Atteindre la retraite jeune : faire ce que je fais est très difficile!

Ad Blocker Detecté

Ce site web est rendu possible grâce à la publicité. Veuillez considérer de désactiver votre "adblocker" afin de nous encourager à maintenir ce site gratuit.

Plusieurs bloggueurs dans la niche du « early retirement » donnent souvent l’impression qu’il est facile d’atteindre la liberté financière à un jeune âge. D’ailleurs, il est probable que je puisse parfois donner la même impression. Pourtant, c’est tout le contraire croyez-moi et aujourd’hui j’avais envie de remettre les pendules à l’heure.

Ça n’est pas pour rien que je dis (en riant bien sûr) que je suis un gladiateur dans l’arêne qui chaque jour se bat pour conquérir sa liberté.

Car, prétendre pouvoir atteindre la liberté financière en 12 ans et pire, même chercher à faire tout ce qui est en son pouvoir pour pouvoir y arriver est plutôt présomptueux.

On est là à acheter des titres mois après mois à coup de 1000$ et on accumule, chaque dollars à la fois, des revenus de dividendes comme si c’était un jeu. Ça à l’air si facile de l’extérieur. Mais économiser 1000$ par mois ou plus.. ouff c’est déjà tout un exploit pour la majorité des gens.

Je ne le dis pas pour vous décourager. Mais sincèrement, si certains d’entre-vous décident de suivre ma voie, sâchez que toute la société, tout et tout le monde sera contre vous. Et si vous en parlez autour de vous, chaque jour vous recevrez des commentaires négatifs ou des questions déroutantes et orientées destinées à vous faire sentir comme un con devant les autres.

Et ça, ça n’est que la pointe de l’iceberg. Car après la pression sociale vient bien pire. La vraie difficulté c’est de se reprogrammer le cerveau et de réussir à défendre le nouveau programme contre tous les hackers de cerveau de ce monde.

Chaque jour on est bombardé de publicités et d’exemples de comportements et d’erreurs de pensée destinées à faire de nous des consommateurs. Depuis la tendre enfance on a été conditionné à devenir des travailleurs (conditionnement behavioriste de Pavlov… comme lorsqu’on dresse un chien). Et, passer à travers le « programme » pour le réécrire demande du temps et beaucoup d’introspection.

Vous rappelez-vous le secondaire. Quelqu’un de cool se mettait à dire « pas rapport man » et la première fois que vous entendiez cette expression, vous la trouviez ridicule. Puis, éventuellement et sans vous en rendre vraiment compte, vous vous êtes mis à dire « pas rapport man » vous aussi.

Nous sommes des imitateurs! L’une des façons les plus productives que notre cerveau a mis au point pour apprendre, c’est l’imitation. Ça se fait tout seul. Ça et la répétition!

Demandez à une source crédible aux yeux du public de répéter une idée fausse suffisamment souvent et un jour ou l’autre (après environ 21 fois), elle deviendra vraie. Surtout si d’autres sources crédibles à vos yeux se mettent à la répéter aussi. Car tout à coup, vous vous retrouvez envahi de prédicateurs qui colportent la bonne nouvelle.

C’est ça le vrai combat. Résister à la manipulation sociale qui cherche à faire de vous un esclave de ses possessions et de ses désirs. Réussir à s’affranchir de tous ces concepts, comprendre que la vie peut être différente, que vous avez du contrôle sur votre vie, douter à nouveau puis y croire à nouveau et recommencer ce cycle de doute et de foi encore et encore parce que la pression sociale ne s’en ira jamais.

Ça et résister à ses désirs… On a cultivé depuis notre tendre enfance le désir. Le désir de posséder un objet, de faire une activité, d’acheter quelque chose. On nous faisait même faire des listes de désirs pour Noël et on nous encourageaient à en cultiver.

Celui qui succombe à tous ses désirs aura une vie pauvre… Celui qui succombe même rarement, mais au mauvais moment (voiture trop cher et maison trop cher), à ses désirs aura aussi une vie pauvre et deviendra l’esclave de ses possessions! Car rien de mieux que de vous poser le carcan d’une hypothèque trop dispendieuse et d’un paiement de voiture exagéré pour vous amener de vous-même à choisir la voie de l’esclavage salarié. Après tout, les factures arrivent tous les mois pile à l’heure comme une horloge… La seule solution à ça c’est un revenu qui fait la même chose… Non?!

