Achat récent : 18 actions de GPC à 81,72$ US

Hier, j’ai ajouté 18 actions de Genuine parts company à celles que je possédais déjà, portant mon nombre d’actions de cette cie à 43.

Le titre est présentement classé 4 étoiles par Morningstar.

Il se transige sous ses p/e, p/b, p/sales moyens des 5 dernières années et son dividende initial est fortement au-dessus du dividende initial qu’on pouvait obtenir au cours des 5 dernières années en moyenne.

Bien que le passé ne soit pas garant du futur, il est intéressant de savoir que GPC a haussé son dividende chaque année au cours des… tenez-vous bien… 61 dernières années galoppant dans le peloton de tête avec Procter Gamble, Parker-Hannifin et Northwest natural gas. Il n’y a qu’American States Water qui le devance avec 62 ans.

GPC a augmenté son dividende de 6.9% en moyenne au cours des 10 dernières années et cette croissance est plutôt stable.

Le payout ratio demeure raisonnable sous la barre des 60%. Le debt/equity est à 0.17, le nombre d’action en circulation diminue grâce à leur programme de rachat d’actions.

Bref, ça me semble être un titre qui peut trouver sa place dans mon portefeuille.

Ceci ajoute 48.60$US à mon revenu annuel de dividendes.

Mon revenu annuel de dividende fait du surplace

J’en profite pour parler de quelque cbose qui m’énerve en 2017.

Le taux de change a fortement chuté dernièrement et mon portefeuille est très sensible au taux de change CAN/US pour le moment car l’essentiel de mon portefeuille est concentré en US.

Récemment, j’avais croisé la barre du 100,000$ épargné dans mon compte de courtage mais depuis quelque temps, mon solde est retourné dans les 5 chiffres…

De plus, mon revenu annuel de dividende oscille entre 3050$ et 3200$ par année depuis le début de l’année. Il semble que mes nouveaux achats ne font que maintenir le revenu provenant de mon portefeuille, se battant contre les fluctuations du taux de change.

Présentement, avec ce nouvel achat, mon revenu annuel de dividende est à 3158$.

Ça m’apparaît souvent frustrant car je fais des achats chaque mois, mais ça fait partie du jeu et de l’expérience.

Une fois retraité, je devrai composer avec cette variable et ne rien prendre pour acquis. Bien qu’un taux de change à 1,25-30 m’apparaisse relativement normal avec nos voisins du sud, nous avons connu plusieurs années avec un dollar au pair ou même parfois d’une valeur supérieure à celle de nos voisins.

Ainsi, j’affiche mon revenu total de dividende en argent canadien converti au taux de change du jour, mais lorsque sera venu le moment de faire des retraits, je crois qu’il vaudrait mieux que je retire mes dividendes en les considérant au pair durant les 5 à 10 premières années, quitte à réinvestir les surplus pour amortir ces fluctuations.

Au cours des prochaines années, je compte rééquilibrer aussi ces fluctuations en achetant beaucoup de titres canadiens.

Il ne me restait que 17,000$ de cotisations inutilisées à rattraper dans mes REER et cette année, je compte bien combler l’écart. Comme vous le savez peut-être, je me sers de mes REER pour détenir mes titres à dividendes US. Ensuite, je m’attaquerai à mon compte CELI que j’ai beaucoup négligé depuis le début de cette aventure. J’ai encore beaucoup de lousse dans ce compte et il est fort probable que vous me verrez acheter pas mal plus de contenu canadien à partir de 2018.

Le marché est petit, mais je me vois bien acheter pour plusieurs milliers de dollars de nos grandes banques, de nos cies de chemin de fer, de certains de nos utilities telles que Fortis.

Il est aussi possible que je toucherai un peu aux telecoms mais je trouve que c’est un spot très risqué. La technologie change vite et sans les lois en place, des géants comme Verizon et AT&T pourraient facilement écraser nos Telus, Bell, Rogers et Vidéotron…

Tim Hortons… j’adore Tim Hortons et j’en avais quelques actions en poche. Depuis la fusion avec Burger King en la cie Restaurant brand Intl, j’ai encore quelques actions. Il est possible que je grossisse ma position mais je préférais Tim Hortons sans Burger King.

On verra bien!

Et vous, qu’achetez-vous récemment?

Par Le blogueur masqué

Bonjour, je suis le blogueur masqué. Comme vous, je suis un esclave moderne confiné au 9@5, propriété d’une grande corporation américaine. Ils nous ont dit, lorsque nous étions jeunes, que nous allions vivre dans une société de loisirs et que les avancées technologiques allaient nous permettre de ne travailler que quelques heures par jour. Pourtant, nous vivons dans un monde où règne le stress et l’incertitude. Ma situation pourrait être bien pire et je le sais. Il y a tant de gens qui souffrent sur cette planète. Mais, une cage en or demeure une cage. Au moins, j’ai un plan pour m’évader. Je vais prendre ma retraite de la « rat race » avant 45 ans et vivre de mes revenus passifs! C’est un rêve si puissant que je vais tout faire pour le réaliser! Pour bâtir ma fortune, j’investis principalement dans des titres boursiers qui versent des dividendes en croissance années après années.

