Achats récents : 25 actions de Coke (KO) et 6000 actions d’un titre qui ne verse pas de dividendes!!

Comme je n’ai pas de boule de cristal pour lire l’avenir, comme je ne sais pas lire les cartes, lire dans les feuilles de thé ou dans les entrailles d’un animal mort, j’essaie de faire des achats tous les mois, question de « lisser la courbe » car je suis fortement convaincu que le temps dans le marché est plus important que de timer le marché.

Aujourd’hui, j’ai donc décidé de procéder à deux achats. L’un de mes achats est très conventionnel et l’autre, vraiment pas…

L’investissement par croissance du dividende est une technique simple et puissante qui offre beaucoup d’avantages. L’un de ses inconvénients, toutefois, est de forcer l’investissement presqu’uniquement dans des compagnies matures.

Or, des cies en croissance comme Google ne doivent pas être exclues, à mon sens, d’un portefeuille. Et, prendre certain risque avec des compagnies naissantes non plus.

Les WalMart et McDo de ce monde ont commencé en étant de petites cies qui ont grossi parce qu’elles avaient un avantage concurrentiel, qu’elles apportaient quelque chose de différent.

Mettre de côté complètement ces cies c’est comme mettre le focus sur le jour en oubliant que la nuit existe.

Cela étant dit, il est à mon sens beaucoup plus risqué de miser sur de petits chevaux qui n’ont pas fait leur preuve que sur des cies qui sont des quasi monopoles. Et il faut respecter son niveau de tolérance au risque.

Moi, je voulais approcher du 100,000$ investi avant de me lancer dans des investissements plus spéculatifs. Je devance un peu mon échéancier…

Coke

[adsenseyu2]

Coke en arrache depuis un bout si on peut dire. Je persiste néanmoins à croire que c’est une compagnie qui détient beaucoup de valeur intrinsèque et qu’elle a le pouvoir de s’adapter et de continuer à dominer le marché du breuvage. Coke ce n’est pas juste une boisson caféinée et sucrée, elle offre tellement plus que ça, à commencer par son modèle d’affaire impossible (ou presque) à concurrencer.

J’ai donc ajouté 25 actions de Coke à mon portefeuille, ce qui ajoute 35$ US à mon revenu passif de dividendes ou 0.10$ US par jour 365 jours par année.

La cie mystère

[adsenseyu2]

6000 actions… oufff ça semble beaucoup. Mais pas quand tu payes 0.23$ l’action.

J’ai décidé de faire un petit pari à moyen ou long terme (tant que les fondamentaux demeureront vrais) sur une micro-cap, GateKeeper Systems inc (GSI), cie listée au TSX venture.

Ceci représente un investissement de 1400$ environ, alors pas de quoi m’en vouloir pour toujours si je me plante, ni de quoi changer ma vie si j’ai raison.

GateKeeper systems inc conçoit et vend des systèmes de sécurité destinés à des usages extérieurs tels que des caméras corporelles pour policier ou notamment, des détecteurs d’infractions routières.

Ce que j’aime de cette cie ce n’est pas tant ses produits (qui peuvent être relativement facilement copié) mais plutôt les contrats qu’elle réussit à signer.

Notamment, la cie a signé un contrat de 5 ans qu’elle a signé avec une « commission scolaire » américaine et le Sheriff du comté dans lequel ses systèmes de détection d’infractions seront installés sur des autobus scolaires. Lorsque un contrevenant dépassera un autobus scolaire qui est sur un arrêt pour embarquement/débarquement d’étudiants, une contravention sera émise et la cie, le sheriff et la « commission scolaire » se partageront les revenus.

Ça, ça m’impressionne! C’est difficile à répliquer et cette expertise, cette réputation, ça se monnaye!

Est-ce que le marché est immense? Non. Est-ce que ce sera complexe à reproduire? Oui à cause des lois et des enjeux politiques.

Mais, je pense, et ces un acte un de foi, que ça s’inscrit bien dans l’avenir de notre société actuelle car tout le monde ici en sort gagnant. Ça augmente la sécurité autour de nos enfants (politique +++), ça ne coûte rien au corps policiers et ça leur fournit des revenus passifs. Ça aide les commissions scolaires à se financer…

Moi je trouve l’idée brillante.

Maintenant… je suis loin d’être un expert en analyse d’entreprise. Mais, je pense que la cie est à son point d’inflexion.

Je peux avoir totalement tort et ne prenez pas ce que je dis pour des recommandations d’achat, d’autant plus que je suis maintenant un big shot de la cie avec mes 6000 actions lol, mais voilà, j’avais envie de prendre un risque avec une micro-cap et j’ai choisi celle-là.

Il y a des warrants qui expirent en 2017, selon ce que j’ai compris et ils semblent bloquer la hausse du cours. J’espère qu’une fois les warrants expirés, le cours s’envolera. On verra. Il se pourrait aussi qu’à court terme ça crée des opportunités d’achat à meilleur prix et que j’en profite pour me commettre davantage.

Mais, je demeure un investisseur conservateur alors de toute façon, si la compagnie continue à faire croître ses earnings et si le contrat dont je viens de parler se déroule bien et mène à d’autres contrats, je pense que je resterai actionnaire de cette compagnie à très long terme.

Qu’en pensez-vous?

Par Le blogueur masqué

Bonjour, je suis le blogueur masqué. Comme vous, je suis un esclave moderne confiné au 9@5, propriété d’une grande corporation américaine. Ils nous ont dit, lorsque nous étions jeunes, que nous allions vivre dans une société de loisirs et que les avancées technologiques allaient nous permettre de ne travailler que quelques heures par jour. Pourtant, nous vivons dans un monde où règne le stress et l’incertitude. Ma situation pourrait être bien pire et je le sais. Il y a tant de gens qui souffrent sur cette planète. Mais, une cage en or demeure une cage. Au moins, j’ai un plan pour m’évader. Je vais prendre ma retraite de la « rat race » avant 45 ans et vivre de mes revenus passifs! C’est un rêve si puissant que je vais tout faire pour le réaliser! Pour bâtir ma fortune, j’investis principalement dans des titres boursiers qui versent des dividendes en croissance années après années.

112 commentaires

  1. Haha! En voyant le titre je me demandais si ton choix s’était arrêté sur GSI. Je pense que c’est un bon point d’entrée. J’ai d’ailleurs ajouté à ma position dernièrement et je reste à l’affût si un vendeur pressé décide de liquider sa position.

    La compagnie a aussi terminé au 5e rang du secteur technologique du classement du tsx-venture en 2016 : http://www.newswire.ca/news-releases/gatekeeper-systems-chosen-as-top-50-tsx-venture-winner-for-2017-612397563.html. Le classement se base sur l’appréciation de la capitalisation boursière, du prix du titre et du volume de trading alors ça ne veut pas dire grand chose autre que la compagnie attire l’intérêt du marché.

    Selon les états financiers, il resterait environ 9M de warrants mais j’ai entendu qu’environ 1M ont déjà été exercé. Il resterait donc 8M de warrants à 0,25$ avec les derniers qui expirent le 28 juillet 2017.

    Jusque-là, il est possible que le titre monte si la compagnie affiche de bons résultats mais je m’attend à ce qu’il y ait un pullback comme lorsque l’action a touché 0,325$ milieu décembre pour revenir sous la barre des 0.25$ 2-3 semaines après.

    2016 était une année record avec 10M$ de revenus et 3 trimestres profitables et ça sans les systèmes de détection d’infractions qui n’avaient pas commencé à contribuer aux revenus. J’ai hâte de voir le développement de ce segment.

  2. Oh, le premier achat d’actions d’une micro-cap!

    Ça me fait rire de bon coeur, car dans ton article du 1er février, tu mentionnes que tu allais creuser ça davantage au cours des prochaines semaines ou mois et BAM 2 jours plus tard tu achètes déjà tes premières actions! Haha. Disons que tu ne dois pas être le genre à faire les choses à moitié ou à les laisser traîner en longueur.

    Par curiosité, est-ce LA compagnie qui a le plus retenu ton attention parmi les 5-6 qui t’avais préalablement tombées dans l’œil ou bien tu n’as pas encore terminé les analyses de quelques entreprises plus intéressantes, mais tu as notamment fait l’analyse de celle-là et elle te convenait?

    D’ailleurs, c’est clair que la sécurité routière est un enjeu qui est de plus en plus encadré. Il m’arrive parfois de croire que des membres influents du ministère des transports se lèvent la nuit pour réfléchir à quelle nouvelle loi ils pourraient passer pour réussir à aller chercher davantage d’argent des contribuables, sans trop se soucier de l’effet collatéral de restreindre de plus en plus la liberté des usagers de la route. Après tout, ici, on aime tellement ça se faire taxer et se faire dire comment agir!

    Par contre, ce sur quoi je m’interroge est à savoir que la preuve d’infraction fournie en Cour via les radars photo a récemment été déclaré inadmissible et illégale. Je ne sais pas s’ils vont arriver un jour à la rendre conforme et comment ils vont s’y prendre. Pour moi, c’est un peu étrange d’envoyer le constat d’infraction au propriétaire du véhicule, alors que la partie poursuivante, n’est pas toujours capable de démontrer, hors de toute doute raisonnable, que ce dernier est le conducteur fautif, contrairement à l’intervention humaine d’un policier. Je me demande s’ils sont embourbés dans ce débat aux USA?

    1. Maxime,
      GateKeeper ça fait un bout que je lis dessus… 1 mois et demi à temps perdu… je n’ai pas terminé mes analyses des 101 cies non! Lol..

      Je suis parfois un conservateur impulsif que veux-tu?!

      Ta question est excellente. Malgré le débat je suis pas mal certain à 100% que les radars photo sont là pour rester et ils vont juste trouver le moyen d’amender la loi pour te rendre coupable de toutes les infractions reliées à ton véhicule. D’ailleurs si tu prêtes ton véhicule à quelqu’un et qu’il reçoit des tickets de parking qu’il ne paie pas ou qu’il conduit avec une license suspendue… c’est TON problème.

      Reste que ça fait partie des enjeux.

      Prendre l’argent des contribuables pour financer x et y n’est pas un concept nouveau… et ce n’est pas un concept près de disparaître. Les finances publiques sont hors de contrôle…. ça prend quelqu’un pour payer les dégâts.

      Cela étant dit, je ne cherche pas à rationaliser.

      Tes objections sont tout à fait valables et je n’ai pas creuser la chose…

      La preuve que je ne pense pas à tout et que je ne suis pas un professionnel de l’investissement.

      Mettre de l’argent sur le « potentiel » c’est prendre de gros risques et c’est pourquoi je trouve qu’avant d’investir dans de petites cies, il faut avoir les moyens de se planter.

      Pour moi, 1400$ c’est pas la fin du monde… alors je suis prêt à vivre avec une part d’inconnu…

  3. Bonjour.

    Voici ma petite analyse sur Gatekeeper.

    Avant de devenir publique était rentable (elle est devenue publique en février 2013 par prise de contrôle inversée en achetant toute les parts d’une coquille vide publique).

    Le fait de devenir public a réduit sa dette, et a causé une perte de près de 3M$. Après 4 ans, elle est revenue un peu mieux qu’elle était en 2012 en terme de bénéfices nets. En ce sens, elle aura réussi, après 4 ans, à faire fonctionner son modèle de compagnie publique et effectivement c’est un point d’inflexion potentiellement très intéressant (mais aussi partiellement ou totalement anticipé par le marché car la compagnie est passée de 10 cents à 32 cents entre juin et décembre 2016 avant de revenir vers les 22 cents). La compagnie semble bien huilée dans son mode publique pour bien satisfaire les actionnaires.

    Aujourd’hui la compagnie est très peu endettée par rapport à son équité. Elle pourrait avoir accès à une capacité d’endettement importante (de l’ordre de 10M$ pour amener son ratio dette/équité à 3) et c’est étrange qu’elle ne l’utilise pas plus. Peut être qu’elle ne saurait pas quoi en faire ce qui n’est pas nécessairement bon signe.

    Le nombre d’actions augmente constamment, de 23M d’actions en 2013, à 36M en 2014, à 49M en 2015 et 62M en 2016. En partie en rapport avec son programme d’options pour les employés, directeurs et consultants. Un peu plus de dette, un peu plus de salaires et un peu moins de programmes incitatifs de stock option me plait plus mais ce n’est pas non plus anormal.

    La progression de la marge d’exploitation (avant les dépenses d’opération) est constante. Elle est passée de 25% en 2013 à 51% en 2016 (elle était déjà de 51% en 2012). Elle ne semble pas avoir de problèmes de cash flow, elle fait partie du top 50 du tsx venture. Ça c’est une très bonne nouvelle puisqu’elle pourrait éventuellement accéder au TSX et profiter de beaucoup plus de visibilité par les investisseurs.

    Toujours est il que de le fait de varier un portefeuille de dividendes avec des compagnies de croissance c’est une stratégie qui me plaît. Les compagnies qui ont des excès de liquidités peuvent racheter leurs actions, donner du dividende ou investir (ou une combinaison des trois). Les compagnies sont capables de générer de la valeur bien mieux que nous et le fait d’investir leur argent dans des projets est plus profitable à long terme que de le redonner aux actionnaires (mais ça reste mieux que le mettre dans les poches des dirigeants avec des programmes de stock options trop généreux). Pour moi une compagnie qui verse de plus en plus de dividendes c’est un peu une compagnies qui sait de moins en moins où investir son argent. Des vaches à lait matures c’est bien mais du potentiel de croissance c’est bien aussi (sans vouloir dire mieux).

    Intéressant ton blogue. Au plaisir.

    1. Frederic,
      J’aimerais bien que tu mettes ton petit grain de sel plus souvent! Wow! Très pertinent!
      J’avais effectivement vu la croissance du nombre d’actions notamment. Je n’aime pas trop ça non plus mais il semble que ce soit plutôt la norme dans notre belle société capitaliste… La cie est en développement, elle va sûrement émettre et émettre et émettre des actions. Si elle arrive malgré tout à faire croître les earnings per share ça me va.
      Si elle se sert de ces programmes de stocks option pour attirer des talents et des gens influents capables de l’aider à signer les contrats qui apporteront des revenus croissants et récurrents à l’entreprise, ça me va aussi… en autant que l’actionnaire aussi en bénéficie.

      Quant au fait que le marché anticipe… je suis de ton avis. J’ai aussi vu la courbe mais je pense à plus long terme. Le pari est qu’ils arrivent notamment à répliquer l’accord signé dans le comté de Georgia. S’ils y arrivent et répandent le produit… je pense que d’avoir payé 11 ou 23 cents ne voudra plus rien dire.

      Mais entre ce que je pense et ce qui arrivera, il peut y avoir une marge immense.

      C’est un pari risqué. Je ne cache pas qu’une grande part de ma décision est basée sur de l’intangible… je connais bien le domaine de la sécurité et je vois le potentiel de la chose.

      Mais je suis peut-être complètement à côté de la track.

      Quand aux cies qui versent des dividendes en croissance. Il est vrai qu’une cie qui est rendue à reverser ses profits aux actionnaires c’est normalement parce qu’elle ne sait pas quoi faire du cashflow.

      Mais j’aime mieux ça que de voir la cie dilapider l’avoir des actionnaires dans de stupides fusions acquisitions qui se finiront en restructuration ou dans des projets stupides comme certaines grosses cies le font parfois.

      J’aime mieux aussi qu’elle me redonne l’argent au lieu de l’investir dans des domaines non reliés à l’entreprise.

      Une cie qui a une position dominante dans son marché, un quasi monopole, je ne vois pas ce qu’il y a de mal là-dedans. C’est d’ailleurs l’objectif ultime de toute cie qui se respecte…

      Des cies comme WalMart ont le pouvoir de retourner l’inflation à leurs clients ou de mettre la pression sur les fournisseurs afin que l’actionnaire voit ses actifs à l’abri de l’inflation.

      Je recherche du revenu passif alors pour moi ce sont des cies de choix.

      Mais, diversifier ses catégories d’actifs demeure important.

      Merci Frédéric, très instructif.

  4. Bonjour.

    Mon grain de sel sur Gatekeeper:

    Avant de devenir publique, la compagnie était rentable (elle est devenue publique en février 2013 par prise de contrôle inversée en achetant toute les parts d’une coquille vide publique).

    Le fait de devenir public a réduit sa dette, et a causé une perte de près de 3M$. Après 4 ans, elle est revenue un peu mieux qu’elle était en 2012 en terme de bénéfices nets. En ce sens, elle aura réussi, après 4 ans, à faire fonctionner son modèle de compagnie publique et effectivement c’est un point d’inflexion potentiellement très intéressant (mais aussi partiellement ou totalement anticipé par le marché car la compagnie est passée de 10 cents à 32 cents entre juin et décembre 2016 avant de revenir vers les 22 cents). La compagnie semble bien huilée dans son mode publique pour bien satisfaire les actionnaires.

    Aujourd’hui la compagnie est très peu endettée par rapport à son équité. Elle pourrait avoir accès à une capacité d’endettement importante (de l’ordre de 10M$ pour amener son ratio dette/équité à 3) et c’est étrange qu’elle ne l’utilise pas plus. Peut être qu’elle ne saurait pas quoi en faire ce qui n’est pas nécessairement bon signe.