Apprendre à distinguer besoins et désirs est une autre grande difficulté et surtout apprendre à envisager d’autres solutions qu’acheter comme emprunter, fabriquer ou s’en passer est aussi très difficile.

Nos comportements d’occidentaux sont bien ancrés depuis quelques générations déjà…

Outre ces épreuves du quotidien, celui qui voudra changer son étoile devra aussi faire face à une autre montagne d’épreuves, celle de se libérer de ses dettes et d’économiser, des années durant, une somme colossale d’argent!

Et ça, ça prend du temps et aussi beaucoup, beaucoup de discipline. On dit que c’est avec des sous qu’on fait des piastres et bien rien n’est moins vrai si on saît s’y prendre. Mais comme Rome ne s’est pas bâtie en jour, finir par comprendre et admettre que l’atteinte de la liberté financière suivra la même voie est aussi une dure épreuve.

Après avoir épargné comme un fou pendant 2 ans, j’ai maintenant un portefeuille de 50,000$ qui me rapporte 2000$ par an en revenus. Oui… 2000$… pas de quoi en faire un plat. Je suis loin de pouvoir prendre une retraite.

Pourtant, je suis fier du trajet accompli parce que j’y suis préparé. J’ai des attentes réalistes et je sais pourquoi je fais les choses. Je cherche à acquérir environ 1000$ en revenu annuels de dividendes par an à partir de nouvelles épargnes et le reste, c’est la croissance du dividende et le réinvestissement de mes dividendes qui s’en chargera.

Mais, ça peut être décourageant parfois de savoir que le chemin le plus long est encore devant soi et que malgré tous nos efforts, on avance à pas de tortue.

La discipline et la patience sont donc deux autres éléments qui rendent mon périple difficile car je suis indiscipliné et extrêmement impatient, comme la plupart de mes contemporins.

Vouloir atteindre la liberté financière en douze ans, c’est comme vouloir gravir l’Everest. La montagne est si haute qu’on voit à peine le sommet et la montée prend du temps, du courage, de la persévérance…

C’est comme de vouloir manger un éléphant à soi seul.

Et quelle est la meilleure façon de manger un éléphant?

Une bouchée à la fois bien sûr… Mâcher encore et encore puis reprendre une autre assiette…

Avoir le rêve d’atteindre la liberté financière à un jeune âge est louable. Mais celui qui le désire doit s’attendre à devoir travailler fort sur lui-même et fort tout court. Il devra s’attendre à vivre des épisodes de découragement ou d’euphorie. Il devra aussi s’attendre à ce que les gens se moquent de lui…

Il devra aussi apprendre à s’émerveiller de petits progrès et apprendre à réduire ses dépenses pour épargner plus et pour avoir besoin de moins pour atteindre la liberté financière.

Tout cela fait partie du processus.

Avoir un blog ou un journal, fréquenter une communauté en ligne aux idées semblables aide certainement à garder le cap.

C’est ainsi que j’ai réussi à passer au travers des deux dernières années et de réussir à faire des progrès. C’est ainsi que je compte continuer ma course vers l’atteinte de mon objectif qui est de me retirer de la rat race à 45 ans avec 30,000$ par an en revenus passifs!

Alors je dis merci à tous mes amis bloggueurs car sans vous, il est probable que j’aurais abdiqué à un moment ou un autre.

Image courtesy of Winnond / FreeDigitalPhotos.net

39 Comments

  1. Yan Fortin
  2. Maxime
  3. Maxime
  4. Maxime
  5. Maxime
  6. Maxime
  7. Maxime
  8. Maxime
  9. Maxime
  10. Maxime
  11. Maxime
  12. Maxime
  13. Yan Fortin
  14. Maxime
  15. Petes
  16. Petes
  17. Petes
  18. Librocito
  19. Librocito

Leave a Reply