Qui contrôle la société et crée le système?

Question intéressante… il arrive souvent qu’on parle du grand ILS en parlant de ces gens (lesquels) qui prennent les grandes décisions à propos des orientations à donner à la société.

Les méchants ILS qui ont créé l’école, la rat race ou « système », on aime les haïr. Mais qui sont-ils au fond?

Et si le mal était en chacun de nous? Et si la société et ses systèmes n’était que la résultante de toutes nos petites actions individuelles et collectives?

Nos actions individuelles qui forment un tout collectif ne sont peut-être pas concertées, mais elles sont similaires et apportent en résultante un système relativement cohésif.

Après tout, il est clair que l’homme est un animal grégaire, qui aime se tenir en troupeau et suivre son ou ses alphas…

Nous naissons bien sûr dans un monde construit par la résultante des décisions prises par nos ancêtres et nous nous faisons bien sûr influencer par l’éducation que nous donne nos contemporains qui, à leur tour, modèlent le système actuel et futur. La société n’est pas inerte. Elle est en pleine mouvance même si son noyau dur demeure intact depuis plusieurs générations.

Le grand ILS, c’est vos parents, vos amis, vos voisins, matantes et mononcles, les médias et leurs journalistes, les politiciens élus qui font passer des lois fondées sur les envies du peuple ou sur les influences qu’ils subissent.

Le grand ILS, c’est nous. Nous sommes le système.

C’est nous qui continuons à envoyer nos enfants à l’école, à s’opposer quand on tente d’en changer une toute petite parcelle. C’est nous qui chaque matin nous levons aux aurores pour aller courrir comme des poules pas de têtes toute la journée.

Il est clairement très difficile de se soustraire à ce système et de vivre une vie en marge de celui-ci, mais c’est possible. Cette liberté existe.

Oh… des gens vont s’opposer à vous si vous décidez de devenir marginal. Mais, c’est probablement pas le grand ILS que vous imaginez qui va venir cogner à votre porte… ce sera votre mère, vos amis, vos collègues de travail qui défendront farouchement le système et essaieront de vous y ramener.

Parlez-leur d’une retraite à 40 ans et vous verrez qui vous gosse et s’oppose à vous!

Nul doute que certaines personnes acquièrent et s’octroient des pouvoir d’influence plus grands que d’autres. Avec ce pouvoir ils peuvent parfois arriver à faire voter des lois ou à influencer les sociétés mais, sans l’appui de la foule par l’adhésion, a manipulation ou la contrainte, c’est difficile.

La foule doit devenir la défenderesse des idées qui dominent la société qu’elles soient fondées ou pas, intelligentes ou terriblement destructives. Celui qui arrive donc à s’imiscer dans l’éducation (école pour les enfants, médias pour les adultes et les enfants) a plus de chance, grâce à diverses stratégies de manipulation, de faire passer ses idées mais les faire passer exige des trésors d’ingéniosité et des aptitudes de fins manipulateurs car l’essentiel des gens sont réfractaires aux changements.

Nul doute que d’avoir quelque milliards de dollars peut aider… mais vous et moi pourrions lancer une campagne publicitaire médiatique aussi. L’institution est accessible à tous dans notre société.

Si un leader charismatique et rassembleur se lève et arrive à faire lever les foules (Martin Luther King par exemple), il peut réussir, grâce au pouvoir de la foule, à faire bouger des choses, à ébranler des institutions ou des systèmes.

Le grand ILS existe certainement. Mais, il est en constante évolution et n’est pas forcément composé d’un groupe organisé aux idées homogènes bien que certains groupes existent et qu’ils tentent bien sûr constamment de s’octroyer le pouvoir ou de s’y maintenir.

Je pense qu’il s’adonne plus que les idées sont similaires puisque les motivations sont similaires et puisque nous avons été éduqués par le même système. Et puis, l’homme reste l’homme et là où il y a des hommes, il y a de l’hommerie… (ça se dit tu ça? Ah whatever… j’use de mon pouvoir sur ce blog pour garder ce mot)

Celui qui est au pouvoir veut le rester. Celui qui s’en approche veut prendre la place de celui qui est au pouvoir et à la base, demeure une masse de prolétaires dont plusieurs aspirent à de grandes choses et de laquelle, certains sortiront pour se hisser aux plus hauts sommets. C’est l’éternel lutte de classes décrite par bien des philosophes avant moi.

Ces classes ne sont aussi homogènes qu’on se les imagine et les mouvement de classes sont aussi plus fréquents qu’on ne se l’imagine.

