5 Choses que je ne suis pas prêt à sacrifier pour économiser de l’argent

Ad Blocker Detecté

Ce site web est rendu possible grâce à la publicité. Veuillez considérer de désactiver votre "adblocker" afin de nous encourager à maintenir ce site gratuit.

Mon désir le plus cher est celui d’atteindre la liberté financière rapidement, le plus rapidement possible en fait!

Pourtant, malgré cet ardent désir, je dois avouer qu’il y a certaines choses que je ne suis pas prêt à sacrifier réellement pour y arriver.

Oh… dans ma vision « romantique » de la vie, je me verrais faire certaines de ces choses, mais… je ne le fais pas donc, j’imagine que je ne suis pas vraiment prêt à ça… pour l’instant!

#1 Avoir des enfants

On dit que les enfants coûtent cher… D’ailleurs bien des blogueurs connus qui ont atteint la liberté financière à un jeune âge ont soit mis une croix sur le fait d’enfanter ou alors, ils ont limité le nombre de leur progéniture à une seule âme!

Pour ma part, j’ai toujours voulu avoir une équipe de Baseball et promener mes enfants à l’aide d’un autobus scolaire usagé… mais, j’ai rencontré la femme qui allait partager ma vie un peu tard dans mon existence. Aussi, je crois bien qu’on se limitera à deux enfants!

Des enfants ça coûtent cher? Je ne suis pas d’accord!

Moi mes enfants ne vont pas à la garderie (+800$ par mois), je ne leur acheterai pas toutes les bebelles / cochonneries à la mode (+ 200$ par mois), toutes les allocations familiales vont servir à investir dans leur REEE pour leur bâtir le début de leur liberté financière et les aider à financer leurs études (voir mon article Stratégie pour épargner gratuitement 100,000$ pour vos enfants), j’achète des jouets et des vêtements dans les bazars et nous privilégions les sports, les activités de plein air, de découverte, créatives et éducatives aux activités qui s’effectuent effouaré sur un divan devant un écran.

Bref, je contrôle les coûts et je privilégie l’être à l’avoir. L’important, selon moi, lorsqu’on élève un enfant n’est pas ce qu’on lui achète, mais à quel point on l’aime et lui démontre, passer du temps de qualité avec lui et ce qu’on lui enseigne.

Le confort matériel ça passe après et ça ne peut pas servir à racheter un manque dans les trois postes précédents.

Mes enfants c’est ma vie! Alors ça sera avec eux ou pas du tout!

#2 Vivre comme Tarzan

Vous avez sûrement vu l’article du journal de Montréal sur « Tarzan », ce jeune homme Québécois qui vit dans le Parc de la Vérendrye et qui s’arrête sur son chemin pour se couper un steak dans un chevreuil mort en bordure de l’autoroute lorsqu’il en voit un?

Sinon, lisez-le, ça vaut la peine!

J’admire son courage et son audace, son côté foncièrement anti-conformiste. Je comprends qu’on puisse le qualifier de bizarre, mais je trouve son histoire intéressante.

Parfois, sans être aussi extrême que lui, je me dis que je devrais tout vendre et aller vivre plus simplement dans un trailer park ou un « shack » avec ma famille. Mais… je ne le fais pas.

Je le justifie par le fait que je veux offrir un milieu de vie sain à mes enfants, leur donner une « chance » dans la vie et parce que je crois, probablement à tort (mais c’est ancré dans mon subconscient) que la vie de banlieue est la meilleure vie à offrir à un enfant.

Dans mes préjugés bien ancrés et sans fondement, puisque je n’ai jamais même mis les pieds dans un trailer park, je me dis qu’il n’y a que des gros Rolland aux tatoos défraichis, des alcoolos, des drogués, des ex-détenus, des vieilles femmes rabougries et bougraisses aux cheveux raz frisés blonds jaunis par la cigarette qui collectent du BS en se grattant une grosse plaie purulante sur le mollet qui vivent dans ce type d’endroit (j’ai écouté trop de films).

Je me vois donc mal élever mes enfants dans un trailer park…

Donc, bien que j’aie envie de vivre plus simplement, que je ressente parfois l’envie de hurler à la lune (mouin… là j’exagère), il semble que je n’arrive pas à sacrifier ma vie de bungalow de la banlieue!

