Pendant combien d’années faut-il travailler pour prendre sa retraite? Voici comment simplifier le calcul!

Ad Blocker Detecté

Ce site web est rendu possible grâce à la publicité. Veuillez considérer de désactiver votre "adblocker" afin de nous encourager à maintenir ce site gratuit.

Quel mythe perdure le plus que celui à propos de l’âge de la retraite? Vous seriez surpris de savoir combien de gens croient qu’il est impossible, voir illégal de prendre sa retraite avant 50-60 voir 65 ou 67 ans.

Mon objectif est ici de vous prouver que c’est faux et de vous expliquer les grandes lignes vous permettant de comprendre comment on peut arriver à faire différent. Je sais déjà que la plupart des gens qui liront ces lignes se diront « C’est impossible » au lieu de se dire « comment puis-je faire pour y arriver moi aussi? », mais c’est normal et c’est bien ainsi. Car si tout le monde le faisait… La méthode ne fonctionnerait probablement plus!

Le mythe est nourri par les règles gouvernementales

Ce qui aide à faire perdurer ce mythe ce sont les règles liées aux fonds de pension à prestations déterminées qui exigent un minimum de 30 ou 35 ans de service pour recevoir une pleine pension et qui imposent des pénalités monstres (moi c’est 5% par année avant 65 ans) aux employés qui voudraient quitter plus tôt. Il y a aussi la loi sur les pensions qui force les travailleurs à immobiliser leur épargne retraite dans des REER immobilisés (juridiction fédérale) ou des CRI (juridiction provinciale) et les empêche d’utiliser cet épargne comme bon leur semble et pas avant tard dans leur vie s’ils quittent leur emploi avant terme et décident de partir avec la valeur de rachat. Puis, finalement, il y a les règles qui régissent les distributions du RRQ, du SRG et de la PSV qui exigent, elles aussi, un âge minimal avant de verser une pension (sauf exceptions rarissimes à cause d’une condition médicale par exemple).

Ces règles sont et demeurent vraies. Il se pourrait même que les gouvernements et employeurs décident de repousser les filets sociaux à l’âge de 67 ou 71 ans d’ici à ce que nous prenions nos retraites et nous forcent à cotiser toujours davantage pour renflouer le fonds.

Mais, c’est justement ce qu’il faut comprendre de ces programmes. Ce sont des filets sociaux. Essentiellement, ils prennent pour acquis que vous êtes imbéciles ou ignorant et que vous ne pouvez pas gérer vos finances vous-même. Ils ont été créé afin de s’assurer que les travailleurs salariés ne se retrouvent pas à la charge de l’état une fois la vieillesse atteinte. Malheureusement, les gens sont hautement dépendants de ces programmes, surtout parce qu’ils n’ont pas été éduqué financièrement et parce qu’ils n’ont pas non plus cherché à s’éduquer eux-mêmes.

Je suis toujours moi-même étonné de voir comment les gens délèguent la gestion de leur argent et de leurs finances au premier venu alors qu’il serait dans leur plus grand intérêt de prendre les choses en main et d’apprendre à gérer leurs finances eux-mêmes.

Sachant cela, on peut alors se poser la question suivante :

Qu’arriverait-t-il si au lieu de dépendre des filets de sécurité de votre employeur et du gouvernement, vous décidiez de prendre vous-même votre retraite en charge?

La réponse est simple, vous pourriez prendre votre retraite très très très rapidement et ne plus jamais avoir à travailler par la suite! Vous vous soustrairez alors de toutes ces règles stupides et vous pourrez gérer l’âge de votre retraite à votre convenance. Bien sûr, les filets sociaux demeureront en place et vous serviront exactement à ce à quoi ils devraient servir : des filets de sécurité!

Mais, cela est loin d’être gratuit, vous vous en rendrez compte en lisant cet article. Mais, j’espère que cela ne vous découragera pas. Car, le bonheur ne passe pas par la consommation, ni par la richesse. Il passe par le temps de qualité qu’on a avec soi-même, avec nos proches et par le temps qu’on peut consacrer à nos passions. En ce sens, je crois que le temps vaut et vaudra toujours beaucoup plus que l’argent.

