Watchlist : liste de titres qui versent des dividendes en croissance mise à jour

Mon site accueille maintenant 300 articles, plusieurs pages et de nombreuses ressources utiles.Ça commence à faire beaucoup de matériel. J’ai donc décidé de commencer à mieux l’organiser, à mettre certaines choses plus au propre si on veut…

Aujourd’hui, j’ai mis à jour la dividend watch list et j’en ai profité pour l’automatiser à 100%. Il a donc fallu que je retire plusieurs colonnes qui nécessitaient des mises à jour manuelles que je n’ai jamais eu le temps ou plutôt pris le temps de mettre à jour. Au fil des mois, leur utilité allait donc en déclinant.

Autre mise à jour importante, j’ai indexé à la watch list tous les titres qui versent des dividendes en croissance aux USA et au Canada.

Les cellules de prix et de p/e deviennent verte ou rouge en fonction de deux formules toutes simples :

  • Si le p/e est plus petit ou égal à 20, c’est vert. Sinon c’est rouge
  • Si le prix est <= à 1,05 x 52 weeks low, c’est vert, sinon c’est rouge.

Bien évidemment, ces règles simples ne sont pas suffisantes pour justifier un achat, mais considérant la quantité importantes de titres versant des dividendes en croissance, ça permet de commencer quelque part.

Le p/e devrait au minimum toujours être remis en contexte avec son p/e moyen historique, le p/e du marché et le p/e de l’industrie. Et évidemment, on doit regarder tout le reste. Car, de toute façon, acheter un titre juste à cause de son p/e démontre un grave manque de compréhension de l’analyse financière d’une compagnie.

Néanmoins, en règle générale, acheter une cie à plus de 20 fois ses revenus, c’est possiblement miser beaucoup sur la croissance future.

J’ai acheté Google à 30 fois ses revenus il y a deux ans et j’en suis bien heureux. J’ai misé justement sur la croissance future mais avec Google, j’étais en confiance. J’ai aussi acheté quelques titres à 22, 23 ou 25 fois les revenus… mais de façon générale, j’aime bien me tenir en bas de 20 fois les revenus.

Quant au 52 weeks low, ça ne dit pas grand chose non plus. Si le prix retourne au 52 weeks low, ça veut juste dire que tous les gains annuels du titre viennent de s’effacer pour rejoindre son plus bas en 1 an. Ça ne veut pas dire que c’est un titre à acheter. Ça veut juste dire que quelque chose à probablement déplu aux investisseurs, si bien que le titre est retourné à son plus bas en 1 an.

Le plus bas en 1 an peut être le plus haut de l’année d’après… qui sait?

N’empêche que ça permet de mettre le focus sur des cies qui viennent de subir des revers. Et comme la grande majorité des cies sur ces listes sont des cies plutôt matures, ce qu’il reste à faire est donc de regarder pourquoi le titre est retombé sur son plus bas en 1 an. Est-ce que c’est du à quelque chose de temporaire ou à une tendancd lourde qui affectera les revenus futurs de l’entreprise? Est-ce que le prix est raisonnable et offre-t-il une marge de sécurité suffisante?

Évidemment, encore une fois, on regarde tout le reste aussi.

La liste est classée par onglet et les différents onglets se trouvent au bas de la liste.

Bonne chasse!

Par Le blogueur masqué

Bonjour, je suis le blogueur masqué. Comme vous, je suis un esclave moderne confiné au 9@5, propriété d’une grande corporation américaine. Ils nous ont dit, lorsque nous étions jeunes, que nous allions vivre dans une société de loisirs et que les avancées technologiques allaient nous permettre de ne travailler que quelques heures par jour. Pourtant, nous vivons dans un monde où règne le stress et l’incertitude. Ma situation pourrait être bien pire et je le sais. Il y a tant de gens qui souffrent sur cette planète. Mais, une cage en or demeure une cage. Au moins, j’ai un plan pour m’évader. Je vais prendre ma retraite de la « rat race » avant 45 ans et vivre de mes revenus passifs! C’est un rêve si puissant que je vais tout faire pour le réaliser! Pour bâtir ma fortune, j’investis principalement dans des titres boursiers qui versent des dividendes en croissance années après années.

7 commentaires

  1. Par curiosité j’ai calculé combien on avait reçu à deux de dividendes en 2016 et c’est environ 925$ (tout converti en CAD) à travers FNB et actions de ma compagnie.

    On reçoit des dividendes des FNB suivants : ZPR, XSB, XEG, IVAL, QVAL.

    J’ai déjà de la misère à faire assez de recherche pour mes propres titres microcap alors avant de me lancer dans une autre technique d’investissement, je vais commencer par mieux maîtriser la mienne.

    Je verrai pour plus tard lorsque notre capital sera plus important. Il y a quelquechose d’excitant à recevoir des «paiements» sans rien faire..!

    1. BarbeRiche,
      Si jamais tu commences à t’intéresser à cette technique, retiens la chose suivante :

       » La croissance du dividende c’est la clé »

      Le dividende initial a son importance, mais la croissance du dividende est plus importante. Voilà pourquoi je vise 3,5% initial à l’achat avec une croissance annuelle de 8%.

