Le mouvement « Early retirement extreme » qu’est-ce que c’est et quels sont ses postulats de base?

Ad Blocker Detecté

Ce site web est rendu possible grâce à la publicité. Veuillez considérer de désactiver votre "adblocker" afin de nous encourager à maintenir ce site gratuit.

Un jour où l’autre, on pensera tous à la retraite. Certains se l’imaginent à se faire dorer sous un palmier, d’autres dans la misère parce qu’ils n’ont pas réussi à mettre suffisamment de sous de côté.

Mais, presque tous s’entendent sur un fait, la retraite se prendra tard dans la vie (i.e. après 50 ou 60 ans).

Et s’il pouvait en être autrement?

C’est exactement ce que Jacob Lund Fisker de EarlyRetirementExtreme.com s’est demandé alors qu’il était un jeune professeur de physique. Penser à l’extérieur de la boîte peut mener loin puisque Jacob a littéralement pris sa retraite à 33 ans sans être devenu millionnaire et sans non plus occuper des fonctions extravagantes assorties de salaires faramineux. Il a simplement épargné comme un déchaîné pendant 5 ans tout en apprenant à vivre avec moins, le tout dans le but de se bâtir une rente à vie qui couvrirait ses dépenses pour toujours.

Qu’est-ce que le mouvement ERE?

La première chose à comprendre du mouvement « early retirement extreme« , c’est que l’objectif poursuivi est celui de devenir indépendant face au système de l’argent et non pas seulement d’atteindre l’indépendance financière par et grâce au système de l’argent. La distinction philosophique est importante ici et les implications à long terme sont aussi très importantes.

Jacob explique que la croissance économique du 20è siècle pourrait bien être une anomalie historique et que le 21è siècle pourrait nous mettre face à une croissance ralentie ou inexistante, voire même une décroissance à cause de la compétition liée à la mondialisation (qui met une pression sur nos revenus de salariés), aux ressources qui s’amenuisent (fin probable du pétrole notamment) et des coûts en augmentation des dommages environnementaux.

Aux points mentionnés par Jacob, j’ajouterais la pression de l’intérêt composé sur la dette des pays, l’endettement des ménages et potentiellement aussi l’arrivée imminente de la robotisation et de l’intelligence artificielle qui a atteint un niveau de sophistication « inquiétant » pour tout travailleur salarié et nous met tous à risque de devenir obsolètes.

À ce sujet je vous suggère ce vidéo qui a été récemment partagé par mon collègue blogueur André de GoGoAssets.com :

La réponse de Jacob est logique et très intelligente. D’un côté, développons une liberté face au système de l’argent en mettant notre argent au travail à notre place. Mais, comme ceci peut nous être retiré par des politiques gouvernementales ou des conditions économiques défavorables, développons simultanément des compétences individuelles variées dans un très large spectre de compétence. Dans le cas où le système de l’argent s’effondrerait, les compétences, elles, demeureront.

De mon côté, depuis mon tout jeune âge j’ai toujours cherché à développer des compétences extrêmement variées dans une foule de domaines. Advenant la fin du capitalisme moderne, je pourrais personnellement facilement me retourner de bord et me mettre à fabriquer de l’alcool et à faire du troc avec les gens de mon quartier!! Yé, j’ai enfin trouvé une utilité à cette compétence!

Le double avantage de développer des compétences variées, c’est que dans toutes situations, on se donne de la marge. Si des emplois dans un domaine se perdent, on peut arriver à se replacer dans un autre domaine, si des réparations à x ou y sont nécessaires, on peut épargner énormément en les faisant soi-même et si la fin du capitalisme arrive… et bien le débrouillard l’emportera sur le non-débrouillard… c’est une simple loi de la nature.

Je vous encourage fortement à lire ceci si le sujet vous intéresse.

Les 4 postulats de base du mouvement ERE

  1. Le taux d’épargne est le facteur le plus déterminant pour calculer le temps requis afin d’atteindre la liberté financière.
  2. Pour la plupart des gens il est beaucoup plus facile de réduire ses dépenses que d’augmenter ses revenus
  3. Pour arriver à contrôler ses dépenses il est bien plus facile et important de se consacrer aux 3 postes de dépenses les plus importants d’un budget soit le logement, le transport, la nourriture que de perdre son temps à compter ses sous et à ramasser des coupons
  4. Il faut comprendre et admettre que la retraite n’est pas que pour les millionnaires et les gens de 55 ans et plus. Tout le monde peut y arriver.

Pourquoi atteindre la « retraite » jeune?

Au fond, qu’est-ce que la « retraite » en terme mathématiques? C’est simplement le point où les revenus de l’épargne sont suffisants en eux-mêmes pour couvrir les dépenses personnelles. À partir de ce point, travailler n’est plus nécessaire. Nous n’avons plus à travailler pour l’argent puisque l’argent travaille pour nous.

Se retirer de la vie active pour relaxer, démarrer une entreprise sans prendre de risque indu ou encore se consacrer à ses passions ou à une cause devient par la suite un choix personnel. Certains choisiront de continuer à travailler parce qu’ils sont passionnés par leur travail et c’est bien ainsi.

D’ailleurs, je suis convaincu que le travail est beaucoup plus plaisant lorsqu’on ne le fait pas pour l’argent.

Moi je cherche à atteindre la liberté financière pour des raisons qui me sont propres. Vous, vous pourriez le faire pour des raisons totalement différentes.

Le mérit de l’approche de Jacob est d’intégrer aussi des scénarios catastrophe dans sa planificiation financière en développant simultanément la richesse financière et la richesse intellectuelle.

Se libérer du capitalisme par le capitalisme et ensuite se libérer du capital en cultivant sa richesse intellectuelle et son savoir-faire. Moi, ça m’appelle.

6 Comments

  1. Adam Beaupré

Leave a Reply