Comment prendre sa retraite jeune : le guide ultime!

Ad Blocker Detecté

Ce site web est rendu possible grâce à la publicité. Veuillez considérer de désactiver votre "adblocker" afin de nous encourager à maintenir ce site gratuit.

Puis-je vous poser une question?

En avez-vous plein le derrière de travailler à temps plein, de recevoir des ordres du p’tit boss des bécosses qui vous sert de patron? Il est peut-être même plus jeune que vous et doté d’un QI inférieur? Voulez-vous savoir comment prendre sa retraite jeune, le plus rapidement possible?

Préparez-vous à vous faire shaker la cabane à pit pit!

Vous êtes à moins de 30 minutes de changer votre destinée.

Après la lecture de cet article ultime, vous saurez :

  • comment prendre votre retraite d’ici 10 à 15 ans;
  • pourquoi le faire, quoi faire et comment le faire;
  • comment éviter les erreurs de débutant;
  • comment vous maintenir à l’état de rentier à perpétuité!

et je pense même au passage réussir à vous inspirer quelques phrases vulgaires à lancer à votre patron au moment du jour J.

Vous serez tellement ébranlé par toutes ces révélations que vous aurez envie d’emprunter la Delorean de Marty McFly pour aller vous sacrer une bonne paire de claques derrière la tête pour ne pas avoir pensé plus tôt à faire ces choses toutes simples qui feraient de vous un homme ou une femme libre aujourd’hui!

Le web est désormais inondé de blogs tenus par des gens qui ont pour objectifs de vous expliquer comment prendre sa retraite jeune.

Chacun relate sa petite histoire (qui est-ce que ça intéresse réellement?), ses bons coups et ses échecs et grosso modo comment il y est arrivé ou comment il compte y arriver.

Ce que je me propose de faire ici c’est de rassembler toute ces informations sous un même toit afin de créer un guide ultime expliquant de A à Z comment prendre sa retraite jeune.

Cela veut dire que si vous avez 20 ans, vous pourriez envisager de prendre votre retraite avant l’âge de 35 ans, voir même de 30 ans. Et si vous en avez 30, à 45 ans au maximum vous en aurez fini avec ces réunions inutiles, le trafic, la bullshit corporative, toutes ces choses emmerdantes qui vous empêchent de vivre votre vie à votre façon!

Jason Fieber l’a fait (retraite à 33 ans).

Peter adenay l’a fait (retraite à 30 ans).

Jacob Lund Fisker l’a fait (retraite à 30 ans).

Mad Fientist l’a fait (retraite à 34 ans).

RootOfGood l’a fait avec 3 enfants (retraite à 33 ans)

Ils sont légions à l’avoir fait. Je suis en train de le faire et vous pouvez le faire aussi.

Oubliez le concept baby boomer de « liberté 55 » ou la phrase clé propulsée par les médias que « l’âge normal de la retraite passera de 65 ans à 67 ans« .

Tout ça c’est de la grosse merde propagandiste pour vous induire en erreur et vous maintenir à l’état d’esclave salarié jusqu’à l’aube de votre mort!

Ces vieux concepts ne s’appliquent pas à moi et si vous prenez le temps de lire cet article au complet, vous comprendrez que vous aussi vous pouvez vous y soustraire!

Pendant la lecture de cet article, je vais vous rentrer dans le crâne, à coup de pied au derrière si nécessaire, (envoyez-moi un email au besoin et il me fera plaisir de chausser mes caps d’acier pour vous en mettre un bon!) de nouvelles phrases toutes faites qui vont modifier votre language, peut-être même la chimie de votre cerveau!

Il se peut qu’à l’occasion je vous traite aimablement d’imbécile, que je vous décroche un peu la mâchoire avec ma grosse paluche, mais n’en soyez pas frustré, tout cela est pour votre bien! Oui oui! Je suis votre ami et j’adore vous mettre le nez dans votre ti-caca!

Leçon #1 L’équation magique de la liberté financière

On commence?

La première chose que vous devez savoir est la suivante.

Pour atteindre la liberté financière, il vous faudra résoudre l’équation qui suit :

Dépenses <= (3.5% x épargnes)

Est-ce que les maths sont trop avancées pour vous?

Vous suivez jusque là? Common… c’est de la mathématiques de 3ème année du primaire…

Vous préférez que je le calcule à votre place?

Entrez simplement les revenus que vous désirez avoir à la retraite et le calculateur vous pondra le capital nécessaire pour le générer. Ne soyez pas trop gourmand… ça monte vite!

Là vous vous dites « il me niaise? Je n’ai qu’à résoudre cette équation pour atteindre la liberté financière??? »

Non, je ne vous niaise pas.

Si vous voulez atteindre la liberté financière, il ne vous faut pas 70% de votre salaire comme bien des « banquiers » (lire tatas qui régurgitent des speechs de vente à 2$) qui n’y connaissent rien adorent le répéter. Il vous faut simplement accumuler suffisamment d’épargnes pour que 3.5% de celles-ci couvrent vos dépenses annuelles totales.

Ensuite voilà, vous aurez atteint la liberté financière. Vous serez un heureux rentier.

Pour vous donner une idée, Lucas Besse-Dicaire, le Tarzan du Québec (il faut aller lire son histoire SVP) prétend pouvoir vivre avec 50$ par année. Le reste, il se le procure dans la nature. Il ne faudrait donc que la somme de 1500$ à monsieur Dicaire pour atteindre la liberté financière. Quand on a des besoins aussi limités que Tarzan savoir comment prendre sa retraite jeune est assez simple.

Bon… on n’est pas tous du style à se tailler un steak dans un chevreuil renversé par un camion sur l’autoroute comme Lucas, ainsi il se peut malheureusement que vous ayez à épargner un tantinet davantage que lui, mais vous comprenez le principe?

Pourquoi 3.5%? 

Certains s’obstinent sur le taux… devrions-nous prendre 3% (Jacob Lund Fisker), 3.5% (moi et quelques autres), 4% (la plupart des autres)?