    Le nombre d’actions augmente constamment, de 23M d’actions en 2013, à 36M en 2014, à 49M en 2015 et 62M en 2016. En partie en rapport avec son programme d’options pour les employés, directeurs et consultants. Un peu plus de dette, un peu plus de salaires et un peu moins de programmes incitatifs de stock option me plait plus mais ce n’est pas non plus anormal.

    La progression de la marge d’exploitation (avant les dépenses d’opération) est constante. Elle est passée de 25% en 2013 à 51% en 2016 (elle était déjà de 51% en 2012). Elle ne semble pas avoir de problèmes de cash flow, elle fait partie du top 50 du tsx venture. Ça c’est une très bonne nouvelle puisqu’elle pourrait éventuellement accéder au TSX et profiter de beaucoup plus de visibilité par les investisseurs.

    Toujours est il que de le fait de varier un portefeuille de dividendes avec des compagnies de croissance c’est une stratégie qui me plaît. Les compagnies qui ont des excès de liquidités peuvent racheter leurs actions, donner du dividende ou investir (ou une combinaison des trois). Les compagnies sont capables de générer de la valeur bien mieux que nous et le fait d’investir leur argent dans des projets est plus profitable à long terme que de le redonner aux actionnaires (mais ça reste mieux que le mettre dans les poches des dirigeants avec des programmes de stock options trop généreux). Pour moi une compagnie qui verse de plus en plus de dividendes c’est un peu une compagnies qui sait de moins en moins où investir son argent. Des vaches à lait matures c’est bien mais du potentiel de croissance c’est bien aussi (sans vouloir dire mieux).

    Intéressant ton blogue. Au plaisir.

    1. Frederic,
      Oui, on aime bien placoter de liberté financière et d’une foule de sujets divers. N’hésites pas à te joindre aux conversations. Des fois on chiale aussi… ahah ça fait du bien! 😉

  5. Personnellement, il y a de ces titres qui m’intéressent et que je considère comme étant de qualité, mais qui ne versent pas de dividendes, ou bien en versent un depuis peu ou encore versent un dividende plutôt faible (sous les 1.5%).

    Ce sont souvent des entreprises qui ont connues une forte croissance au cours des dernières années, notamment via des acquisitions stratégiques.

    Dans le cas des entreprises intéressantes ne versant pas de dividende, je pense ici à Berkshire Hathaway (BRK.b), l’entreprise de M. Buffet.

    Pour celles versant un dividende depuis peu, je pense notamment à Apple (AAPL) ET Gilead (GILD).

    Concernant les entreprises versant un plus faible dividende, j’ai en tête Alimentation Couche-Tard (ATD.b), Metro (MRU), Richelieu Hardware (RCH), Lassonde Industries (LAS.a), Stella-Jones (SJ), Canadian National Railway (CNR) et Walt Disney (DIS). Excepté Richelieu Hardware, les autres entreprises ont toutes eu une croissance annuelle fulgurante du dividende oscillant entre 12 et 20%.

    Ce qu’elles ont aussi en commun, mis à part, à mon avis, d’être relativement discrètes et d’avoir bonne réputation, c’est que lorsque regarde leurs rendements passés sur 5-10-15 ans, elles battent, presque à tout coup, le rendement moyen de leur indice boursier de référence et celui de leurs compétiteurs du même secteur. Je sais que le passé n’est pas toujours garant du futur, mais ceci dit, c’est de bon augure. Elles sont quand même toutes passées au-travers du dernier krach boursier et ce ne sont pas des entreprises dont la structure repose sur du vent.

    Même si le dividende initial est plutôt faible, j’aime quand même, de temps à autre, lorsque je vois un point d’entrée intéressant, ajouter des actions d’une entreprise du genre à mon portefeuille.

    1. Maxime,
      Pour Berkshire Hathaway, c’est quoi le point d’entrée que tu vises. Je visais 120-135… mais là je le trouve hors de portée. Pas évident d’entrer sur ce titre à prix raisonnable. Ça fait 3 ans que j’attends un point d’entrée. Même chose avec CN et JNJ et AMZN.
      Je pense que je vais juste commencer à grignoter une petite positio n lentement dans ces titres si ça continue.

  6. Pour en revenir à GateKeeper et aux radars photo, ou globalement aux appareils de détection d’infractions routières du même style, je me rallie à ton opinion et j’ai aussi la croyance que ces appareils sont là pour rester d’une façon ou d’une autre et que leur nombre va même continuer d’augmenter.

    C’est beaucoup trop payant pour le gouvernement pour qu’il se prive de cette source de revenus de plus en plus socialement acceptée. Alors, comme tu dis, soit ils vont jouer dans la loi, ce qui peut prendre un peu plus de temps pour mettre les trucs réglos ou bien ils vont trouver un tour de passe-passe quelconque pour réussir à rendre ça admissible en Cour.

    À suivre!

  7. Très bons points Frédéric!

    Concernant la capacité d’endettement de la compagnie, il y a présentement 8M+ de warrants qui si sont exercés, viendront renflouer les coffres pour 2M$. J’ai entendu qu’environ 1M l’ont déjà été donc la compagnie recevra ou a déjà reçu 250 000$. J’imagine que GSI va attendre l’expiration des warrants et voir combien ont été exercé avant d’aller chercher du financement.

    Tu as raisons pour le nombre d’actions. C’est dû en grosse partie aux derniers financements (placements privés) qui ont été trop dilutifs en émettant trop de warrants. C’est un monde de requin et il est possible que les placements ont été structuré par des investisseurs avec une vision court terme qui ne voulait qu’un profit rapide. La compagnie a aussi connu des difficultés pour lever le capital nécessaire lors du reverse takeover alors ça aide pas pour la perception du marché.

    Un investisseur qui connait bien l’entreprise a mentionné que GSI est passé à travers plusieurs firmes de IR et que la relation avec la dernière firme se serait mal terminée…rien pour rassurer le marché.

    Cela dit, à 0,235$ je suis confortable avec le risk/reward. On parle de 1.5x les ventes et 17x les profits nets de 2016 (si on exlcut le 160k relié au financement) pour une compagnie avec une forte croissance. Et ça c’est sans la portion stop-arm qui viendra s’ajouter en 2017.

    Ce n’est pas une très grosse position pour moi. Environ 5% de nos CELI mais je compte ajouter à ma position dans les prochains mois.

  8. Intéressant ces nouveaux achats! Coke a été mis sur la liste des Dogs 2017 alors c’est un potentiel revirement. Le problème avec Coke dans les dernières années, c’est que ça croît pas. Sur quelques années, le prix de l’action reste totalement identique, il n’y a que le 3,5% de dividendes qui fait contrepoids…

    Alors aller cherche de la croissance via d’autres types de cie me paraît sensé d’un point de vue investissement…! Ça semble intéressant de ce que tu dis de GSI que je connais pas, le problème avec les ventures, c’est qu’il y en a plusieurs qui semblent intéressantes et qui finalement ne le sont pas, faisant perdre un temps considérable à chercher. Je ne porte ici pas de jugement sur celle-ci, je la connais pas!

    Je suis plus de l’avis de Maxime sur l’investissement croissance. On a de superbes compagnies qui croissent au Québec de façon relativement tranquille et méconnue et qui ramènent de la richesse à leur actionnaire en augmentant sans cesse les dividendes, années après années. Les titres qu’il donne en exemple sont tous des titres que j’ai acheté ou que je vais acheter lors de creux futurs. Ils ont l’avantage d’exister depuis longtemps, mais d’être en croissance encore versus les blue ship comme Coke par exemple…! Évidemment ce sont souvent des compagnies peu excitantes, ce qui en fait d’excellentes candidates pour ma part.

    1. Petes,
      Et je compte bien acheter du CN ainsi que des actions de quelques unes des cies mentionnées par Max au fil des prochaines années quand je trouverai un point d’entrée intéressant. J’ai raté le dip de l’an dernier par manque de liquidités au compte. Je ne me ferai pas avoir cette année.. au pire je vais virer un montant de ma marge hypothécaire au lieu d’attendre les interminables transferts inter-institution… Rater le CN l’an dernier pendant le creux m’a fait suer…

      Mais bon.. ça fait partie de la vie.

      Cela étant dit. Les ventures c’est très risqué. Voilà pourquoi pour moi ça demeurera marginal. BarbeRiche s’en sort très très bien mais c’est très volatile et le temps nous dira si le rendement revient vers le rendement du marché avec juste beaucoup de volatilité ou si son rendement bat le marché sur le long terme. Ça va être intéressant à suivre.

      Quant à GSI, je fais un pari. Je suis peut-être dans les patates. Mais j’ai les moyens de perdre 1400$ alors c’est un pari que j’ai envie de prendre…

  9. Certain! Récemment, le titre de SJ a également fait un méchant dip. C’est fort intéressant il a corrigé de presque 25% depuis quelques mois.. Just sayin’ 😉

    Pour le reste, je suis d’accord avec toi. Et 1400$ ça reste marginal sur un portefeuille comme le tien! Tu fais bien d’essayer avec des petits montants! On ne sait jamais ça pourrait être un coup de circuit!

    1. Pour SJ, j’ai vu ça sur ma checklist et mon filtre à dividende mais je n’ai pas pris le temps de checker cette cie là encore… ça mange quoi en hiver?

      Quant à GSI, si c’est un coup de circuit, je devrais le voir croître et j’aurai, je l’espère, le temps d’ajouter à ma position. Je vais attendre que les warrants expirent. Ils expirent tous d’ici juillet 2017. On va voir si ça libère le titre…

    1. Possible… je vais aller valider. Je pense que dès que les commentaires dépassent un certain nombre de mots, ils se ramassent à la corbeille. Je ne trouve pas la cause… faudrait que je désactive tous mes plugins un à un et que je fasse des tests.. dsl pour le désagrément occasionnel.

  10. Concernant GSI, quelqu’un vient de poster ça sur un forum. C’est un document sur l’entente avec Lumpkin county school. Il semble que l’entente a été officialisé le 13 janvier 2017.

    Il y a beaucoup de détails et d’info sur les procédures du stop-arm. Je n’ai pas lu encore (document de 22 pages).

  11. Par curiosité, dans les entreprises à petite capitalisation boursière, c’est quoi le pourcentage approximatif de ces entreprises qui vont réussir à croître et à devenir des entreprises bien établies un jour avec de fortes accises?

    Lors du prochain krash boursier, est-ce qu’on peut s’attendre à en voir certaines piquer du nez rapidement?

    Dans l’émission de télé les Dragons, j’avais déjà entendu un invesisseur dire que pour 10 entreprises dans lesquelles il allait investir, 7 d’entre elles vont finir par se planter, 2 vont réussir correctement et 1 va très bien performer (coup de circuit).

    1. Maxime,
      It’s when the tide goes out that you can see who’s swimming naked… (Warren Buffett). J’ai tendance à croire le vieux renard.

      Le taux de roulement dans les startups m’apparaît pas mal élevé. D’ailleurs, de mon tri, j’ai éliminé toutes les compagnies d’exploration minière ou de R&D pharmaceutiques. Non pas parce que toutes ces compagnies n’arriveront à rien mais parce que ces compagnies peuvent bien brûler des multi-millions sans arriver à rien et je ne sais donc pas lesquels pourraient devenir des gagnantes… Je ne crois pas qu’elles puissent le savoir non plus.

      Le prochain crash va faire tomber bien des petits joueurs ça c’est certain.

      Pour ceux qui font ça à temps plein, un petit coup de circuit de temps en temps c’est peut-être tout ce qu’il faut (1000% de rendement ou plus).

    1. BarbeRiche, merci.
      Je suis à fond dans la lecture. Regarde ce passage:
      « GSI may request that District reassign any Equipped Bus to another bus route that presents a safety risk
      equal or greater than the current route or routes but will use a bus of the same student capacity if such
      Equipped Bus is not capturing an average of at least one violation per bus per school day resulting in
      tickets issued by law enforcement. »

      Et ça :
      « The Fees paid shall be the greater of …
      GSI to retain 50% of the Citation Funds collected plus a 5%
      processing fee. See example on the right.
      OR
      $150 plus a $15 processing fee per successfully collected . »

      C’est un beau contrat. Ils vont recevoir 50% des amendes et ont un droit de regard sur les autobus à choisir…

      Je ne sais pas comment ils ont réussi ça, mais c’est impressionnant!

      De beaux revenus passifs, le St-Graal du capitalisme. Et le contrat renouvelle automatiquement pour 5 ans sauf avis contraire.

      Va falloit qu’ils signent bcp de ces contrats pour faire des revenus intéressants, mais ils ont le pied dans la porte. Qui sait ce qui adviendra ensuite.

      J’aime bien cette cie à date. 😉

  12. J’ai acquis des actions de Couche-Tard, Canadian National Railway, Walt Disney, Apple et Gilead lorsque les titres ont connu des baisses dans la dernière année et demie.

    Présentement, il y a Stella-Jones et Metro que je considère comme abordables à un ratio coût/bénéfice autour de 16 et qui sont près de leur cours boursier le plus bas des 52 dernières semaines.

    Je vais probablement acheter quelques actions de Stella-Jones sous peu.

    Voici la description morningstar de leur entreprise:

     » Stella-Jones Inc fabrique des produits en bois traité sous pression. Ses produits comprennent les traverses de chemin de fer, les poteaux électriques, le bois d’œuvre résidentiel et d’autres produits industriels, y compris les pieux de fondation, les pieux marins, le bois de pont et entre autres.  »

    Pour Berkshire Hattaway, je trouve aussi que le cours actuel est trop élevé pour acheter des actions, alors ce sera pour plus tard.

    Pour le moment, je ne force jamais mes achats. Si je ne peux pas  » acheter à rabais  », même d’excellentes compagnies, je n’en achète pas. Je n’ai pas absolument besoin, à tout prix, de leurs actions, car il y a aussi d’autres très bonnes compagnies qui existent mis à part celles qui sont  » extraordinaires ». Je me dis qu’elles viennent rarement en solde, mais lorsque l’opportunité se présentera il faudra la saisir.

    1. Maxime,
      Je crois que c’est Munger qui dit qu’il vaut mieux « buy wonderful companies at a fair price than fair companies at a wonderful price ».

      J’essaie de garder ça en tête…

  13. Oui et je suis plutôt d’accord avec les paroles des ‘’ vieux sages ‘’ de la bourse que sont notamment Buffett et Munger.

    Dans l’optique de l’investissement par croissance du dividende, un style d’investissement actif (car on choisit quand même ses titres et les moments d’achats) pour investisseur paresseux (car on ne va pas acheter et revendre aux 2 jours), qui va acheter un titre dans l’optique de le garder très longtemps, lors des tempêtes comme lors des embellies boursières, c’est logique de rechercher les plus grosses entreprises, les plus solides dans leur secteur, et possédant un avantage concurrentiel.

    Cependant et ceci étant dit, il faut définir ce qu’est une merveilleuse compagnie et une compagnie correcte. Par ailleurs, n’y a t’-il pas aussi des entreprises qui se classent entre les deux?

    Par exemple, bien que les grandes banques canadiennes ne soient pas des entreprises de la trempe de Johnson and Johnson, Coca-Cola, Microsoft et cie, moi je suis à l’aise d’acheter de leurs actions lors des corrections boursières et qu’elles viennent ‘’ en solde’’ comme ce fût le cas il y a 1 an! Je récolte un dividende similaire aux grandes entreprises extraordinaires et j’ai quand même acquis des actions de très bonnes entreprises à un très bon prix dans un marché réglementé et protégé. J’ai aussi acheté des actions de grosses compagnies comme Archer Daniels Midland lors de leur creux dans les mêmes temps. J’ai également fait ça avec Apple lorsque le titre a beaucoup baissé. Ce sont des exemples parmi tant d’autres, mais ça démontre un peu ce que je vise. Du solide en solde.

    Tu fais mention de Wal-Mart et McDonald’s dans ton article. Dans le cas de Wal-Mart, c’était possible de faire le plein d’actions pour pas trop cher en novembre-décembre 2015 et le titre se dirige encore vers ce niveau. Pour McDonald’s, de mémoire, tu avais réussi à mettre la main sur des actions autour de 90$ alors que l’action est maintenant autour de 124$, mais tu les as revendus, alors que c’est pourtant une entreprise qu’on pourrait qualifier de merveilleuse.

    Il y a eu de nombreuses opportunités depuis 1 an et demi, tout ça en plein marché haussier qui fracasse quasiment des records de longévité et de rendement!

    Dans le cas de Coke, le titre n’a pas vraiment encore connu une bonne glissade et le ratio coût-bénéfice est toujours à 25,2, alors que la moyenne 5 ans est à 22,7. Donc, est-ce actuellement une compagnie extraordinaire à un prix ordinaire ou bien est-ce une compagnie extraordinaire à un prix un peu cher?

    Par ailleurs, c’est quand même aussi un peu paradoxal d’investir à la fois dans les plus grosses compagnies, bien capitalisées, bien gérées, bien établies, possédant un avantage concurrentiel et versant des dividendes en croissance depuis des décennies et aussi dans des plus petites entreprises à faible capitalisation, très à risque, peu protégées et qui n’ont encore rien prouvées. C’est un peu comme investir dans une chose et son contraire, non?

