FaisCommeLesRiches a 5 ans! Et mon voyage aussi…

Il y a 5 ans en juin 2013, je lançais FCLR un peu comme on lance une bouteille à la mer.

Ma vie devait changer. Elle devait s’améliorer.

J’avais 31 ans, presque 32 et vraiment pas grand chose de construit…

J’avais passé ma vingtaine à ramer, séparations et nouvelles relations s’enchainaient, emplois précaires et variés, changement de domaine et d’emplois à répétition, vivre de paye en paye et accumuler les dettes…

J’ai vécu beaucoup d’expériences et de stress durant cette folle décennie que fut ma vingtaine mais je rêvais pourtant d’une chose : d’une vie plus libre et plus sereine, d’avoir le temps de prendre le temps de faire ce que j’aime.

Car, n’est-ce pas une fatalité de notre société que celle d’avoir du temps mais pas d’argent alors que nous sommes jeunes, puis ensuite de l’argent mais pas de temps alors que nous sommes dans la force de l’âge pour finir par avoir potentiellement les deux mais à un âge où notre force physique et nos motivations ne sont plus celles du jeune homme qui veut conquérir le monde?

J’étais en colère quand j’ai lancé ce site… en colère contre cette société, ce système, mais surtout contre moi-même de ne pas être arrivé à trouver une voie me permettant de réaliser mon rêve de liberté.

Je voulais faire des tas de choses, voir et apprendre tant de choses mais je ne le pouvais pas… je m’étais enchaîné au 9 à 5.

J’étais coincé à fonds dans la rat race… trop de dettes, à peine un mois de salaire devant moi pour les urgences, rien de ramassé pour la retraite, pas d’assurance invalidité, un emploi contractuel et surtout un lourd fardeau hypothécaire, qui lui, tirait l’argent de mon compte bancaire régulier comme une horloge…

La contrepartie d’une hypothèque ou de tout paiement régulier est clairement un revenu régulier et quoi de mieux qu’une job de salarié pour procurer cette paix d’esprit, mais à quel prix?

C’était dans cet engrenage que j’étais coincé. Il me fallait à tout prix conserver une entrée d’argent régulière pour absorber les paiements réguliers auxquels je m’étais engagés.

C’était la routine du métro-boulot-dodo-rénos… Je passais ma semaine à travailler pour payer ma maison et ma fin de semaine à l’entretenir et à la rénover pour la remettre en état. N’est-ce pas toujours le cas?

De cette colère, de cette situation est né mon plan. Douze ans d’esclavage-salarié et d’épargnes intensives… douze ans à tout faire pour atteindre la liberté financière au début de ma quarantaine.

J’ai choisi de prendre cette décennie pour bâtir une liberté qui me suivra, je l’espère, pour le reste de ma vie!

À 32 ans, j’avais enfin compris que je mes chances de trouver l’idée du siècle qui me rendrait immensément riche rapidement étaient si faibles qu’il ne valait même plus la peine d’y penser.

J’avais aussi compris que de devenir riche n’était pas nécessaire. L’important étant d’abord et surtout de devenir libre.

Je mettais la barre moins haute et ainsi la montagne devenait plus petite et facile à vaincre.

Je me suis aussi mis à me poser les questions suivantes :

Mais que font les riches au juste? Comment sont-ils devenus riches? À quel point je dois devenir riche pour devenir libre?

Banales comme questions mais ce sont des questions pour lesquelles les gens ont tellement d’idées préconçues et moi aussi j’en avais.

J’avais déjà lu beaucoup d’histoires de riches à droite et à gauche et dans les médias… la plupart relataient des histoires difficiles à reproduire. Après tout, je suis loin d’être eminem ou bono. Pour moi, vendre pour des millions de dollars de musique était hors propos… je chante comme un pied!

Puis je me suis mis à creuser. Il devait y avoir un pattern, un chemin que je pourrais emprunter pour me rendre là où je voulais aller avec de fortes chances de succès.

L’immobilier m’apparaissait alléchant mais tous les livres que je lisais sur le sujet ne faisaient aucun sens :

Achète un 4 plex à 72,000$ et loue les logements 650$ chaque. Après 2 ans, achète un autre 4 plex à 72,000$ et loue les logements à 660$ et continue ce cycle encore et encore pour faire un effet boule de neige.

Wow! Vraiment cool tout ça! Le problème c’est qu’en 2013 les 4 plex de mon patelin coûtaient pas mal plus 450,000$ et se louaient à peu près au même prix que dans ces livres stupides qui me faisaient penser au livre « Le barbier riche » écrit par Chilton dans les années ’80.

Chilton suggérait en gros de mettre 10% de son salaire de côté et de l’investir à 20% d’intérêt composé pour être millionnaire à la retraite.

20%… composé???? Yeah sure!

De fil en aiguille, je me suis rendu compte que le moyen le plus simple à ma portée et qui ne comportait pas trop de risques (que je n’étais de toute façon pas en position de prendre) et qui n’impliquait pas de gros changements dans ma vie était en fait plutôt simple.

