Bilan mensuel : février 2018

Je reviens, il y a peu, d’un voyage en famille à Riviera Maya, un voyage qui aura coûté environ 5000$ pour une semaine. Pas très frugal disons…

Je dois toutefois avouer que c’était très plaisant et que nous allons garder de bons souvenirs de ce voyage… et une grippe mexicaine pendant les 10-15 prochains jours mais, 5000 boullettes ouch!!! C’est vraiment trop d’argent dépensé pour un voyage qui dure le temps d’un clin d’oeil.

On dirait d’ailleurs que j’ai perdu goût à ces voyages « en canne ». Je n’en retire pas autant de plaisir qu’autrefois… je préfère le camping l’été au Québec ou un p’tit tour au bord de la mer sur la côte est américaine…

Et puis, 5000$ pour 6 jours de soleil, ça revient cher la journée et avec deux bébés, ce n’est plus le même genre de vacances… on a passé 99% du temps à la piscine (moi qui allait là pour l’océan lol).

Je pense que ce sera le dernier voyage de ce genre avant longtemps. Et puis, aussi beau que soit le Mexique, je trouve que ça commence à être trop instable comme pays… il commence à y avoir de plus en plus de criminalité à Playa Del Carmen, notamment, une explosion sur le traversier menant à Cozumel le lendemain de mon arrivée là-bas.

Dire que j’avais envie d’aller y faire un petit tour…

Le gouvernement du Canada recommande de faire preuve de grande prudence, d’éviter de voyager la nuit (même en autobus), d’éviter tout voyage non essentiel dans le nord et l’ouest du Mexique et dit que la criminalité est en croissance au Yucatan etc…

Il semble que les enlèvements deviennent de plus en plus fréquents là-bas et les touristes ne sont plus épargnés semble-t-il…

Bref, pour moi le Mexique ça va être fini pour un bout.

Février 2018… la bourse flagosse, mon portefeuille stagne et une guerre de « j’en ai une plus grosse que la tienne » commence à se jouer entre Trump, Poutine et le petit homme fusée comme Trump l’appelle gentiment… j’espère qu’on ne revivra pas (ni mes enfants) un jour une guerre comme celles qui ont ravagées le 20è siècle!

Bref, il est temps que le printemps arrive. Mon humeur est très sensible à la température et ces quelques jours de soleil n’ont pas suffit à me revitaliser.

Cela étant dit, voyons voir comment mes finances se sont comportées en février :

Épargnes

J’ai épargné 2000$ en février et depuis le début de 2018. En fait c’est faux. J’ai emprunté 2000$ à ma marge de crédit hypothécaire pour éviter une facture d’impôt en faisant une cotisation avant le 1er mars.

REEE

Le REEE des enfants vaut 13,468.11$ en date du 28 février (+393.81$). Nous avons reçu une partie des subventions fédérales de l’année déjà.

Fonds de liberté

Mon fonds de liberté vaut 110,062.35$ et ce malgré 2000$ de cotisations supplémentaires. Je sais que c’est de la volatilité à court terme mais c’est fatiguant quand ça stagne. J’ai l’impression de remplir un trou qui se vide par en-dessous!

Solde de l’hypothèque principale :

92416.22$ (-928.15$)

Encore une fois, le double versement est allé rembourser ma marge et non le principal.

Le solde de ma marge ne veut rien dire pour l’instant car nous y avions retiré une grande somme pour le voyage mais aussi pour rendre un montant facilement disponible en cas d’urgence en voyage en plus du 2000$ de cotisation REER.

Le solde réel (sans cette avance qui sera remboursée sous peu) est de 20870.90$.

J’aimerais descendre ça encore un peu… le taux est plus élevé sur la marge que sur le principal… pas de beaucoup mais ça fait plus de sens de réduire le solde là où le coût d’emprunt est le plus élevé.

Mais, ça ne sera pas hyper motivant, car même en le descendant, j’y ajouterai bientôt un gros montant pour des rénovations… mais quand même.

Cotisations à mon fonds de pension

Totales : 48,250.91$ (+718.65$) plus la part de l’employeur.

Revenus de dividendes :

Je sais que je ne voulais plus mettre une grande emphase là-dessus en 2018 mais j’en ai profité dernièrement pour mettre à jour les dividendes des diverses cies à mon portefeuille.

En date du 13 mars 2018, mon revenu annuel projeté en dividendes est de 3858.21$. Cominar vient de fesser dans le dash avec une nouvelle coupe de dividende… heureusement il ne me restait que 100 parts mais quand même…

Plusieurs compagnies de mon portefeuille ont offert de belles hausses de dividende cette année. Mais les coupures ont été importantes chez d’autres…

Encore quelques achats et je vais frapper la barre du 4000$. Il faut dire que le taux de change est reparti à la hausse, ce qui fait jouer mes revenus projetés.