      Pour t’amuser regarde ce calculateur :
      http://www.buyupside.com/calculators/dividendgrowthrate.php

      Je pourrais prendre des exemples fabuleux, mais restons terre à terre et prenons 10 ans :

      Prenons WMT par exemple. Le dividende d’il y a 10 ans était de 0,1680$ par action par trimestre. Il est maintenant de 0,50$ par action par trimestre. Soit 0,67$ par action à 2$ par action en dix ans. Si le dividende s’était juste maintenu à l’inflation, il serait de 0,82$ par année.

      La force de cette technique est sous-jacente… peu apparente à première vue. Mais ce qu’elle permet d’accomplir est incroyable. Elle permet de mettre un harnais sur la force de l’intérêt composé.

      Évidemment, qui dit croissance du dividende dit croissance de la valeur du titre.

      Il y a ce calculateur ci aussi qui est intéressant :

      http://www.buyupside.com/calculators/dividendreinvestmentbackportfoliocalculatorinput.php

      À plus

  2. Oui c’est effectivement excessivement intéressant. Ça prend du temps, mais quand ça commence à composer, ça devient vraiment imposant. On avait pris SJ l’autre fois comme exemple.. 20% composé par an depuis 10 ans l’augmentation de dividende… C’est sûr qu’il reste à peine à 1% du prix de l’action, mais quand même les actionnaires reçoivent non seulement du dividende mais également une appréciation du capital parce que l’actif rapporte plus.. 🙂 C’est génial j’adore! C’est long, mais quand ça fait plusieurs années que tu as le titre (pour moi c’est depuis 2013, donc ça fait environ 4 ans), tu commences à réellement voir le pouvoir de l’intérêt composé! Les petits deviennent énormes à un certain moment! 🙂

    J’ai eu mon premier dividende de cette entreprise en mars 2013, un 0,05$ / action. En décembre 2016, j’ai reçu 0,10$ / action, autrement dit, ils ont fait 100% d’augmentation du dividende en 4 ans (normalement pour T1 2017 on devrait avoir une hausse si on se fie à leur historique), ce qui améliora encore le portrait entre T1 2013 et T1 2017 ils l’auront augmenté de peut-être 110-120%. C’est des petits montants, mais composés sur une quantité importante d’action, ça finit par avoir un impact! Bref, excellent article Alain!

    1. Petes,
      Voilà une belle croissance du dividende en effet! 100% en quelques années c’est super. Est-ce parce qu’ils l’ont coupé pendant la crise financière? Je n’ai pas encore pris le temps de regarder ce titre… j’avoue que février est un mois difficile pour moi côté épargnes… bcp d’imprévus dont je me serais passé… à date j’ai épargné 50$ ouff

  3. Non ils ont continué le dividende même en pleine crise financière! En 2006, ça versait 0.04$ / action (0.01 $ / trimestre) alors qu’en 2016, ça versait 0.40$ / action (0.10$ / trimestre). Ça a donc été multiplié par 10 en 10 ans! Et ça devrait continuer! C’est vrai que c’est une belle croissance de dividende ça.. Si seulement toutes les entreprises pouvaient suivre cet exemple! 🙂

    50$ en 12 jours? Pas trop mal tu finiras le mois avec plus de 100$ à ce rythme là!! Ça arrive des fois.. Il y a des mois de même. L’important c’est le total sur la période de 12 mois. Il faut rester rigide mais flexible en même temps..!

  4. Parfois, les compagnies qui offrent la plus forte augmentation du dividende ne sont pas nécessairement celles dont le ratio initial est le plus élevé. Exemple américain: TJX Companies. Société mère qui possède entre autre les magasins Winner’s, Home Sense et Marshall. Le rendement du dividende se maintient toujours sous les 2% par rapport au prix de l’action. Toutefois, la majoration annuelle dépasse régulièrement les 20% depuis plusieurs années. Lorsque j’ai acheté le titre à l’automne 2010, il payait 0.30$/an. Il paie maintenant 1.04$/an et je prévois qu’il devrait grimper aux alentours de 1.20$-1.25$ pour 2017. Pendant ce temps, le titre est passé de 23$ à 77$. Mon seul regret par rapport à ce placement est de ne pas avoir acheté plus d’actions (j’en possède 100)…

    1. MarcO,
      Tu as entièrement raison.
      Il y a des titres qui ont un dividende initial faible et une croissande du dividende élevé, d’autres qui ont un dividende initial élevé et une croissance du dividende faible et d’autres qui offrent un bon « mixt » des deux.

      Moi je vise 3,5% initial et 8% de croissance au global. Évidemment, je ne vais pas acheter uniquement des titres qui versent 3-4% de dividende initial. Ça c’est l’objectif global de mon portefeuille. En ayant un mixte de tout ça, je cherche à obtenir 3,5% initial et 8% de croissance du dividende.

      Évidemment, lorsqu’on « accepte » un dividende initial très faible, on mise bcp sur la croissance future du dividende. Or… elle ne se réalise pas toujours… c’est un risque pondérer donc.

      Car si ton dividende est à 0,6%, même si la croissance est de 20% par an, ton revenu de dividende mettra plusieurs plusieurs plusieurs années à rejoindre le revenu d’un titre versant 3,5% avec 8% de croissance. Et vas-tu obtenir ton 20% de croissance pendant toutes ces années? Ça personne ne peut le garantir…

      Je te suggère un bon article sur le sujet écrit par Jason Fieber.

      http://www.dividendmantra.com/2014/06/a-multistage-rocket-model-for-a-dividend-growth-stock-portfolio/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.