    C’est un peu la réflexion que j’ai à ce sujet, sans vouloir être ‘’ chiant ’’ parce qu’en me relisant mon commentaire sonne tout comme. lol

    1. Maxime,
      Et je suis un homme de contradictions mais à l’esprit… je le crois… un peu ouvert tout de même.
      L’investissement par croissance du dividende est une formidable technique et elle demeurera ma technique principale tant qu’elle demeurera une formidable technique.
      Cela étant dit, les titres à dividendes et les small caps sont les deux portions de la bourse qui outperform le marché sur le long terme (historiquement).
      Les small caps sont les futures large caps. Pas toutes évidemment… mais quelques unes. Micrsoft en 80… ça faisait pik pik… un ti-coune dans le garage de chez ses parents…

      Bon… je ne dis pas que GateKeeper est le prochain Google ou Microsoft, mais ça évolue dans un domaine que je connais plutôt bien et je la vois croître, pas de façon fulgurante, mais à long terme. N’oublions pas que c’est un investissement marginal de 1400$ pour moi.

      C’est vrai que ce sont deux approches opposées mais depuis 3 ans je suis rendu pris avec une obsession pour la diversification… J’ai plusieurs sites web qui me rapportent des revenus de 3 façons différentes et je vois plein d’opportunités de diversifier encore.

      J’ai 31 cies en portefeuille qui me versent des dividendes en croissance et 3 cies qui n’en versent pas mais qui offrent, dans une optique différente, une certaine diversification de mon approche axée sur la croissance du capital.

      Il est possible que j’utilise des techniques d’option aussi éventuellement et que j’achète une ou quelques small caps ou mid caps qui ont du potentiel.

      Il est même possible que j’ouvre un compte de courtage avec une autre institution financière éventuellement depuis que je sais qu’à partir d’un certain seuil, on pourrait perdre notre argent en cas de défaut du courtier…

      Je suis très à l’aise avec mon investissement dans GOOGL qui est à plus 63% en 2 ans. Le p/e quand j’ai acheté était au-dessus de 30, mais la croissance des revenus a bien aidé à me faire accepter le p/e. Je suis aussi à l’aise avec mon investissement dans BABA qui est à plus 6% en un mois et demi. J’aurais aimé payer moins cher. Le low en 52 sem était à 59$ je pense et j’ai payé 92$. Mais les earnings augmentent en fou. Le eps est passé de 0,20$ per share à 20,89$ per share en 10 ans…

      Alors parfois il faut faire fie du p/e. C’est un guide, pas une loi. Comme je le dis sur ma page « comment devenir millionnaire : ma méthode », je me suis fait une liste de 10 commandements mais comme avec l’amour, il faut apprendre que malgré tous nos critères de perfection, on n’arrivera probablement jamais à trouver l’amour parfait ou l’investissement parfait. La beauté de tout cela? La perfection n’est pas nécessaire.

      Pour COKE, oui le titre est encore un peu cher. Le payout ratio est très élevé et le p/e est plutôt dans la moyenne de ses concurrents mais au-dessus de la moyenne 5 ans. Mais je suis satisfait du prix payé tout de même. Évidemment, à 37$ je sauterais dessus à pied joint. Il est classé 4 étoiles Morningstar en ce moment malgré tout. Le p/e est une chose mais il y a d’autres façons de mesurer. Le dividende est à 3,4% vs moyenne 5 ans à 3% notamment.

      Coke est à mon sens une compagnie extraordinaire. Le prix est-il fair? Le prix est au-dessus de ce que j’aimerais payer. Mais je ne pense pas qu’il soit exagéré. Rappelons-nous aussi que nous achetons pour du très long terme les revenus futurs de l’entreprise. Le forward p/e est à 20,9 selon Morningstar, ce qui est plus raisonnable.

      Coke rachète ses actions en plus de faire croître son dividende. Alors je ne m’inquiète pas trop pour le p/e. Avec une diminution d’actions le p/e s’ajuste…

      Cela étant dit, COKE n’est pas en solde selon mon point de vue non plus. Il n’y a pas grand chose qui l’est d’ailleurs. Ce marché est de plus en plus difficile.

      Mais payer 1$ ou 2$ de plus ou de moins ne changera pas grand chose sur 30 ans. Et le return on equity de Coke est terrible à 26% alors dans quelque années je pense bien que je serai heureux d’avoir acheté mes actions de Coke même à ce prix. On verra.

      Pour McDo, c’est la preuve par l’exemple que de tenter de jouer le marché est une mauvaise idée.

      J’ai payé entre 91$ et 97$ l’action. J’en avais 65. Ça a monté d’un coup à 110$ suite à des résultats trimestriels un peu (à peine) meilleur et après que Don Thompson ait été remplacé. Pour moi, le marché avait surréagi. Alors j’ai vendu empochant un beau gain réinvesti dans d’autres titres qui depuis ont aussi pris de la valeur. Sauf que McDo est passé de 110$ à 130$ et j’ai manqué 20$ fois 65 actions… et la croissance du dividende et les dividendes. Mais c’est un faux problème puisque mon capital a été redéployé à bon escient.

      Reste que j’ai eu tort. Le titre n’est pas retombé à 95$. Il est par contre retombé à 111$ lors de l’élection de Trump et j’ai failli acheter mais j’ai chocké à cause de l’incertitude relié à l’élection de Trump…

      Ce n’est que partie remise!

      Il y a deux ans je trouvais JNJ trop cher à 101-104$… je voulais payer 95$. Regarde où en est ce titre maintenant…

      Des fois être trop prudent nous nuit.

      Les entreprises formidables et reconnues par tous comme étant formidables se vendent généralement à prime. Parfois, malgré tout, ça vaut quand même la peine de payer la prime. Le rendement total sera un peu dilué mais la sécurité du capital et la croissance du dividende ont une valeur non négligeable.

  14. Ton blogue se nomme aussi  » Fais comme les riches » et pas  » Les dividendes des grosses compagnies à tout prix  », alors je comprends que tu varies les approches d’investissements et de revenus passifs, car c’est souvent comme ça que font les riches en ayant plusieurs sources de revenus provenant de différents actifs.

    D’ailleurs, tu y arrives bien. Tu as le volet revenus d’investissement et aussi celui des revenus en ligne.

    Pour GateKeeper, je comprends quand même la logique derrière l’investissement et le modèle d’affaire. Ils ont quand même des contrats et leurs produits font du sens. Je ne vois pas cela comme si tu avais été t’acheter pour 1 400$ de loterie ou bien si tu avais été jouer 1 400$ au casino à la roulette. Si ça fonctionne et que l’entreprise prend de l’ampleur, tu auras le mérite d’avoir été visionnaire et d’avoir reconnu assez tôt son potentiel.

    Pour ma part, je préfère encore, à mon stade, m’en tenir davantage aux  » valeurs sures.  »

    Reste néanmoins que dans ces proportions, beaucoup d’obstacles peut se dresser devant de plus petites entreprises qui n’ont pas toujours les moyens d’y faire face. J’ai l’impression que lorsque la marée baisse, dans plusieurs cas et encore plus dans des entreprises à petite capitalisation, on peut avoir bien des surprises. Je suis aussi surpris par les rendements que BarbeRiche arrive à tirer, mais à plus long terme, lorsqu’on frappera le prochain iceberg, j’ai bien hâte de voir ce qui va se passer.

    1. Bien que je souhaite énormément de succès à BarbeRiche, moi non plus je ne suis pas convaincu qu’à long terme c’est viable pour en tirer des revenus de retraite stables. Cela dit, je ne crois pas que ce soit son objectif. Croissance du capital d’abord, revenus de retraite ensuite.

  15. Alain pour te répondre sur SJ, j’ai vu que Maxime t’a mis la description de Morningstar. Je vais te répondre plus en détail parce que c’est une cie que je connais très bien puisque je la suis depuis longtemps.

    Essentiellement, ils fournissent des traverses pour les chemins de fer ou des poteaux électriques. Deux secteurs peu intéressants mais qui sont justement très intéressants parce qu’ils sont peu suivis par des analystes qui amènent plein de spéculateurs sur le titre. Par conséquent, le titre est beaucoup moins volatil que d’autres parce que c’est un secret bien gardé.

    Du côté de SJ, ce qui est extraordinaire, c’est son PDG. Il a réussi le tour de force d’augmenter considérablement les profits de la compagnie depuis plusieurs années maintenant, la faisant passer d’une compagnie de merde à la compagnie qu’elle est maintenant : efficace, qui consolide les autres et qui rachète tranquillement pas vite, pas mal de concurrents en Amérique du Nord. Ils sont rendus un joueur important de ce marché. Va voir les chiffres sur Morningstar, tu comprendras pourquoi je dis ça. En 2006, la cie faisant 224 M$ de chiffre d’affaires et 21 M$ de BN. En 2016, la cie fait 1 854 M$ de chiffre d’affaires et 168 M$ de bénéfice.. Si tu calcules bien tout ça.. c’est une croissance composée de plus de 20% par année.
    Le dividende est passé de 0.04$ à 0.38$ sur la période de 10 ans, rendement en augmentation de 25% par année composé. Je connais pas énormément d’entreprise qui ont des chiffres comme ça..

    Maintenant, pourquoi il y a un dip? Simple, ils ont annoncés des résultats 2017 moins reluisants. Les investisseurs étant ce qu’ils sont, ils punissent l’action (tant mieux, ça me permet d’en racheter moins cher) et c’est ça… Il y a apparemment un léger surplus d’offre sur le marché, surplus qui s’est vu dans le passé également et qui se résorbe (ils restent dépendant des investissements des compagnies de chemin de fer dans leur réseau). Mais vu le développement des CN, CP, CSX et autres… Et du fait que ça va plutôt bien pour les opérateurs de chemin de fer… J’ai pas trop peur pour mon investissement. Je sais que dans 10 ans d’ici, on utilisera encore le train et je sais qu’il y aura encore besoin de traverses et de poteaux électriques pour leurs réseaux.

    Cette cie est plate et c’est ce qui en fait un investissement des plus intéressants pour quelqu’un comme moi qui veut quelque chose pour pas se casser la tête. Je sais que je peux dormir… Le graphique est superbe, les résultats présentent toujours en belle augmentation, un PDG extrêmement compétent, une direction qui a fait ses preuves, un produit compétitif, une situation financière exemplaire qui lui permet de bouffer les concurrents qui vont pas bien… Bref que du bonbon! Et en plus, elle est à « seulement » un PE de 15,7! Vs une moyenne du marché à presque 20… C’est le style d’investissement dont Maxime parle dans ses commentaires.

    Je suis d’ailleurs d’accord avec lui. C’est vrai qu’il y a eu plusieurs occasions depuis 1 an et demi. DIS est un autre bon exemple qu’il donne… Il a atteint quoi, 89$? Il cote à presque 110$ maintenant! Apple, McDo, Wal-Mart, n’importe quelle entreprise finira par connaître une baisse temporaire. Elles arrivent pas si souvent, alors mieux vaut rester attentif sur ce qu’on surveille. Moi pour SJ, c’était trop intéressant à ce prix pour que je passe à côté!

    1. Merci du tuyau je vais creuser ça un peu et peut-être peser sur le piton. 🙂
      Disney j’ai fait le plein quand ça a planté. Tu m’en avais parlé. Effectivement le titre s’en sort bien! 😉

  16. Ce que j’ai de la misère à saisir avec les micro cap, c’est de savoir sur quoi on peut se baser pour évaluer une entreprise autre que sur le concept de base et l’évaluation de son potentiel futur.

    C’est difficile de se faire une idée à partir de presque rien de tangible sur quelque chose qui n’a pas encore fait ses preuves ou bien qui peut se faire avaler ou dépasser à tout moment par ses concurrents.

    En quelque sorte, il faut être visionnaire pour dénicher les perles rares. J’ai l’impression de voir aller une bande de chercheurs d’or ou quelqu’un qui tente de trouver  » the next big thing  ».

    Il faut autrement être plus habile à ce jeu que la moyenne des ours pour arriver à déterminer quelles petites entreprises vont réussir à émerger et se démarquer du lot à un stade aussi précoce.

    Bref, j’en connais très peu sur le sujet, mais j’ai l’impression que beaucoup vont acheter des titres de ces sociétés en espérant faire un coup d’argent, sans trop savoir, mais en étant énormément stimulé par l’appât du gain.

    Et comment tu gagnes à ce jeu là si 90% du rendement du marché provient des dividendes?

    Bref, je demeure sceptique, mais c’est peut-être basé sur un manque d’information, des préjugés et/ou des idées préconçues.

    1. Maxime,
      C’est loin d’être une science exacte.
      Je pense que c’est là qu’il faut le plus appliquer ceci :

      Les 10 commandements de l’investissement
      http://faiscommelesriches.com/ma-strategie-de-retraite/

      GSI a commencé à faire certaines preuves. Elle a des earnings positifs maintenant (0,01$/share), p/e 18,5. Revenus en croissance. Je n’aurais pas acheté si la cie n’était pas profitable. Le nouveau contrat de stop-arm générera de nouveaux revenus récurrents et de la visibilité en 2017.

      C’est tôt pour savoir si ça va bien se passer mais ça augure bien.

      Le management détient environ 15% des actions. Le BC discovery fund 8%.

      On verra.

      Il est clair que c’est pas comme investir dans Wal Mart.

      Mais le risk/reward est aussi plus intéressant.

      Reste que j’ai fait 16% et 22% sur mon CELI et sur mon REER en 2016. C’est plus que bien!

      Et j’ai fait ça en achetant des titres de grandes cies alors que le prix était un peu déprimé.

      Avec 7% composé mon système fonctionne. Le reste c’est du glaçage.

      Reste que je trouve ça excitant. J’ai passé au travers de plus de 1000 cies et c’est la seule qui m’a vraiment donné envie de creuser plus. Juste de passer l’index en commençant par la lettre A ça m’a fait penser à Buffett… c’est ce qu’il suggère de faire à tout investisseur.

      Évidemment, je ne me sentirais pas à l’aise de mettre 40k là-dessus. La cie est trop jeune et j’ai trop peu de capital et de temps pour prendre ce genre de risque. Mais je vais la regarder évoluer et j’ajouterai peut-être à ma mise au fil du temps… ou pas. 6000 actions c’est quand même quelque chose. Imagine si ça monte à 5$ d’ici quelques années… et imagine si ça descend à 0.01$…

      On verra.

  17. Effectivement Alain, je vise la croissance du capital pour commencer et je verrai ce que je fais lorsque nous aurons atteint un certain montant. Je n’ai pas de chiffre en tête mais je verrai selon nos rendements au plus long terme et surtout, selon notre niveau de confort. Les «swings» de notre portfolio sont de plus en plus grands et je vis bien avec ça pour l’instant mais qui sait comment je vais réagir lorsque ça sera des 20 000$-30 000$ à tous les jours.

    Je tiens à préciser que tous nos REER sont en FNB donc nous recevons un peu de dividende de grandes capitalisations et nous avons aussi nos fonds de pension qui sont investis dans des fonds restrictifs très diversifiés offerts par nos employeurs.

    Étant donné la performance inattendue de nos CELI et compte taxable, nous avons environ le 2/3 de notre portfolio en microcaps et le reste en FNB et fond de pension.

    Les microcaps (de qualité) peuvent quand même très bien performer lors de crash boursier. Évidemment, beaucoup se feraient ramasser comme on a connu pas plus tard que 2015 alors que le venture a été un des échanges qui a le plus diminué au monde.

    Je pense que l’important est de trouver sa zone de confort. Certains sont confortables en étant très concentré, d’autres en étant très diversifiés. Certains veulent toucher à tout et d’autres devenir experts dans un domaine très pointu.

    1. BarbeRiche,
      Voilà! À chacun sa technique et l’important c’est d’arriver à bien dormir. Moi je vise les revenus passifs en croissance et une longue retraite. Alors les micro-caps, ça sera marginal pour moi.
      Mais je trouve ça intéressant de fouiner parmi toutes ces startups.

  18. Je vous regarde parler de « point d’entrée » et plusieurs d’entre vous semblent avoir des comptes comptant (non enregistrés). Avez vous pensé à utiliser la vente d’options de vente pour générer vos points d’entrées?

