URGENT : Intéressés par les mini-maisons? 

Ad Blocker Detecté

Ce site web est rendu possible grâce à la publicité. Veuillez considérer de désactiver votre "adblocker" afin de nous encourager à maintenir ce site gratuit.

L’été dernier je suis allé au Festival des Mini-maisons de Lanthier. Comme vous le savez, je veux atteindre la liberté financière à un jeune âge et apprendre à contrôler ses dépenses dans les 3 sphères suivantes : logement, transport, nourriture, c’est vraiment le nerf de la guerre!

Durant cette visite, j’ai eu la chance de rencontrer très brièvement Gabriel-Leblanc Parent, un passionné des mini-maisons, fondateur de la compagnie Habitations MicroEvolution et de visiter sa mini-maison sur roues.

Le concept de mini-maison en est encore à ses balbutiemments au Québec. L’intérêt est là, mais beaucoup de travail reste à faire auprès des instances gouvernementales, des institutions financières et il faut aussi rendre le produit le plus abordable possible. Car c’est ce qui intéresse les gens au final!

Ce que j’aime du projet de Gabriel, c’est qu’il intègre une foule de solutions écologiques ou écoénergétiques à son projet. Et le concept de mini-maison s’inscrit donc (en théorie) vraiment bien dans le mouvement Early Retirement Extreme qui rallie des gens qui ne veulent pas seulement atteindre la liberté financière à un jeune âge, mais qui s’intéressent aussi à des processus durables.

Gabriel a récemment lancé une campagne sur Kickstarter visant à amasser 10,000$ pour créer un guide destiné à aider les auto-constructeurs de mini-maisons, mais aussi les gouvernements et les institutions financières à prendre des décisions éclairées sur le sujet.

Son objectif : aider le mouvement Tiny house à prendre de l’ampleur au Québec et à gagner en crédibilité.

Si vous êtes intéressés par le sujet, voici le site de sa campagne kickstarter.

Il ne reste que 4 jours à sa campagne alors faites vites si vous voulez y contribuer.

Déclaration :

Ceci ne doit pas être pris comme un endossement de sa campagne de financement.

Notez que j’écris cet article de mon propre gré. Je ne suis pas rémunéré pour le faire. Je n’ai aucun intérêt financier ou autre dans son projet. Je ne connais pas Gabriel personnellement. Je n’ai pour l’instant pas contribué financièrement à sa campagne mais j’envisage de le faire parce que le sujet m’intéresse et parce que je crois personnellement qu’il est bien d’encourager l’entrepreneuriat Québécois. On le fait très peu… pourtant c’est là que l’avenir de nos enfants va se jouer. Alors il va falloir que les Québécois arrêtent d’être cheap en ce domaine car les emplois fondent comme neige au soleil au Québec. Sans entreprenariat… les choses ne vont pas aller en s’améliorant.

Loin d’être un expert du sujet, je crois que le projet « Tiny house » a du mérit, mais je crois aussi qu’il a encore beaucoup de croûtes à manger pour devenir crédible dans l’industrie et le travail de Gabriel pourrait possiblement permettre au projet naissant de mettre quelques unes de ces croûtes dans son bedon.

Ma première critique du mouvement Tiny house, c’est le prix. Si je dois vivre dans un appartement gros comme un cabanon, il va falloir que ça ne coûte pas beaucoup plus cher que le prix d’un cabanon isolé plus la plomberie, l’électricité, la dalle, le terrain et les infracstructures nécessaires (eau potable, eaux usées). Moi… passé 50,000$ je commence à trouver ça cher… à partir de 75,000$ je commence à décrocher. Il y a des milliers de maisons (des vraies) à vendre pour moins de 100,000$ au Québec… Donc, ça c’est le premier enjeu.

Quant au fait de vivre à l’année dans une roulotte hivernisée… Gabriel l’a fait à ce que j’ai compris pour prouver la viabilité de son concept. Mais les enjeux sont complexes ici. Où parker cette roulotte? Pour l’instant on ne peut le faire que sur un terrain privé occupé par une résidence normale ou sur un terrain de camping avec accès annuel. Pas évident…

Ensuite, ce que j’aime du mouvement Tiny house, c’est le fait qu’en plus de chercher à nous forcer à vivre selon nos moyens, il nous force aussi à réduire notre empreinte écologique et à vivre le plus possible dehors. Mais, avec notre superbe climat Québécois, est-ce réaliste? Qui veut se les geler en-dessous de zéro? Et avec de jeunes enfants… le manque d’espace causera-t-il des problèmes?

Il y a de nombreux enjeux à ce projet au Québec et peut-être qu’il n’y a pas de solutions pour tous. Mais, il y a un créneau de marché, une part de gens pour qui ça pourrait répondre à un besoin.

Beaucoup d’opportunistes essaient présentement de recycler l’engouement pour le transformer en revenus à mettre dans leurs poches. C’est normal, nous vivons dans une société capitaliste. Je demeure donc prudent dans mon propre engouement pour le projet Tiny house.

25 Comments

  1. Ginette
  2. Maxime
  3. Ginette
  4. Maxime
  5. Petes
  6. Stéph
  7. Stéph
  8. Maxime
  9. Maxime
  10. Petes
  11. Petes
  12. Petes
  13. Petes

Leave a Reply