Pour moi, la liberté de jouir de mon temps vaut toutes les Mercedes et maisons à 450,000$ du monde. Ça vaut aussi tous les restaurants du monde et tous les voyages tout inclus du monde. Il se peut que pour vous, la situation soit tout autre… à vous de décider à propos de ce qui vous rend heureux.

L’âge auquel vous pouvez prendre votre retraite dépend essentiellement de deux facteurs!

Pour savoir quand vous pourrez prendre votre retraite, il vous faut connaître deux montants très importants : combien vous dépensez par année et combien vous épargnez par année.

Si vous dépensez 0$ par année, vous pouvez littéralement prendre votre retraite maintenant! Oui, je le jure!

D’un autre côté, si vous épargnez 0$ et que vous dépenser 100% de votre paye, peut importe combien vous gagnez par an, vous prendrez votre retraite au cimetière! C’est aussi simple que cela! Heureusement pour ceux qui se trouvent dans cette situation (ils sont légion), le gouvernement ou votre employeur vous forcent à épargner (RRQ) ce qui ramène votre âge de retraite à quelque chose de plus « raisonnable » comme 65 ou 70 ans…

Mais, entre ces deux options extrêmes, il existe un monde d’opportunités bien intéressantes!

Afin de les illustrer, nous utiliserons le calculateur de retraite de Networthify. N’hésitez pas à l’utiliser pour faire vos propres simulations. Bien sûr, ce calculateur est un proxy et il fait des assumations de base qui sont importantes à comprendre.

  • Vos dépenses actuelles sont égales à vos dépenses de retraité
  • Vous ne dépenserez pas votre capital initial investi. Votre valeur nette restera intacte ou même continuera de croître
  • Pour faire les calculs vous devrez utiliser votre revenu net (après impôts)
  • Le retour sur investissement (ici 5%) est après impôts et inflation
  • Vous retirerez 4% de vos épargnes chaque année pour en vivre (avec un rendement de 5% annuel votre valeur nette devrait donc continuer de croître et vos revenus aussi)

Ce calculateur et cet article ne remplacent bien sûr pas les conseils avisés et spécifiques à votre situation d’un planificateur financier expert. Déterminer vos besoins financiers et planifier ses finances futures dépend d’une foule de choses telles que votre santé actuelle et future, votre espérance de vie, l’inflation, le rendement sur investissement, la chance, les règles fiscales, tous les événements (guerre, actes de terreur, épidémie, tsunami, astéroïde, intelligence artificielle) qui peuvent avoir un impact négatif durable sur notre avenir commun etc etc etc. En planification financière, il n’y a pas de solution parfaite qui puisse intégrer l’inconnu face à l’avenir. En conséquence, je crois qu’il est primordial de se garder de la marge de sécurité autant dans les calculs que dans les actions.

Mais, un jour ou l’autre, il faudra prendre la décision de se retirer quoiqu’il en soit, pour le meilleur et pour le pire!

Les cas de Jean et de Julie

Prenons quelques cas de figure pour illustrer le tout et contrairement à bien des auteurs qui parlent de planification financière, travaillons avec des chiffres nets. Car on ne dépense pas notre paye brut, mais plutôt notre paye net! Pour savoir quel est votre revenu net approximatif en fonction de votre revenu brut, utilisez cette calculatrice : Calculateur de revenu net 2016. Ceci ne tient bien sûr pas compte de vos cotisations au RRQ, au RQAP, à l’assurance emploi et des divers retours ou crédits d’impôt auxquels vous pourriez avoir droit… ou pas. Pour des calculs plus précis, vous devriez tenir compte de la paye réelle que vous rapportez à la maison une fois tout considéré.

Le cas de Jean

Je ne sais pas pourquoi mais il semble que Jean et Julie soient des noms couramment utilisés dans le cadre de simulations de retraite. Alors ne brisons pas la tradition!