    Deux exemple récents de mon côté:

    GIL Pour investissement à long terme:
    J’aime bien l’action de Gildan. J’en achète de temps en temps et je les garde. Vendredi dernier, le titre a chuté à 31.17 son plus bas niveau depuis le 9 février 2016 (il y a un an). Je me dit que s’il baisse à 30$ d’ici fin mars, je suis acheteur pour 100 autres unités. Je vend donc 1 contrat d’option de vente sur GIL à 30$ pour le 17 mars ce matin au prix de 0,8$. Je reçoit donc 80$ de prime en échange de l’obligation d’acheter 100 actions de Gildan à 30$ le 17 mars si le prix de l’action est égal ou inférieur à 30$ à ce moment. Si le titre remontre, je garde le 80$ et si le titre baisse, j’aurai 100 actions de plus de Gildan au coût de 30$, ce qui amènerait les dividendes à un peu plus de 1% ce qui m’apparaît bien pour un titre de croissance.
    SOLD 1 GIL TSE Mar17’17 30 PUT @CDE @ 0.8 (UXXX8303)

    GPRO plus spéculatif:
    Pour moi le titre de Go Pro vaut au moins 10$ (là je ne suis plus sûr cependant…) le 27 décembre dernier, il est en baisse et je me dit qu’à 9$ je suis prêt à en acheter et je les revendrai s’ils atteignent 10$. Plutôt que « d’attendre » le point d’entrée à 9$ je vend 5 contrats d’options de vente à 9$ échéant le 30 décembre (3 jours plus tard). Je reçoit 15$ par contrat (ou 15 cents par action) pour ça et ça m’oblige à acheter les titres à 9$ si, d’ici au 30 décembre, le titre baisse à ce prix ou plus bas. C’est ce qui est arrivé car le titre a fini à 8.66$ le 30 décembre. J’ai donc dû acheter 500 actions de GPRO à 9$ (coût de revient de 9$ – 0,15$ = 8,85$). Je les ais revendus 10$ le 24 Janvier.
    SOLD 5 GPRO Dec30’16 9 PUT @ 0.15 (UXXX8303)

    Cependant, ça prend une plate forme où les coûts sont très faibles. J’utilise Interactive Brokers pour CELI, REER et mon compte Marge/Options (mon REEE est chez Disnat). Le coût de vente des contrats est de moins de 1$ par contrat et il n’y a pas de frais pour se faire exercer (quand, dans l’exemple de GoPro, je me fait attribuer les 500 actions à 9$). J’économise même sur les frais de transactions car si j’avais acheté 500 actions de GoPro le coût aurait été de 5$.

    L’avantage des options c’est qu’ils permettent de générer des revenus passifs basés sur nos opinions sur certains titres ou indices du moment que ce soit des titres très liquides (sinon il y trop peu de volume). L’autre avantage c’est que les options valent très cher quand la volatilité augmente. Je me rappelle particulièrement la nuit du Brexit et celle de l’élection de Trump où les marchés sont devenus fous. Ça se traduit en profits pour les vendeur d’options car leur prix est abusivement élevé quand le VIX (l’indice de volatilité) passe au dessus de 20. La nuit du Brexit (en juin), je vendais des options de vente pour septembre sur le S&P500 en misant sur le fait qu’il ne baisserait pas sous les 1400 points (on s’entend c’est assez safe) pour profiter de la volatilité (ces titres sont transigeables la nuit). Chaque contrats me rapportait 150$ (et certains jusqu’à 300$ avec la volatilité qui montait) avec une probabilité de conserver mon 150$ de 99,2% (3 écarts type). C’est spéculatif mais on peut s’en servir pour des fins d’investissement aussi comme dans l’exemple de Gildan pour répondre à vos problèmes de points d’entrée ou à l’inverse pour vendre des titres qu’on ne veut plus au meilleur prix possible durant une période donnée en vendant des options d’achat (et ça on peut le faire dans les comptes enregistré contrairement à la vente d’option de vente).

    Au plaisir.

    1. Frederic,
      Oui, j’ai d’ailleurs écrit un article sur le sujet récemment. Mais, je ne l’ai pas encore mis en pratique.

      Content que ça fonctionne pour toi.

      Notamment, pour pas être « naked » je voudrais garder les liquidités au compte pour acheter les 100 actions et ça fait beaucoup de liquidités sur la plupart des titres que je suis et que je voudrais acquérir. Je ne désire pas garder plus de 4% en cash pour l’instant (3 @ 5k).

      Ensuite, à ce que j’ai vu des frais et primes, pour 100 actions je ne suis pas certain que ça vaut le trouble… dans bien des cas. Je pense que je veux viser des prix trop bas vs le prix courant.

      D’ailleurs, à ce que j’ai vu à date aussi, il y aurait peu de preneurs pour mes contrats. Ex… je voudrais bien acheter coke à 36$ ou FTS à 35$… Il faut quand même viser proche du cours actuel pour que ça vaille la peine.. non? Sinon les primes ne couvrent pas les frais avec un bloc de 100 actions.

      Ensuite, en dehors des comptes enregistrés, ça doit compliquer les impôts pas mal… et je ne suis pas certain d’avoir envie de compliquer davantage mes impôts.

      Ne peut-on pas trader des options au REER et CELI? Il me semblait que oui…

      Finalement, je suis complètement débordé et j’ai peu de sommeil avec la nouvelle job, le petit et l’autre en route. Alors pour être franc, je ne suis pas certain de tout bien maîtriser à ce sujet. Je le comprends quand j’ai le nez dedans, mais lire les quotes, je ne sais pas pourquoi, ça ne colle pas dans ma tête lol

      Éventuellement, quand mon portefeuille sera plus gros, je serais tenté de tirer davantage de revenus de celui-ci avec quelques stratégies d’options couvertes, mais encore là, j’ai lu quelques études sur le sujet et il semble qu’à long terme les résultats de ces techniques soient mitigés… reste que j’ai vu assetgrinder.com faire du gros cash avec ça.

      Très humblement, à date je suis satisfait des résultats obtenus par l’approche dividend growth investing. Depuis 3 ans, j’ai des rendements au-delà de mes attentes. Alors, je ne ressens pas trop le besoin de me compliquer trop la vie.

  19. Comme tu dis plus haut à chacun sa technique et l’important c’est de la comprendre et d’être à l’aise avec elle.

    Impossible d’être à découvert sur les comptes enregistrés. Mais si tu possède déjà les actions, tu peux vendre des options d’achat couverte dans un compte enregistré (covered call) c’est un peu comme louer tes actions.

    Pour les frais, un contrat avec IB c’est 75 cents. À titre d’exemple, vendre une option de vente maintenant sur Coke à 36$ pour Avril 2017 ça rapporterait 8 cents (le bid est à 8 cents et le ask à 9 cents). Donc 8$ – 0,75$ = 7,25$. C’est sûr que pour le trouble, c’est pas super intéressant. Ce l’est plus avec des titres juste avant les earnings (par exemple) alors que la volatilité est plus élevée.

    Ton rendement est excellent en effet. J’ai des moins bons rendements que toi pour 2016 (12,87% de mon côté tous mes comptes combinés) mais par contre, ma moyenne sur 10 ans est de 11,34% et ça inclus la crise de 2008/2009 et c’est en partie car mon compte Marge ne fait que de la vente d’option (y’a aucun titre dedans, juste des options et l’argent sert à couvrir les marges demandée par le courtier). Par conséquent, mon compte d’options fait des sous peut importe la direction du marché. Mon REER est en FNB et mon CELI et REEE en Titres sélectionnés (comme vous tous apparemment).

    Je suis plus vieux (mi trentaine) et ma valeur nette atteint déjà ce qu’il faudrait pour vivre modestement dessus mais de mon côté c’est l’éthique de vie que je dois apprivoiser. Profiter plus, travailler moins et profiter du temps avec ma famille. Apprendre à vivre avec moins, bref plusieurs valeurs que votre « groupe », comme MMM semblent véhiculer et c’est ce que je viens chercher ici (en français) et sur le site de MMM que j’ai découvert à peu près en même temps. J’adore mon travail mais c’est vrai que de le faire sans y être obligé amènerait une toute nouvelle dimension. Je redéfini mes objectifs, j’ai fait un plan d’épargne plus ambitieux et bref, je pense que vous pourrez m’apporter un peu plus de simplicité. Qui sait, je vais peut être commencer à faire mon vin.

    Je n’ai pas tous lu les articles mais j’en lis 2/3 par jour (celui de Barbe Riche aussi), vous êtes très inspirants en tous cas.

    1. Merci Frédéric,

      C’est l’fun de pouvoir jaser tous ensemble aussi. On a des points de vue similaires sur des tas de trucs et opposés sur d’autres mais ça nous garde motivés.

      Il faut dire que c’est plutôt rare les gens qui épargnent 50% de leur salaire… et qui préfèrent acheter des actions que d’acheter des Ipad et des Tesla.

      Je suis mis trentaine aussi… j’ai juste allumé trop tard que gagner plus n’était pas la solution. J’ai passé les 10 dernières années à faire passer mon salaire annuel de 26k à 100k et si tout va bien il montera à 130k d’ici 5 ans avec la dernière promotion que je viens d’avoir.

      Tout se joue avec combien tu conserves de tes revenus et combien tu en dépenses.

      Au moins gagner plus me permet de « rattraper » un peu de temps perdu. Tout ce revenu en extra s’en va en épargne et investissement au lieu d’en maison à 500k et Mercedes… à chacun ses ambitions j’imagine. Mes collègues ne la comprennent pas trop…

      Je ne suis pas ma valeur nette mais je suppose que si j’additionne la valeur de rachat de mon fonds de pension, mes investissements boursiers et l’équité de ma maison, je dois pas être trop loin de 300k dont plus de la moitié sera imposable lors des retraits.

      Pas impressionnant pour un gars de 35 ans, mais pas si mal non plus… Je compte doubler ça d’ici 6 ans et idéalement quitter mon emploi pour une vie plus simple. L’hypothèque sera à zéro dans 3 ans et 11 mois. Il me restera peut-être un 40-50k de travaux à faire et je devrais ensuite être okay pour un bon 15-20 ans sans n’avoir à toucher à rien sur cette maison là si je la garde.

      On verra bien!

  20. Plus je me renseigne et plus que je me dis que mon niveau élevé de scepticisme en général par rapport aux entreprises à petite capitalisation n’est peut-être pas justifié dans le cas spécifique de GateKeeper ou, à tout le moins, certains éléments sont de bon augure.

    L’entreprise est rentable, elle commence à signer des contrats à durée fixe, elle évolue dans un créneau qui ne dépend pas de l’économie et dans un domaine qui va dans le sens de la société (la sécurité, notamment celle des forces de police et des écoliers), ils ne semblent pas avoir les problèmes législatifs qu’on a au Québec avec les appareils de détection des infractions, son PDG a l’air prudent et méthodique dans sa façon de se déployer, le cours risque de partir à la hausse à le levée des warrants, etc.

    Ce n’est pas une entreprise pharmaceutique qui doit trouver le prochain gros remède sinon elle va faire patate ou bien une entreprise minière qui va manger ses bas si le prix des ressources naturelles baisse.

    Ton 1 400$, qui devrait représenter autour de 6% de tes épargnes auto-investies cette année, a aussi un potentiel de te rapporter beaucoup.

    Bref, quand tu dis que ça fait 1 mois et demi que tu lis dessus à temps perdu et qu’elle a attiré ton attention parmi des centaines de micro cap, je comprends.

    1. Maxime,
      Oui ça ressemble à ce que je vois. Ceci étant dit… le pari n’est pas gagné d’avance. Signer des contrats récurrents avec les autorités de différents états et de différentes provinces tout en faisant embarquer les « commissions » scolaires n’est pas une mince affaire. Ça fait beaucoup de partis à impliquer.

      Mais, si ça se passe bien avec l’expérience en cours, ça leur donnera encore plus de crédibilité et ça permettra de mettre sur la table des faits qui viennent de l’expérience.

      De tous leurs produits c’est vraiment le school bus stop arm que je trouve le plus intéressant. Et je crois que c’est une belle opportunité pour mettre un pied dans la porte et ensuite offrir leurs autres produits ou solutions de sécurité, style les caméras corporelles. Ou pourquoi ne pas équipper les auto-patrouilles, les véhicules municipaux et les autobus réguliers de détecteurs d’infractions?
      Je vois bien la STM se financer avec les gens qui coupent deux voies devant les bus pour tourner devant eux. Je vois ça tous les jours. C’est hyper dangereux. Le bus est dans la voie de droite en train de débarquer des gens et le gars de la voie du centre coupe devant lui vers la droite pour virer dans la rue sans pouvoir voir si des gens qui ont débarqué du bus sont en train de traverser cette rue.

      Les chars de police qui patrouillent pourraient émettre automatiquement des tickets à ceux qui n’ont pas renouvellé leurs licences etc…

      (Ouff veut-on vraiment vivre dans un tel état policier… comme dans le film avec Stallone et Snipes – demolition man).

      Reste que la sécurité des enfants est vraiment un beau levier politique pour vendre le projet. Qui va s’opposer à la sécurité des enfants? C’est hyper vendeur. La police va pouvoir se vanter de stopper des conducteurs dangereux qui mettent en danger les enfants. La commission scolaire va pouvoir se vanter de remplir ses coffres et de protéger la sécurité des enfants sous sa garde et GSI va se prendre 50% des revenus de contravention presque passivement en plus de pouvoir choisir les routes les plus profitables.

      Cela étant dit, on demeure quand même beaucoup dans les « si » ici… c’est un investissement dans le sens ou je vois de belles possibilités de revenus récurrents semi-passifs (vache à lait) mais c’est aussi un peu/bcp du gambling car effectivement, bien des preuves restent à faire.

    2. Maxime, Ah et je crois que ton niveau de sceptiscisme devrair rester élevé à propos des micro-caps. La plupart sont juste des coquilles ou des startups hyper risquées qui pourraient bien brûler des millions sans arriver à rien (pharmaceutiques r&d, cies d’exploration minière etc…).

      Que penses-tu du lithium? Avec l’avenir de l’électrique… tout s’en va vers le lithium-ion de nos jours… les outils sans fils roulent là-dessus etc…

      Je n’ai pas étudié la ressource mais je pensais à ça l’autre jour. Si on a dépassé le peak-oil comme plusieurs le prétendent (incluant Jacob Lund Fisker de earlyretirementextreme.com), je pense que bien d’autres ressources sont en train d’atteindre le même résultat.

      Le 21e siècle verra de plus en plus de guerres de ressources. La population va croissante et les ressources s’épuisent.

      L’eau risque de devenir un enjeu même en amérique… le sable pour le béton aussi, les terre rare…

      Peut-être que c’est trop tôt pour anticiper tout ça, mais je pense que posséder des ressources par le truchement de grosses entités ne serait pas une mauvaise idée à long terme.

      J’imagine qu’il vaut mieux attendre un crash économique pour investir là-dedans… c’est assez cyclique les ressources.

      J’ai pas mal d’Exxon et de Chevron pour le pétrole, le gaz etc…

      J’aimerais trouver d’autres cies qui possèdent des droits sur des ressources qui atteindront une pénurie dans peu de temps.

      Je n’ai pas investi dans potash corp… j’aurais peut-être du après qu’elle ait fessé son low.

      Si les micro caps sont complexes, l’analyse des ressources aussi…

  21. Est-ce que c’est la signature du contrat de 5 ans pour la mise en place de leurs équipements de surveillance dans les autobus d’une commission scolaire et les warrants à 0,25$ qui prendront fin en juillet prochain qui font que tu prends position maintenant plutôt que plus tard lorsque l’entreprise aura fait davantage de  » preuves  » et signé d’autres contrats du genre?

    1. Maxime,
      En fait il y a des warrants qui expirent en février et mars et un gros bulk en juillet. Je voulais être sur le titre avant l’expiration des warrants.
      Je prends position maintenant parce que le prix m’apparaît acceptable, parce que la cie vient de virer profitable il y a peu, que les revenus sont en croissance (suite aux derniers résultats financiers parus il y a quelques jours) et parce que la cie vient de signer son deuxième contrat de 5 ans pour les stop arm. Elle teste le produit avec 21 districts présentement si je ne me trompe pas.

      J’aurais pu attendre juillet, mais je me demande si l’anticipation du fait que les warrants expireront fera enfler le titre avant… à ce que j’ai compris, c’est habituellement le contraire qui arrive mais bon.

      J’apprends en même temps… si le titre tombe et que les fondamentaux demeurent « vrais », il est possible que je bonifie ma position plus tard.

      On verra.

      Tu poses de bonnes questions. Je n’ai sûrement pas pensé à tout. Il y a une part de gut feeling là-dedans et aussi le fait que le marché offre peu d’opportunités alléchantes en ce moment.

      C’est ma première expérience de micro-cap… et peut-être la dernière.. qui sait?

  22. Honnêtement, je ne connais rien à propos du lithium.

    Comme tu le soulignes souvent dans tes textes, la population de la terre augmente rapidement, avec toujours plus de consommation, dans un monde avec des ressources naturelles limitées, alors que la croissance économique ne peut se faire que par plus de consommation. Pourtant, on ne peut pas avoir une croissance infinie dans un monde défini.

    Le pétrole est une ressource limitée. Mais qui connait réellement le nombre de barils exploitables qu’on peut extirper du sol et concrètement il en reste encore pour combien de temps? C’est un calcul qui peut se faire à partir de ce qu’on connait des réserves actuelles, des technologies d’extractions qu’on utilise, de la consommation moyenne prévue par habitant dans le futur et d’une estimation de la population mondiale future, mais, à mon avis, ça reste un calcul hasardeux et assez théorique, car il peut arriver bien des choses qui vont changer la donne.

