Ma ruée vers l’or!!! Je filtre des penny stocks avec l’analyse technique et ma première expérience de débutant

Ad Blocker Detecté

Je mets beaucoup de temps et d'énergie dans ce site . Il se finance grâce à la publicité. Veuillez considérer de désactiver votre "adblocker" afin de m'encourager à maintenir ce site gratuit.

Mes pics et mes pelles sont prêtes. J’ai codé un petit logiciel tout simple en Python qui tire avantage de la librairie d’analyse technique TA-lib afin de filtrer le marché boursier et de me générer des signaux d’achat potentiels.

Vais-je devenir riche? Le marché est à mes pieds et il ne me reste plus qu’à laisser mon robot me pointer les « low hanging fruits »!!!

Je me vois déjà sur mon Yacht privé, bourbon sur glace à la main à trader des penny stocks entouré de jeunes reines de beauté et d’une floppée de serviteurs qui me traitent aux petits oignons.

Mais minute… je me pince et zut… ce n’était qu’un rêve…

L’analyse technique fonctionne vraiment très bien sur les données historiques. C’est fou à quel point elle peut réussir à nous pointer les titres qu’on aurait du acheter et à quel moment on aurait du les acheter pour doubler son cash en quelque jours, mais quand il est temps de transposer le tout dans le futur, rien n’est moins évident! Et, entre le trading réel et le paper trading, il y a une marge.

Je vais d’ailleurs vous parler de ma première expérience de trading live sur un titre penny stock.

Sur quel nuage est-ce que je me suis posé?

Pour l’instant, je m’amuse à filtrer le TSX venture ou ce qu’on appelle communément les penny stocks du Canada.

Je passe plusieurs filtres sur le TSXv afin de sortir :

  1. Croisement de moyennes mobiles exponentielles 7 jours et 27 jours
  2. Candlestick buy, suivi de gap up et stochastic oversold
  3. 20 days breakout
  4. 50 days breakout
  5. 52 weeks new high
  6. Et plusieurs autres configurations techniques recommandées à droite et à gauche sur le web ou dans des livres d’analyse technique

Voici quelques constats à propos de ces trois dernières semaines.

D’abord, j’adore coder en Python. C’est simple et intuitif, il y a beaucoup de support de la communauté des programmeurs et en peu de lignes on arrive à faire un programme plutôt puissant.

Ensuite, le TSXv est surtout composé de minières et la liquidité de bien des titres est plutôt faible… Avec 5000$, je pourrais probablement faire bouger bien de ces titres ce qui est très mauvais d’un point de vue gestion du risque. En plus, les minières sont liées directement à la volatilité des matières premières alors je passe mon temps à me dire… yo buddy… tant qu’à ça va trader les matières premières!!!

Bref, les signaux que je reçois de mon screener sur le TSXv se sont pas mal tous avérés inutiles ou n’offrir aucune réelle opportunité de profit vs le risque à prendre jusqu’à maintenant, mais… il y a eu quelques bons signaux. Donc, le code fonctionne. C’est juste que le marché est limité. Je vais probablement éliminer tous les signaux sur des titres qui n’ont pas au moins 100,000 de volume moyen pour réduire la quantité de faux-positifs.

De plus, ça bouge souvent tellement vite que de travailler avec des données end of day de la veille ne donne pas grand chose la plupart du temps. Même si je voulais suivre la vague, les titres peu liquides font souvent des gaps up et retombent aussi rapidement qu’ils sont montés!

C’est plutôt décevant en général, mais il y a quelques signes positifs à droite et à gauche desquels je dois tirer des leçons. Reste que je vais probablement m’attaquer à d’autres marchés tout de même car le TSXv m’apparaît être un bien petit terrain de jeux.

J’aimerais bien m’amuser à filtrer les penny stocks US notamment. Je pense que j’aurais davantage de plaisir. Mais, au risque lié aux penny stocks, s’ajoutera alors le risque de devise et les frais de conversion… à moins de trader dans mon compte REER US et ainsi de gérer le risque de conversion uniquement avec le capital de départ et lors de la sortie de ce capital… c’est une option.

Je pourrais aussi me concentrer sur le S&P500 ou sur des compagnies plus matures au moins, mais alors dans bien des cas, il faut accepter d’immobiliser son capital longtemps pour peu de gain…. ça manque souvent d’amplitude les gros titres et tant qu’à s’amuser j’aimerais bien viser des mouvements de 10% ou plus en quelques jours.

