Des dividendes pour se chauffer les fesses!

Ad Blocker Detecté

Ce site web est rendu possible grâce à la publicité. Veuillez considérer de désactiver votre "adblocker" afin de nous encourager à maintenir ce site gratuit.

Avec le marché à des sommets inégalés, le taux de change US/CAN qui frôle les 1.34, trouver des opportunités devient de plus en plus difficile.

Cela ne veut pas dire qu’il faut cesser de chercher. Au contraire, peut-être faut-il justement chercher plus fort.

Pour cette raison, j’ai décidé de revoir les compagnies qui versent un dividende en croissance au Canada.

Le premier article de cette série traitera des compagnies spécialisées dans les « utilities ».

Canadian utilities (CU)

Basée en Alberta et détenue par ATCO, Canadian Utilities se spécialise dans la création, transmission et distribution d’électricité, dans la transmission, distribution, stockage et le développement d’infrastructures liés aux pipelines (gaz naturel), mais elle oeuvre aussi dans la vente de gaz naturel et d’électricité au détail.

CU paie un dividende en croissance à ses actionnaires depuis 45 années consécutives, en faisant le titre ayant la plus longue croissance ininterrompue du dividende au Canada.

Au cours des 10 dernières années, elle a hausse son dividende en moyenne de 8,5% par an. Et à son cours actuel, on obtient un dividende initial de 3.9%.

La dernière hausse du dividende vient d’être annoncée faisant passer le dividende de 1,30$ à 1,43$ par an, soit une croissance de 10%.

J’adore ce titre et j’en possède présentement 53 actions.

Fortis (FTS)

Fortis verse un dividende en croissance depuis 43 ans à ses actionnaires. Au cours des 10 dernières années, elle a augmenté son dividende en moyenne de 8,5% par année aussi.

À son cours actuel, on obtient un dividende de 3,9%.

92% des activités de Fortis sont liées à des services hautement réglementés. L’avantage, c’est que le revenu de Fortis est presque une rente. Le désavantage, s’il y a un petit wise qui se fait élire et qui décide de modifier des réglementations… oups!

Mais, c’est la même chose avec tous les « utilities ». Et c’est d’ailleurs pour cette raison qu’il faut diversifier son portefeuille.

Contrairement à certains, comme DividendMantra, les utilities peuvent trouver une place dans mon portefeuille. J’aime la stabilité de leurs revenus, la solidité de leur système en place (infrastructures) qui créent une barrière à l’entrée presqu’infranchissable pour quiconque aimerait les concurrencer.

En fait, je pense que la seule façon de les concurrencer, serait d’éliminer complètement leur nécessité en inventant des systèmes qui permettent aux gens d’être réellement « off-grid » à un coût abordable.

Tesla cherche ça notamment… et plusieurs autres compagnies aussi.

Mais, rien n’est réellement concret et fonctionnel pour nos hivers canadiens pour l’instant et je ne crois pas que c’est demain la veille que ça va arriver.

Chauffer une maison à -40 prend nécessite beaucoup d’énergie.

Quanrante-sept milliards en actifs, des revenus de 6,7 milliards, 3 millions de clients, voilà une belle grosse compagnie que j’aimerais avoir en portefeuille.

Il semble que j’attende toujours le « bon moment » pour acheter et que je ne le trouve jamais. Alors, comme avec certains titres tels que JNJ, il est possible que je fasse juste initier une position petit à petit au fil du temps.

C’est une très grosse cie alors, il est difficile de la décrire en quelque lignes, mais en gros elle offrent des services de génération et transmission d’énergie au Canada, aux États-Unis et dans les Caraïbes.

Atco (ACO-X)

Atco verse un dividende en croissance à ses actionnaires depuis 23 ans. Au cours des 10 dernières années, la croissance de son dividende a été de 10.8% et à son cours actuel, on obtient un dividende de 2.87%.

ATCO possède Canadian Utilities.

Basée en Alberta, ATCO est une cie d’environ 20 milliards de dollars qui oeuvre dans les domaines de la structure et logistique, de l’électricité, des pipelines et est aussi un détaillant d’énergie.

Elle fait affaire au Canada, aux États-Unis, au Mexique, en Afrique, en Europe, en Australie et ailleurs dans le monde, apportant une diversification que les autres offrent moins.

Je ne possède pas d’actions d’Atco pour l’instant, mais il est probable que j’en achèterai éventuellement. Sauf, qu’en achetant Atco, je rachète du Canadian Utilities par la bande… On verra.

Emera (EMA)

Emera paie un dividende en croissance à ses actionnaires depuis plus de 10 années consécutives.

