21 jours vers le minimalisme – jour 1

Si le rêve américain existe, si c’est ça le succès, je peux dire, je pense, que je le vis. J’ai un salaire dans les 6 chiffres, une fonction « prestigieuse », 2 beaux enfants, une femme merveilleuse, une maison, 2 voitures, une roulotte, une bonne situation financière…

Pourtant, je me sens misérable… j’ai « réussi » et pourtant, je ne me sens pas heureux.

Plus de revenus, plus de « prestige », c’est bien à court terme, ça donne un buzz, mais ça ne rend pas plus heureux sur le long terme.

Je mange souvent mal.

Je ne fais pas assez de sports.

J’ai trop de stress, pas assez de sommeil.

Je n’ai pas assez de temps libres.

Je ne passe pas assez de temps de qualité à faire ce qui me passionne.

Je sais que beaucoup de choses doivent changer dans ma vie.

Il y a 5 ans, j’ai pris la décision de changer ma vie… dans 12 ans. J’ai donc changé plusieurs de mes habitudes, je me suis fait un plan d’épargnes, j’ai bûché pour obtenir de nouvelles promotions… tout ça pour que ma vie change drastiquement dans plus d’une décennie… c’est tout un marathon ça.

Ma situation financière s’est fortement améliorée. Je ne peux pas dire le contraire. Mais le reste?

Il reste de 5 à 7 ans à ce plan pour arriver à la liberté financière… Encore 5 à 7 ans à maugréer le dimanche soir et ensuite à avoir hâte toute la semaine au vendredi, à espérer avoir de belles vacances durant les semaines qui m’intéressent, on en a si peu…

Est-ce que je vais tuffer la run?

Il y a des journées où je n’en peux juste plus de ce rythme infernal… de ce cycle interminable.

Est-ce vraiment juste ça la vie? Gagner de l’argent toute la semaine, la claquer le week-end, payer des factures?

Cette semaine nous avons fait un premier test à l’intérieur de notre cie. Nous avons fait du dropshipping. Bref, on a pris une commande et on l’a fait shipper directement chez le client par le fournisseur.

On a pris un petit risque. Le client habite loin et on ne peut pas inspecter la marchandise avant qu’elle ne touche les mains du client. C’est un risque mais le gain est immense. On étend notre marché à tout le Canada, pas juste à distance raisonnable de notre lieu d’affaire. On n’a pas de manutention à faire…

40$ de profit brut pour 5 minutes de travail… on peut répéter ça à l’infini…

Faire du profit, de l’argent, n’est pas si difficile… optimiser est possible.

Cette cie, c’est de nouvelles possibilités qui s’ouvrent.

Je suis à mi-chemin vers la liberté financière. Dans 3 ans, mon hypothèque sera soldée, 2 ans de plus et les travaux de réfection sur ma maison seront réalisés et payés et j’aurai suffisamment d’épargne pour me déclarer financièrement indépendant… bien que je devrai composer avec de faibles revenus. J’aurai 42 ans… je pourrais ajouter 2 ou 3 ans à ce plan et m’assurer une retraite plutôt confortable. Mais, j’aurai alors 45 ans.

Vais-je avoir la force mentale de maintenir ce rythme, de maintenir ce niveau de stress et de vivre avec cette amertume de voir ma jeunesse se dépenser en choses futiles (le 9 à 5 à répétition)?

Je peux y arriver… ça passe vite 5 ou 7 ans mais… est-ce que je ne vais pas regretter?

Est-ce que je pourrais faire un move plus drastique plus rapidement?

Je me sens comme un participant de la poule aux oeufs d’or qui vient de tirer un très gros montant et à qui on donne le choix entre l’oeuf ou l’enveloppe?

Je sais ce que j’ai… je ne sais pas ce que l’inconnu me réserve et je paralyse… et si le terrain n’était pas plus vert ailleurs? Je vais me mordre les doigts d’avoir gaspillé ce que j’ai, d’avoir craché dessus…

Je prends le gros montant qu’il y avait dans cette enveloppe ou je tente le gros lot avec l’autre alternative?

