La folie des bitcoins (satyre)

Ad Blocker Detecté

Ce site web est rendu possible grâce à la publicité. Veuillez considérer de désactiver votre "adblocker" afin de nous encourager à maintenir ce site gratuit.

Un homme de Québec est tombé des nus, ce matin, lorsqu’il a appris, en lisant le journal, que la valeur de la monnaie virtuelle nommée bitcoin avait drastiquement chuté de 40% suite à l’annonce du piratage de l’une des plus grandes plateformes d’échange de monnaie virtuelle au monde.

Ce mauvais placement, fortement risqué et hautement spéculatif, place dans l’embarras le sexagénaire qui y a investi une grande partie de ses épargnes financières, incluant de l’argent de son fond de pension à prestation déterminée, payé à hauteur de 50% par les contribuables et accumulé sans trop d’efforts dans le cadre de son emploi, tout aussi insignifiant que moribond, au sein de la fonction publique québécoise.

Rénald Toupin (nom fictif), dont l’emploi et les acquis furent protégés par une convention collective béton, complètement à l’abris des fluctuations boursières et économiques pour le reste de ses jours, et qui a sévi à Revenu Québec pendant plus de 25 ans, en talonnant de près, avec toutes sortes de demandes loufoques, tout en les inondant de paperasses et de procédures multiples, les entrepreneurs qui essayaient, pendant ce temps, tant bien que mal, et au péril de leur propre sécurité financière, de créer des emplois de qualité et de la richesse au Québec, a avalé son café de travers en réalisant l’ampleur de la déconfiture de ses placements boursiers.

L’ex-fonctionnaire, retraité depuis peu, qui ne possède aucune notion spécifique en gestion financière et dont le résultat est le reflet de son incompétence crasse en tant que planificateur financier auto-promulgué, ne comprend toujours pas ce qui a pu se passer pour expliquer ce désastre!

M. Toupin, ce monument d’improductivité, qui passait le plus clair de son temps à regarder des vidéos de chats sur youtube ou à tourner autour de la machine à café en dérangeant ses collègues, a cependant un nouveau plan et croit que son placement dans les dinars irakiens pourrait désormais sauver la mise pour lui permettre d’éviter le pire!

«Vous savez, selon mon beau-frère qui répare des congélateurs en Beauce, le cours de cette devise exotique est sur le point d’exploser! D’un jour à l’autre, la redénomination du dinar va se produire et à ce moment-là, je vais devenir riche, riche, riche!»

Au moment de mettre en ligne, tout juste avant son voyage à Cuba afin de rencontrer l’Amour de sa vie, une jeune femme charmante, de 40 ans sa cadette, avec qui il clavarde et à qui il envoie de l’argent sur une base régulière pour ses frais de subsistances, M. Toupin était en train de compléter les procédures afin d’envoyer 10 000$, en Côte d’Ivoire, afin de débloquer les frais de douanes d’un héritage de 4 000 000$ que sa grande tante, dont il ignorait jusque-là l’existence, lui aurait léguée tout juste avant sa mort, d’après un courriel écrit dans un français approximatif.

Un vrai coup de chance après toute cette tourmente!

3 Comments

  1. Maxime

Leave a Reply