Jean, un épargnant assidu, gagne 32,000$ net par année (environ 40,000$ brut) et croit avoir besoin de 70% de son revenu net à sa retraite (règle qu’on prend pour acquis dans l’industrie…), ce qui représente environ 22,500$ en revenus nets indexés à l’inflation chaque année. Jean sait cela puisque ce sont ses dépenses actuelles et comme il est locataire, qu’il ne dépense pas d’argent pour se rendre au travail puisqu’il habite à côté de son travail et s’y rend à pied ou en vélo et qu’il mange des lunchs chaque jour, il croit que ses dépenses resteront similaires à la retraite. Grâce à ce mode de vie, il arrive ainsi à épargner 9500$ par an qu’il investit avec un rendement composé de 5% net (après inflation et impôt). Pas mal non?

À première vue on se dit, wow, Jean épargne presque 30% de son revenu net. C’est bien! Il va être riche!

Eh bien… non! C’est au contraire merdique! Si Jean croyait pouvoir prendre sa retraite rapidement grâce à ses épargnes pas mal plus élevées que la moyenne, il se trompe. Selon les résultats de notre calculateur, les revenus tirés de son capital couvriront ses dépenses de 22,500$ par an seulement dans 28 ans… (nous assumons ici que ses revenus d’emploi, ses épargnes et ses dépenses seront indexés au même taux d’inflation toute sa vie).

Heureusement, cette simulation ne tient pas compte de deux choses : les rentes de vieillesse du gouvernement et le capital qui pourrait être dépensé graduellement en l’amortissant sur l’espérance de vie.

Jean devrait donc pouvoir avoir une belle retraite, probablement quelques années avant les autres car il pourrait dépenser les revenus de son capital et une partie de son capital avant de toucher ses rentes du gouvernement. Mais, Jean ne pourra pas se retirer très jeune de la rat race… Malgré son approche frugale de la vie, il dépense trop et n’épargne pas suffisamment.

Le cas de Julie

Julie, plus frugale que Jean, arrive à vivre sur un budget de 1250$ par mois, soit 15,000$ par an. Pour rendre les choses simples, Julie gagne les même revenus que Jean. Contrairement à Jean qui n’épargne que 9000$ par année (déjà mieux que la moyenne des ours), Julie épargne quant à elle 17000$ par an… wow! Ceci n’est pas sans rappeler l’histoire vraie de Maxime qui, par divers stratagèmes (notamment faire payer ses frais de logement en grande partie par ses locataires et en contrôlant fortement ses dépenses de transport et nourriture), arrive à une situation similaire à celle de Julie.

En combien de temps Julie arrivera-t-elle à atteindre la liberté financière (revenus d’investissement annuels égaux aux dépenses annuelles)?

Julie devrait pouvoir y arriver en 14,9 ans selon le calculateur, soit la moitié moins de temps que Jean!! C’est déjà mieux!

En commençant à 30 ans, Julie pourrait se retirer à 45 ans, comme moi et vivre des intérêts de son épargne sans ne jamais toucher à son capital. Évidemment, elle pourrait un jour décider d’amortir son capital sur son espérance de vie afin de le dépenser de son vivant et ainsi faire croître ses revenus.

La morale de ces histoires?

S’il y a quelque chose à retirer de ces deux cas de figure, c’est que le plus important ce n’est pas combien tu gagnes, mais combien tu dépenses et combien tu épargnes.

Celui qui gagne 100,000$ net par an et qui a besoin de 70,000$ net par an pour vivre a un très gros problème. Même en épargnant 30,000$ par an, il lui faudra 28 ans à lui aussi pour atteindre son objectif toujours selon ce calculateur (sans tenir compte du RRQ etc…).

3 Étapes pour se retirer jeune de la rat race :

Faire un contrôle serré de ses dépenses pour les limiter au minimum car générer des revenus passifs d’investissement coûte cher et prend du temps

Ceci implique un contrôle serré des dépenses liées au « Big 3 », soit le logement, le transport et la nourriture. Dépasser ses besoins pour satisfaire ses désirs ici coûte extrêmement cher en liberté et temps. Car n’oublions jamais que comme salarié, c’est notre temps qu’on dépense, pas notre argent.

