Comment et pourquoi la compréhension de la formule de l’intérêt composé a changé ma vie!

Ad Blocker Detecté

Ce site web est rendu possible grâce à la publicité. Veuillez considérer de désactiver votre "adblocker" afin de nous encourager à maintenir ce site gratuit.

Il existe une rumeur qui dit qu’Albert Einstein aurait un jour déclaré que l’intérêt composé était la force la plus puissante de l’univers. Malheureusement, peu de gens comprennent réellement et visualisent ce qu’est et ce que peut faire l’intérêt composé et pourtant, c’est partout autour de nous.

Par exemple, en économisant 100,000$ avant 30 ans, en n’y touchant plus ensuite et en obtenant un rendement composé de 8% par an, à 60 ans on obtient plus d’un million de dollars et c’est là où les choses deviennent intéressantes!

À 65 ans, on aurait près d’1,5 million et à 90 ans plus de 10 millions de dollars.

capture

Maintenant, supposons que notre succession recevait ce 10 millions de dollars et le laissait fructifier pendant un autre 20 ans, le magot se transformerait en près de 50 millions de dollars.

Et il faudrait 150 ans au total pour transformer 100,000$ d’épargne en 1 milliard de dollars.

C’est ça l’intérêt composé. C’est l’argent que fait l’argent si on le laisse à lui-même.

C’est cette analyse qui m’a fait comprendre que moi aussi, je pouvais y arriver et m’en sortir.

Aujourd’hui, mon portefeuille a dépassé le 80,000$ en épargne. Cette épargne fait de l’argent par elle-même et me génère actuellement plus de 2500$ par an en revenus passifs sans compter la croissance de la valeur de mes actions. Je sais qu’en continuant d’épargner pendant encore 10 ans et en réinvestissant les revenus de l’épargne je pourrai atteindre la liberté financière. C’est inéluctable et comprendre cela a complètement changé ma vie. Et si mes enfants le comprennent aussi alors ils devraient pouvoir assurer le bien-être familial de mes descendants pendant des générations.

Mais, j’ai ensuite réalisé que l’intérêt composé est un concept mathématiques qui ne s’applique pas uniquement à l’argent.

Prenons la population mondiale par exemple. En 1950, la population mondiale était estimée à 2,55 milliards d’humains. En 2016, à 7,5 milliards d’humains, soit une croissance annuelle  composée de 1,67%.

Avec un taux composé de 1,67%, la population mondiale a presque triplé en 65 ans… À ce rythme, en 2172 nous serons 100 milliards sur cette planète… fou non?

Dire qu’à l’époque de Jesus Christ, il semble que nous étions environ 200 millions d’humains à arpenter la terre. Il nous aura fallu à peine 2 millénnaires pour mettre toutes les ressources et les autres formes de vie en péril.

Car, l’intérêt composé n’apporte pas que de belles choses. Les humains ont en effet des désirs illimités en plus de se multiplier comme des lapins. Et pour satisfaire leurs désirs, il faut exploiter à fond la caisse toutes les ressources disponibles.

Parlons nourriture par exemple.  En ce moment, l’Américain moyen mange 145 lbs de chaire animale par année alors que dans les années ’90, il mangeait environ 135 lbs de viande. La consommation s’accélère et tous les écologistes s’alarment. Ceci n’est pas soutenable!

L’Amérique, qui abrite environ 5% de la population mondiale consommait plus de viande que tous les autres humains de la terre. Mais voilà que les Chinois, qui étaient quasi végétariens (riz, légumes) depuis des millénaires, ont décidé de se lancer dans la consommation de viande à grande échelle. En effet, en 1982 on estimait que les Chinois mangeaient pour environ 29 lbs de viande par an. Voilà qu’ils en sont à 138 lbs et que leur gouvernement s’attend à ce qu’un autre 66 lbs par an soit ajouté si rien  n’est fait pour renverser la tendance.