Se faire interner à cause de l’analyse technique?

Je crois qu’on peut facilement perdre la tête à chercher LA technique qui marche avec l’analyse technique.

J’ai déjà passé des mois et même des années à chercher le St-Graal quand j’étais plus jeune et ce, sans succès.

Et la libraire TA-lib permet de calculer plus de 200 indicateurs techniques, de quoi devenir dingo!

Pourquoi? Parce qu’au final même si le prix « intègre tout » aujourd’hui, cela ne nous dit pas grand chose sur ce que sera le prix de demain et prédire l’avenir est loin d’être une science exacte, même pour mon super logiciel! Car demain, le prix intégrera tout aussi et donc tout ce qu’on ne sait pas encore… Ainsi, tous ces indicateurs ont un point en commun : ils ne prédisent pas l’avenir!

C’est donc, selon moi, de chercher à poursuivre une logique fallacieuse que de tenter de le faire.

Par contre, les groupes humains se comportent un peu comme des bancs de poissons. On bouge par tendance… et on vire de bord rapidement sur un 10 cents si un « prédateur » perçu ou réel est en approche et plusieurs de ces indicateurs permettent de suivre les tendances et aussi de valider les divergences entre la tendance et les volumes.

Cela peut donc s’avérer pratique et même profitable. Ainsi, la prémisse devient « si la tendance est en place, il y a de fortes chances qu’elle demeure en place encore un certain temps… ». Le problème reste qu’on ne sait jamais quand un « prédateur » perçu ou réel fera changer le banc de poisson de bord, d’où l’importance de placer des stops de protection.

Cela étant dit, toutes choses étant égales par ailleurs, je crois qu’en gardant les choses très simples (outils de suivi de tendances et supports/résistances), on peut réussir à être profitable, mais il faut coupler ça à une rigoureuse stratégie de money management : couper les pertes et laisser courrir les profits avec des stop loss intelligents.

D’ailleurs, si j’avais à choisir 3 techniques pour faire du trading basé sur l’analyse technique, il est probable que ce serait celles-ci :

  • Croisement de moyennes mobiles exponentielles avec volumes qui sont croissants dans la tendance
  • Un titre qui ne cesse de faire de new highs avec des volumes qui sont croissants
  • Channel breakout dans une tendance haussière en utilisant soit un Donchian channel, soit des bandes de Bollingers, le tout confirmé par des volumes exceptionnels et croissants

Ça semble facile sur papier, mais en situation de trading c’est loin d’être évident. Et, avec toutes ces techniques, il ne faut jamais négliger supports et résistances.

Un croisement de moyenne mobile exponentielle avec de forts volumes, c’est bien. Mais s’il y a une résitance juste au-dessus, j’assimilerais ça à un faux signal jusqu’à ce que la résistance soit brisée.

En passant, pour ceux qui ne savent pas ce que sont supports et résistance, je vais laisser investopedia vous l’expliquer.

Voyons quelques signaux profitables que j’aurais pu saisir pour devenir riche!

D’abord, je vous présente FPC.v. Ce titre est sorti sur mon screener à plusieurs reprises au cours de mes tests. Le meilleur signal aurait effectivement sorti avant que je termine de coder mon screener version beta, soit le croisement de moyenne mobile exponentielle à 7 jours (ligne rouge) avec la ligne verte (moyenne mobile exponentielle 27 jours). Le gain aurait été substanciel. Notez la tendance haussière des volumes qui accompagnent le mouvement.

 

Malheureusement, je n’ai fais que du paper trading sur ce titre. Alors pour moi le gain est de 0$.

Voyons maintenant une autre configuration type que je recherche avec mon screener. Le titre est PYR.v. Il est sorti sur mon screener après la session du 20 avril car il a fait un 20 days high. J’aurais donc pu l’acheter aux alentours de 50 cents vendredi le 21 avril. Il a fermé à 63 cents lundi. C’aurait donc été un gain d’environ 24% en une seule journée… peut-être même plus puisque le titre a atteint 0,77$ sur son high!!! Quand je dis que c’est volatil….

Remarquez deux choses ici. Le titre a fait une montée puis est entrée en phase de consolidation depuis la fin mars environ. On appelle ça un channel. Et tout à coup, sous l’impulsion de super volumes, le titre a fait un breakout! C’est une configuration très bullish! Le Roi de la bourse en parle sur son site et dans son livre gratuit.

