Ode à la vie et à la beauté qui nous entoure!

Ad Blocker Detecté

Ce site web est rendu possible grâce à la publicité. Veuillez considérer de désactiver votre "adblocker" afin de nous encourager à maintenir ce site gratuit.

Hier soir, j’ai pris le temps de m’endormir sur l’oeuvre de Yann Tiersen, un auteur/compositeur/interprète dont la musique a fait la trame de fonds de plusieurs films dont Good Bye Lenin notamment. Voici l’une de mes pièces préférées de cet auteur :

Ma vie est si remplie d’objectifs, de tâches, de travail, d’obligations que je prends rarement le temps d’écouter la beauté d’une oeuvre interprétée au piano. C’est pourtant si vivifiant et beau! Tout mon stress s’est envolé et j’ai passé la meilleure nuit depuis des mois.

Récemment, j’ai aussi pris le temps de monter au sommet de Cascade Mountain pour prendre un temps d’arrêt et admirer le paysage, la vie qui se déroule sous nos pieds, la splendeur de la force des éléments terrestres qui ont façonné cette montagne et les autres autour.

À côté des Adirondack Mountains, on se rappelle que nous sommes si petits et insignifiants dans le grand ordre des choses. Ça ne peut que rendre humble et admiratif.

La beauté est partout autour de nous. On la retrouve dans le sourire d’un enfant, dans l’éclosion d’une fleur, dans les eaux bleus des caraïbes ou dans la force d’un jeune arbre qui s’accroche de toutes ses forces à la vie alors qu’il pousse sur une falaise abrupte.

Même la fleur qui surgit du sol aride du désert nous rappelle que la beauté peut émerger des pires circonstances.

Je parle de cela parce que dans notre société moderne, nous vivons à un rythmne effrené, si rapide que nous en oublions souvent de vivre et de respecter les forces qui nous entoure.

Le temps file et file. Mon premier enfant aura déjà 2 ans… Un des bons amis que je connais depuis notre vingtaine vient de fêter ses 40 ans. Le temps n’attends pas que nous vivions notre vie. Il se contrefout que vous l’ayez gaspillé ou que vous en ayez profité. Il ne fait que défiler et nous faire avancer inéluctablement vers la fin de notre vie.

Il en revient à nous de détester ou d’apprécier le voyage, de faire de notre vie un moment merveilleux à célébrer ou la pire des pénitences.

Je fonce à vive allure vers la liberté financière pour ne donner l’opportunité de prendre le temps de m’arrêter devant la beauté lorsqu’elle croise mon chemin. Je fonce vers la liherté financière pour prendre le temps de pourchasser la beauté aussi, la cultiver, l’honnorer.

Toutefois, j’en oublie souvent de m’arrêter devant la beauté pendant le voyage. Pourtant, rien n’empêche à quiconque de saupoudrer sa vie de beauté même lorsqu’on se croit en terre aride.

Ainsi, mes trajets dans le trafic dans les transports en commun sont pour moi des moments d’écriture et ceux en voiture pourraient se faire en compagnie de Yann Tiersen.

J’ai sur mon bureau au travail un cadre numérique qui me défile des photos de mes enfants et de ma femme et des beaux moments et endroits qu’on a visité en famille.

Mais, je pourrais faire plus.

Malgré les obligations, le stress, nos  jobs parfois difficiles, rappelons-nous que la beauté nous entoure et qu’on peut tous garder nos yeux ouverts pour la contempler ou encore… décider de les garder fermés.

6 Comments

  1. Ginette

Leave a Reply