Le problème? Outre la cruauté animale et l’exploitation d’êtres doués de sentiments et d’intelligence dans des proportions inouies (si vous doutez encore que les animaux ont une intelligence et des émotions il est temps que vous passiez du temps avec eux), la terre ne peut pas supporter le type d’élevage intensif à grande échelle nécessaire à ce type de diète.

Je pense que les gens ne comprennent pas ici les proportions grandioses que cette consommation de cadavres d’animaux (steak, viande, poulet, porc si on veut utiliser les abstractions au lieu d’utiliser les vrais mots) a prise.

On mange sa petite poitrine de poulet, un steak ici et un autre là, un peu de bacon par ci et on ne se rend pas compte que chaque personne en Amérique exige la souffrance et la mort d’au moins 7000 vies animales pour soutenir sa propre consommation de viande. Ce n’est pas qu’une catastrophe écologique sans précédent. C’est un génocide perpétuel, l’enfer sur Terre, que nous faisons vivre à ses animaux! Ce qu’ils vivent est comparable ou pire que ce que les Nazis ont fait subir aux juifs durant la deuxième guerre mondiale. Pire… parce que pour eux ce cycle n’a pas de fin… ils naissent et meurent et naissent et meurent sans aucune possibilité d’échapper à leur sort.

Qui sommes nous donc pour décider de la vie et de la mort d’autres êtres vivants? Je crois qu’il est temps qu’on se pose la question et moi c’est de constater l’effet de l’intérêt composé sur cet aspect qui me l’a fait réaliser.

Gandhi disait qu’un peuple se juge à sa façon de traiter les animaux. Ce sont des êtres plus faibles que nous et nous, nous les exploitons et les trahissons dans leur droit le plus sacré, le droit à la vie. Nos descendants dirons de nous que nous sommes des barbares sans âmes, des hommes de Néandertal, stupides et ravageurs. Et ils auront raison.

Ici les chiffres diffèrent selon ce qu’on inclut ou pas (les animaux qui servent à des expériences, les poussins mâles qu’on met au broyeur vivant dès leur naissance – oui c’est vrai on fait ça, on met des bébés poussins naissant et bien en vie directement au broyeur sans anesthésie, les poissons qu’on pêche dans nos filets mais qu’on ne consomme pas, les animaux dont on nourrit les animaux, les animaux morts à cause de notre activitée humaine etc). Au total, on estime que nous tuons au-delà de 60 milliards d’animaux par an uniquement pour notre appétit humain et ce chiffre explose si on ajoute le reste…

60… milliards… et la blague? On se vante d’aimer les animaux!!!!

Ehhh si tu aimes les animaux, svp ne me dit jamais je t’aime!

Les humains en agrégat n’aiment pas les animaux. Les occidentaux aiment leur chien ou leur chat, pas les animaux.

Moi, je n’ai pas honte de le dire, je n’aime pas vivre avec des animaux. J’aime les regarder dehors oeuvrer à leurs besognes, mais pour vivre avec des animaux depuis plusieurs années, je crois sincèrement qu’ils seraient mieux entre eux et sans moi et moi je serais mieux sans eux. On ne devrait pas posséder d’animaux. Je le pense. Je sais que des liens peuvent se créer entre un homme et son chien ou entre une femme et ses chats… mais je suis persuadé qu’un chien serait plus heureux en meute avec ses pairs à courrir à travers la forêt et les plaines, à vivre son animalité naturelle.

Ici, on ne mange pas les chiens et les chats. En Chine par contre, ils ne se privent pas de manger les chiens et ici on s’offusque…

Saviez-vous qu’un cochon a l’intelligence d’un enfant de 4 ans environ. Il est plus intelligent qu’un chien.

Les tests d’intelligence révèlent que les cochons sont plus intelligents que votre chien ou qu’un chimpanzé

Sachant cela, voici comment on traite les cochons pour en faire du bacon :

Et si vous pensez que ce cas est isolé, que ça ne se passe pas au Québec, je pense qu’il est temps que vous regardiez le superbe film Bacon : Le film produit par l’ONF :

 

Qui s’offusque? Nous sommes peu…

Sommes-nous plus intelligents que les Chinois? Quelle est la différence entre manger un chien et manger un cochon? Le cochon apparait avoir en plus une intelligence et un niveau de conscience supérieur au chien… on peut donc inférer qu’il souffre encore plus qu’un chien pourrait souffrir de ce sort macabre.

