Pourquoi demander « pourquoi » à quelqu’un qui a réussi à prendre sa retraite avant 40 ans c’est passer à côté de la plus belle chance de sa vie?

Ad Blocker Detecté

Ce site web est rendu possible grâce à la publicité. Veuillez considérer de désactiver votre "adblocker" afin de nous encourager à maintenir ce site gratuit.

Chaque fois que je dis que je veux prendre ma retraite jeune, on me demande « Pourquoi??? ».

J’ai mes propres raisons bien sûr et elles pourraient être bien différentes des vôtres. Pourtant, ceux qui me posent cette question passent tellement à côté de l’essentiel.

Lorsque le Jeune Retraité et sa conjointe sont passés à Salut Bonjour la semaine dernière, la question à 100$ à Gino a été « Pourquoi? ».

Et quand les gens ne demandent pas pourquoi, ils partent souvent dans des envolées lyrique interminables visant à justifier POURQUOI pour eux c’est impossible.

Or, la réalité est là. C’est un fait indiscutable. Il est totalement possible de prendre sa retraite à 30 ans ou à 40 ans avec un salaire moyen. Des tas de gens le font. Je suis en train de le faire lentement mais sûrement et nous sommes plusieurs ici à faire la même chose.

Si tu rencontrais Harry Potter demain et qu’il lançait un patronus, il me semble que la première question à poser serait plutôt « comment??? », non? 

Alors que tout le monde s’échine et s’acharne à travailler jusqu’à l’aube de la mort, tu as devant toi 2 foutus magiciens qui ont réussi à prendre leur retraite 30 ans… pas 2 ans… 30 ans avant TOUT le monde avec un salaire normal et la première et quasi seule chose qui te vient en tête c’est « Pourquoi??? »…

Quand David Copperfield a fait disparaître la statue de la liberté, tout le monde voulait savoir comment. Peu se sont demandés « pourquoi? ».

Il est difficile de penser en dehors de la boîte. Cette faculté n’est pas donnée à tous et elle n’est pas distribuée également dans la population non plus. Ce n’est pas pour rien qu’un mandat sur deux, les conservateurs sont au pouvoir. Les gens aiment s’accrocher au passé, à ce qu’ils connaissent, car l’inconnu c’est l’insécurité et l’insécurité c’est la peur. (Je ne suis pas en train de dire que Libéraux c’est mieux by the way… les deux s’entendent sur le fond, ils n’ont que des débats sur la forme).

L’homme en général va fuir les situations dans lesquelles il se sent peu à l’aise et choisir la facilité, le plaisir facile.

Que l’on retourne à l’époque de la caverne de platon ou qu’on reste au 21è siècle, on peut constater une chose, l’homme a bien peu changé au cours des 5000 dernières années.

Moi je fais le pari suivant. Tant et aussi longtemps que ce système pourra fonctionner (capitalisme sauvage), il fonctionnera. Dans 100 ans, nous serons entre 11 et 15 milliards sur cette planète et nous inventerons des technologies pour nourrir les gens avec moins de ressources (fermes verticales par exemple) et se battre contre le naturel car nous voulons à tout prix continuer à vivre dans cette psychose collective qu’est la société occidentale moderne et ce au détriment de bien des humains, des animaux et de notre habitat à tous : la Terre.

Tant que la planète ne nous forcera pas à changer, l’humain continuera ce cycle.

Trop peu de gens ont la faculté de comprendre que ces systèmes ne font pas de sens. Trop peu de gens ont la faculté de comprendre que la croissance infinie dans un univers fini est impossible. Trop peu de gens ont la faculté de comprendre que nous sommes à la croisée des chemins, que nous faisons face à deux crises simultanément pour lesquelles les solutions sont opposées.

D’une part, il y a cette crise économique dont la seule voie de sortie est la croissance. Et d’autre part, nous faisons face à une crise écologique sans précédent dont la seule voie logique de sortie est la décroissance.

Or, je sais que nous continuerons avec la croissance, quitte à inventer des appareils pour dépolluer l’environnement, quitte à planter des forêts d’arbres artificiels plus efficaces que les vrais arbres… quitte à coloniser d’autres planètes…

J’aimerais être optimiste face à l’humain, mais il me déçoit constamment.

Einstein disait, paraît-il, qu’il existe deux choses infinies :

  1. L’univers
  2. La stupidité humaine

Et il avait des doutes sur la nature infinie d’une de ces choses… je vous laisse deviner laquelle.

Sur ce, la prochaine fois que vous avez la chance d’interroger un magicien, pensez à demander « comment ». Vous pourriez être grandement satisfait du résultat. Les gens qui réalisent de grandes choses ont généralement envie d’en parler…

Voici comment JeuneRetraite.ca et sa conjointe vont prendre leur retraite avant 40 ans.

Leave a Reply