Bien des études (telle que la Trinity study) et backtests ont été faits sur le sujet. On appelle ce taux le safe withdrawal rate (taux de retrait sûr). En général, on conclut que de retirer 4% de ses épargnes chaque année devrait permettre au capital de durer à perpétuité à condition d’être investi dans le marché et d’obtenir environ 7% de rendement avant inflation et taxes, soit le rendement historique à long terme du marché.

Mais, parle-t-on réellement de perpétuité dans ces études? En fait, non. La Trinity study cherchait plutôt à valider quel serait un taux de retrait sécuritaire pour s’assurer qu’un portefeuille composé d’actions et d’obligations puisse durer au moins 30 ans.

Jacob Lund Fisker de EarlyRetirementExtreme.com utilise donc un taux plus sévère pour deux raisons principales. La première étant qu’il a pris sa retraite à 30 ans et désirait donc être conservateur puisque son portefeuille va devoir durer entre 60 et 70 ans dans le meilleur des cas. La seconde étant qu’il croit que la croissance du 20è siècle était une anomalie historique et qu’au vu de l’état des économies occidentales, vaut mieux se donner du buffer car les rendements pourraient être anémiques durant un certain temps! Bref, l’histoire va-t-elle se répéter?

Qui sait?

Économiser de 25 à 33 fois ses revenus annuels?

Maintenant que vous fréquentez la communauté FIRE (financial independance retire early), il se peut donc que vous entendiez que pour prendre sa retraite, il faille posséder de 25 à 33 fois ses dépenses annuelles en épargnes. Et bien, cette affirmation est simplement tirée de cette équation. 25 fois correspond à un taux de retrait de 4% alors que 33 fois correspond à un taux de retrait de 3%.

Moi, je considère que d’épargner de 28 à 29 fois les dépenses annuelles (taux de retrait de +/-3.5%) est amplement suffisant et ça coupe bien la poire en deux entre être trop prudent… et pas assez!

D’autres lectures sur le sujet :

Le livre du père du mouvement early retirement extreme Jacob Lund Fisker

Mad Fientist – safe withdrawal rate (il bash ceux qui investissent dans les titres à dividendes mais l’article est intéressant et je supporte bien la critique)

Étape #1 Où vas votre argent?

Vous avez compris? Laissez tomber les phrases toutes faites telle que « il faut prévoir 70% de son salaire pour la retraite« . Ouvrez votre esprit à de nouveaux concepts.

Très honnêtement et humblement, cette affirmation, c’est de la bullshit… de la pâté pour chat!

Par exemple, moi je gagne près de 100,000$ brut par année. C’est récent et c’est loin d’avoir toujours été ainsi (je gagnais 26,000$/an en 2006…). Pourtant, je vais prendre ma retraite avec 20,000$ par année en revenus passifs. Ohhh ça fait 20% ça, pas 70%… ok, pour être « fair » travaillons avec des revenus nets. Je vais prendre ma retraite avec environ 35%-40% de mes revenus nets actuels.

Pour l’instant, vous vous dites… pouah, il pense pouvoir vivre avec 20,000$ par an le crack head!

À cela je réponds : « Je ne le pense pas, je le fais presque déjà! » Et vous seriez surpris de savoir combien de gens au Québec vivent avec moins de 20,000$ par année.

Laissez tomber vos préjugés, vos a priori, vos idées préconçues. Ce que je vais vous révéler ici pourrait bien changer votre vie et vous permettre de réaliser vos rêves les plus fous!

Maintenant que vous savez que vous devez épargner de 25 à 33 fois vos dépenses annuelles, vous devez faire un premier travail.

Ce qu’il vous faut savoir, c’est donc :

  1. Combien vous dépensez?
  2. Où va votre argent?
  3. Quelles dépenses sont compressibles?
  4. Quelles dépenses sont incompressibles?
  5. Quelles dépenses disparaîtront à la retraite?
  6. Quelles dépenses s’ajouteront à la retraite?

Vous allez devoir vous mettre au travail et éplucher vos dépenses de la dernière année. Si c’est impossible, prenez les 3 mois qui viennent et étudiez vos habitudes de consommation.

Vous DEVEZ savoir où va votre argent! Car dans les prochaines leçons et étapes, il vous faudra travailler à faire de la place… beaucoup de place, à l’épargne.

Leçon #2 Pourquoi vouloir atteindre la retraite jeune?

Je vais commencer cette leçon avec une citation du film « The Gambler » avec Mark Wahlberg :

You get up two and a half million dollars, any asshole in the world knows what to do. You get a house with a 25 year roof, an indestructible Jap-economy shitbox, you put the rest into the system at three to five percent to pay your taxes and that’s your base, get me? That’s your fortress of fucking solitude. That puts you, for the rest of your life, at a level of fuck you. Somebody wants you to do something, fuck you. Boss pisses you off, fuck you! Own your house. Have a couple bucks in the bank. Don’t drink. That’s all I have to say to anybody on any social level.

Quel conseil fabuleux! Je ne l’aurais pas mieux dit!

Quoiqu’il en soit, je pense que cette leçon est importante car quand vous aurez les couilles de prendre la décision (après avoir lu cet article) de prendre votre retraite jeune, vous devrez par la suite faire face à une horde terrible et sanguinaire de gens prêts à vous arracher les yeux, à vous bouffer les trippes et à planter votre tête au bout d’un pic tellement votre idée leur apparaîtra hérétique!

En effet, il faut prendre le temps de passer par là, car bien des gens (losers) vous poseront toutes sortes de questions pour vous décourager et vous diront « Mais tu vas t’ennuyer! » ou encore ils riront de vous et vous ridiculiserons devant vos amis, vos collègues, vos parents, en vous disant que c’est impossible.

Le pire c’est qu’ils ont raison. C’est impossible… pour des imbéciles comme eux d’atteindre la liberté financière en 10 ans. Mais pour vous… il en sera autrement.

Ne vous arrêtez pas à votre salaire ou au fait que vous ayez des enfants. Ce ne sont pas de vraies excuses. Ce sont des défaites de perdants. Justin de RootOfGood a pris sa retraite à 33 ans avec un salaire moyen et 3 enfants à charge.