Pourtant, je veux :

  • Plus de temps libre
  • Plus de soirées ou week-ends entre amis
  • Plus de voyage
  • Être plus en santé
  • Faire plus d’exercice
  • Manger mieux
  • Dormir plus
  • Consacrer plus de temps à la lecture, à l’écriture, à mes enfants

Et je veux :

  • Moins de stress
  • Moins de responsabilités
  • Moins de choses à entretenir
  • Moins de choses négatives à gérer (ma job c’est gérer des problèmes essentiellement)
  • Moins d’encombrement physique et intellectuel

Il y a des choses qui doivent changer et je suis excellent à procrastiner, remettre à plus tard à ce sujet. C’est la voix facile.

Aussi, aujourd’hui, j’ai pris la décision d’explorer plus avant la voie minimaliste.

Je ne sais pas jusqu’où j’irai ou jusqu’où je suis prêt à aller dans cette voie, mais j’ai envie d’essayer.

Joshua Fields and Ryan Nicodemus de theminimalists.com proposent un plan de 21 jours vers le minimalisme. Pourquoi 21 jours? Parce qu’en psychologie, le 21 est un chiffre « magique » bien connu.

Au CEGEP, notre prof de psycho nous l’a fait tester. Il nous a aussi fait tester le transfert d’information d’un hémisphère à un autre. En gros, il nous a fait suivre un parcours sur une feuille avec un crayon et nous devions nous chronométrer. Ensuite, nous devions faire la même chose avec notre « mauvaise » main et nous chronométrer. Puis, nous devions reprendre l’exercice 21 fois de la bonne main et mesurer l’amélioration. Ensuite, il fallait le refaire de la mauvaise main et constater que même la mauvaise main s’était fortement améliorée. Après 21 fois, on était expert…

Je me lance donc aujourd’hui le défi de suivre leur « cours » de 21 jours et de voir si ça me rejoint.

Jour 1

Intellectually, we knew we wanted a change in our lives. We knew we were unhappy, unsatisfied, and unfulfilled. We knew we didn’t have freedom—not real freedom. The problem was we knew these things intellectually, but not emotionally: We didn’t have the feeling in our guts that things must change. We knew they should change, but that change wasn’t a must. (theMinimalists.com)

Nous savons tous que nous devrions changer des choses dans notre vie.

  • Je devrais manger mieux
  • Je devrais faire plus d’exercice
  • Je devrais vivre davantage le moment présent
  • Je devrais dépenser moins
  • Je devrais manger moins au resto
  • Je devrais prendre plus de temps seul avec moi-même
  • Je devrais réduire mon niveau de stress
  • Je devrais travailler moins
  • Je devrais passer plus de temps à faire des choses que j’aime
  • Je devrais dormir plus
  • Je devrais régler les problèmes de ma maison ou m’en débarrasser
  • Je devrais avoir envie de me lever le matin pour faire ce que j’ai à faire
  • Je devrais m’entourer de gens inspirants et entretenir ces relations mieux
  • Je devrais écrire tous les jours
  • Je devrais apprendre quelque chose de nouveaux tous les jours
  • Je devrais avoir un moment relax à moi tous les jours
  • Etc…

En ce jour 1, les minimalistes recommandent de transformer cette liste de « devrais » en « dois » faire.

Pour y arriver, il faut, selon eux, bien assimiler la souffrance que nous fait vivre les choses qu’on ne change pas et qui devraient changer. Seule cette réelle souffrance donne le levier nécessaire au changement. C’est d’ailleurs cette souffrance qui me pousse à épargner environ 50,000$ par an, toutes catégories d’épargne confondues..

Par exemple, maintenant, transporter deux ou trois boîtes me met tout en sueur et m’essoufle. Monter un escalier m’est pénible… pourtant, j’étais autrefois plutôt athlétique. Mais, un emploi à temps plein avec 3 ou 4 heures de transport par jour laisse peu de place pour permettre de s’entraîner tout en pouvant équilibrer le reste.

Quoiqu’il en soit, j’ai honte. Je me sens vieux. J’ai peur de mourir plus jeune à cause de cela. Et, j’approche 40 ans. Il n’est pas trop tard pour renverser la tendance mais, le temps file vite.

Ce « devrait » doit être changé en « dois ».

Il en est de même de l’alimentation. J’ai fait un changement majeur il y a plusieurs années. Je suis devenu végétarien. Mais, même les végétariens peuvent mal manger…

Je sais que plusieurs de mes comportements ou inactions sont nocifs pour mon avenir.

Je ne sais pas si une journée est suffisante pour transformer ces « devrais » en « dois » mais essayons!

12 Comments

  1. Yann
      • Crevette nordique
  2. Julien
      • Kimber

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.