Au cours des 10 dernières années, la croissance du dividende d’Emera a été de 8.4% par an.

Pour vous donner une idée de la force de l’intérêt composé sur les dividendes, si vous aviez acheté 1000 actions d’Emera en 2006, votre dividende annuel aurait été de 890$. Dix ans plus tard, sans ne rien faire d’autre que de regarder le temps qui passe, votre revenu serait maintenant de 2090$ et ce, sans avoir réinvesti vos dividendes!

Voilà pourquoi j’adore l’investissement par croissance du dividende. Moi, en plus, je réinvestis les dividendes et je vais continuer de le faire pendant au moins les 6 prochaines années.

En comparaison, si on avait obtenu uniquement l’inflation, le revenu serait de 1085$ par an (inflation à 2% par année). Donc, ici on ne fait pas que maintenir ses revenus à l’inflation. On s’enrichit aussi!

Basée à Halifax, Emera est une compagnie diversifiée d’énergie et services qui détient environ 27,5 milliards en actif et environ 6,3 milliards en revenus.

Elle a des opérations, au canada, aux États-Unis et dans les Caraïbes.

Elle oeuvre dans la génération, transmission et distribution d’énergies électrique et de gaz naturels.

Ce que j’aime bien d’Emera c’est qu’elle met le focus futur sur l’énergie renouvelable avec quelques uns de ses projets.

75-85% de ses revenus proviennent d’activités avec des tarifs réglementés.

Brookfield infrastructure partners (BIP.un)

BIP paie un dividende en croissance à ses actionnaires depuis 9 ans et au cours des 5 dernières années, elle a augmenté son dividende de 11.9% par année en moyenne. À son cours actuel, on obtient un dividende de 4.43%.

BIP opère un réseau d’infrastructure qui facilite le transport et le stockage d’eau, d’énergie, de passagers et aussi de conteneurs.

Elle détient notamment 145 milliards en actifs immobiliers, 32 milliards en infrastructure, 30 milliards d’actifs en énergie renouvelable et 18 milliards en actif sous contrôle dans différents domaines tels que la construction, l’exploration dans le domaine de l’énergie, les mines, la manufacture, la construction résidentielle.

Personnellement, je trouve que ça devient difficile de s’y retrouver…

L’objectif de la cie est d’obtenir un retour sur équité de 12 à 19 % par an et d’offrir une distribution de 5 à 9% à ses porteurs de parts.

Algonquin Power and utilities (AQN)

AQN verse un dividende en croissance chaque année depuis plus de 6 ans à ses actionnaires. Au cours des 5 dernières années, le dividende a augmenté de 8.9% par an. Sur dix ans par contre, son dividende à diminué de 7.7%.

De 2002 à 2008, le dividende mensuel était de 0.0766$. Puis, en 2008, avec la crise financière, AQN a coupé solide dans son dividende en le descendant à 0.02$ par action par mois. Soit un dividende de 24 cents par an par action vs un dividende de 0.92$ par action par an.

C’est exactement le genre de chose qu’on ne veut pas voir arriver.

Bien qu’avec 20 titres on peut obtenir une diversification suffisante, comme j’ai l’intention de vivre et de vivre longtemps même, des revenus tirés de mon portefeuille, il est fort probable que mon portefeuille sera composé d’au moins 50 à 100 cies au final car la sécurité de mes revenus primera sur le rendement total.

Pour l’instant, AQN ne fait pas partie de mon portefeuille et 6 ans à adopter le style « dividend growth » me semble encore peu.

Autres titres de « utilities » à garder sous le radar :

Brookefield renewable energy partners Ltd (BEP.un), Enbridge income fund holding (ENF), Transalta renewable (RNW), Capital power corp (CPX), Inergex renewable energy (INE), Valener (VNR), Hydro-One.

Je ne prendrai pas le temps de détailler toutes ces compagnies car elles versent un dividende en croissance depuis trop peu de temps pour que je les considère pour mon portefeuille de revenus en croissance.

Conclusion

Question « chauffage », on est bien garni au Canada avec plusieurs solides compagnies qui versent un dividende en croissance depuis un nombre d’années plutôt impressionnnant.

Bien sûr, comme avec n’importe quoi, rien n’est jamais garanti dans la vie! Alors il faut quand même faire ses devoirs et prendre des décisions pour nous-même.

Moi j’ai choisi d’investir dans Emera et Canadian Utilities pour l’instant. Fortis et possiblement ATCO feront aussi partie de mon portefeuille plus tard, j’en suis pas mal convaincu.

Et vous, détenez-vous quelques un de ces titres dans votre portefeuille? Êtes-vous satisfaits du rendement?

Leave a Reply