Les humains sont forts pour s’auto-manipuler. En inventant de nouvelles abstractions dans notre language on se voile la face. Un morceau de cadavre d’animal mort est un steak. Mais les gens ne veulent pas voir d’où il vient, comment il a été élevé, puis tué et découpé, puis « vieilli »… yeurk.

Nous sommes 7,5 milliards d’humains sur terre. Si nous nous mettons à consommer tous 7000 animaux durant notre vie, il nous faudra élever et tuer la somme astronomique de 52 trillions 500 milliards d’animaux, un chiffre que j’ai de la difficulté à visualiser… ça dépasse l’entendement.

Nous sommes environ 4 millions d’humains à Montréal et dans les environ et je me sens déjà étouffé. Ceci représente 0,000007% de la somme de tous ces animaux.

Et si on sait que pour fournir une livre de viande de boeuf, on estime qu’il faut environ 2400 gallons d’eau (environ 9000 litres) alors qu’il en faut environ 25 pour produire 1 lbs de céréales… oufff… Ceci veut dire que puisque nous consommons 145 lbs de viande par an et que nous vivons en moyenne 75 ans, il faudra utiliser environ 99 millions de litres d’eau propre pour produire la viande d’un seul humain. Je n’ose même pas faire le calcul avec 7,5 milliards d’humains.

On sait que les Grands Lacs contiennent 22684 kilomètres cube d’eau  ou 2.2684E+16  de litres d’eau. Si vous vouliez voir le chiffre que ça représente, c’est environ ça… 22 684 000 000 000 000 litres d’eau.

Et si on prend les 30 millions de Canadiens et la consommation requise pour produire la viande qu’ils mangent (pas les bains, douches, toilette, lavage de voiture, cuisson, piscine et gaspillage), on obtient le chiffre magique de 2,97E15 sur ma calculatrice, donc 2 970 000 000 000 000 litres d’eau, donc un peu plus d’un dixième des Grands Lacs. Évidemment, les Américains aussi siphonnent les Grands Lacs! Oups… Et n’oublions pas que c’est la consommation d’une seule génération d’humains… et qu’on ne tient ici pas compte de nos douches, de l’arrosage de nos pelouses etc… Les Grands Lacs vont y passer c’est certain!

Les écologistes ne sont pas des fous ou des alarmistes, ce sont des mathématiciens qui comprennent une formule mathématiques simple qu’il semble que peut d’entre nous comprenions ou voulions comprendre…

Et je sais qu’ici en Amérique nous pensons que l’humanité s’est bâtie sur la viande, mais je pense que ça devient évident ici que c’est faux. L’humanité s’est davantage bâtie sur les céréales et les légumes, fruits, noix.

D’ailleurs, les chinois et les indiens mangeaient jusqu’à tout récemment peu de viande traditionnellement. Pourtant, quels peuples sont les plus nombreux sur terre?

La viande a joué un rôle, mais pas « LE » rôle que les lobbies de la viande cherchent à lui donner.

Évidemment, rien n’est totalement noir ou blanc. Certains peuples, comme le peuple Inuit, ont prospéré en mangeant presqu’exclusivement des produits carnés, mais ils sont rares.

Et aujourd’hui, toutes les grandes associations de luttes contre le cancer, le diabète, les maladies cardiaques et tous les environnementalistes parlent d’un front commun : la consommation de viande nous nuit…

Et c’est là ou Bill Gates et l’ancien président de McDo voient une opportunité d’affaire incroyable en s’impliquant dans un projet super : la cie Beyond meat. Une cie qui chasse les protéines végétales dans l’optique de remplacer la viande.