Il me fallait épargner… beaucoup! Vraiment beaucoup et ne pas trop compter sur le rendement parce que l’intérêt composé ben, ça prend vraiment beaucoup de temps avant de faire de la magie significative… Les épargnes à elles seules devaient être la source principale de mon succès.

Je me suis mis à faire des calculs et encore des calculs…

Ça m’a déprimé… Remplacer mettons 50,000$ de revenus par an ou même 70% de ce revenu allait me prendre une éternité!! Il me fallait au bas mot accumuler près d’1.5 million de dollars… je voulais le faire en 10 ans sans trop compter sur le rendement.

Il me fallait donc épargner 150,000$ par an… ahah! De quoi se cogner le coco contre un mur de brique puisque je gagnais environ 70,000$ par an.

Et c’est là que ça m’a frappé. Pourquoi épargner une telle somme? Aie-je réellement besoin de tout cet argent?

Et si, au lieu de viser à remplacer mon revenu, je visais simplement à m’auto-suffire? Quand on a tout notre temps, on a besoin de moins d’argent pour vivre et moi j’ai toujours eu des intérêts peu dispendieux : lecture, écriture, randonnée, camping, kayak, bâtir des choses from scratch avec ce que j’ai sous la main…

J’ai décidé de commencer petit et de rapidement viser 16,000$ d’épargne par an plus environ 8000$ à mon fonds de pension et 7000$ sur mon hypothèque. Plus de 30,000$ d’épargne par an overall! C’est viser petit ça?

Ça a été ardu mais plus j’épargnais moins je dépensais. Moins je dépensais moins je me sentais le besoin de dépenser. Et ma motivation c’était mes dividendes. Chaque 1000$ investi me donnait 35$ de revenu annuel en croissance.

Ça m’aidait aussi de me dire que chaque fois que je dépensais 35$, je dépensais en fait 1000$… bon, c’est une vision fallacieuse de la réalité, mais le pieux mensonge me motivait et il arrive encore à me motiver!

Après tout, si le 35$ depensé provenait de mes investissements, il me faudrait réellement immobiliser 1000$ pour le générer.

On s’habitue à vivre en dépensant moins d’argent.

Durant les premiers 6 mois de 2013, j’ai épargné 9943$ en plus de mes cotisations à mon fonds de pension! J’étais motivé!

Mais je voulais faire plus! Je me suis alors mis à bûcher pour obtenir des promotions et hausses salariales et entre 2013 et aujourd’hui, j’ai réussi à faire passer mon salaire à 112,000$ par an environ en 2018 avec mon bonus. Gagner plus permet d’épargner plus, donne droit à plus de droits de cotisation REER, bref ça donne un bon coup de pouce.

Je sais que ça n’est pas à la portée de tout un chacun mais encore là… je crois que quand on veut on peut. Il y a des tas de jobs qui permettent de gagner 80,000$-100,000$ par an, avec l’overtime au pire. Il suffit à mon avis d’être un peu créatif et willing et de faire ce qu’il faut pour y arriver, ce qui inclut parfois certains sacrifices.

En 2014, j’ai épargné 21,797$ et j’ai lancé mon plan pour clairer mon hypothèque en 7 ans vers le mois de septembre en renouvellant mon hypothèque avec RBC.

RBC offre quelque chose de très intéressant et très flexible (je ne reçois pas de commission pour ça, je ne fais que partager mon point de vue) qui s’appelle l’option double-versement. À chaque versement je peux décider de verser au minimum 100$ et au maximum 100% de mon paiement prévu au calendrier en supplément de ce paiement.

Je peux changer d’idée quand bon me semble à 48h d’intervale. Plutôt cool!

Peu de prêteurs sont aussi flexibles. À ma connaissance il n’y a que TD qui offre un programme similaire aussi flexible.

Au lieu de renouveller avec mon terme restant de 25 ans (j’avais amorti l’hypothèque sur 30 ans au départ), j’ai renouvellé sur 18 ans (même paiement mais taux vraiment plus bas passant de 5,25% à 2.99%). Puis, j’ai choisi l’option de payer aux deux semaines en accéléré ce qui m’amenait à 15 ans d’amortissement restant.

À cela, j’ai ajouté les fameux double-versements. En 7 ans et demi, mon hypothèque devait être soldée.

Bon, j’ai pris du retard sur le calendrier parce qu’entretemps, j’ai eu 2 bébés et on s’est payé de longs congés parentaux. Mais, je ne regrette pas.

Ces longs congés m’ont permis 2 choses en plus de passer du temps merveilleux en famille :

  • Prendre un temps de réflexion sur ma vie et sur ce que je veux dans la vie
  • Confirmer que je suis fait pour être libre… le système du 9 à 5 ne fait que me détruire à petit feu. J’ai besoin de cette liberté. C’est de l’oxygène pur pour moi et je n’aurai aucun regret à quitter cet emploi quand le temps sera venu

En 2015 maintenant, j’ai épargné 15,734$ plus mes cotisations à mon fonds de pension mais j’ai clenché mon hypothèque aussi!