Maxime, un précieux collaborateur régulier ici, économise 16,000$ par an avec un salaire brut de 40,000$ par année. Il est simplement intelligent et un as de l’optimisation!

J’ai deux enfants et je vais réussir à prendre ma retraite en 9 à 10 ans. J’en suis à 4 ans de mon voyage et j’ai fait de très beaux progrès déjà. En 4 ans, j’ai remboursé plus de 80,000$ sur mon hypothèque en plus d’accumuler plus de 100,000$ (rendement inclus) sans compter tout ce que mon employeur et moi mettons dans mon fonds de pension! Et, il y a 4 ans, je ne gagnais pas autant par année. J’ai bûché pour obtenir des promotions, gravir les échelons et faire croître ma paye à la vitesse de l’éclair!

Commençons par bannir le mot « retraite » de votre vocabulaire.

Ahh le mot retraite!

Ce qu’on cherche à atteindre ici, ce n’est pas le concept de retraite du baby boomer standard.

Vous croyez réellement que mon objectif dans la vie c’est d’avoir l’air d’un gros bedonnant orange et frippé qui se pogne le derche toute la journée, qui fait exprès de ralentir les autres en sortant à l’heure de pointe pour rouler à 20 km/h dans la voie de gauche parce que lui, il est pas pressé le ti-monsieur… bah non! Il est à la retraite!

Non!

Il se peut toutefois que j’aille écoeurer quelques travailleurs durant les heures de pointe ou les heures de lunch une fois que je serai libre, parce que je suis un peu baveux sur les bords et parce que moi aussi je trouve l’idée de rouler en tandem avec mon meilleur chum dans les deux voies sur Notre-Dame à Montréal en pleine heure de pointe amusante, mais l’objectif ultime poursuivi par ceux qui font parti de la communauté, c’est d’atteindre la liberté financière, de se libérer de l’esclavage salarié et de pouvoir disposer de leur temps comme bon leur semble.

Quand vous aurez tout votre temps pour vous, si votre conception de la retraite est de vous engraisser assis devant le télé eh bien aucun patron ne pourra venir vous faire suer avec ça. C’est vous qui déciderez! Et si quelqu’un vous fait la remarque vous pourrez lui dire de se mettre un doigt dans le fion!

Pourquoi? Parce que vous serez assis sur un gros tas de fric, votre « fuck you fund » bien personnel!

Moi j’ai mille et une raisons de vouloir posséder mon temps. La première étant simplement que je le peux et qu’en conséquence, je trouve que je le dois.

Live free or die, peut-on lire sur les plaques minéralogiques du New Hampshire. Je crois que ça dit tout!

Vous devez comprendre que le capitalisme est un jeu. Et en tant que salarié, vous êtes un pion… vous perdez la game, peu importe combien vous gagnez. Je gagne plus de 100,000$ et je considère que je suis un loser qui se fait avoir royalement. Mon temps (je ne sais pas combien il m’en reste car on peut mourir à tout moment… non?) vaut et vaudra toujours beaucoup plus que l’argent. Il est donc primordial que j’arrive à générer de l’argent sans l’échanger contre mon temps.

Chaque jour est un combat dans l’arène. Cessez d’être le frêle maigrichon qui se fait botter le derrière par tous ces riches gros cons qui pullulent de par le monde. Enfillez votre armure, aiguisez votre épée et aller gagner votre liberté dans l’arène tel les gladiateurs Antique! Ça c’était de vrais hommes!

Moi, je veux être libre comme l’écureuil qui saute d’arbre en arbre, comme les oiseaux qui volent au gré du vent.

Je veux récupérer ce droit inaliénable à la liberté naturelle que nous devrions tous posséder.

Ce que je ferai de mon temps ensuite, comme ce que vous ferez du vôtre, ne regardera personne!

vivre dans un rvSi vous décidez de garder votre emploi, ou encore de vivre dans un RV comme Steve de ThinkSaveRetire qui a commencé à bloguer à peu près en même temps que moi et qui a décidé de fortement downsizer pour réaliser son rêve de liberté plus rapidement, sâchez que le choix vous appartient!

Atteindre la liberté financière, prendre sa retraite jeune, c’est faire le choix de prendre le contrôle de sa vie, de cesser d’être l’esclave salarié d’une corporation, d’un patron à qui on doit demander nos 3 semaines de permission par an et qui décide à notre place de ce qu’on fera aujourd’hui, demain et le mois d’après!

Tout faire pour atteindre la liberté financière rapidement, c’est avoir le courage de s’assumer en tant qu’individu! C’est avoir le courage de s’émanciper réellement de nos parents, de la société, de notre employeur et de prendre sa vie en main.

Comme le dit Robert Kiyosaki :

Financial freedom is freedom from fear. (Merci à Sorcière frugale pour cette citation qui m’était passée sous le nez)

Je pense qu’il n’est pas seulement souhaitable de vouloir atteindre la liberté financière rapidement, c’est un devoir envers soi-même que de se la payer.

Ça coûte plus cher qu’une Lamborghini, mais c’est aussi plus ennivrant et exhaltant!

Une fois libre financièrement, plus personne ne pourra décider à votre place des tâches que vous ferez aujourd’hui à moins que vous ne décidiez vous-même de confier votre gestion du temps à autrui.

Vous ne serez plus ce frêle esquif porté par la tempête, les vagues et les remous. Vous serez un fier voilier filant là où vous déciderez de diriger la barre!

Voilà pourquoi il faut prendre sa retraite jeune.

Et à ceux qui lèvent le nez sur vous ou votre projet, je dis… loser!

Je termine cette section avec une citation fort à propos de Paul Lafargue, un journaliste français mort en 1911 :

L’homme qui vendait son travail, qui recevait un salaire, se dégradait au rang des esclaves, il se vendait comme esclave, il perdait sa dignité d’homme libre. Cette action dégradante est commise quotidiennement par les hommes libres de la société capitaliste. Les prolétaires de la main comme ceux de l’intelligence, n’ont qu’une unique préoccupation : se vendre, vendre leur travail manuel, vendre leur travail intellectuel, vendre la pensée, cette chose sacrée. — (Paul Lafargue)

Étape #2 Pourquoi voulez-vous être libre?