Quoiqu’il en soit, si notre nombre fait de l’intérêt composé et si notre consommation individuelle fait de l’intérêt composé, l’élevage fait alors de l’intérêt composé, la souffrance animale fait de l’intérêt composé, la déforestation (pour planter des céréales qui pourraient nourrir 7 fois plus d’humains mais qu’on destine aux animaux d’élevage) fait de l’intérêt composé, ce qui extermine nombre d’animaux et d’insectes dont on ne se préoccupent pas et ça aussi ça fait de l’intérêt composé. La pollution (gaz à effet de serre, nappes phréatiques et océans souillés) fait de l’intérêt composé.

Et surtout… notre immense stupidité fait de l’intérêt composé.

Celui qui commande le meurtre, toute cette pollution et toute cette souffrance pour satisfaire son petit plaisir gustatif est-il moins coupable que celui qui tient la hache?

Tout cela est de notre faute.

Nous connaissons le principe de l’intérêt composé. Nous savons ce qu’est la souffrance. Nous savons quels sont les effets néfastes de la déforestation et de l’élevage. Mais nous continuons à le faire…

L’intérêt composé s’applique à toutes les sphères de nos vies. Soyons-en conscients et agissons en conséquence?!

Moi j’ai choisi notamment de devenir végétarien, car depuis que mes yeux se sont ouverts, je ne peux plus les refermer. Je ne peux plus cautionner la souffrance qu’on fait subir à nos frères les animaux…

Présentement, on fait surtout souffrir les porcs, vaches, boeufs, poulets et chèvres… Mais de plus en plus, par soucis de varier les goûts (égoïste) on commence à entrer d’autres races dans le cycle de la consommation carnée. Ces pauvres bêtes jusque là laissée un peu tranquille risquent de se faire mettre le grapin dessus et de se faire emporter dans le cycle de la souffrance que nous créons pour eux.

L’intérêt composé… Il est omniprésent dans toutes les sphères de nos vies. Depuis que j’en ai conscience, ma vision du monde a changé d’une façon que je n’aurais jamais imaginé.

J’avoue être moi-même dépassé par les événements. L’intérêt composé prend du temps à se mettre en branle, mais la boule de neige finit par prendre tant d’ampleur que vient un moment où une seule rotation sur elle-même est suffisante pour créer des bouleversements sans précédents.

Je crois que nous en sommes là. Nous sommes à la croisée des chemins.

Chaque rotation de cette boule de neige imaginaire accélère le rythme auquel le monde change. Tout change si vite et les chiffres sont si gros que nos cerveaux ont peine à suivre.

Je sais d’ailleurs qu’en investissant dans ces grosses cies, je fais probablement parti du problème et j’avoue que ça me taraude souvent. Ces grosses corporations avides de profit en croissance sont-elles l’avenir de l’humanité ou sont-elles en train de nous mener à notre perte? Le profit en croissance à tout jamais est-il une avenue viable connaissant la formule de l’intérêt composé?

Êtes-vous conscients de l’ampleur des conséquences liées à notre mode de vie? Êtes-vous conscient de l’échelle à laquelle tout se produit autour de nous?

Seriez-vous favorable à investir dans des cies qui s’attaquent à ces maux qui assaillent le monde, dans des cies telles que Beyond Meat? Dans des cies qui promouvoient l’énergie renouvelable, le respect des travailleurs, le commerce équitable?

Moi oui, mais où sont-elles? Devrions-nous nous regrouper et investir massivement dans de telles cies? Chercher des leaders visionnaires qui n’en ont pas tant après le profit que l’envie de rendre le monde plus juste, plus équitable, plus respectueux de la nature? Est-ce utopique?

En passant, le gros boom de population que vous avez pu constater sur la courbe de population mondiale est intriguant n’est-ce pas? C’est l’ère du pétrole… et plusieurs pensent que nous finirons bientôt de brûler nos dinosaures (énergie fossile)… Tout notre mode de vie et notre économie mondiale dépend de l’accès à une énergie abondante et peu dispendieuse… c’est à méditer.

Leave a Reply