    Entre-temps, les énergies renouvelables continuent de se développer et j’imagine que, par exemple, de notre vivant, on finira peut-être bien par être capable d’acheter une voiture électrique à un prix abordable. Ils n’auront pas le choix de la démocratiser un jour s’ils veulent faire de l’argent avec ça…

    Il y a bien des endroits dans le monde où il ne fait pas très bon vivre, avec des populations qui sont dans la pauvreté et dans un mode survie. Avec internet et la démocratisation de l’information, ils sont au courant que des populations comme les nord-américains sont assez gras durs comparés à eux. Ils ne vont pas réclamer plus de justice sociale mondiale à un moment donné? C’est cliché et peut-être un peu trop stéréotypé, mais le gars en Afrique qui doit marcher 25 km au gros soleil pour aller chercher de l’eau sale mais potable dans un vieux puits louche, il ne trouve pas ça un peu injuste qu’on gaspille la nôtre et qu’on chie même dedans?

    Je possède des actions de Potash Corp, mais avoir su qu’ils couperaient ainsi leur dividende, j’aurais peut-être investi ailleurs. Cependant, au prix actuel, dans le creux qu’ils sont, le titre n’est pas très cher. Le prix de la potasse va finir par remonter et à cause de leur fusion avec Agrium ça va créer un gros joueur qui pourra réaliser des économies d’échelle et être plus performant. Ils sont quand même dans un genre d’oligopole…

    Les titres de ressources naturelles ne sont pas ma tasse de thé, car ils sont assez volatils. Ce que j’ai en plus grande proportion dans mon portefeuille c’est des titres de consommation discrétionnaire. Ça reste que sur une base régulière, tout le monde va faire son épicerie, passe à la pharmacie de temps en temps et achète des produits dans les grands magasins…

    1. Maxime,
      Bien dit pour l’eau et pour rajouter l’insulte à l’injure, au moins un proprio sur 5 en banlieue remplit une grosse piscine chaque année pour 2 mois de soleil et doit se baigner entre 2 et 4 fois par année en moyenne… comment gaspiller des millions de gallons d’eau potable inutilement. D’autres arrosent leur entrée en speedo ou lavent leur char tous les 5 à 7 jours..

      On fait dur.

      Le problème avec les ressources, tu l’as bien cerné, c’est pas tout ce qu’on connait mais tout ce qu’on ne connait pas. Qui sait s’ils n’ont pas des solutions toutes prêtes pour remplacer les ressources x et y? Ou encore pour recycler nos ressources non renouvelables. S’ils arrivent à extraire du minerai de la roche, ne peuvent-ils pas l’extraire d’une grosse pelletée de vidanges? Car nos sites d’enfouissement sont bel et bien des mines de ressources à ciel ouvert…

      Et l’univers regorge de ressources… on pourrait attraper des astéroïdes et faire le plein de plein de trucs…

      C’est là la diffculté d’investir. Il y a trop de variables connues à gérer et ça c’est sans compter toutes les variables inconnues… qui sont encore plus nombreuses.

      Regardes aux USA, il parait qu’ils ont recommencé à vendre des produits similaires aux CDO et aux synthetic CDO qui ont causé la crise des subprimes de 2008.

      Le problème du genre humain, c’est qu’il vit avec une vision â court terme. Notre façon de contrer cela, c’est de choisir de vivre avec une vision à long terme en misant sur le fait que l’instinct de survie humain à long terme sera plus fort que son imbécilité à court terme. Est-ce une approche viable?

      Nos stocks à dividendes par exemple. C’est bien cool. Mais, en 1980, les PDG n’étaient pas payé en stocks options dans les proportions d’aujourd’hui. Aujourd’hui le CEO d’une entreprise a un intérêt (conflit d’intérêt) grandiose à faire croître les revenus d’une entreprise à très court terme. Et pour cela, ils ne se gênent pas de restructurer, de couper dans le R&D et ce qui crée de la valeur à long terme, de racheter des actions de la cie quand elles sont trop chères pour manipuler les cours.. bref, ils détruisent l’avoir des actionnaires pour leur propre profit.

      Je ne dis pas qu’ils font tous ça mais beaucoup le font.

      Et ça ça n’est que la pointe de l’iceberg. Tellement de gens jouent à la bourse, font de la spéculation.

      Moi, honnêtement, j’interdirais tous les dérivés, l’investissement sur marge, la vente à découvert et les options… spécialement sur la nourriture et les besoins de base.

      Les spéculateurs parasitent le système.

      Comment va-t-on sortir de la crise Maxime? Y a-tu déjà réfléchi?

      Le taux d’endettement est au tapis. On ne peut pas hausser trop les taux..

      Va-t-il falloir que les gens remboursent toutes leurs dettes pour qu’on continue ou encore que de nouveaux marchés ou de nouvelles générations accèdent au crédit? (De l’argent frais) va-t-il falloir une guerre totale? Détruire tout pour tout avoir à reconstruire… faire reset sur le système?
      Le capitalisme a constamment besoin de croissance… c’est une machine à dévorer.

      Ça va faire 8 ans qu’on est en marché bull… personne ne connait la suite.

      Le gouv canadien restreint l’accès à l’endettement… ça limite la croissance économique et le but est de hausser les taux.. ce qui limitera la croissance économique.

      Jacob Lund Fisker parle de la seconde moitié du 20e siècle comme étant une anomalie historique. Il s’attend à ce que le 21e siècle soit une ère différente.. stagnation, décroissance, inflation peut-être…

      Robert Kyiosaky dit qu’on est fou d’investir en bourse comme on le fait.

      Je ne sais pas trop… des fois l’investissement m’apparait clair et logique et d’autre fois si confus. Il y a tant de possibilités et de variables…

      As-tu lu le livre de Jacob au fait? Faudrait que je l’achète. J’ai lu une grosse partie de son blog… mais pas le livre.

  23. Salut BM,

    Je suis également actionnaire de KO, je trouve qu’il s’agit encore d’une belle entreprise avec de nombreux actifs, assez bien gérée. Selon moi, c’est un bon achat.

    En général, je suis un adepte des titres qui génèrent de la croissance plutôt que du revenu (dividende). Pour le moment, mon but est de faire croire mon avoir le plus rapidement possible. Ceci dit, j’aurais avantage à adopter une stratégie plus axée sur la croissance des revenus passifs, surtout que j’approche de ma retraite. Merci de me faire découvrir cette stratégie.

    À suivre!

    1. JR,
      Coke est une machine à cash… elle fait quand même face à des enjeux, il ne faut pas le nier (ça se réflète d’ailleurs dans les earnings) et le payout ration est très élevé mais je me sens à l’aise d’avoir une certaine position dans Coke pour le long terme.

      Quant à transformer tes investissements en revenus, toi qui prendra ta retraite sous peu, quelle est ta stratégie de décaissement?

      1. Pour être honnête, je commence tout juste à planifier mon décaissement. La retraite arrivera un peu plus tôt que prévu. Nous avons rencontré un fiscaliste et nous mettons actuellement un plan en place. Merci!

  24. Tu mentionnes que les sites d’enfouissement sont des mines de ressources à ciel ouvert. Dans mon coin, les serres Sagami (anciennement Savoura), utilisent les déchets du dépotoir à proximité pour générer du biogaz afin de chauffer les serres.

    Voici l’explication de la façon de faire :

    ‘’ Le biogaz est formé par la fermentation des déchets organiques composés principalement de méthane, un puissant gaz à effet de serre 21 fois plus puissant que le CO2. Le récupérer plutôt que de le laisser s’échapper dans l’atmosphère est donc une excellente idée.

    « Le biogaz que l’on utilise est capté au site d’enfouissement de Saint-Étienne-des-Grès, situé à côté de la serre, dit Valérie Grenier. Là-bas, il est traité, purifié puis acheminé à l’aide de conduits jusqu’à notre serre. Ici, il est brûlé ce qui nous permet de chauffer des chaudières remplies d’eau. Cette eau chaude circule dans la serre et la chauffe.

    Pour Pascal Thériault, l’utilisation des biogaz représente un bon compromis. « Étant donné qu’il faut chauffer les serres de toute façon, c’est une bonne idée de le faire en récupérant des gaz provenant d’un site d’enfouissement. On transforme une source de pollution en source d’énergie. » ‘’ Source : La vie en vert

    Pour la relance de la croissance économique, je ne sais pas trop par quoi ça va passer…

    Déjà, en immobilier, on passe des mesures pour que les gens achètent des maisons qui sont dans un intervalle plus représentatif de leur capacité réelle de payer, donc si une partie des acheteurs se tourne vers des maisons moins dispendieuses, le montant par mois qu’ils vont débourser en moins pour le remboursement hypothécaire, ils vont probablement l’utiliser pour consommer ou peut-être l’épargner dans certains cas plus rares…

    Il y a quand même 30% des québécois qui n’ont aucune dette et qui, par conséquent, devraient avoir une certaine capacité de consommer.

    Pour les autres qui sont plus embourbés dans les dettes de consommation et les remboursements de cartes de crédit, dans les cas les plus extrêmes, certains vont se départir de leurs actifs, faire une proposition de consommateur ou faire faillite…

    Autour de 20 000$ de dette de consommation par personne… Certains devront s’interroger sur leurs choix. Les gros prêts autos sur 7 ans, avec les intérêts à payer, c’est toute une gamique ça.

    D’autres qui commencent à être plus serré vont peut-être simplement commencer à couper dans le plus superflu et les dollars loisirs. Des affaires de payer 80$ pour un repas pour 2 au restaurant ou 100$ par billet pour un match de hockey des canadiens… C’est loin d’être à la portée de tous et même en ayant les moyens, plusieurs sont réticents à payer de tels prix.

    Ceci étant dit, tout le monde dépense un minimum pour combler ses besoins de base. Pauvre ou riche, tu vas quand même acheter du papier de toilette!

    Aux États-Unis, les mesures protectionnistes de Trump vont stimuler l’économie un certain temps et devraient faire diminuer le taux de chômage. Par contre, en ne sous-traitant pas à l’étranger pour réduire les coûts de production, l’effet pernicieux de ça, c’est qu’au final, le consommateur risque de payer plus cher son produit…

    Au Québec, le gouvernement essaie de ralentir la croissance des dépenses publiques et limiter l’endettement pour garder le contrôle des finances, alors qu’au Canada, on fait des déficits et on augmente les dépenses pour stimuler l’économie… J’espère que ça va fonctionner parce que si on ‘’ dépense pour faire rentrer de l’argent ‘’ et que ça ne fonctionne pas, on va juste avoir creusé le trou plus profond… Mais l’économie canadienne étant beaucoup basée sur l’exploitation du pétrole dans l’ouest canadien, la rentabilité de l’exploitation de la ressource et l’ampleur du travail que ça génère ainsi que la création d’emplois bien rémunérés dépend du prix du baril du pétrole, chose sur laquelle le gouvernement canadien n’a pourtant pas de contrôle direct.

    Pour Robert Kiyosaki, il semble surtout être vendu à l’immobilier et à ses propriétés intellectuelles (livres, jeux, etc). Il m’a semblé plus avoir le profil entrepreneur que celui d’investisseur. Je me dis que si certaines entreprises ont continué de verser des dividendes en croissances durant des guerres, des récessions, des krachs, elles devraient continuer de le faire aujourd’hui peu importe les ‘’ grands événements ‘’ de notre époque qui vont survenir…

    Pour le livre de Jacob, je ne l’ai pas lu. Je ne suis pas tellement un grand lecteur, en anglais encore moins et lorsque je ne trouve pas de version gratuite sur internet, j’ai tendance à laisser faire… C’est d’ailleurs l’un de mes problèmes, car j’ai souvent le réflexe d’être ‘’ gratteux ‘’ et de limiter mes achats au maximum.

    Parfois c’est correct, d’autres fois, il paraît que j’exagère peut-être un peu. Ma blonde me le dit quand elle se tanne et qu’elle trouve que j’ambitionne. Notamment, je pars ma laveuse avec une pince, car la roulette est brisée. Dernièrement, j’ai dû changer le réfrigérateur, contre mon gré, juste parce que les tiroirs à fruits et légumes dans le bas étaient brisés et que la tablette débarquait de temps en temps parce qu’un morceau était cassé et avait disparu, même si celui-ci réfrigérait encore très bien… Des choses comme ça. lol

    1. Maxime,
      Bah… la laveuse avec une pince ça fait la job non? Quant aux tablettes du frigo… tout se répare ou se patente quand c’est requis.

      J’ai acheté un frigo neuf il y a 6 ans environ et les tiroirs se sont brisés rapidement. C’était fait trop cheap… je les tuff comme ça depuis des années.

      J’ai tendance à étirrrrrer longtemps l’élastique moi aussi. De toute façon, #1 pour moi une laveuse n’est pas un objet de décoration. #2 Ils vendent juste des cochonneries cheaps trop cher de nos jours je trouve… J’aimais mieux les bonne vieilles Maytag faites pour durer 30 ans lol.

      Mais bon, faire des compromis avec Madame c’est important aussi. 🙂 Sinon tu vas te ramasser à ne plus faire de compromis du tout… seule avec toi-même.

      Pour Kiyosaki, en effet, selon ma compréhension, il trip propriété intellectuelle et immobilier. C’est concret. Selon lui, l’argent a perdu sa valeur lorsqu’ils ont retiré l’étalon or et laissé aux banques le soin, voir le permis de créer de l’argent.

      Comme avec les actions, plus on en ajoute, plus on en dilue la valeur… c’est plus complexe que ça, mais en gros…

      Et l’autre chose, c’est que le marché est hacké si on peut dire. Ils peuvent manipuler la valeur des actions par différentes politiques comme les taux d’intérêt notamment.

      Alors que peu importe la valeur intrinsèque de l’argent, tu as toujours le loisir de faire évoluer tes revenus de loyer (pas au Québec) en fonction du marché et de l’inflation et c’est la même chose pour ta propriété intellectuelle.

      Et les actifs sont tangibles, pas juste des # électroniques détenus en fidéicommis chez un broker…

      Du moins, c’est ce que je comprends de son message.

  25. GSI.V – Un des contrats qui avait été signé fin 2016 commencera vraisemblablement à contribuer aux revenus.

    Aussi, peut-être que tu as vu mais le CEO a vendu 2.6M d’actions de mémoire…à première vue ça semble pas une bonne nouvelle. Cependant, il semble que c’était pour rembourser un prêt personnel qu’il avait pris lui-même pour financer l’entreprise avant qu’elle ne devienne publique.

    Les actions ont été acheté par une institution qui bâti une position dans GSI et qui parait-il veut en accumuler plus (c’est pourquoi il y a eu énormément de volume cette journée-là mais le prix n’a pas bougé).

    CLARKESVILLE — Habersham County recently marked 25 school days since installing school bus stop arm cameras.

    In that time, more than three dozen incidents of vehicles passing stopped school buses were referred to law enforcement.

    « Habersham has had 37 violations in 25 school days, which averages out to 1.5 violations per day, » said Katie Sharkey of Gatekeeper Systems Inc., the company providing the cameras to the school system.

  26. Intéressant. Sur leur site ça dit qu’ils ont émis la première citation en 2012 et ils sont rendus à 250k…le modèle semble fonctionner.

    Un compétiteur direct pour GSI on dirait bien. Ils ont un bureau à Rosemère. Pourrait être intéressant d’aller voir ça.

  27. Je suis tombé sur cet article à propos des tenbaggers:

    https://robinrspeziale.com/2017/03/01/how-to-find-tenbaggers/

    Ils mentionnent que la phase la plus sécuritaire et où l’argent se fait, est la deuxième phase lorsque l’entreprise croît en dupliquant sa formule à succès un peu partout.

    Est-ce que tu crois que Gatekeeper amorce cette phase ou bien si elle n’est pas encore rendu là? Et crois-tu que le fait qu’elle se limite seulement à quelques marchés un peu délaissé est un obstacle à sa croissance pour éventuellement augmenter ses revenus de façon considérable et aussi la valeur du titre?

    1. Max,
      Oh boy… tu en poses des bonnes.
      Article intéressant.
      Honnêtement, je pense que GSI a passé le POC (proof of concept) au moins pour le stop arm. Mais, même en mettant ça sur tous les autobus aux USA et Canada… ça demeure un concept qui ne peut qu’avoir une croissance lente. Il faut établir les relations avec les commissions scolaires et les sherrifs de comté, leur démontrer la valeur du système, faire changer des lois etc..

      Ce qui agit comme un avantage concurrentiel pour eux agit aussi comme un frein à leur avancée. Et si c’est eux qui pavent la voie, le système est pas si difficile à copier… ils ont déjà de la concurrence…

      Pour que je fasse un tenfold avec ce titre là, il faudrait qu’il passe à 2,35$.

      Les revenus per share sont à 0,02$. Il faudrait qu’ils passent à au moins 0,15$ per share (pour un p/e à 15) ou 0,11$ pour un p/e à 20 et à 0,18$ pour le p/e de 13 actuel.

      Ça prendrait 10 ans et une croissance des earnings de 25% par an pour se rendre à 18 cents… et justifier un prix de 2,30$ (avec p/e à 13).

      Sauf que si la cie prend de l’air d’aller, le p/e ne sera pas de 13… les gens vont sûrement s’enflammer et juste de se faire admettre au tsx vaut une prime… alors je ne serais pas étonné de le voir devenir un tenbagger d’ici 2 à 3 ans s’ils continuent comme ça.

      Mais en même temps… il est tôt pour s’enflammer. Ils ont des compétiteurs et encore des preuves à faire.