Vouloir atteindre la liberté financière rapidement est très difficile!

Je suis désolé, mais ça va vous prendre une sacrée motivation et une discipline de fer pour y arriver.

Vous allez littéralement devoir vous battre contre tout le monde et contre votre conditionnement capitaliste. Les cies investissent des milliards et recrutent les meilleurs cerveaux depuis si longtemps pour trouver des moyens de vous manipuler et de vous faire cracher votre cash.

Dans cette société, comme dans le film La Matrice, tout le monde est potentiellement un agent du système, prêt à le défendre farouchement contre les anomalies qui le mettent en péril.

Or, en tant que potentiel jeune retraité, vous vous positionnerez en hacker de ce système et serez donc considéré comme étant un ennemi!

Certains vous traiteront littéralement de parasite!

Mais, le pire est en vous. Ce conditionnement capitaliste remonte à loin… dès votre plus tendre enfance, on a commencé à vous mentir et à vous dresser. Et de nos jours, ça commence dès la petite enfance avec le réseau de garderies…

Après tout, pour un enfant innocent, la réalité n’est que la réalité qu’on lui propose. Nous naissons tous dans un monde construit et le remettre en question est perçu par beaucoup comme un péché capital. Ça demande aussi une certaine maturité intellectuelle que plusieurs n’acquièrent jamais…

Tout le monde se prétend ouvert, mais la réalité est que les gens aiment bien que vous entriez dans leurs petites cases mentales. Chaque chose doit être à sa place. Le célibataire doit être matché. Celui qui a terminé ses études doit se trouver un travail à temps plein etc…

Pourtant, si vous êtes ici, c’est qu’au plus profond de vous-même, vous savez que quelque chose ne tourne pas rond. Votre instinct vous dit que quelque chose de pas naturel est venu se superposer à vos yeux pour vous cacher la vérité.

Qu’est-ce que l’école publique sinon une grosse machine à formatter les cerveaux grâce au conditonnement opérant de Skinner?

Vous pouvez en penser ce que vous voulez mais l’école a fait de vous des occidentaux de la classe des prolétaires…

On vous fait rentrer à l’heure, travailler pendant 8h, prendre des pauses à heures fixes. On vous fait ramener du boulot à la maison et on vous donne quelque vacances ici et là… On utilise les cloches et un système de punitions/récompenses pour vous faire adhérer au système, même si c’est contre votre volonté naturelle. Vous devez demander la permission pour aller pisser, marcher en rang et en silence dans les couloirs (l’école sert à socialiser non?), vous fermer la trappe pendant les heures d’école…

Si vous ne trouvez pas que ça ressemble à un milieu de travail conventionnel, bottez-vous les fesses vous-même. Je ne vais quand même pas salir mes souliers sur votre abjecte personne insipide et stupide!

À l’école, on vous considère comme un primate… un simple petit singe… Et on vous dresse littéralement comme on dresse un chien… ou l’un de ces chimpanzés bonobo à qui on montre des tours.

C’est le 9 à 5, la rat race qui commence…

En plus, prendre sa retraite jeune en partant de zéro implique d’épargner de gros montants pendant plusieurs années.

Donc, comme il vous faudra 10 à 15 ans pour atteindre la liberté financière (certains y arrivent en moins de temps – 3 à 5 ans), il va vous falloir une sacrée bonne raison pour vous accrocher et ne pas tchoker en cours de route!

C’est à vous qu’il appartient de la trouver. Je peux vous montrer la voie, mais vous seul pouvez arpenter le chemin (Morpheus… j’adore Morpheus dans le film La Matrice. Quel chef d’oeuvre!).

Leçon #3 Réduire ses dépenses est plus puissant qu’augmenter ses revenus

Pendant des années, j’ai bûché pour avoir des promotions et de 2006 à 2017, j’ai littéralement fait quadrupler mon revenu, le faisant passer de 26,000$ par an à plus de 100,000$ par an. Pendant une bonne partie de cette même période, en fait de 2006 à 2013, j’ai complètement négligé mes épargnes.

En fait c’est faux. J’ai épargné 20,000$. Mais, j’ai du encaisser le tout pour payer des dettes et racheter les parts de mon ex afin de conserver ma maison.

Les femmes, le pouvoir, le paraître et les plaisirs futiles et éphémères occupaient trop mon esprit. Et puis, ne sachant pas trop comment me diriger dans l’univers de l’investissement, j’avais fini par me résigner à mon sort d’esclave. Alors aussi bien profiter du temps qui m’était imparti? Non?

Gagner plus veut dire avoir potentiellement plus de plaisir? C’est ce que pensent bien des jeunes de la « spend generation » qui, confrontés à un marché immobilier ridiculement cher, se disent qu’il vaut mieux se payer des expériences que de payer des intérêts hypothécaires qui ne font aucun sens!

Qui peut leur en vouloir? C’est vrai que d’acheter une chiotte à retapper de A à Z à 350,000$ c’est complètement cinglé! Et encore, on est « chanceux » ici. À Toronto, ta chiotte va te coûter pas loin d’un million!

Il m’a fallu du temps pour comprendre que la clé, c’est de réduire les dépenses, pas d’augmenter les revenus!

Cela étant dit, rien n’empêche de faire les deux! Et au final, mon ignorance, couplée à ma détermination, m’auront permis de rattraper en partie le temps perdu.

Pour vous en convaincre, car je sais qu’on a implanté dans votre esprit que gagner plus c’est mieux, je vais vous parler de deux ou trois choses.

Commençons par l’impôt progressif et les responsabilités…

Plus vous avancez dans les échelles salariales, moins c’est efficace. Vous perdez des crédits d’impôts et payez plus d’impôts sur chaque dollars suplémentaires gagnés. On appelle cela le taux marginal d’imposition.