Mais, j’ai oublié de noter ce titre… alors je ne l’ai pas acheté vendredi… trop de choses en tête.

Ma première expérience à trader des penny stocks!

Lundi le 25 avril, en fin de journée, je lance mon stock screener et « boom », PYR.v sort à nouveau!!

Normal, il a fait un gain de 24% sous des volumes exceptionnels.

La configuration m’apparaît parfaite et la résistance 52 semaines est à 0,77$. Alors je me suis dit « go »! Let’s surf this wave!

Je lance alors un ordre pour 3000 actions à 0,64$ aujourd’hui (close de la veille plus 0,01$). Mais le titre à ouvert à 0,68$ et pre-market la pression acheteuse était forte… le bas de la journée à 0,65$ et le titre est monté jusqu’à 0,75$… je me mordais les doigts. Mon ordre ne se remplissait pas. J’ai fini par faire une chose que je n’aurais probablement pas du faire… annuler mon ordre et la relancer à 0,65$.

Mon ordre s’est rempli, mais sur le TSXV, il n’y a pas l’option « tout ou rien ». Alors j’ai acheté seulement 1000 actions à 65 cents plus 10$ de commission…

Le résultat fait que j’ai payé 0,66$ par action pour 1000 actions. Et je devrai payer un autre 10$ à la vente. Mes frais de transaction seront donc de 3%… le titre doit donc s’apprécier à fond pour que ça vaille la peine et mon potentiel de gain en dollars est mineur. Donc beaucoup de travail pour pas grand chose. En plus, le close est à 0,65$ et les volumes sont beaucoup moins impressionnants.

Je vais voir comment ça se profile pre-market demain, mais la fusée a manqué de jus aujoud’hui et le titre a fermé plus bas que son ouverture.

Mais, et surtout, la question est la suivante :

Si j’avais eu à vendre 3000 actions et que j’avais envoyé un ordre limite et qu’ils ne m’en avaient vendus que 1000 et que le prix était tombé…  hummm…

Devrais-je donc acheter avec des ordres limite et vendre « market »?

Je suppose que ça fait partie de la courbe d’apprentissage.

Conclusion

Le trading réel et le trading sur papier c’est vraiment deux mondes. Je vais apprendre tranquillement mais à la bourse, l’école peut coûter cher et ça va vite!

En attendant, j’ai investi un gros 650$ (au lieu de 2000$) sur PYR.v et je verrai comment se profile demain.

N’oubliez pas que ce n’est pas une recommandation d’achat ou de vente. Si ça se trouve peut-être que ça va tomber en fou demain… je n’en sais vraiment rien. Alors prenez vos propres décisions. Je ne veux surtout pas recevoir d’emails de lecteurs mécontents qui ont perdu du cash!

Pour ce qui est à venir, je continue aussi à peaufiner mon screener et mon approche. Il est aussi probable que j’intègre les titres du Nasdaq small caps dans mes titres à filtrer pour élargir ma zone de pêche et je vous tiens au courant des résultats.

Je sais que cette approche ne cadre pas avec mon approche normale et habituelle, je ne fais que m’amuser! Et qui sait, je pourrais bien décider de m’amuser avec environ 5% de mon portefeuille sous peu.

Mais, bientôt, je vais aussi ajouter les titres à dividendes à mon filtre,  non pas pour faire du trading, mais question de mieux planifier mes points d’entrée.

Il se peut aussi fortement que je code un filtre fondamental qui me permettra de trier les stocks qui ont des fondamentaux intéressants… on verra! Une chose à la fois comme on dit.

En attendant, je m’amuse et c’est ça qui compte! Quant à m’enrichir davantage…. on verra bien!

Parlant de s’enrichir, j’ai vendu McDo à 110$ l’an dernier (payé environ 100$ CAN avec le taux de change de l’époque). Le voilà qu’il se trade à 142$ (ou 192$ CAN avec le taux de change courant)… je dois dire que je regrette ma vente maintenant. Soixante-cinq belles actions qui vaudraient le double en à peine 3 ans.

Tant pis… c’est ça Wall Street!

Pour terminer, je vous suggère la lecture suivante, un article de Bernard Mooney sur la « maladie des penny stocks« .

Leave a Reply