Je pense par contre que si j’avais des revenus passifs suffisants, je ne détesterais pas partir un an à l’aventure en motorisé avec mes enfants et ma conjointe, vivre dans les camping. On pourrait visiter les plus beaux parcs nationaux d’Amérique!

Donc, je pense que ceci prend l’emplacement #2 dans ma liste, du moins jusqu’à ce que je me décide à aller explorer ce que je m’imagine comme étant l’univers de Bob Gratton!

#3 Ma voiture…

Wood Profits Banner

Une voiture ça fait un méchant trou dans un budget… ça, il n’y a pas à dire!

Mais, j’habite à 38 km de mon travail et on a l’hiver et la pluie. Ce sont donc mes raisons pour la conserver… Qui a envie de se geler le cul à moins 40 sur le coin d’une rue à attendre un autobus de la STM qui passe une fois sur 4??? (Je le sais ça m’arrive au moins plusieurs fois par mois). Avec ça et puis le fait que j’aie souvent des matériaux à acheter, que j’aie une vie qui défile à un rythme effréné… je n’arrive pas à m’imaginer sans voiture ou même vivre avec une seule voiture pour le couple pour l’instant.

Bref, je me fabrique beaucoup de raisons pour ne pas me débarrasser de ma voiture et la troquer pour un vélo avec un trailer à vélo comme MrMoneyMustache…

Je demeure quand même raisonnable dans mes choix avec une Corolla 2011 avec fenêtres à manivelles (mais air climatisée). Reste que je n’arrive pas à m’en passer!

Ceci prend donc le rang #3 dans ma liste.

#4 Le world wide web

Bien que très peu de gens avaient internet avant 1998, la terre se portait plutôt bien… mieux même? Car la communication engendre aussi des effets pervers tels que la radicalisation…

Pourtant, j’aurais vraiment de la difficulté à imaginer ma vie sans cette incroyable bibliothèque d’information en continue.

On trouve littéralement de tout sur le web et si on ne le trouve pas, on peut le créer!

Je veux vivre en partie de mes revenus en ligne, donc, pour moi, internet c’est primordial, c’est au coeur même de mon projet de liberté financière.

Alors, l’accès à l’internet, ça va rester.

Cela étant dit, on peut accéder à internet avec un coût d’abonnement exagéré ou acceptable.

Personnellement, j’ai troqué les grands fournisseurs pour TekSavvy. Je suis plutôt satisfait à date! Ça été un peu laborieux de m’inscrire avec l’agent (50 minutes) et le service est parfois lent pendant les heures de pointe, mais globalement, vu le prix que je paie, je suis très très satisfait. (Déclaration : Je ne reçois aucune commission pour cette référence)

#5 La forêt et la mer

Le soleil qui caresse mon visage de sa douce étreinte. Le doux murmure de l’écume des vagues qui s’affalent sur le sable chaud pendant que mes pensées se laissent transporter au gré de la douce brise telle la voile d’un frêle esquif qui navigue gaiement vers des terres inconnues (terra incognita)…

La mer me fait rêver, elle me transporte dans des pays imaginaires et stimule mon envie d’écrire, mon envie de rêver et mon envie de créer!

J’ai un besoin viscéral de la mer et je ressens aussi ce besoin viscéral de porter mon regard fréquemment sur un océan d’arbres et de montagnes à perte de vue car ça me rappelle la force inouie qu’à la nature de coloniser tous les espaces, de broyer et de balayer, par la force des racines, du vent et du temps tout ce que nous pourrons construire de notre vivant!

Je pourrais bien sûr déménager en un lieu qui rassemble à la fois la forêt et la mer, mais (mon excuse) tant que je garde mon travail, ça va être difficile.

Donc, en numéro 5, il est clair que je vais continuer mes voyages, le camping, mes escapades au bord de la mer tant et aussi longtemps que je vivrai et je pourrai me le permettre.

Et vous? De quoi n’êtes-vous pas prêt à sacrifier pour atteindre la liberté financière?

30 Comments

  1. Kimber
  2. Maxime
  3. Kimber
  4. Kimber
  5. Maxime
  6. Maxime
  7. Maxime
  8. Maxime
  9. Maxime
  10. Maxime

Leave a Reply