Pour vous donner une idée de ce dont je parle, voici un tableau qui donne l’impôt payé, le taux effectif d’imposition (pourcentage total de votre revenu payé en impôt) et le taux marginal (taux d’impôt sur votre dernier dollar gagné) en fonction du revenu.

Revenu brut Impôt total $ Revenu net Taux effectif % Taux marginal
11 000$ 0$ 11 000$ 0% 0%
25 000$ 3 384$ 21 616$ 13.5% 28.5%
50 000$ 11 036$ 38 964$ 22.1% 37.12
75 000$ 20 315$ 54 685$ 27.1% 37.12%
100 000$ 30 637$ 69 363$ 30.6% 46.36%

Pour le tableau complet, cliquez ici.

Le salarié le plus efficace est donc celui qui ne gagne que 11,000$ par an. Il ne paie carrément pas d’impôts!

Et pour mieux réaliser la perte d’efficience, voici un graphique illustrant la progression du revenu net vs la progression du revenu brut.

Parler de revenus bruts est donc un leurre… ce qui est important, c’est le revenu net. Et plus important encore, c’est combien il en reste après les dépenses.

N’oubliez pas que ce tableau ne tient pas compte de la perte de crédits, des allocations familiales plus basses, du coût des frais de garde plus élevés… la réalité est donc bien pire.

Notre système est un excellent système de répartitions de la richesse des pauvres. Il égalise tout. Pendant ce temps, le fossé entre riches et pauvres continue de s’accroître à vitesse grand V alors que 8 personnes possèdent désormais autant de richesses que la moitié de l’humanité!

Où se dirige le capitalisme? J’ai parfois l’impression qu’on approche la fin d’une partie de Monopoly… Le plus riche engrange des richesses de plus en plus vite, jusqu’à ce qu’il avale tout le monde comme un trou noir!

En plus, si vous augmentez vos revenus, vous aurez probablement des responsabilités accrues qui vous stresseront et qui grugeront votre temps libre qui était déjà restreint. Il vient donc un moment ou plus c’est moins.

L’avantage, par contre, c’est que vous avez plus de droits de cotisation au REER et en faisant plus d’argent, vous devriez être capable d’épargner davantage et donc possiblement d’atteindre la liberté financière plus rapidement.

Ne dépassez donc pas cette zone où plus c’est moins inutilement… moi je dirais que je l’ai atteint. J’ai en plein les pieds dedans et je me demande souvent si je n’aurais pas du rester une coche en-dessous.

Je dois me taper plus de meetings, plus d’heures, plus de bullshit corporative, plus de stress, plus de responsabilités… des tas de choses qui me rendent moins heureux et qui ne me rapportent pas tellement plus financièrement parlant.

En général, on dit qu’au-dela de 75,000$ par an en salaire, il n’y a pas de gain de bonheur. Je ne suis pas sûr d’être 100% d’accord avec ça, mais je dirais que dans bien des emplois salariés, c’est probablement la barre maximale à ne pas franchir pour atteindre un point d’inefficience.

La deuxième raison est liée à notre formule mathématiques de la leçon 1.

Rappelez-vous l’équation :

Dépenses <= (3.5% x épargnes)

Comme vous devrez épargner de 25 à 33 fois vos dépenses annuelles, vous avez tout avantage à ce que vos dépenses soient basses si vous voulez atteindre la liberté financière rapidement.

Si vous dépensez 50,000$ par année, il vous faudra épargner entre 1,250,000$ et 1,650,000$ pour arriver à vos fins. Ce qui veut dire qu’il vous faudra voir votre portefeuille gagner plus de 125,000$ à 165,000$ par année pendant 10 ans pour  y arriver… Good luck Chuck!

Jacob Lund Fisker a réussi à atteindre la liberté financière en moins de 5 ans en épargnant près de 85% de son salaire!

La mathématiques est plutôt simple.

Peu importe votre salaire (car nous travaillerons ici en pourcentage), si vos dépenses sont de 0% de votre salaire, vous avez atteint la liberté financière. Bravo!!!

D’un autre côté, si vos dépenses sont de 100% de votre salaire, vous n’atteindrez jamais la liberté financière.

Mais ce qui est le plus amusant se trouve entre les deux.

Si vous épargnez 10% de votre salaire et donc dépensez 90% de celui-ci, il vous faudra travailler pendant 51 ans pour arriver à la liberté financière.

Si vous épargnez 90% de votre salaire, au contraire, il vous faudra travailler moins de 3 ans pour atteindre la liberté financière.

Ne vous ai-je pas promis que je vous dirais comment prendre votre retraite jeune en 10 ans?

Voici la réponse. Pour y arriver, il vous faudra réduire vos dépenses à 35% de vos revenus nets et épargner la différence! Si c’est trop difficile pour vous, alors visez 12 ans ou 15 ans…

Voici le tableau complet et un article de Peter Adenay alias Mr Money Mustache sur le sujet :

Taux d'épargneNombre d'années avant la retraite
5,00%66
10,00%51
15,00%43
20,00%37
25,00%32
30,00%28
35,00%25
40,00%22
45,00%19
50,00%17
55,00%14,5
60,00%12,5
65,00%10,5
70,00%8,5
75,00%7
80,00%5,5
85,00%4
90,00%3
95,00%2
100,00%0

Réduire vos dépenses a un effet double. D’abord, ça laisse plus de place à l’épargne et ensuite, ça rend plus facile d’épargner 25 à 33 fois ses dépenses annuelles puisque le montant est plus petit! C’est logique!

En effet, si vous êtes capable de vivre avec 15,000$ par année, en assumant que vous obtiendrez un rendement de 7% par an et que vous retirerez au maximum 4% de vos épargnes pour vivre, il vous faudra épargner de 375 000$ à 495 000$. Moi je calcule avec un taux de retrait de 3.5%, je calcule donc que 428 000$ seront suffisants pour me permettre de retirer 15,000$ par année ajusté à l’inflation indéfiniement.