      Selon moi, les warrants limitent la montée du titre. En théorie, ils expirent en juillet. On verra bien.

      Je n’ai mis que 1400$ là-dessus alors si ça augmente de 10 fois je serai bien content mais ça ne changera pas grand chose à ma vie part que je vais me dire que j’aurais du mettre 100,000$ dessus lol

    2. Max,
      À chaque année il y a des trends… il y a eu récemment le Cannabis, le internet of things, les imprimantes 3d, les blockchains…
      Suivre les trends et faire du surf dessus n’est pas une mauvaise idée. Il faudrait se coder un algorythme prédictif… je pense que c’est faisable. Moi j’irais pas là-dedans plus qu’à coup de 1500$-2000$ par transaction. Mais sur certains titres, il y a aussi la possibilité d’utiliser des options pour amplifier le mouvement.
      C’est pas une stratégie d’investissement, mais ça peut être une stratégie pour booster son capital. Honnêtement, moi je suivrais ça full time.. ça serait plus comme une job…

  28. Les 10-baggers -du moins dans les microcaps- pour que ça arrive il faut que des fonds institutionnels se mettent de la partie. Les investisseurs de détail comme vous et moi ne sont pas suffisants pour faire monter le titre autant.

    Bien souvent, les microcaps n’ont aucun investisseur institutionnel à cause de la faible liquidité et les fonds ont des règles à respecteur (exemple : aucun investissement sous la barre des 100M$ de market cap). On peut donc souvent voir l’impact quand le marketcap dépasse un certain niveau (50M$-100M$) alors que plusieurs fonds ont maintenant accès à investir dans ces entreprises.

    Ensuite, ces mêmes fonds doivent pouvoir se retourner et vendre l’histoire à d’autres investisseurs. Une histoire «simple et sexy», facile à pitcher, va grandement aider. Je pense que GSI correspond à ces critères.

    Si la compagnie continue de croître et devient profitable pour 2017, déjà ça devrait attirer des investisseurs. Les warrants auront tous expirés ce qui devrait aider aussi comme le mentionne Alain.

    À suivre..!

    Divulgation : Je possède des actions de GSI

  29. Les 10-baggers -du moins dans les microcaps- pour que ça arrive il faut que des fonds institutionnels se mettent de la partie. Les investisseurs de détail comme vous et moi ne sont pas suffisants pour faire monter le titre autant.

    Bien souvent, les microcaps n’ont aucun investisseur institutionnel à cause de la faible liquidité et les fonds ont des règles à respecteur (exemple : aucun investissement sous la barre des 100M$ de market cap). On peut donc souvent voir l’impact quand le marketcap dépasse un certain niveau (50M$-100M$) alors que plusieurs fonds ont maintenant accès à investir dans ces entreprises.

    Ensuite, ces mêmes fonds doivent pouvoir se retourner et vendre l’histoire à d’autres investisseurs. Une histoire «simple et sexy», facile à pitcher, va grandement aider. Je pense que GSI correspond à ces critères.

    Si la compagnie continue de croître et devient profitable pour 2017, déjà ça devrait attirer des investisseurs. Les warrants auront tous expirés ce qui devrait aider aussi comme le mentionne Alain.

    À suivre..!

    Divulgation : Je possède des actions de GSI

  30. Soit dit en passant, je ne sais pas si tu as continué à naviguer sur le site, mais dans la partie blog, il y a aussi des articles intéressants à propos de ses rencontres avec des grands investisseurs canadiens et leurs principes d’investissement.

  31. C’est bon.

    Tu as surement vu dans la dernière lettre aux actionnaires à quel point M. Buffett est en train de  » owner  » les fonds communs de placement et leurs frais de gestion mirobolants avec sa mise dans un FNB Vanguard répliquant l’indice boursier du S&P 500.

    À quelque part, il n’a pas besoin de ça (et l’argent du pari ira à sa fondation je crois), mais c’est un petit combat, à la vue de tous, qu’il mène en parallèle de ses activités pour démontrer à quel point il y a une indécence entourant les frais de gestion qui vont te manger des 2-3% de rendements par an! Du moins, c’est comme ça que je l’ai perçu.

    Pour en revenir à ces  » grands investisseurs  », je trouve que c’est un beau talent qu’ils possèdent d’être capable d’estimer avec autant d’exactitude la valeur intrinsèque réelle d’une entreprise et d’ainsi déterminer avec précision quel est l’escompte à partir de tel point d’entrée et quelle marge de sécurité cela leur donne. Nous, comme  » petits investisseurs  », on peut regarder ça en se fiant sur les principaux indicateurs, mais eux, j’ai l’impression qu’ils vont vraiment creuser davantage que la moyenne et faire de la recherche sur des entreprises qui n’ont pas toujours nécessairement le  » spotlight  ».

    Bref, c’est un art à développer et ça peut être payant de devenir habile à ce jeu.

    1. Max,
      Oui, le pari de Buffett est très intéressant. Il se base sur des statistiques qui datent de longtemps et qui prouvent qu’au moins 9 fonds communs sur 10 ne battent pas le marché sur une période de plusieurs années.
      C’est d’ailleurs l’argument principal des investisseurs indiciels.
      Je vise un but différent… obtenir des revenus passifs en croissance et donc avoir une approche intégrée. Même si je perdais 1% face au marché, juste le fait d’avoir cette approche intégrée vaudrait probablement le coût. J’espère évidemment obtenir le rendement du marché, mais rien n’est moins sûr. Et il se peut qu’au final, je décide de quand même remettre mon cash dans un fonds indiciel… on verra bien. À date je m’en sors pas si mal. Mais bon… Ça ne fait que trois ans et je ne suis pas un géni.. juste un ti-cul à moitié informé qui au fond ne connait pas grand chose.

      Moi 3 tendances importantes m’inquiètent présentement qui pourraient mettre en péril notre méthode :
      – le capitalisme 3.0 (Google, Amazon, Facebook, AirBNB, Uber etc..)
      – le fait que ces cies offrent de plus en plus des actions sans droit de vote, sans rachat d’action et sans dividende (faisant d’eux des dictateurs oligarches commerciaux)
      – la crise économique de 2008 dont on n’est pas sorti

      Les entreprises du passé survivront-elles à ces cies si « disruptives » qui n’ont aucun respect pour les actionnaires (elles ne veulent que leur argent et ne se gênent pas pour le prendre) et aucun réel respect pour la vie privée (elles épient tout le monde en tout temps – big data).

      Je trouve quand même étonnant que voir que les gens consentent si facilement à tout partager d’eux même en tout temps (géolocalisation, contenu de leurs courriels, contacts, cv, texto, identité, photos, états d’âmes, habitudes de lecture etc… ). Ces cies se servent de ces informations contre nous en nous étudiant pour mieux nous vendre un tas de cochonneries sur lesquelles elles touchent une part de plus en plus grande de commissions.

      Là c’est ça qu’elles font.. elles utilsent les données pour s’enrichir. Mais l’argent n’est qu’un outil, pas une fin en soi. Maintenant qu’elles ont l’argent, quelle est leur motivation?

      Moi ça m’effraie ces trucs-là. Je n’ai rien à cacher ou presque, mais on ne vit pas dans un régime opressant. Sait-on jamais, le climat politique pourrait un jour changer et tout à coups, peut-être que je pourrais avoir envie qu’on ne connaisse pas mes opinions, sujets de lecture etc…

      Comment ces cies vont-elles transformer l’économie? Elles ne paient pas d’impôts ou presque, elles font perdre des tas d’emplois à des gens qui en payaient, elles savent tout sur tout le monde, elles encouragent le travail autonome à bas coût (ex fiver.com).

      Je pourrais bien sûr mettre tout mon cash dans ce genre de cies (souvent surévaluées) mais vu le peu de respect qu’elles ont pour les actionnaires en général, est-ce une bonne idée? Elles pourraient liquider ma valeur en émettant plus d’actions…

      Le vrai pouvoir ce n’est plus l’argent… l’argent ne vaut rien en soi, c’est le contrôle des données et son exploitation. Peu importe l’inflation, celui qui détient le savoir détient le pouvoir et le cash flow qui vient avec.

      Aujourd’hui tout va vite. Notre méthode est lente. Elle fonctionnait dans un monde lent… va-t-elle encore fonctionner dans un monde rapide?

      Comment peut-on s’accaparer du savoir? Il faut créer le buzz, attirer des légions de gens et les espionner légalement. Est-ce en mon pouvoir?

      Quand Kyiosaki disait que le marché financier est rigged et que c’est une mauvaise idée d’investir tous ses oeufs là, les morceaux de puzzle se placent peu à peu dans ma tête. Je pense qu’il a raison.

      La vraie richesse c’est la propriété intellectuelle, les données et l’avantage incroyable qu’elles donnent sur les autres.

      Je me suis fait approcher par un gros joueurs dans son industrie pour un de mes sites webs qui se classe au premier rang. Je détiens une position dominante alors que je ne suis pas dans l’industrie. Comment? Le savoir.. j’ai su me positionner.

      On verra comment déboucheront les négociations mais ça m’a donné un avant goût de la toute puissance de Google.

  32. Oui, je suis bien d’accord que c’est intéressant comme méthode.

    Par contre, c’est un peu plus technique que d’acheter des titres d’entreprises versant des dividendes parce que ça touche des entreprises moins connues, moins suivies et pour lesquelles il y a moins d’informations disponibles. Ça demande aussi de s’assurer d’acheter au bon moment.

    Il faut aussi que la direction en place fasse bien son travail, car elle ne peut pas surfer sur ses succès et sa notoriété comme une grosse entreprise le peut, que l’entreprise soit capable de gérer de la croissance rapide sans s’effondrer et qu’elle ne tombe pas dans une mauvaise phase du marché aussi.

    D’ailleurs, pour cette dernière partie, pour faire de l’analyse technique, c’est moins évident. J’imagine aussi que ce n’est pas l’idéal d’acheter dans un marché bull avancé.

    Et tu vends quand aussi? Dans le cas des titres à dividendes, à moins que les fondamentaux s’éloignent trop de la valeur de l’action, je veux conserver pour continuer à recevoir les dividendes!

    Ceci étant dit, en analysant un peu plus les fondamentaux des entreprises dans lesquelles j’investis, on se rend rapidement compte que le gros dividende peut vraiment représenter un poids et un facteur de fragilité pour certaines entreprises qui vont avoir un payout ratio élevé, émettre des actions à la planche, parfois s’endetter beaucoup… C’est la partie qui me gosse un peu.

    Parfois, on dirait que ça vaudrait la peine d’Avoir 1-2% moins de dividende, mais que la compagnie fasse mieux. Sauf qu’à quelque part et paradoxalement, je vise à vivre des revenus de dividendes un jour.

    Bref, c’est intéressant cette technique du CANSLIM pour quelqu’un qui a vraiment le temps de faire de la recherche et du suivi sur ces titres!

    1. Maxime,
      Le problème avec la méthode d’investissement par croissance du dividende c’est justement qu’on investit uniquement (presque) dans des cies matures ou très avancées dans leur cycle de vie. Il semble que la majorité des entreprises ne survivent pas à 3 générations…
      Je pense donc qu’en ne focussant que sur cette méthode on prend aussi de gros risques. Quoiqu’on peut tjrs renouveller nos actions pour celles d’autres cies qui paiebt des dividendes en croissance depuis moins longtemps. Le problème avec le capitalisme 3.0 c’est que ces cies qui ont le vent dans les voiles ne sont pas intéressées à verser des dividendes. Elles ne veulent même pas donner le droit de vote à leurs actionnaires…

    2. Maxime,
      DDS est rendu à se vendre à son book value…
      Pas un titre qui m’intéresse à priori mais sa chute m’intéresse…
      La cie a racheté ses actions à fond depuis 10 ans, passant de 80 à 35 millions d’actions. Les earnings sont passés de 3,05$ à 6,91$ en 10 ans, le dividende de 0,16$ à 0,28$ depuis 2011. Le payout ratio est à 3%. Le book value per share de 33$ à 53$… J’essaie de comprendre ce qui se passe. Le debt/equity est ok, le leverage acceptable.. Wall Street avait mis la barre haute sur les earnings et la cie a raté les expectations. Mais…

      Que penses-tu de tout ça?

  33. Pour DDS, je crois qu’ils connaissent de moins bons résultats depuis quelques temps au niveau de leur vente en magasin. Les aernings par share ont beau augmenter, leurs revenus globaux depuis 10 ans font du surplace. Le epa monte parce qu’ils rachètent leurs actions et qu’il y en a moins en circulation. Le dividende est faible et augmente vraiment pas vite. Ils sont dans le retail de la mode et de la cosmétique notamment… Me semble que ce n’est pas très  » grand publique  » et que ça prend quand même un peu de cash pour acheter dans ce genre de boutiques… Je suis allé voir leur site internet, leur stock est cher et je n’ai pas tant aimé leur site. Un détaillant doit être capable de bien vendre en ligne. Dans le même cérneau, il y a L Brands qui a chuté de 40% depuis 1 an. Eux, c’est la compagnie de Victoria Secret’s et ils semblent aussi connaître des ennuis de ventes. Ils ont un dividende à 4.5%. Dans ce créneau, avoir le choix j’irais peut-être plus avec eux, mais je n’ai pas l’impression que l’avenir leur sera nécessairement très favorable et je m’étais abstenu d’acheter (sans pour autant faire une grande analyse détaillée)… Il y a Amazon qui ont lancé un service de vente de lingerie pas cher en plus récemment. Les commerces aux détails ont l’air de l’avoir dur en ce moment. Target aussi n’a pas sorti de très bons résultats. Écoute, je sais pas… Parfois les titres baissent beaucoup, mais la raison n’est pas toujours temporaire et de courte durée.

    1. Maxime,
      Amazon fait vraiment mal… je pense que c’est le constat qu’on peut faire.
      Le problème c’est que le price earnings growth d’Amazon est à 4,21… habituellement tu veux ça en bas de 1.
      Alors tant qu’on n’a pas un crash de marché, je doute de pouvoir acheter du AMZN à un prix attrayant.

      Morningstar lui alloue un wide moat et une valeur de 950$ l’action.
      Il est possible que je saute dans le train en marche. J’hésite encore… j’espérais un dip durant l’hiver comme l’an dernier mais ça tarde.

  34. Pour Metro, le titre ne semble pas particulièrement en solde, mais ça peut être un point d’entrée correct. Ils ont connu une bonne croissance dans les 3 dernières années, mais quelle sera la suite? Ça reste qu’ils sont quand même dans un domaine avec un nombre de concurrent limité et les gens n’ont pas le choix de manger et de se faire une épicerie de temps en temps. J’ai rien à dire de mal contre Metro. Sauf que, personnellement, je fais mon épicerie où c’est le moins cher et je ne veux pas payer 2$ de plus pour le même concombre ou la même baguette de pain, simplement mieux présentée et dans un environnement plus accueillant. Il y en a que oui. Au moins, ils ne sont pas aller s’enfarger dans leurs bottines comme Empire a fait avec Safeway… Eux, ils en ont pour un bout à remonter la pente et ça a considérablement ralenti leur air d’aller… Dans ce créneau, je dirais que je préfère un détaillant comme Couche-Tard qui est un spécialiste des acquisitions et de l’intégration d’autres entreprises à son réseau. Eux, c’est une vraie locomotive leur affaire et si ça fait pas ici, ils sont capable de faire de la business ailleurs dans le monde. Sauf que le titre n’est pas souvent en solde. De mémoire, j’avais initié une position autour de 53$. Par ailleurs, Metro est actionnaire d’une partie de Couche-Tard.

  35. C’est vrai qu’en investissant seulement dans des compagnies versant des dividendes autour de 3-4%, avec une croissance 8-10%, on limite beaucoup le range des entreprises dans lesquelles on peut investir. À quelque part, à un moment donné, à force d’acheter un peu toutes les mêmes entreprises qui sont dominantes dans leur créneau respectif, on fini par avoir des portefeuilles d’actions qui se ressemblent. Ceci étant dit, avec les titres canadiens et US, ça en fait quand même beaucoup. En même temps, je ne crois pas que la fin du dividende traditionnel approche. Les entreprises pépères/matures savent que les actionnaires ont de leurs actions en en portefeuille justement en grande partie à cause de leur dividende et à quelque part, il faut que l’actionnaire y trouve son compte. Si ça fait plus que 25 ans qu’elle donne un dividende, il y a des fortes chances que ça continue. Si tu investis dans Google, Facebook, Amazon, tu veux aller chercher de la croissance du capital et tu fais totalement abstraction du revenu immédiat potentiel qu’est le dividende. Si tu investi dans des pétrolières, des utilities, des REIT, tu sais que tu n’auras pas nécessairement une grosse croissance de ton capital, mais que tu vas avoir un gros dividende pour compenser. J’aime bien profiter de ce revenu de dividende que je peux immédiatement réinvestir pour faire gonfler ma boule de neige. Par contre, je me tourne aussi vers des titres qui sont des entre eux, c’est-à-dire qui vont me retourner de la croissance du capital, mais avec un dividende un peu plus faible. Je pense notamment à Apple, Couche-Tard, Stella-Jones.