13 commentaires

  1. Ah le taux de change.. C’est fatigant parce que ça annule le rendement de l’année US compte tenu de la dépréciation du dollars, une fois converti en CAD. J’ai le même sentiment que toi à ce niveau : frustrant!

    Ceci étant, la stratégie étant sur le long terme, un rééquilibrage aura sans doute lieu d’ici quelques trimestres, ramenant le taux de change US à la bonne place 🙂

    Sinon bravo de continuer à acheter! Le marché est cher, mais certains titres le sont moins.

    Depuis quelques mois, j’ai acheté du SJ comme je t’avais parlé voilà quelques mois, mon opinion est que c’était sous-évalué après leurs résultats de Q1. J’en ai profité pour racheter à 39$ à ce moment, le voici revenu à 45$ après des résultats Q2 plus rassurants pour les investisseurs.

    J’ai également profité des déboires de l’autre côté de la frontière. Mes deux cibles : L Brands et Starbucks. Les deux se sont fait écorchés par leurs derniers résultats, mais je crois que ces entreprises restent quand même des puissances américaines, qui grandissent et grossissent, année après année, distribuant quelques dividendes parfois juteux dans le cas de L Brand. Bref, à long terme, un bon coup je crois surtout aux cours actuels qui sont vraiment déprimés. Tu devrais y jeter un oeil, ça va peut-être t’intéresser 🙂

    1. Petes, merci pour les tuyaux. Je vais certainement y jeter un oeil.
      C’est clair que le taux de change fait suer… je perds 10% sur mes rendements… mais comme tu dis, sur le long terme, tout devrait bien aller. 🙂 Profitons-en pour faire des achats. Il y a plusieurs titres plus abordables.

  2. J’ai oublié! Je suis également rentré dans le capital de la CIBC. Tu regarderas celle là aussi si tu veux rentrer dans le marché financier canadien, je crois que celle-là, ces temps-ci est un bon point d’entrée. Elle se négocie à moins de 10 fois les P/E (vs 11 à 12 pour les banques canadiennes) vu une acquisition qui s’intègre moins bien aux USA que prévu. Je crois que c’est du bruit temporaire, alors j’en ai profité pour rentrer dans le capital à un coût raisonnable 🙂

  3. Pour ma part, mes derniers achats sont des actions de Saputo, de Couche-Tard, de CIBC, de CVS Health Corp & de WW Grainger.

    Comme je le redoutais, Cominar, ma plus importante position en portefeuille (2 500$), a mis la hache dans une partie de sa distribution et abaissé son dividende de 22%. Avec ce qui est arrivé à Home Capital Group, disons que j’ai eu quelques mauvaises surprises depuis le début de l’année.

    1. Maxime,
      Tu es sérieux?? Je ne l’avais pas vu celle-là bien que je m’y attendais… je vais devoir revoir mon revenu annuel à la baisse alors. J’ai pas mal d’actions de Cominar moi aussi… 🙁

  4. Pour moi, L Brands, c’est un peu comme Macy’s ou comme Target et Kroger.

    Ce sont des titres versant des dividendes et qui ont beaucoup  » planté  » dernièrement, mais je me demande si le tapis ne se dérobe pas sous leurs pieds justement.

    J’ai bien de la difficulté à prédire ce que l’avenir leur réservera compte-tenu de leur position actuelle dans le marché ou de leur nombre limité de produits phares.

    L Brands, enlève leurs Victoria Secrets et ça tombe un peu à plat leur affaire. Pis leur dividende a été gelé plusieurs années de suite par le passé.

    Target, gros flop au Canada digne d’un amateurisme à grande échelle. Quel échec! Parmi les grands, Walmart & Costco sont supérieurs à eux dans la vente physique. Target est un plus petit joueur et est moins efficace que ses gros concurrents.

    Pour Macy’s, est-ce qu’il y a de l’avenir pour ces petits boutiques spécialisées qui fonctionnent encore  » physiquement  » dans les mails de centre d’achat en payant du pied carré et des gros coûts fixes? J’en doute. En plus, ils ont déjà baissé leur dividende par le passé.

    Pour Kroger, est-ce qu’Amazon qui rentre dans l’alimentaire avec Whole Food ne va pas justement leur nuire, déjà que les marges sont faibles dans ce domaine? Je me pose la question. Ceci étant dit, ça semble être une compagnie bien gérée qui respecte les actionnaires, alors je suis un peu moins inquiet dans leur cas.

    Concernant Starbuck, le café c’est un domaine compétitif et le titre ne se transige pas particulièrement à escompte par rapport à son P/E, mais si on pense qu’il peut encore aller chercher de la croissance au cours des prochaines années, ce n’est pas un mauvais point d’entrée.