Ne sursautez pas sur les montants pour l’instant. Je sais que se sont de gros montants, mais je vous expliquerai comment y arriver. Vous n’aurez pas à épargner toute cette somme. Le temps et l’intérêt composé feront une bonne partie du travail.

Étape #3 Déterminez en combien de temps vous voulez atteindre la liberté financière

Vous avez vu le tableau. Vous savez maintenant quel taux d’épargne vous devrez adopter pour atteindre la liberté financière et en combien de temps vous pourrez y arriver.

Pour l’instant, ne vous attardez pas à cela. Je sais que ça semble une montagne, mais c’est loin d’être si pire qu’il n’y paraît. Moi, par exemple, j’ai accumulé près de 225,000$ d’actifs nets en 4 ans entre mes épargnes, mon fonds de pension, mes remboursements hypothécaires, la croissance de mes épargnes, la croissance de la valeur de ma maison etc…

On travaillera le budget plus tard.

Commencez plutôt à vous demander combien de temps vous allez pouvoir continuer ce rythme infernal du métro-boulot-dodo.

Votre plan évoluera au fil du temps. Par exemple, moi au départ je visais d’atteindre la liberté financière en 13 ans. Maintenant je vise 9 à 10 ans.

Pour l’instant, vous devez seulement ouvrir votre esprit aux possibilités qui s’offrent à vous.

En avez-vous assez d’être la pute d’un employeur? De vendre votre temps, votre corps, vos idées et votre âme à un employeur contre une pitance?

Leçon #4 Wow! Je dois épargner 65% de mon salaire net???!!!

Ça y est… c’est ici qu’on perd tous ceux qui veulent devenir riche sans effort… c’est ici qu’on perd tous ceux qui n’ont pas le courage de se battre pour leur liberté, les lâches, les losers et tous ceux qui n’ont pas encore compris que devenir riche instannément, ça ne fonctionnera pas pour 99.99999999999% d’entre vous. Et non, vous n’êtes pas le 0,00000000001 à qui ça arrivera…. du moins, les chances sont infiniement minces.

Pour devenir riche, il va falloir modifier vos habitudes de vie, votre rapport face à l’argent.

À ceux qui n’ont pas ce courage, je dis continuez de chercher l’idée du siècle qui vous rendra riche! On appelle cela le shiny object syndrome. Un jour ou l’autre, soit vous vous résignerez à votre sort (être un loser) ou alors vous reviendrez ici et me supplierez de vous enseigner comment atteindre la liberté financière!

À vous de voir!

Ici, on ne cherche pas à devenir riche pour dépenser plus, s’acheter du bling bling et jouer au frimeur et au flambeur. Ici on cherche à devenir riche pour acheter notre liberté!

Donc, pour atteindre la liberté financière en 10 ans, peu importe combien vous gagnez, vous devrez réussir à vivre sur 35% de votre salaire net et investir la différence.

Je sais, ça fait gros à avaler mais je vais vous fournir la Vaseline pour que ça glisse mieux!

Comme j’aime à le dire et comme j’ai pu le remarquer en observant plusieurs jeunes retraités, si vous avez l’obsession de devenir riche absolument, je vous dirais que le mieux c’est de prendre votre retraite et ensuite de devenir riche!

Vous ne deviendrez pas immensément riche en étant salarié… quoique… je vous suggère l’histoire du pompiste qui a accumulé 10 millions de dollars US.

Mais, en étant libre de votre temps et en étabt débrouillard, cette base pourrait bien vous permettre de devenir riche par la suite si tel est votre souhait.

Vos dépenses sont érigées en système complexe

J’aimerais ici vous faire prendre conscience de quelque chose de très important.

Vos dépenses entraînent généralement d’autres dépenses.

Le cerveau humain est un organe complexe. Mais, la plupart des gens ont de la difficulté à rester concentré plus de 17 minutes et n’ont pas les capacités cognitives nécessaires pour gérer plus d’une ou deux variables à la fois.

Il est donc relativement facile de fourrer votre organe « pensant« .

Par exemple, une technique de vente simple consiste à proposer 2 choix (jamais plus que deux ça crée de la confusion chez les p’tites têtes) à un acheteur potentiel et ces deux choix doivent mener au même résultat : l’achat! On exclut donc la possibilité de ne pas acheter.

« Vous payez comptant ou crédit »

« Je vous la fait en noir ou en rouge? »

« Alors, on se gâte avec le modèle full equip qui ne vous coûtera pas plus qu’un p’tit café par jour où vous pensez que vous ne méritez pas ce confort et on y va avec le modèle de base qui est très bien mais… rien de pire que d’avoir des regrets hein? Après tout vous allez rouler pendant au moins 5 ans avec cette voiture! On y va full equip? »

Un bon vendeur ne vous offrira pas de porte de sortie telle que celle-ci :

« Alors on passe à la caisse ou vous préférez y penser et en parler avec madame avant? »

En plus d’utiliser différentes techniques de manipulation telles que celle-ci, de jouer avec votre ego, vos peurs et aspirations, les cies et marketers sont passés maîtres dans l’art de créer des « besoins » alors chaque fois que vous décidez d’acheter un bien, il faut comprendre que le coût initial de ce bien n’est bien souvent que la pointe de l’iceberg! Les vrais dépenses sont cachées sous la surface! Mais, ne vous en faites pas. Elles feront surface un jour ou l’autre!

Comprendre les systèmes de dépenses est primordial pour arriver à épargner beaucoup car vous devrez apprendre à éviter les pièges qu’on vous tend.

Je vous illustre le tout d’un exemple.

Vous achetez une voiture neuve à 30,000$.

Évidemment, vous la financez… qui achète une voiture cash de nos jours à part mon père?

Au coût de 30,000$ s’ajoute donc les intérêts (disons 0,9%). Déjà, vous venez de vous faire prendre car le taux réel est plus élevé que 0.9%. On l’a juste caché dans le prix gonflé… En payant comptant, vous auriez eu un pouvoir de négociation vraiment important. Faites le test la prochaine fois. Mon père fait baisser d’au moins 20 à 30% le prix de toutes les voitures NEUVES qu’il achète.