Épargner le plus possible (50-60% ou plus de vos payes) est un minimum

Jacob Lund Fisker, l’auteur du livre « Early retirement extreme » a épargné jusqu’à 85% de ses payes pendant plusieurs années. Je recommande d’ailleurs ce livre à quiconque rêve d’être libre à un jeune âge. Jacob est le maître Yoda de la retraite jeune!

Ensuite faire croître ses revenus pour accélérer les choses

La croissance des revenus, c’est le glaçage sur le gâteau. Vous verrez plus loin comment moi je m’en sers pour atteindre une retraite jeune sans sacrifier un certain standing de vie (maison unifamiliale, voiture, peut-être même l’école privée pour les enfants…).

Reste que moi j’ai fait le contraire. J’ai fait croître mes revenus sans contrôler mes dépenses. J’ai peu/pas épargné pendant longtemps (32 ans), je me suis mis à épargner il y a 3 ans et je me mets aujourd’hui à commencer à contrôler mes dépenses…

Ai-je été stupide? Oui… c’est ce qu’on nous apprend socialement à faire et j’ai bien rencontré les attentes!

Mais, il n’est jamais trop tard pour inverser la vapeur! Non?

Puis-je atteindre la retraite plus rapidement que Julie?

Julie est une samouraï au sens le plus littéral du terme! Arriver à épargner autant avec si peu de revenus est incroyable. Mais c’est faisable! Jacob Lund Fisker, MrMoneyMustache et Jason Fieber l’ont fait et ont même fait mieux en atteignant la liberté financière non seulement à un jeune âge mais aussi en vraiment très peu de temps.

Je pense réussir à y arriver aussi.

Prenons mon cas par exemple. Mon objectif est :

  • Prendre ma retraite à 45 ans après 13 ans à suivre un régime de vie plutôt frugal
  • N’avoir aucune dette personnelle au moment de prendre ma retraite
  • N’avoir aucune dette hypothécaire au moment de prendre ma retraite
  • Avoir 15,000$ en revenus de dividende en croissance (croissance de 7% à 8% annuelle) à 45 ans

J’estime donc pouvoir par la suite vivre avec 15,000$ net sans dépenser le capital qui me générera ces revenus lors de ma première année de retraite. Par la suite, mon revenu demeurera en croissance plus rapide que l’inflation grâce à la croissance des dividendes.

Ce revenu me servira à couvrir mes besoins de base, soit me nourrir, payer mes taxes foncières, assurances et frais de chauffage, maintenir ma propriété en bon état, entretenir ma voiture, payer l’essence, payer pour mes activités diverses incluant mes voyages etc… 15,000$ paraît peu, mais en faisant les choses moi-même pour la plus grande part, en me déplaçant à vélo, à pied ou transport en commun le plus clair de mon temps (j’aurai d’ailleurs tout mon temps), tout cela est très raisonnable. Combien de gens au Québec arrivent à vivre avec ce montant? Vous seriez surpris. Il y a en a des tas!

Bien sûr, avec un tel revenu on ne part pas en fou. On doit contrôler sévèrement ses dépenses.

De toute façon, vous comprendrez que ceci n’est que mon revenu de base de départ. En effet, mes dividendes continueront de croître plus rapidement que l’inflation ce qui contribuera à m’enrichir, je m’attends aussi à générer 15,000$ par an passivement en ligne (j’en suis à 3000$ par an déjà) et en prenant ma retraite à 45 ans, j’anticipe recevoir au mois 200,000$ à 250,000$ de mon fonds de pension que je devrai geler dans un REER immobilisé et qui continuera de croître jusqu’à ce que je puisse convertir ce montant en revenus tranquillement dès mes 55 ans. Viendra ensuite mon RRQ à 65 ans. Et évidemment, j’aurai du capital « mort » dans ma résidence unifamiliale qui me permettra d’économiser sur mes frais de logement. En gros, à 45 ans, je prévois avoir une valeur nette de près d’un million de dollars (428,000$ d’épargne, 250,000$ en REER immobilisé et 300,000$ dans ma maison). Seules mes épargnes généreront du revenu immédiat à court terme, mais en cas d’urgence, rien ne m’empêcherais de modifier ma structure de capital notamment en utilisant l’équité de ma maison pour générer des liquidités (vendre et acheter plus petit) ou pour investir dans un duplex au même prix qui me générerait du cash flow mensuel par exemple.