  36. Pour le pétrole, c’est clair que la demande (population mondiale) augmente et qu’en théorie l’offre devrait stagner .
    À quelque part, on va donc peut-être nous annoncer le peak oil dans quelques années. Mais quelques autres années après, vont-ils nous apprendre qu’ils ont découvert de nouveaux gisements ou bien que la technologie a évoluée et qu’ils sont rendu capables d’en extraire à certains endroits où ce n’était pas possible auparavant? Il y a beaucoup d’incertitudes et d’information qui nous manquent. Je ne veux pas juste acheter des titres de grosses compagnies prédictibles de banques ou de consommation défensive, alors je me diversifie un peu. Je participe quand même au jeu avec quelques actions d’Exxon. Je me suis dit que tant qu’à faire, aussi bien y aller avec le plus gros, le dernier à tomber au combat et celui qui est le plus rentable quand ça va mal (défensif). Je ne m’attends pas à une grosse croissance de mon capital, mais je ramasse les dividendes et je me dis qu’un jour peut-être effectivement les actions vont s’envoler si on démontre qu’il y a de moins en moins de pétrole…

  37. Pour ce qui est d’exploiter la masse avec le ‘’ cheap labour ‘’, ce n’est rien de nouveau sous le soleil. Il y a des endroits dans le monde où les gens vont se battre pour pouvoir travailler, car le chantier ne prend qu’un nombre X de personnes. Alors, à ce moment-là, avec autant de pouvoir entre les mains de l’employeur, n’espère pas que les employés soient traités avec la moindre considération. Je ne suis pas très ‘’ pro syndicat ‘’, mais il y a quand même parfois des choses qui n’ont pas de bons sens. Quand tu travailles pour un patron qui se fout de toi, qui te voit juste comme une ressource humaine quelconque remplaçable lui devant une obéissance inconditionnelle, qui te fait travailler avec des outils inadéquats, de longues heures, sans pauses, dans un environnement très contrôlé, qui n’est pas sain ni sécuritaire… Il y a de quoi écœurer le monde solide! Personnellement, j’en ai eu une mauvaise expérience de travail (je t’en avais parlé en privé) et je n’ai plus de tolérance pour ça et je me suis organisé pour ne pas que ça se reproduise. Peut-être que si la vie de ma famille en dépendait, j’aurais réagi différemment, mais pour moi la dignité et le respect ça n’a pas de prix.

    D’ailleurs, dans le capitalisme, être un employé quelconque, ce n’est vraiment pas la position idéale. À quelque part, je me dis que l’argent attire l’argent et offre des opportunités auxquelles le commun des mortels de la plèbe n’a pas toujours accès. Dans mon coin, il y a 2-3 ans, il y a une entreprise qui a achetée des ’’ roulottes ‘’ d’Hydro-Québec pour 30 000$ et qui les ont revendues à une autre compagnie pour plus de 375 000$. Ils ont fait 345 000$ juste en servant d’intermédiaire, en 2 transactions. Le deuxième acheteur les as assurées pour 3.2 millions… Belle passe de cash facile ça. À quelque part, on travaille tellement et on a tellement le nez sur l’arbre, qu’on ne voit pas la forêt et toutes les opportunités qui se présentent. Je pense que c’est l’un des gros avantages des entrepreneurs, en étant pas pris dans un cycle routinier et très compartimenté de travail pour un employeur, ils ont conscience et voient plus d’opportunité passer que le gars qui passe le balai à l’usine mettons et ils ont aussi accès à plein de subventions…

    1. Maxime,
      Moi je ne suis pas syndiqué, mais je sais qu’un capitaliste sans cadre te paiera 1$ de l’heure si personne ne l’en empêche. Regarde le salaire minimum… de quoi crever de faim. C’est immoral de traiter les gens de la sorte.

      Alors si le gouv laisse faire, je suis pro syndicat dans ce cas. C’est le seul levier que le peuple peut avoir contre l’impérialisme capitaliste. Et même encore… quand les employés font la grève, les médias (qui appartiennent à quelques gros culs) et le gouv se mettent du bord du patronat. Ils votent des lois spéciales (wtf is that???) Pour forcer les employés à rentrer au travail, prouvant par le fait même que la démocratie et la liberté n’existent pas car dès que tu tentes de l’exercer on te force à rentrer dans ta cage.

      Le syndicalisme c’est le seul réel pouvoir populaire. Être contre c’est être contre le peuple. Évidemment, comme dans tout projet humain il y aura des dérives et les médias focussent tjrs sur les dérives pour discréditer le mouvement.

      Si on se mettait à faire le contraire et à parler de tous les abus des capitalistes (polution, soumettre sciemment ses employés à des cancérigènes, garder 90% du revenu généré par un employé sans prendre de risque véritable, piller des ressources du bien commun, faire travailler des enfants à l’étranger, voler le fonds de pension des employés, licenciement abusif etc etc) les gens seraient anti calitalistes au lieu d’anti syndicalistes.

      Tout ça c’est de la propagande… les gars au journal de M… ont du rire dans leur barbe quand ils se sont ramassé dans la rue et que personne ne prenait pour eux après qu’ils aient passé des décénnies à prendre le bord des employeurs dans tous les conflits…

      J’ai été syndiqué une fois dans ma vie et je peux te dire une chose. L’employeur trouvait quand même le moyen de nous effouarer. Mais au moins à travail égal on avait une paye égale et on avait des avantages sociaux adéquats.

      Faut pas oublier qu’on donne 35 ans de nos vies 49 semaines sur 52… les plus belles années de notre vie… retirer un petit quelque chose en échange est un minimum non? Surtout que l’entreprise retire des bénéfices excentriques de notre travail (je parle des grandes corporations, pas des petites pme).

      Pendant que tu gagnes une pitance, la patron fait ton salaire annuel en 2 jours et demi… c’est tellement invraisemblable que personne ne s’y oppose. Pourquoi? Parce que les joueurs de hockey gagnent ça (illogisme) et parce que tout le monde pense qu’ils pourraient eux aussi gagner ça (totologie) et à cause de cette idée fallacieuse, tout le monde veut garder le système en place. Sérieux… il a fait quoi le clown en 2 jours pour mériter mon salaire annuel? Il est allé jouer au golf avec un de ses chumies?

      Or, le système n’est pas un tube ou un tunnel. C’est un entonnoir au goulot étroit comme le derrière d’une chouette… seul quelques uns se rendront là.. les autres vont rester pognés dans le trafic toute leur vie.

      Moi chaque fois que je vois ça je ne comprends pas que les gens ne sortent pas dans les rues pancartes à la main… je suppose que tout le monde se compte « chanceux » d’avoir une job car comme tu dis, ailleurs dans le monde la situation ne se compare même pas.

      Être immoral peut être pire qu’être malhonnête car il existe des choses légales qui font énormément de tort à l’humanité. Ce n’est pas parce qu’une chose n’est pas illégale qu’elle devrait être faite.

      Alors la preuve est faite que dans ce monde, c’est chacun pour soi.

      Moi j’ai give up… m’insurger contre l’exploitation… ça sert à quoi. Les exploités défendent becs et ongles le régime qui les gardent esclaves. Alors aussi bien faire parti des exploitants et rendre les gens heureux.

  38. Au fait, hier, je regardais la reprise de l’entrevue avec Simon-Olivier Fecteau aux Francs-Tireurs. Ils ont parlé du cinéma (films) et des marchés de niche. Fecteau donnait l’exemple des films de Woody Allen qui étaient très niches et s’adressaient vraiment à un public en particulier. Il a fait un commentaire du genre : ‘’ Si le gars fonctionne juste à New-York, c’est un échec, mais puisque son marché est mondial, niché, mais mondial, alors il est en mesure de ratisser assez large pour que ça fonctionne. Ça faisait référence au fait que les films québécois sont souvent limité au marché québécois et que même si c’est un relativement bon film, il ne pourra jamais devenir un genre de Rapide et Dangereux et il y a la question du budget aussi.

    Je me faisais un peu la même réflexion avec tes sites de niche. Quand même bien qu’un site est peu consulté au Québec, parce que le sujet est très précis et ne touche pas tout le monde nécessairement, s’il est aussi consulté en France, en Belgique, au Cameroun, en Côte d’Ivoire,etc. tu peux quand même réussir à ratisser assez large, surtout si tu es le meilleur ou presque dans ce créneau-là. Et encore plus si ton site est en anglais.

    1. Maxime,
      L’avantage avec mes sites de niche c’est que la compétition est faible donc il est relativement facile de se classer. La contrepartie c’est qu’à travail « égal » sur le contenu, je tire vraiment bcp moins de revenus car la compétition est faible pour les annonceurs aussi.
      Donc c’est un mal pour un bien.
      En anglais, un site comme faiscommelesriches avec plus de 300 articles peut rapporter des milliers de dollars par mois.

      La solution simpliste serait de dire « traduis-les ». Or ça ne fonctionne pas comme ça.

      Par exemple, si j’écris un article qui s’intitule « le blogueur masqué aime manger des cheerios » il est probable qu’en tapant ensuite cette phrase (mot-clé) dans google je sorte au premier rang car il n’y aura aucune compétition.

      Donc la pertinence l’emporte sur la popularité.

      Si j’écris une article qui s’appelle « comment devenir riche », déjà je ne me classe plus car il y a des tas d’articles sur le sujet et la « popularité » d’un site mesuré par des likes et des liens de qualité l’emportera sur la pertinence. Google va même faire des proxy avec d’autres mots clés similaires comme « comment devenir millionnaire » « être riche » etc…

      Alors simplement traduire en anglais n’est pas suffisant. Il faut cibler des niches avec peu de compétition et ce qui a peu de compétition en français n’a pas nécessairement peu de compétition en anglais.

      Alors oui j’ai des visiteurs de partout, mais les annonceurs en côte d’ivoire me rapporte 1 cent par clic genre… alors bonne chance pour te faire du revenu publicitaire avec ça. 1 million de visiteurs par jour avec un taux de conversion de 1% et 1 cent par visiteur converti te donne 100$ par jour ou 36,000$ par an.

      Nul besoin de te dire que je n’ai pas un million de visiteurs par jour…

      Avec un site de niche (ce que je ne fais pas), il faut viser 100$ par 1000 visiteurs en revenus. Le meilleur moyen d’y arriver c’est de créer un produit et de le vendre cher. Sinon on peut devenir affilié mais trouver des produits dispendieux.

      Mon nouveau site de niche que j’ai du laissé de côtpar cruel manque de temps génère peu de ventes, mais les ventes qu’il génère sont pour des produits à 400-500$ sur lesquels je oeux toucher entre 4% et 8,5% selon le volumes de ventes mensuels que je génère. À date, malgré mes efforts, je génère rarement plus de 6 ventes mensuelles… et mes efforts ici sur FCLR ne portent pas fruit…

      Il y a parfois 1 livre par deux mois qui se vend et je gagne 30 cents de commission lol… il faudrait que je crée un produit que je vendrais 1297.99$ comme les américains!

  39. Une entreprise dont j’aimerais aussi acheter des actions, mais qui est évaluée correctement, c’est Lassonde (les jus). Je regarde leurs chiffres et je suis impressionné par leur croissance et leur rentabilité. J’aime vraiment ce que je vois à propos des principaux indicateurs. Depuis 2008, son ascension est vraiment impressionnante. Par contre, en ce moment, le titre me semble bien évalué. Un jour, peut-être!

    1. Maxime,
      Oui j’avais arrêté de la regarder à cause de ça. Mais parfois la prime à l’achat peut valoir la peine… c’est vriament là que c’est difficile.
      J’essaie d’acheter du CN et du Fortis depuis 3 ans. L’an dernier en février – mars c’était le temps mais je n’avais plus de liquidités…

  40. Je suis un peu mitigé dans cette réflexion face à la croissance de mon capital est à mes revenus de dividendes.

    On dirait que j’escompte de rester confortablement installé dans ma doudou et mon stratagème réconfortant, celui qui me procure un revenu continu et en croissance dans de grandes entreprises, bien établies, possédant un avantage concurrentiel, peu risquées, bref le long processus tangible et plus ‘’ safe ‘’ plutôt que de me lancer dans l’achat de jeune sociétés prometteuses, mais qui font face à de grands défis à plusieurs niveaux.

    En réalité, on dirait que je ne me sens pas assez intelligent/instruit afin de déterminer quels seront les futurs gagnants à ce jeu, car j’ai l’impression qu’un seul ‘’ game changer ‘’ à un moment inopportun pourrait faire tout basculer. Je garde aussi en tête que beaucoup de rendement du marché provient des dividendes. Peut-être qu’avoir plus d’argent et de connaissances, je serais enclin à prendre plus de risques, mais, pour le moment, je ne me sens pas très apte (à l’aise) à le faire.

    Je me dis aussi que je pourrais miser 500$ ou 1000$ sur une entreprise prometteuse, mais en même temps, si je suis chanceux et qu’elle devient un tenbagger, au mieux, ce sera l’équivalent pour moi de 6 mois d’épargne… Rien pour virer fou et qui va me permettre de me retirer vraiment plus tôt et ça c’est à condition que les astres soient alignés et que mon capital investi prenne rapidement de la valeur!

    Je me dis un peu qu’un tiens vaut mieux que deux tu l’auras.

    1. Maxime,
      Tu te dis exactement les même choses que moi.
      D’un autre côté, il y a 4 ans, je me disais la même chose à propos de l’investissement par croissance du dividende et des sites de niches et de la retraite jeune…

      J’ai appris que plus on s’instruit moins notre perception du risque est grande.

      Il faut aussi faire attention à une chose. Un marché bull peut donner l’impression qu’on a un QI élevé. Mais quand la tendance se renverse, on se rend compte que l’augmentation de QI était aussi temporaire que l’augmentation de la valeur de notre capital.

      L’autre pan de la bourse qui fait des rendements aussi intéressant ou plus, ce sont les small caps. Investir dans un fonds de small caps est peut-être la meilleure approche.

      Honnêtement, pour GSI, au lieu d’acheter 6000 actions j’aurai préféré acheter 6000 options à quelques sous qui m’auraient donné du levier sur 600000 actions… mais ils ne vendent pas d’options sur ce titre. Car ma théorie c’est que la valeur va se libérer quand les warrants vont cesser de limiter le prix à 0,25$ mais je suis peut-être dans les patates.

      Comme tu dis, même en faisant 1000% sur ce titre, avec le montant que j’y ai investi, ça ne va rien changer à ma vie. Et je n’ai pas le guts de mettre plus dans le contexte. Mais je vais le laisser aller et si les fondamentaux continuent d’être positifs je vais peut-être allourdir ma position.

      Je pense que je suis rendu à approfondir mes connaissances. Le cycle wash rinse repeat des dividendes fait le travail mais j’ai envie de diversifier un peu. Je ne vise pas à trouver des ten baggers, mais plutôt à trouver de bonnes entreprises à un cycle de vie différent.

      Idéalement je préférerais trouver une entreprise qui a démontré sa rentabilité depuis plus longtemps et qui est en phase d’expansion mais c’est loin d’être évident.

      Je vais devoir porter plus attention à ce que fait le banc de poisson humains… je suis tellement déconnecté de la masse… je ne sais pas ce qui est hot ou out. Il faudrait que je passe plus de temps sur Google trends.

  41. Tu marques un point lorsque tu dis que les entreprises à petite capitalisation retournent historiquement du rendement elles aussi. Encore faut-il sélectionner les bonnes, ce qui me semble plus difficile qu’avec les blue chips.

    Je vais être le premier à t’avouer que je n’en connais pas beaucoup sur les entreprises à petite capitalisation. Un investisseur dans ce créneau pourrait me trouver un peu ‘’ jambon ‘’ en lisant mes commentaires à ce sujet, comme moi je trouve un peu ‘’ jambon ‘’ ceux qui vont me dire : « Ah, tu achètes des actions, donc tu joues à la bourse. »

    Peut-être que je me sentirais plus à l’aise avec, comme tu dis, une entreprise qui est plus avancée dans son cycle, qui a déjà de bons fondamentaux en augmentation depuis quelques années et qui est en pleine expansion en répliquant sa recette à succès un peu partout, avec un bon produit difficile à copier pouvant apporter des revenus récurrents, dans un marché sans trop de concurrence.

    En même temps, il y a peut-être des méthodes d’investissement reposant sur des bases logiques comme le CANSLIM qui pourraient être intéressantes à essayer. Je ne suis pas fermé sur le sujet et je vais certainement en profiter pour m’éduquer davantage à cet effet lors des prochains mois.

    Il y a Frédéric qui venait commenter ici à l’occasion, que j’aimais bien lire, qui semblait avoir de vastes connaissances et investir dans certains de ces titres. Je vais déjà jeter un œil sur espace micro-cap à l’occasion.

    1. Maxime,
      J’en connais probablement moins que toi. Je dois souvent relire comment interpréter tel ou tel ratio… rien à faire, la comptabilité ça ne colle pas dans ma tête lol

  42. Je regardais ça tantôt et le CELI de M. Bergeron Bélanger d’espace micro cap était rendu à plus de 420 000$ au dernier update. C’est du cash ça!

    Son portefeuille est public sur son thread sur le forum. Tu avais déjà regardé certaines de ces entreprises?