Ceci ajoute donc 1471.20$. On est à 31471.20$.

C’est un véhicule neuf… vous voulez protéger votre investissement. On vous vend donc l’antirouille et une garantie prolongée.

On ajoute 1200$ pour le tout.

Puis, vient le burinage. On ajoute 250$.

Évidemment, le véhicule est neuf donc l’assurance auto sera plus dispendieuse et vous voudrez la valeur à neuf… on ajoute 1000$ par an réccurent.

Pour conduire, vous devez avoir un permis (86$ par an en dépense récurrente) et des plaques (365$ par an récurrent).

Pour maintenir la valeur de revente de votre « investissement » (une voiture se déprécie très rapidement. Ce n’est pas un investissement), vous voudrez respecter le calendrier d’entretien n’est-ce pas? Je n’ose même pas calculer celle-là.

Ensuite, il faut faire laver et cirer la voiture, lui acheter des pneus d’hiver et surtout, la stationner!!

Si vous habitez en condo, vous pourriez avoir à débourser facilement 30,000$ à 70,000$ de plus pour un espace de stationnement…

Si vous habitez en appartement, une vignette (frais récurrents) vous sera probablement nécessaire si vous habitez en milieu urbain.

Plusieurs s’achètent des maisons en banlieue et se « forcent » donc à s’acheter une voiture. La maison doit donc posséder une entrée de stationnement qu’on doit réasphalter périodiquement, qu’on doit faire déneiger et je ne parle même pas de l’essence…

Reste les câbles à booster, la pompe à air d’urgence, le kit d’urgence, les petits sent-bon… etc…

À peu près tout ce que vous achetez vient avec un système dépense. Faites le test, vous verrez!

Apprendre à limiter votre implication dans ces différents systèmes de dépense va vous aider à trouver le moyen d’épargner.

Les 3 plus gros postes de dépenses où optimiser

Je ne veux pas vous entendre parler des maudits coupons si vous n’avez pas d’abord optimisé ces trois postes de dépenses. Le couponning, c’est à la fin de tout et c’est loin d’être nécessaire…

Moi, je ne perds pas de mon précieux temps avec ça. Les coupons sont bien souvent des leurres pour nous faire acheter plus ou encore nous faire acheter des choses qu’on n’aurait pas acheté autrement.

Maintenant que vous êtes conscient que les systèmes de dépense sont partout, il est temps de s’attaquer à ceux qui vous font mal!

Voyons les systèmes principaux liés au logement, au transport et à la nourriture!

Le logement

Faire des choix réfléchis en matière de logement devrait être votre priorité numéro 1 car le logement est au centre de vos systèmes de dépenses.

Il déterminera vos besoins en transport et aussi, jusqu’à un certain point, vos habitudes alimentaires.

En plus, le logement accapare une part très, très, très importante de votre budget!

Choisir un logement en fonction de ses besoins, pas de ses désirs (oubliez la maison trophée et rappelez-vous à quoi sert une maison i.e. dormir, se mettre à l’abri des intempéries), bien située fera toute la différence entre être capable d’épargner et ne pas être capable d’épargner.

Par exemple, prenez le temps d’imaginer si vous viviez à 5 minutes de marche de votre lieu de travail et de l’épicerie dans un secteur bien désservi par les transports en commun.

Avoir une voiture serait-il encore nécessaire?

Probablement pas…

Je vous entends déjà chialer. « Oui mais ma voiture c’est ma liberté!!! ».

Non! Une voiture coûte facilement 10,000$ par année net une fois qu’on additionne tous les frais, à moins d’acheter un bazou usagé bien inspecté, de l’assurer au minimum légal et de l’utiliser rarement.

10,000$ par année dans votre fuck you fund, ça c’est votre liberté!

Une voiture est un système de dépense terrible. Si vous pouvez l’éviter, faites-le!

En habitant près de votre travail, vous gagnerez du temps pour vous faire à manger alors il n’y aura plus aucune raison de commander de la junk, de ne pas apporter de lunchs au travail et de ne pas manger sainement.

Et si vous habitez en zone urbaine, vous vous éviterez probablement le système de dépenses lié à la possession d’un bungalow. Croyez-moi, celui-là c’est le pire des pièges à cons. Il est bien plus terrible que le système de dépense lié à la voiture…

En achetant l’espace en fonction de vos besoins, plutôt qu’en fonction de vos désirs, vous vous épargnerez aussi de l’espace superflu à chauffer, à décorer à meubler, à entretenir et sur lequel payer des taxes.

Moins c’est donc mieux!

Si vous devez faire du ménage dans votre budget pour arriver à épargner, vous devez commencer par le logement! Est-ce clair? C’est de là que tous les systèmes de dépense s’installent.

Le transport

Avez-vous déjà lu le livre The millionaire teacher? Non!? Alors qu’attendez-vous???

Andrew Hallam, l’auteur de ce livre, pédalait 70 miles par jour pour économiser sur voiture et essence afin de maximiser ses épargnes! Qu’êtes-vous prêt à faire?

Le transport est un autre gros morceau qui peut prendre des proportions gigantesques dans votre budget.

Le mieux, c’est d’éliminer complètement la voiture!

Je sais, on habite au Québec, la température est merdique 8 mois par année, mais parfois, il faut ce qu’il faut.

Sinon, contrôler ses dépenses en matière de véhicule automobile est d’une importance capitale!

Par exemple, acheter usagé plutôt que neuf. Acheter un véhicule qu’on peut se permettre d’assurer uniquement en responsabilité civile plutôt que d’avoir à l’assurer full pin. Éviter de l’utiliser lorsque ça n’est pas absolument nécessaire pour éviter les dépenses coûteuses en carburant et les coûts liés à l’usure…

Une véhicule automobile peut littéralement vous empêcher d’atteindre la liberté financière si vous faites de mauvais choix en ce domaine.

J’ai un ami que je connais depuis 20 ans qui achète des véhicules tous les deux ans au maximum depuis 20 ans. Il en est à 13 voitures depuis que je le connais et toutes ces voitures, sauf deux, ont coûté plus de 10,000$. Deux d’entre elles ont coûté plus de 30,000$.