En 2016, 18,347$ sont allés rejoindre mes autres sous!

En 2017, j’ai épargné 22,316$ et à ce jour en 2018, j’en suis à près de 9000$ épargné, un peu en retard sur mon objectif de 22,000$ mais ça devrait aller.

Épargner est devenu une seconde nature. Dès que je reçois ma paye aux deux semaines je flip entre 500$ et 1000$ vers mon compte de placement, puis je fais mes double-versements sur hypothèque, je paie ensuite mes autres frais fixes et je vis avec le reste.

Je pourrais probablement épargner plus. Mais, j’ai trouvé un équilibre qui me convient.

Cette année, avec ma nouvelle hausse salariale récente, je m’enligne pour gagner 60,000$ net plus mon bonus. En retirant mes épargnes et mes paiements hypothécaire, je m’enligne pour vivre avec 23,000$ cette année… et c’est beaucoup d’argent!

Je vais me servir de 23,000$ pour continuer à entretenir ma maison et les voitures, descendre mes dettes et vivre un peu.

Reste que je gaspille encore beaucoup. Je mange trop de resto surtout… Si je coupais cette mauvaise habitude (surtout liée à mon manque de temps parce que ma vie est une folle course), je pourrais facilement vivre avec 15,000$-18,000$ par an net.

Mon salaire continuera d’augmenter pendant 2 ans encore pour atteindre 122,000$ par an brut, soit environ 20,000$ brut de plus que mon salaire actuel.

Je pourrai donc augmenter mes cotisations au cours des 5 prochaines années advenant que je continue à suivre la voie du salarié.

Le lancement de notre entreprise est maintenant une nouvelle variable dans l’équation qui a le potentiel de changer bien des choses. On verra…

Mon portefeuille vaut présentement 119,000$. Je vise un portefeuille de 425,000$ environ qui devrait me rapporter 15,000$ en revenus annuels indexés à l’inflation avec un taux de retrait conservateur de 3.5%. J’ai un peu plus du 1/4 du chemin de parcouru si je ne compte pas mon fonds de pension. Mais si je l’ajoute, j’ai plus de la moitié du chemin de parcouru.

Après 5 ans dans ce voyage vers la liberté financière je peux dire une chose. Le chemin est long, très long… mais si j’avais été plus brillant je l’aurais emprunté avant!

Il n’existe pas beaucoup de raccourcis viables vers la liberté financière et leurs chances de succès sont faibles pour le commun des mortels.

L’épargne demeure le chemin le plus accessible et sur lequel on a beaucoup de contrôle. Mais, vaut mieux commencer dès la naissance car ça prend un bon 20 ans à 30 ans pour bâtir un fonds substanciel.

Il en faut des années pour que l’épargne soit suffisante pour nous permettre d’atteindre la liberté financière mais au fil de ce voyage je réalise autre chose. À mesure qu’on avance de nouvelles portes s’ouvrent et des opportunités qu’on ne pouvait pas saisir commencent à revenir à notre portée.

Je pourrais prendre 4 ou 5 ans off en ce moment et retourner faire un autre programme universitaire ou faire le tour du monde…

Je peux me permettre de prendre le risque de lancer une entreprise… et je pourrais même quitter mon emploi et m’y consacrer corps et âme.

Je peux me permettre de quitter un emploi qui ne me plait pas sans me soucier d’en avoir un autre sous la main.

Cette épargne me donne du temps et plus de liberté de choix.

Je me rappelle 2008. Ça n’allait pas super bien à ma job mais à cette époque, si je quittais un emploi je devais aussitôt le remplacer par un autre sans perdre plus d’une ou deux semaines entre les deux. J’avais des paiements à faire et rien devant moi pour y faire face.

Cette époque est révolue.

C’est ce que ce voyage fait. Je me suis habitué à vivre avec moins. J’ai une belle réserve de noix pour passer l’hiver et même plusieurs hivers. De nouvelles perspectives s’offrent à moi.

La question que je me pose désormais n’est plus « comment devenir riche » mais plutôt « Est-ce nécessaire de devenir riche? ».

Avec ce que j’ai bâti au cours de ces 5 dernières années j’ai accumulé suffisament de capital pour pouvoir envisager une nouvelle vie.

Je peux définitivement continuer sur cette voie, profiter de ce salaire ridicule et au final, pas si difficile à encaisser ou encore changer ma vie de A à Z.

Avoir ces choix devant moi me fait me sentir de plus en plus léger!

Cette légerté m’aura coûté 5 ans… mais si je n’avais pas épargné, qu’aurais-je fait de plus au cours de ces 5 années? Acheté 3 barbecues neufs? Un véhicule plus dispendieux et une maison à 3 corniches et 2 étages?

Je me suis acheté de la légèreté et j’en suis très heureux!

Toi aussi peux le le faire! Il suffit de s’y mettre et de faire comme les riches!

9 Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.