    1. Maxime,
      Oui je connais plusieurs de ces cies puisque je suis passé au travers du tsx.v mais j’en ai éliminé plusieurs (les cies pharma notamment). J’ai éliminé aussi les cies non rentables… j’ai encore 75 cies environ à regarder plus à fond sur ma liste de mcap.

      C’est impressionnant de voir la valeur de son CELI. Je ne peux que m’incliner.

      Reste à voir si je serais capable de faire comme lui…

  43. Je vous lis toujours mais je ne viens pas commenter chaque fois. Vous avez une excellente discipline et c’est ce que ça prend. C’est super que « le blogueur masqué » commence à prendre tranquillement du recul par rapport à sa stratégie de base et de le faire de manière rationnelle et constructive sans suivre la vague est très bien. D’un autre côté, suivre une méthode qui fonctionne pour soi et s’y tenir c’est très important. Mais avec le capital qui prend de l’envergure, c’est pas mauvais d’en réserver une partie pour « tester » des modèles différents. Par exemple, tester une autre méthode pendant 6 mois un an avec 10% de son capital c’est une avenue correcte et si on y trouve du confort et du succès ça peut mener loin. J’ai quand même une réserve sur les microcapitalisations. Il faut de bonnes connaissances et idéalement les visiter avant d’y investir. Ça prend de solides bases comptables pour lire entre les lignes des États Financiers. Bien sûr il y’a des gens qui ont du succès avec des CELI à 400K$ et plus mais combien se sont plantées? Votre méthode est excellente pour prendre confiance et visiblement vous comprenez bien ce que vous faite et les probabilités d’échec sont limitées. Mais comme vous l’avez aussi bien soulevé, les grosses capitalisations qui verse de gros dividendes sont très populaires, ça les rend très chères, leur appréciation est souvent inversement proportionnelle au dividende versées et leur capacité de croissance pas toujours au rendez-vous sans compter l’imposition du dividende versus le gain en capital (pour ceux qui ont maxé CELI, REEE et REER). Bref, la meilleure méthode est celle qui vous rend confortable et qui ne vous force pas à prendre des décisions impulsives.

    1. Frederic,
      Merci pour tes commentaires.
      Pour les microcaps, je suis allé approfondir le tout ce soir avec quelqu’un qui investit dans ces petites entreprises et qui a du succès. Je comprends mieux leur approche. C’est intéressant, mais pas évident. Je n’atteins pas encore ma zone de confort mais je vais continuer de m’instruire.
      Pour la comptabilité, tu as raison. J’ai des lacunes importantes là-dedans et rien à faire, ça colle pas dans ma tête… il faudrait que ça colle mais pour moi c’est comme si tu me demandais de lire le dictionnaire et d’avoir du plaisir… chaque fois que je commence à lire sur le sujet, ma tête part ailleurs..
      J’aime bien ce qui est passif et ça semble demander bcp de travail.
      Ceci étant dit, si le travail en vaut la chandelle… je suis prêt à redoubler d’efforts.
      Mais, ma priorité demeure l’atteindre de la liberté financière d’ici 6 à 7 ans. Et l’une des meilleures façons d’y arriver c’est d’épargner bcp et de ne pas perdre d’argent.

  44. Salut ! Premier commentaire sur ce blog sympa 🙂

    Je suis aussi très intéressé par GSI.V. Bon produits, potentiel d’expension intéressant, PE raisonnable (mon dernier deal était SHOP donc… ouais, c’est mieux, haha!)

    Je pense que le risqué viens, à mon avis, de la dilution:
    Quand on lis la dernier Financial Statement pour 2016, on se rend compte que le mode préféré de financement est la creation d’équité:
    « management cannot provide assurance that the Company will continue to achieve profitable operations (…) »
    « Management intends to continue to support the operations with financing initiatives primarily through, but not limited to, the issuance of equity. »

    Et le 4 Avril dernier, on peut voir que la compagnie à, encore une fois, annoncé qu’elle allait créer jusqu’à 10M de nouvelles unites, incluant 5M de Warrants.

    En plus des 3M (je crois) qui vont expirer en Juillet.

    Quand on considère que le volume total d’action n’est que de 62M, en ajouter potentiellement 18M, ca représente une dilution de l’ordre de 30%… et ca c’est le potential de dilution connu actuel, il va surement en avoir encore.

    Bref, je ne suis qu’un neophyte en investissement, mais je crois que c’est le risque majeur de cet investissement: est-ce que la compagnie va arriver à maintenir ses profits, ou est-ce qu’elle va se dilluer de plus en plus pour se tenir à flot.

    Ce que je trouve étonnant, c’est que la compagnie dégage 5M$ de « Gross profit » et est cash flow positive, mais qu’elle doivent encore émettre des shares à taux preferentiels ET des warrants.

    Dans quoi cherche t’elle a investir? Il semble que la recherché et développement soit nul – $Nil – pour l’année 2016 et 2015. C’est donc dire que la compagnie cherche à se concentrer sur ses produits existants, paufiner les logiciels et se concentrer sur la vente. Mais si les produits actuels ne vendent pas, il n’y a pas de plan B.

    (Fait intéressant, les warrants avaient jusqu’ici toujours eu un prix d’exécution de 0.25$, les derniers seront de 0.30$. Possible que ce soit une hausse artificielle par contre, car le prix de l’unité est de 0.20, en dessous des warrants qui arrivent à expiration.

    Fait intéressant #2: 0.30$ avec une expiration de 24 mois, est-ce donc dire que la compagnie ne s’attend pas de croitre de facon substantielle d’ici 2 ans ?)

    Enfin bref, j’ai la narrative qui part un peu dans tous les sens – il est tard-, mais j’ai l’impression qu’il manque un pièce au casse-tête.

    Si le prix de l’action peut redescendre sous les 0.24$ dans les prochains jours, je vais probablement me laisser tenter…

    1. Fmaz,
      J’ai eu la même réflexion que toi lorsqu’ils ont annoncé un nouvel appel à de l’investissement privé. Ils vont diluer bcp (20 millions d’actions à 0,20$ plus 10 millions potentielles en warrants à 0,30$) et les raisons invoquées ne m’apparaissent pas valables non plus. Je comptais sur la fin des warrants en juillet pour laisser de la place au titre afin qu’il prenne de la valeur.

      Mais dans l’état actuel de choses je ne suis pas certain encore de ce que je devrais faire. Je suis à +20% sur le titre avec la hausse d’aujourd’hui. Peut-être est-il temps pour moi de vendre… je n’ai pas eu bcp de temps pour y réfléchir…

      La dilution est réelle et terrible mais si les revenus pouvaient continuer à augmenter à ce rythme, ça ne serait pas si grave. Sauf que comme tu l’as si bien mentionné, les warrants à 0,30$ et l’émission à 0,20$… la cie ne semble pas anticiper de hausse substancielle de ses profits… il faut dire qu’avec toutes ces nouvelles actions les earnings per share vont en prendre pour leur rhume…

      Mais… il y a un facteur spéculatif/anticipation qui accompagne les penny stocks. Ici même avec la dilutation, le titre a augmenté de 12% juste aujourd’hui. C’est comme si les gens se disaient wow, ils vont avoir du capital pour faire croître la business!!…

      D’ailleurs l’offre de placement privé a été oversubscribed.

      Pas évident…

      Je n’ai investi que 1400$. Il est probable que je décide d’attendre de voir pendant quelque trimestres ce que la cie fera de ce nouvel afflux d’argent. Si ça les aide à accélerer la croissance des ventes le titre pourrait bien exploser.

      Je ne suis qu’un amateur et les startups, c’est pas mal risqué. Je suis peut-être complètement à côté de la track.

  45. Le blogueur masqué dit:
    « Mais dans l’état actuel de choses je ne suis pas certain encore de ce que je devrais faire. Je suis à +20% sur le titre avec la hausse d’aujourd’hui. Peut-être est-il temps pour moi de vendre… »

    Le % de retour c’est bien beau, mais le montant absolue est aussi un facteur important — sauf si tu automatise tes transactions et en fait plusieurs millier par jour.

    20% de $1400, c’est $280. As-tu pris tout ce risque et investi toute cette énergie pour $280? Clairement 20% ne doit pas être un « objectif ».

    Si tu crois que ta thèse initiale ne tiens plus, bien sur, vend pour limiter tes pertes (dans ce cas-ci avec un petit gain).

    Mais 20% sur $1400, ce n’est pas un « WIN ». Si tu joue avec des penny stocks, tu t’attend à de gros retour car tu risque gros.

    Bonne journée 🙂

    1. Fmaz,
      J’ai investi dans ce titre à cause des fondamentaux. En émettant bcp de nouvelles actions, disons que ça rend les choses complexes… ça dilue l’avoir des actionnaires à fond.
      D’une autre côté, il n’est pas rare que de jeunes cies nécessitent des capitaux frais pour croître mais j’avoue qu’ici je ne vois pas trop l’intérêt… à quoi servirons ces capitaux au juste?
      Je vais rester sur ma position et voir comment va la croissance des ventes. Ils pensent pouvoir faire croître les ventes grâce à ces nouveaux capitaux…. on verra!

      Mais sortir après 20% n’est pas si mal non plus. Je suis d’accord avec toi que dans le contexte c’est peu d’argent. Mais l’une des raisons pour lesquelles j’ai acheté à 0,235 c’est que les warrants expiraient en juillet. Là… on en a encore pour 2 ans avec des warrants qui vont caper le prix…

      Pas évident. Et c’est nouveau pour moi d’investir dans ce type de condition.

      Merci pour tes commentaires.

  46. Les warrants ne vont pas nécessairement «caper» le prix. Regarde PTE.V, la compagnie a fait un PP en mars 2016 avec des warrants à 0,25$ et le prix est monté à 0,35$-0,50$-0,75$-1$ alors que les warrants étaient libres. Ça dépend de qui les détient.

    Selon ce que j’ai entendu, les derniers placements de GSI avaient été mis entre les mains d’actionnaires qui n’avaient pas d’horizon long terme alors oui, dès que le prix était quelques sous en haut du 0,25$, des warrants étaient exercés. Encore plus à l’approche de leur date d’expiration, ça c’est normal.

    Pour ce placement, j’ai entendu (des ouï-dire mais bon) que la demande venait de petits fonds d’investissement et de «large sophisticated retail investors». Ça ne me surprend pas car dès qu’ils ont annoncé qu’il augmentait à 4M$ j’ai demandé d’avoir une plus grosse allocation et je ne l’ai pas eu. La demande était donc forte. Tout ça pour dire que si les actionnaires qui ont participé ont une vision long terme et croit au potentiel, ils n’iront pas liquider leurs warrants à 0,35$-0,40$-0,50$. Il y en aura certainement mais si le marché, ou encore mieux, les fonds institutionnels commencent à s’intéresser à GSI, ça passera dans le beurre. À suivre.
    ————————-
    Sous une autre note, énorme dilution effectivement. Pleinement dilué on parle de près de 50%…63M d’actions à 93M. Personne aime voir ça. Pas beaucoup d’info sur comment ils vont utiliser l’argent non plus pour l’instant mais regarde ce passage :

    During the past 12 months Gatekeeper has been in discussions with multiple school districts, representing over 5,000 school buses, to install complete and fully functioning stop-arm camera systems for a specified period (the “Evaluation Phase”). The Evaluation Phase enables school districts to verify the quality of Gatekeeper’s Student ProtectorTM technology and monitor the number of stop-arm violations occurring in their districts prior to entering into a contract.

    The Company currently has twenty-four school districts throughout the United States in the Evaluation Phase, representing 1,862 school buses, and is hopeful that it will be awarded additional contracts following the completion of these Evaluation Phases.

    Comme c’est GSI qui débourse pour l’installation des caméras (2000$/caméra avec un payback de 8 semaines selon un article de l’année passée)…Un potentiel de 5000 caméras x 2000$ = 10M$. Ça me laisse croire que le management anticipe beaucoup de contrats de stop arm à venir et que leur cashflow permettrait pas de supporter ça. On verra bien.

    Divulgation : J’ai participé au placement

    1. Barberiche,
      Désolé pour le délai de réponse. J’ai vraiment très peu de temps libres dernièrement et je les passe tous sur mon screener boursier.

      Intéressant ce que tu apportes. Je n’ai que 1400$ investi alors je suis prêt à attendre pour voir comment se déroule la suite des choses. Mais j’avoue qu’ici ça ressemble de plus en plus à de la spéculation. Je mise sur un cheval qui a fait quelques preuves mais pas tant que ça.

  47. Eh bien je suis à environ -40% en ce moment.
    On va voir comment ca va tourner.

    Pour moi avec ce genre de stock, j’investi en m’attendant que ca va soit tomber à zéro (façon de parler) ou offrir un retour d’au moins 300%.

    Je n’ai rien vendu, mais je ne me sens pas en confiance d’augmenter ma position dans l’état actuel des choses.

    (Par exemple, j’ai investi dans Aimia après le crash et dans Mason Graphite quand s’était plus bas. Je regarde aussi dans le biopharma sur les compagnies qui travaille sur les thérapies CAR-T, dont le premier traitement a recu l’approbation de la FDA)

    1. François,
      C’est mon premier investissement dans une micro cap et il est clair qu’il faut avoir le coeur bien accroché. Depuis l’appel à l’épargne, le titre est passé de 23 cents à 12 cents… ils ont tellement dilué l’avoir des actionnaires…
      J’ai fait une « moyenne à la baisse » (ça sonne loser lol) et j’ai donc maintenant 18k actions à un coût moyen de 16 cents mais maintenant je m’assoie et je regarde. Ils ont les cartes en main (le cash levé) pour développer ĺeur offre. Vont-il y arriver?
      Il est trop tot pour savoir si c’est un bon ou mauvais investissement. Une chose est certaine par contre, c’est que c’est un investissement volatil.

      Pour moi, c’est du play money. Je peux me permettre et je suis préparé psychologiquement à voir cet argent tomber à 0. Évidement ce n’est pas ce que je souhaite mais bon… ça pourrait arriver.

      Je n’aurais pas le coeur assez solide pour être investi à 100% dans de tels titres par contre. Déjà avoir 3k là-dedans je suis à ma limite maximale!

      Je doute que ce titre dépasse les 40 cents avec les nouveaux warrants mais on verra. Parfois ça bouge tellement vite. Alors adieu les 300% mais j’ai la possibilité de faire 100% ou un peu plus je pense au cours des 2 prochaines années. We’ll see.

  48. Pour GSI, suite à l’annonce de l’augmentation du PP à la mi-avril et ce jusqu’à la mi-mai, l’action a été shorté plus qu’à l’habitude pour environ 1.2M d’actions. Ça semble avoir amorcé la descente jusqu’à 0,20$ish.

    Ensuite, il y avait les actions du PP qui devenaient libres à la fin-août ce qui a probablement encouragé quelques-uns à vendre avant cette date sachant que ça pourrait mettre encore plus de pression à la baisse.

    Et maintenant on approche la fin de l’année et je ne serais pas surpris qu’il y ait encore des vendeurs pour le tax loss. Personnellement je le détiens dans le celi mais sinon c’est ce que je ferais…

    À moins d’avoir une opportunité trop alléchante qui se présente, je vais maintenir ma position et laisser encore quelques trimestres à la compagnie.

    1. BarbeRiche,

      Interessant de voir tout ça aller… comment les « investisseurs micro caps » jouent avec les titres microcaps comme avec de la loterie.

      Moi aussi j’ai ça en CELI donc on va laisser couler. Mais je pensais laisser effectivement plusieurs trimestres (au moins 1 à 2 ans
      ) pour laisser le temps au management de mettre leur plan en place et de développer leur marché. J’ai envie de voir où ça va nous mener tout ça. Ce qu’ils veulent faire avec l’argent recueilli n’arrive quand même pas du jour au lendemain.

  49. Un peu plus d’explication pour GSI…

    Le titre est détenu par un fonds (BC Discovery Fund) qui aurait été créé dans le cadre du programme de crédit d’impôt pour capital de risque (SBVCA) impliquant que le fonds devait détenir les investissements pendant au moins cinq ans. Ce délai est maintenant passé pour GSI et le fonds est entrain de liquider sa position passant de 4.6M d’actions en décembre 2016 à 3.7M en mai 2017. Pas d’autre vente en juin-juillet-août mais il sera intéressant de voir le rapport de septembre alors qu’il y a eu beaucoup de volume dernièrement.

    Il semblerait que le fonds est entrain de liquider tous ses actifs tranquillement passant de 55M$ en 2012 à 25M$ maintenant…ils n’acceptent plus de nouveaux investissements non plus. Selon ce que j’ai vu, il retourne le capital aux investisseurs sous la forme de dividendes et GSI est la seule compagnie publique détenue par le fonds (ils ont liquidé les deux autres en 2017 soit Vigil Health et Avigilon Corporation) alors tout porte à croire qu’ils liquideront le reste.

    6M$ en cash, 10M$ en revenus l’année passée avec des trimestres profitables…et se transige à un marketcap d’un peu plus de 10M$……l’évaluation me semble ridiculement basse mais la combinaison du fonds et de vente pour perte en capital de fin d’année vont possiblement créer de la pression sur le prix de l’action.

    Bien hâte de voir le Q4 en décembre. Historiquement, c’est le trimestre le plus fort de l’année. À suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.