Récemment, on a additionné le coût de ses voitures (sans les intérêts, le carburant, l’entretien et l’assurance) et on s’est rendu compte qu’il a dépensé près de 200,000 dollars en coût d’acquisition de voitures depuis 20 ans!

Ce montant à lui seul, investi convenablement, aurait été suffisant pour lui permettre d’atteindre la liberté financière!

Repensez vos déplacements judicieusement!

La nourriture

C’est Jacob Lund Fisker qui avait écrit un article sur les pommes de terre pour expliquer un concept important concernant les dépenses de nourriture.

En gros, il expliquait que si l’on veut manger des tite-pétates, plusieurs choix s’offrent à nous.

Par exemple, on pourrait aller au magasin à 1$, s’acheter une enveloppe de pommes de terre déshydratées, aller au restaurant et payer 10$ pour une patate « en robe de chambre », aller à l’épicerie du coin et acheter 2lbs de patates pour 5$ ou encore, prendre son vélo, aller voir un fermier du coin, acheter 50 lbs de patates pour quelques dollars, apprendre à les conserver et à les cuisiner et se faire des pétates aussi bonnes qu’au restaurant avec un peu de pratique et ainsi économiser beaucoup d’argent.

En matière de nourriture, il y a beaucoup d’options. Manger tous les jours au restaurant, en plus d’être très mauvais pour la santé, c’est excessivement mauvais pour le portefeuille!

Il y a beaucoup d’inflation sur la nourriture ces dernières années, spécialement sur la viande et les produits laitiers.

Un choix sain et économique, en plus d’être respectueux des animaux et de la planète, c’est de devenir végétarien ou végétalien. Votre coût d’épicerie fondera à vue d’oeil ainsi que votre cholestérol, votre pression sanguine, votre surpoids etc…

Éventuellement, faire pousser une partie de sa nourriture pourrait aussi contribuer à réduire la facture et à améliorer la qualité de ce que vous mangez.

L’important ici est de comprendre les options variées qui s’offrent à nous et de faire de bons choix le plus souvent possible.

Les autres postes budgétaires

Si vous contrôlez adéquatement vos dépenses sur ces 3 postes budgétaires, 95% du travail sera fait.

Pour le reste, c’est du menu frottin mais vous pourriez envisager de couper le câble, de renégocier toutes vos assurances et de mesurer la pertinence de vos abonnements à frais récurrents.

Opter pour des activités gratuites telles que faire du sport, de la randonnée, lire des livres empruntés à la bibliothèque, fabriquer des choses de ses mains en recyclant des rebuts…

L’objectif demeure encore et toujours de vivre avec 35% de vos revenus nets et d’épargner la différence.

Leçon #5 Payez-vous en premier

C’est David Chilton, auteur du barbier riche, qui m’a le premier mis cette pratique en tête.

Pour rendre l’économie plus facile, la technique consiste à se considérer comme une facture et à classer cette facture prioritaire.

Donc, chaque fois que vous recevez une paye, 65% de celle-ci doit être virée dans votre compte épargne. Avec le reste, vous payez les autres factures et avec la balance, vous faites ce que vous voulez!

Plutôt que de suivre un budget, cette technique permet de garder les choses simples et de prioriser l’épargne.

Le mieux est de commencer petit, disons avec 10% de votre paye et d’automatiser! Tous les mois, faites augmenter ce pourcentage jusqu’à atteindre votre ère d’aller.

Leçon #6 Investissez dans la propriété

Vous devez obtenir un rendement composé de 7% avant impôt et inflation afin de vous enrichir et de faire marcher la machine.

Il y a plusieurs façons d’obtenir ce rendement, mais la plus simple consiste à investir passivement dans un fonds indiciel qui suit le S&P500.

Rien n’est garanti et le passé n’est pas garant du futur. Mais, historiquement, l’économie américaine a pu offrir au moins 7% de rendement composé sur le long terme.

Les autres options simples sont d’investir dans des titres qui versent des dividendes en croissance ou encore, dans l’immobilier résidentiel.

Une chose est certaine, ce n’est pas en achetant des CPG (certificats de pauvreté garantie) que vous gagnerez du terrain. Une fois l’impôt et l’inflation soustraits de votre rendement, il est même probable que vous vous appauvrirez.

Pour faire du rendement, il faut prendre des risques! Et pour prendre des risques, il faut faire l’effort de s’instruire pour les comprendre afin de savoir gérer le risque. Car, le risque ne peut malheureusement pas être éliminé gratuitement!

Je ne suis pas un conseiller financier. Je ne vais donc pas vous dire dans quoi investir. Mais, une chose est certaine, sans risque, pas de rendement. Il va donc falloir vous y faire.

Conclusion

Voilà! Pas trop compliqué?

Épargnez 65% de votre revenu net.

Investissez dans la propriété avec l’objectif d’obtenir au moins 7% de rendement composé.

Apprenez à gérer vos dépenses, à les optimiser et à vivre avec moins, car moins de cochonneries issues de la société de surconsommation vous amènera à plus de temps de qualité à faire ce que vous aimez, à plus de temps libre à passer avec vos proches, à plus de temps pour voyager et réaliser vos rêves etc…

Vous pouvez y arriver. Vous faites partie du 1% des plus riches de la planète malgré votre statut d’esclave salarié. Si 99% des humains de cette planète arrivent à vivre avec moins, vous le pouvez aussi!

L’association mondiale de la santé estime que 2.1 milliards d’humains n’ont pas accès à l’eau potable à la maison et plus du double n’ont pas accès à des installations sanitaires sécuritaires et convenable.

Vous êtes riche. Vous gaspillez cette richesse tout simplement. Tout ce qu’il vous faut maintenant c’est d’en prendre conscience et d’agir!

Voici comment prendre sa retraite jeune!

14 Comments

  1. Maxime
  2. Yan
  3. Maxime
  4. Librocito

Leave a Reply