En juin, cela fera 5 ans que je bâtis ce fonds. Je devrais en être à 4000$ de revenus passifs. Pas si mal…

Salaire/revenus

Mon employeur a décidé de changer drastiquement son approche salariale. C’est majeur et assez particulier. J’attendais depuis un bout déjà ces annonces.

J’en enfin su ce qu’il en était de moi. Les dommages sont moins pires que je ne le pensais.

Je perds grosso-modo 15,000$ de hausse potentielle… c’est beaucoup mais je m’attendais à pire.

Outre cela, mon employeur n’indexera plus nos salaires… il va nous donner « l’augmentation de marché comparative du secteur »…. de beaux grands mots pour dire en gros qu’ils se sont fait un genre de « cartel des salaires » (informel) et qu’ils vont donner ce que les autres cies similaires donnent. Et les autres vont probablement donner ce que les autres donnent… bref ça ne sent pas le mouvement.

– Jack, toi t’offre quoi à tes employés cette année.

– Oh… je vais offrir le 60e percentile de ce que vous offrez.

– Ok mais moi je veux offrir le 75e percentile alors combien tu offres, dit Jean.

– Parles en premier, je ne voudrais pas mener la danse et fausser les résultats tout de même, ça serait malsain, répondit Jack.

– Ouin… je comprends… et toi Tom, t’offres quoi?

– Hummm, moi je veux attirer les meilleurs mais… sans offrir le meilleur… alors je vais offrir quelque chose de concurrentiel je pense…

– Oui, ça fait du sens… on se sert un autre martini?

Bref… grosse bullshit!

Cette année on reçoit une hausse inférieure à l’inflation et donc, c’est une baisse de salaire.

Car tout salaire qui se maintient à l’inflation reste simplement stable. Tout salaire augmenté plus rapidement que l’inflation « augmente » et tout salaire qui est augmenté de façon inférieure à l’inflation ou qui est gelé est en fait un salaire qu’on baisse.

Autre particularité intéressante, une fois qu’on a atteint le maximum de l’échelle (ce qui arrivera d’ici 2 ans au lieu de 4 pour moi avec nos nouvelles échelles plus basses), si on n’obtient pas une évaluation de rendement « supérieure », on obtient alors une « augmentation selon l’index du marché des salaires » MOINS 0.5%!!!

Cet année leur fameux index est à 1.1%. Donc si ça s’appliquait j’aurais 0.6% « d’augmentation »… super. Belle technique pour appauvrir tes employés…

Bref, si ton évaluation de rendement n’est pas supérieure, on te prend une grosse bouchée dans le derrière et on réduit ton pouvoir d’achat de plus de 1% par an.

Or… obtenir une note supérieure relève maintenant de l’exploit… puisqu’on a aussi de nouveaux critères d’évaluation de rendement.

Mon employeur parle aussi de plus en plus d’indice de satisfaction et voudrait potentiellement faire comme dans « Black Mirror ». À chaque interraction avec un client interne ou externe, celui-ci aurait la possibilité de te mettre une note sur 5 étoiles et de laisser un commentaire sur ta prestation.

Common…

La vie c’est pas un concours de popularité… il y a des gens/clients qui méritent qu’on soit plus ferme avec eux sinon ils abusent. Toute personne qui a déjà travaillé en service à la clientèle, vente ou gestion de personnel sait très bien de quoi je parle. Et parfois rendre quelqu’un pas content, c’est rendre service à tout le monde. Mais, je me doute qu’il ne me mettra pas 5 étoiles.

Il y a des gens qui ne sont contents que lorsqu’on leur dit oui.

Nous vivons à une drôle d’époque.

Soyons tous des petits calinours naïfs et gentils pour avoir nos 5 étoiles. On verra comment tout cela tournera… car malheureusement, il est faux de penser que tout le monde est animé exclusivement de bonnes intentions.

De nos jours, les gens se laissent manger la laine sur le dos… on se fait tondre et on dit merci. Les conditions des salariés régressent dans tellement de secteurs.

Je ne suis pas mieux que les autres… je suis moi aussi un mouton qui bêle bêtement en attendant son prochain chèque. Ma révolution est silencieuse… c’est celle de l’épargne.

Je me demande si tout cela n’a pas quelque chose à voir avec le taux d’endettement des gens.

Ils n’ont plus les moyens de faire la grève… 2 ou 3 jours avec des pancartes et tout le monde est en retard sur son hypothèque au prochain versement.

C’est le contrôle suprême!

Nouvelle culture qui s’installe aussi… celle de la « performance » (lire la peur). Les employés ont maintenant tellement peur qu’ils ne prennent plus leurs vacances, envoient des courriels et travaillent des dossiers après leurs heures de travail et souvent tard dans la soirée ou le week-end…

Je veux dire… si t’es payé pour 40h et que tu en fais 60h… t’es solidement en train de nuire à la cause des salariés… et à la tienne.

Ça semble être devenu une tendance lourde chez mon employeur depuis 2 ou 3 ans et ça s’est vraisemblablement accéléré pendant mon absence…

9 Comments

  1. MarcO

Leave a Reply