Ultimement, bien que ce devrait être une solution de dernier recours, je pourrais reprendre un emploi à temps partiel ou commencer à dépenser une part du capital en plus des revenus qu’il génère, puisque j’aurai de toute façon des revenus tirés de mon REER immobilisés et du RRQ plus tard dans ma vie…

Si vous voulez un exemple de quelqu’un qui arrive à vivre avec peu, prenez MrMoneyMustache (Pete Adenay). Avec sa femme et son fils, ils vivent sur un budget de 24,000$ par an aux États-Unis tout en habitant une maison très jolie qu’il a construite de ses mains et en conduisant désormais une voiture électrique! À peu près personne ne peut se vanter d’avoir une vie aussi riche et remplie qu’eux.

Lorsqu’on a le temps de profiter de la vie, on peut se rendre enfin compte que la plupart des choses qui nous procurent le plus de bonheur ne coûtent rien… Et avec du temps, on n’a pas à être pressé pour faire les choses. On a le temps de cuisiner, de se rendre au point A ou au point B, on peut aller à la bibliothèque se chercher de bons livres gratuits, faire du sport etc…

Revenons à moi. Mon rendement moyen en dividende anticipé sur mon capital est estimé à 3,5% de la valeur de mon capital. Comme vous le savez, j’investis principalement dans des titres qui versent des dividendes en croissance plus rapide que l’inflation. Lorsque le dividende augmente, deux choses se produisent. D’abord, mon revenu est protégé (et augmente même plus rapidement) contre l’inflation. Ceci est d’une importance capitale. Et en second lieu, un actif qui rapporte plus vaut plus, toutes choses étant égales par ailleurs. Ainsi, comme je vise un dividende initial global de 3,5%, si on suit cette logique, la valeur de mon capital devrait s’ajuster après les hausses de dividendes pour que le dividende global (yield on value) demeure sensiblement identique. J’estime donc qu’il me faut avoir un capital approximatif de 428,000$ investi pour atteindre la liberté financière et obtenir 15,000$ en revenus de dividendes sans dépenser le capital pour mes 45 ans. En effet, 15000$ est égal à 3,5% de 428,000$.

Si par contre je désirais cesser de m’occuper de mes finances et acheter une rente viagère, à 55 ans je pourrais confier mon capital à une compagnie d’assurance et avec les taux merdiques d’aujourd’hui et en calculant une croissance de mon capital de 2% par an (pour être conservateur) entre 45 et 55 ans, je pourrais m’acheter une rente viagère non indexée de 2220$ par mois jusqu’à ma mort! Et si j’ajoute à mon capital d’épargne le contenu de mon REER immobilisé (environ 300,000$ à 55 ans), je pourrais obtenir une rente à vie de 3500$ par mois.

Vous pouvez faire des simulations de rente avec ce calculateur si ça vous intéresse.

Évidemment, je ne ferai pas cela parce que je me priverais d’une croissance de mes revenus passifs supérieure à l’inflation et d’un capital qui pourrait atteindre plusieurs millions pour ma succession. Car, en confiant tout cet argent à une compagnie d’assurance, en cas de décès, elle garde le magot… Il existe bien sûr des options pour assurer une rente réversible au conjoint, l’indexation des revenus, une rente garantie pendant un certain nombre d’année à la succession, mais tout cela se paie… très cher!

Personnellement, je crois qu’on n’est jamais aussi bien servis que par soi-même!

Les calculs liés à ma propre situation

Afin de simplifier les calculs, j’assumerai que mes revenus de dividendes bruts seront nets (15000$) puisque l’essentiel de mes revenus de dividendes proviendront du CELI (non imposable) et du REER (imposable comme du salaire) et comme le montant d’exemption de base (vous ne payez pas d’impôt sous ce seuil) est présentement de 11427$ et qu’il devrait s’approcher de 13,000$ à 15,000$ d’ici 10 ans, je doute que je paierai de l’impôt sur les retraits de mon REER durant les premières années de ma retraite. Et considérant qu’en ce moment mon taux marginal d’impôt est de 46,7%… je pense que je fais une assez bonne affaire pour l’instant.

