grands pouvoirs viennent de grandes responsabilités.

Vaincre la nature est maintenant un pouvoir que nous nous arrachons. Nous voulons du contrôle sur tout, même à petite échelle.

Nous voulons nos pelouses vertes sans « mauvaises herbes ». Nous voulons la jeunesse éternelle, abolir les maladies, tout pouvoir consommer à outrance sans compromis comme si c’était un droit inaliénable.

Le cycle de la vie… on le viole. On le contourne. On le détourne. Parce que faire la cigale c’est tellement plus cool que de faire la fourmi!

Je ne suis pas très ésotérique/religieux ou whatever comme vous avez sûrement pu le constater en me lisant. Mais, je crois qu’au moins une chose est valable, la recherche de l’équilibre.

C’est plutôt asiatique comme concept mais essentielement, je pense que notre objectif devrait être de bâtir des états d’équilibre.

Sans l’amer, il me semble que le sucré n’a pas si bon goût.

Celui qui n’a jamais souffert, qui a vécu toute sa vie dans la ouatte comprend-il réellement sa chance?

Trop de quelque chose finit par écoeurer… j’adore les bleuets. J’en ai cueilli pour 25$ il y a peu. C’était clairement trop… je ne peux plus voir un bleuet en peinture!

De la même façon, je pense qu’on peut avoir trop d’argent…

À force d’accumuler de l’argent on peut finir par perdre ses repères et finir par accumuler pour accumuler, tel le collectionneur qui ne peut s’empêcher d’entasser des figurines de Star wars dans sa maison…

Quelque part, il faut dresser la ligne, l’état d’équilibre entre être une cigale et être une fourmi.

Non?

4 Comments

  1. Julien
  2. Maxime

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.