Le grand ILS existe. Mais le grand ILS n’existe pas, tout à la fois. Car le grand ILS c’est tout simplement l’homme, vous et moi, les groupes financiers ou religieux, les lobbyistes, les politiciens et grands argentiers, votre voisine et sa gang de comères qui font la loi dans le quartier…

Le système n’est pas contrôlé par une seule personne.

Mais, à travers le monde, des dictateurs naissent et meurent à chaque génération. Ce sont des gens qui arrivent à s’octroyer au cours de leur vivant une somme colossale de pouvoir en partant de zéro ou en s’appuyant sur le pouvoir déjà amassé par d’autres avant eux (religion, roi, grande fortune etc…).

Vous pourriez naître et arriver, au cours de votre vivant, à rédéfinir le monde dans au moins un de ses aspects. Mais le monde est une grosse bibitte et pour y arriver vous allez devoir déployer une somme colossale d’énergie.

Le fait est que je trouve que de se battre contre le système est contre-productif. Vaut mieux en tirer le meilleur parti et en dévier sur certains aspects.

Heureusement, dans notre société libre et démocratique (dans la mesure qu’il est humainement possible qu’une telle société existe), vous pouvez lancer une idée marginale, telle que la retraite jeune par exemple et vous y dédier.

Vous pouvez même créer, petit à petit, une communauté autour de cette idée et qui sait, peut-être même lancer un mouvement.

Je n’ai pas la prétention d’avoir créé aucune des idées autour de la retraite jeune, ni même d’avoir lancé un mouvement ni une communauté. Mais, en entretenant ce site, en écrivant dessus de façon plutôt assidue, j’ai participé à ma façon et dans une certaine mesure à cette communauté.

D’autres blogueurs, influencés par les idées de cette communauté ont lancé de nouveaux blogs et moi-même au départ, j’ai été influencé par des livres et des blogs.

Autour d’une idée qui ne date pas d’hier, une communauté mondiale s’est créée en s’appuyant sur l’idée que la rat race n’est pas la seule option. Il y a quand même des points qui rassemblent et d’autres qui divergent.

Certaines idées se polarisent et des sous-cultures se créent. L’investissement jndiciel vs par croissance du dividende vs immobilier par exemple. Bien souvent, les trois ont la même grande motivation, mais leurs méthodes divergent et des sous-cultures se créent. Il n’y a pas de grand ILS qui ont créé cette communauté et ses sous-cultures. Ce sont les gens, de par la somme de leurs discussions et de leurs actions qui ont crée ces communautés et ces divergences.

Quoiqu’il en soit, il n’est à n’en pas douter que certains groupes ou groupuscules concentrent beaucoup de pouvoir en leurs mains que d’autres. Ils utilisent ce pouvoir à bon ou mauvais escient mais avant tout et surtout pour combler leurs propres motivations communes ou individuelles quelles qu’elles soient.

L’argent peut acheter du pouvoir. Mais l’argent n’est pas le pouvoir. Le pouvoir est en nous et personne ne peut détenir 100% du pouvoir à lui seul.

Tant que vous êtes en vie, vous possédez au minimum une fraction de l’ensemble de la balance du pouvoir et c’est cela qu’il faut comprendre pour changer et améliorer sa vie.

Peut-être que votre pouvoir et cercle d’influence n’est pas actuellement assez fort pour faire changer l’école par exemple.

Mais, vous détenez un grand pouvoir sur ce que vous choisissez de consommer, sur l’endroit où vous travaillez, sur l’épargne que vous faites ou ne faites pas.

La collectivité a bien sûr cherché à influencer vos actions et façons de penser et ils auront réussi dans une certaine mesure mais votre libre-arbitre demeure en vous. Vous avez un grand pouvoir d’auto-détermination et un grand pouvoir sur votre destinée.

À mesure que vous prendrez des actions qui amélioreront votre vie, votre pouvoir d’influence ira en s’accroissant et bien des gens qui vous trouvaient marginaux pourraient soudainement chercher conseil auprès de vous.

En conclusion, je dirais que des tireurs de ficelle ça existe. Il ne faut pas se mettre la tête dans le sable. Mais ils ne peuvent pas tenir toutes les ficelles. Quelque part, même dans les régimes les plus totalitaires, les gens dans leur individualité conserveront toujours un minimum de pouvoir qui pourrait être suffisant pour changer le monde.

Malgré tous les défauts du système, de la rat race, de notre système de santé ou scolaire, nous vivons probablement dans l’une des sociétés les plus libérales qui n’ont jamais existées et le monde autour de vous est rempli d’opportunités à saisir pour faire de votre vie un monde meilleur.

Alors, n’attendez plus. Prenez action et utiliser votre pouvoir pour améliorer votre vie. Un pas à la fois… une brique à la fois, on réalise au final de grandes choses.

2 Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.