En 2017, j’anticipe gagner 102,000$ brut plus environ 3000$ brut de revenus en ligne. Oui je sais, mes multiples promotions des 8 dernières années ont beaucoup fait augmenter mes revenus bruts et je fais chier… mais obtenir des promotions et de la croissance dans mes revenus fait partie de mon plan et vous pouvez y arriver aussi avec de la détermination! Il me fera plaisir de donner des conseils à quiconque serait intéressé à obtenir une promotion, mais commencez par lire ceci.

Si tout continue à bien aller, je devrais encore faire augmenter mes revenus en ligne de 1000$ par an et mes revenus de salarié d’environ 6% par an au cours des quelques prochaines années.

En utilisant le calculateur de revenus nets, on me dit qu’après impôts, il me restera 72000$ net en 2017!!! Wow, ça serait cool! Mais on doit ensuite soustraire mes cotisations obligatoires à mon fonds de pension, au RRQ, au RQAP, à mes assurances collectives et au final, l’an dernier, il m’est resté environ 49,000$ net sur 91,000$ brut de salaire et ce malgré que j’aie pris des tonnes de REER… Bon, je ne me plains pas puisque le RRQ, mes assurances, le RQAP et mon fonds de pension sont des choses desquelles je profite et que je profiterai plus tard, mais reste que ce qu’il faut retenir c’est qu’un revenu brut a toujours l’air plus impressionnant qu’un revenu net et à mesure qu’on fait augmenter ses revenus bruts de salarié, la croissance des revenus nets ralentit grâce à l’impôt progressif.

Donc, travaillons avec un revenu net de 50,000$ par an pour les besoins de la cause.

capture

Grâce au calculateur de Networthify, j’apprends que si je vivais déjà avec 15000$ par an de dépenses et que j’économisais la différence (35000$ par an), je pourrais prendre ma retraite 8,8 ans après avoir adopté ce mode de vie! Pas mal!

Ma situation est toutefois bien différente. J’ai un mode de vie très dispendieux en ce moment. En effet, je m’efforce de payer une hypothèque de 180,000$ en 7 ans ainsi que 34,000$ de dettes personnelles… en plus d’épargner au moins 16,000$ par an.

En refaisant les calculs avec un montant de revenus passifs souhaité de 15,000$ par an et un montant annuel épargné de 16,000$ par an, le calculateur me dit que j’atteindrai cet objectif en 14,9 ans.

Cette projection est plus conservatrice que la mienne. En effet, en misant sur une croissance du dividende de 7%, j’ai calculé pouvoir atteindre mon objectif en 12 à 13 ans. Et pour dire vrai, depuis le début de mon aventure, j’ai épargné plus que 16,000$ par an… ce qui me fait prendre un peu d’avance.

De plus, mes hausses de salaire futures se traduiront par davantage d’épargne et dans 4 ans mon hypothèque sera soldée et il me faudra probablement encore 2 ans pour payer des travaux à faire à ma propriété. Par la suite par contre, je devrais pouvoir augmenter mon taux d’épargne encore davantage.

Peut-être même que j’arriverai à gagner 2 ans sur mon planning…

Accéder à une retraite jeune est possible

Si votre objectif est d’atteindre la retraite à un jeune âge, comme vous avez pu le voir, c’est possible. Ce n’est pas facile, mais c’est possible.

Vous avez le choix entre deux approches. Soit, commencer à épargner le plus tôt possible dans votre vie. Mon fils de 10 mois a déjà 3000$ en banque! Soit, épargner vraiment énormément en peu de temps et réduire vos dépenses drastiquement.

Les deux façons se valent. Malheureusement, le temps perdu… est perdu.

Pour ma part, j’ai perdu 32 ans avant d’allumer, alors je dois épargner comme un fou. Mais, je sais que je le fais pour les meilleures raisons du monde : ma liberté et mon bonheur.

6 Comments

  1. Maxime
  2. Maxime
  3. Maxime

Leave a Reply