    Bref, c’est mon analyse à 2 sous! 😛

    1. Max, moi j’ai du walmart… le reste dans le retail ne m’interesse pas trop. Amazon j’essaie de trouver un point d’entrée depuis trop longtemps déjà. Je pense que je vais faire comme avec Google et Alibaba et juste acheter à un moment x et attendre. C’est un titre trop « évident », je pense qu’il va se vendre à prime pour très longtemps encore…

      Pour le café, tu as raison c’est compétitif. Reste que Starbucks est une marque « phare »… je ne sais pas trop si c’est un titre que je veux en portefeuille autre que par l’entremise d’un fonds indiciel.

  5. CIBC, je crois que la raison principale de son faible P/E est plutôt dû au fait qu’elle est fortement exposée à l’immobilier, beaucoup plus que les autres banques. En cas de crash immobilier, c’est la banque la plus risquée. J’en détiens quand même 🙂

    J’avais jamais vraiment pensé à l’impact sur les dividendes du taux de change. Ça affecte même des ETFs hedgés sur le taux de change, car même si le prix de l’action ignore le taux de change, les dividendes, eux, changent quand même.

    Concernant les télécoms, mon opinion est que les canadiennes sont moins risquées que les américaines (je détiens AT&T, BCE, Telus, Rogers). Au Canada, les règles sur la propriété étrangère de ma compréhension font que 1) soit il n’y aura jamais de véritable compétition, protégeant les joueurs actuels 2) soit les règles sont assouplies, et soudainement les entreprises télécoms canadiennes peuvent devenir des cibles d’acquisition pour des géants comme Verizon ou AT&D. Donc ça protègerait à nouveau leur prix, en quelque sorte (encore une fois, selon ma compréhension)…

    1. MrJack,
      Des points de vue intéressants.
      Moi ce qui me stresse avec les télécoms c’est le coût des infrastructures, le fait que les lois créent en quelque sorte un marché artificiel (les lois se changent relativement facilement… on l’a vu avec les accords de libre-échange comment plusieurs industries dopées par des lois peuvent devenir soudainement en difficulté) et la libéralisation que le web apporte… il y a quelque années on louait un film pour 7$ chez vidéotron. Là je suis abonné à netflix pour 8$ par mois et tou.tv pour 7$ et je peux écouter la télé 24/24 non-stop… disons que ça perturbe des modèles d’affaire… et ça évolue vite.

      En plus des cies comme Rogers qui signent des accords de tele-diffusion de hockey pour des sommes ridicules… ça me stresse ça aussi.

      Néanmoins, j’ai du AT&T. La croissance est très lente… très très lente. Et la croissance du dividende est inférieure à l’inflation dernièrement.

      Si les lois changent, des géants pourraient acheter nos cies locales, oui, mais à quel prix?

      Tous les placements sont risqués. Mais je trouve perso que les télécoms le sont plus dans l’état actuel des choses. Il y a bcp de mouvement, d’incertitude, la technologie bouge vite…

      Le problème avec le Canada c’est que notre économie est vraiment peu diversifiée et hautement dépendante de contextes légaux qui peuvent être appelé rapidement à changer (quotas en agriculture, charte des banques, crtc pour les telecoms etc)… ça ne donne pas bcp de marge de manoeuvre.

      Voilà pourquoi notamment je me suis tjrs senti plus à l’aise d’investir dans la libre entreprise américaine mutli-nationales.

  6. Mon autre réticence concernant l’investissement au Canada, c’est qu’on est déjà pas mal exposés, via nos pensions, taxes et autres qui dépendent déjà de l’économie canadienne.

    1. Mr Jack,
      Excellent point! RRQ et la caisse de depot etc… mon fonds de pension… bcp de contenu canadien. on peut quand meme investir dans des titres US dans le CELI… il ne faut juste pas acheter de titres à dividendes car l’exemption de taxes ne s’applique pas sur le dividende d’un titre detenu en CELI… pas très optimal donc.

  7. Maxime, tu as raison pour L Brands. Remarque, souvent une compagnie, ça tient souvent sur la marche justement. Et dans ce domaine, Victoria Secret est plutôt gagnante. Bon l’avenir, on peut pas le prédire, mais comme pour le café, je mise sur une marque excessivement forte. J’en ai depuis 2011 et depuis ce temps, le dividende est passé de 0,24$ / action / trimestre à 0,60$ / action / trimestre. En 6 ans, ça a plus que doublé, ce qui est quand même fort acceptable. Compte aussi 5 dividendes spéciaux de plus de 1$/action à chaque fois.. C’est une compagnie qui distribue énormément. Dans le retail, c’est ma compagnie préférée avec TJX. J’aime bien Costco dans la vente de détail également, mais c’est pas donné actuellement.

    Pour CIBC, je suis d’accord avec vos commentaires. Ça reste qu’au taux de croissance actuel, au dividende offert et au rendement de la banque, le risque en vaut le coût 🙂

    Pour Cominar -> Ça fait chier, mais c’était écrit dans le ciel. Après leur vente de 1,2 G$ qui vient pour se désendetter, j’espère qu’ils se concentreront sur augmenter un peu la valeur des actions! Et réaugmenter leurs bénéfices…!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.